Family Book



 La famille MÉCHET est originaire de la ferme fortifiée de La Borde en Haute-Marne, formant fief avec justice et appartenant aux seigneurs de Laborde attestés depuis le XIIIe siècle. Elle ne sera rattachée à Heuilley-le-Grand que dans les années 1790 âÇô 1794. Admodiateur en partie, Anthoine MÉCHET a épousé Nicole MARTIN née le 3 décembre 1673 dans le village voisin de Cusey.


Parmi leurs dix enfants, le septième Simon, né le 16 avril 1705, a épousé le 26 janvier 1734 Françoise BELIN née à Heuilley le Grand le 16 mars 1616.
Parmi leurs trois enfants le second Nicolas, né le 26 avril 1740, a épousé le 10 février 1766 à Cusey Anthoinette LOMPRÉ née à Sacquenay, le 4 août 1740. Avec ce couple la famille MÉCHET s'installe dans la commune de Sacquenay en Côte d'Or.
Parmi leurs trois enfants l'aîné Jean, né le 21 juillet 1768 à Sacquenay y épouse le 17 janvier 1792 Marie-Victoire RABIET, née le 26 février 1763.
Parmi leurs sept enfant le cinquième Jean-Pierre, né le 13 juin 1800, épouse le 23 novembre 1823 Marie ESTIVALET née le 6 mars 1798.
Parmi leurs sept enfants le second François-Stanislas, né le 28 novembre 1826, épouse en premières noces le 11 février 1855 Jeanne Louise POTEY née le 3 octobre 1833 et décédée le 20 novembre 1869 sans avoir pu avoir d'enfant. Propriétaire-exploitant de la ferme La Dame Jeanne située à mi-chemin entre Sacquenay et Occey dans le département voisin de la Haute-Marne, François-Stanislas est aussi négociant en vins et eaux-de-vie et maire. Il se remarie le 16 février 1873 avec Anne-Françoise FLORIOT née le 21 décembre 1841 à Rivière-les-Fosses en Haute-Marne.
Parmi leurs six enfants l'aîné Louis-François, né le 16 août 1872, épouse le 12 novembre 1907 à Dijon Marie Joséphine Laure PETITDEMENGE née le 6 janvier 1869 à Lachapelle-sous-Rougemont, dans l'actuel Territoire de Belfort. Louis-François, engagé volontaire le 24 octobre 1891 au 4e Régiment d'Infanterie de Marine, sergent à la Guerre du Tonkin, y est atteint par les fièvres et rapatrié sanitaire le 9 octobre 1893. Après une vaine tentative pour être gendarme maritime à Toulon, il préfère démissionner le 15 janvier 1897 et est accueilli par sa tante Marie FLORIOT veuve GOETTELMANN à Is-sur-Tille. Il y est correspondant de la Messagerie en gare. Quant à Laure, fille de percepteur, elle est receveuse des Postes et fréquente les Alsaciens de Dijon parmi lesquels Monsieur NÈGRE, tailleur civil et militaire, qui lui fait connaître son futur époux avec lequel il partage des actions de chasse sur les communes de Marey-sur-Tille et d'Avot.
Leur fils unique Henri Louis Robert, né le 16 septembre 1908 à Dijon, y épouse le 7 octobre 1936 Simonne Anne Lucie VIARD née le 11 avril 1914 à Caen. Tous deux décèdent à Santenay : Simonne le 1er avril 2002 et Robert le 13 mai 2004.
Index