Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

http://gw.geneanet.org/genealogies


Jean THIODET
Jean THIODET
  • Né le 6 mai 1895 - Mostaganem;2701;Algérie
  • Décédé le 20 mars 1976 - Orange;84087;Sud;Fra,à l'âge de 80 ans
  • Médecin
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

 

biographie succincte du professeur Jean THIODET (1895-1976)
Né à Mostaganem en 1895, son père était magistrat, sa mère fille du général Gand, une famille implantée en Algérie depuis les origines, son aïeul Pellissier de Reynaud ayant débarqué en juin 1830 à Sidi-Ferruch.
Dès le début de ses études médicales, il fut engagé volontaire en 1914*, décoré de la croix de guerre en Serbie. Puis il travailla sous la direction de ses maîtres, le professeur Aubry et le docteur Dumolard. Ancien élève de l’Institut Pasteur de Paris, il fut pendant 16 ans, jusqu’en 1939, chef de laboratoire de la clinique médicale d'Alger. Dans le même temps, il préparait le concours de médecin des hôpitaux, reçu en 1931, puis agrégé de médecine générale des hôpitaux d’Alger en 1939.
La guerre le reprit et il fut nommé en 1943 médecin-consultant du corps expéditionnaire français en Italie. De 1946 à 1955, tout en dirigeant un des plus gros laboratoire d’analyses d’Alger, il sera chef de service du pavillon Dumolard à l'hôpital El Kettar d'Alger. En 1955, il prit enfin la charge de la clinique des maladies infectieuses, à l'hôpital El Kettar, après Edmond Benhamou.
Lors de l’exode en juin 1962, il fut nommé à Strasbourg et prit sa retraite en 1965 chez son fils Jean-Claude, chirurgien, à Orange. Il n’a pas eu la vieillesse qu’il méritait et s’est éteint le 20 mars 1976 à Orange, à la fin d’une longue et cruelle maladie.
André Fourrier, qui pendant 17 ans a été son élève, dira son timbre souvent rude et bourru, son franc-parler, sa franchise brutale, ses plaisanteries. Mais il apparaissait dans sa villa luxueuse, à Saint-Eugène, un autre homme curieux, d’une culture étonnante, heureux au milieu d’une famille unie, désespéré lors de l’assassinat de Jean Massonat, un de ses élèves préférés, en 1962.
extrait de Les professeurs en médecine, hôpital de Mustapha, faculté d'Alger (1961-1962) [medecinealger.canalblog.com]
* matricule n° 2647 de la classe 1915 1914, engagé volontaire le 28 novembre 1914 à Alger (Algérie) au titre du 5e Régiment de chasseurs d'Afrique [cote FR ANOM 1 RM 158 - Thiodet Jean - classe 1915]

 Sources

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}