Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Bienvenue dans mon arbre

Sans la publication de l'arbre généalogique sur Geneanet,beaucoup de données et d'informations seraient restées la" propriété " de leur seul détenteur et ça auraitété dommage .

La généalogie n'a d'intéret que sielle est partagée avec le plus grand nombre de généalogiste , fairesa généalogie que pour ses descendants (et eux seul!) c'est presque la vouer à " l'extinction" , après  nous y aura-t-il quelqu'un qui aura lapassion et la patience de la continuer ?

En la publiant on élargit lecercle des possibilités de la continuité des recherches , lesinformations reprises par d'autres reviendront un jour à un de nosdescendants dans deux ,trois ,x générations


Charles de Bourdes
Charles de Bourdes
(Charles François Antoine de Bourdes)
Chevalier de la Légion d'Honneur (1921)

  • Né le 13 janvier 1878 - Joigny, Yonne,Bourgogne ,France
  • Décédé le 27 janvier 1957 - 12 Boulevard du Tsaréwitch à Nice,Alpes Maritimes,France,à l'âge de 79 ans
  • Inhumé le 29 janvier 1957 - Cimiez - Monaco
  • Ecole Spéciale Militaire promotion " MARCHAND 1898-1900 " ,Lieutenant au 1er Régiment de Hussards à Béziers (1909) ,Chef d'escadrons "Major" au 1er Régiment de Spahis à Médéa ,Algérie (1926)
1 média disponible 1 média disponible

A participé à la Grande Guerre

L'actualité de la guerre au jour le jour
Domicile lors de la mobilisation : Tarascon (13)

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

Etudes à Valence (entrée en 6´ en 1888), à Marseille, à l'Ecole libre St-Ignace, dont le supérieur est le Père Bernard de LANVERSIN (baccalauréat 1ère partie en 1894) et à Bordeaux (bachelier ès sciences en 1895, malgré des "difficultés en mathématiques").

Présente le concours de Saint-Cyr en 1897 au Prytanée de La Flèche (sous-admissible). Admis à l'Ecole Spéciale Militaire au concours de 1898; engagé volontaire, pour trois ans à la mairie de Béziers, le 22 Octobre 1898. Il appartient à la promotion " MARCHAND 1898-1900 ", sorti avec le numéro 305 sur 552, dans la Cavalerie. Mme BORDOT, sa grand'mère, lui donne 1000 francs pour ce succès; son père ajoute 60 francs par mois, ce qui porte sa solde de 210 à 270 francs.

Sous-Lieutenant du 1er Octobre 1900, à Valence, au 1er Régiment de Hussards, il y est noté comme "doté d'une robuste constitution, et d'un tempérament froid...de belle prestance sous les armes". Après quelques mois à Valence, Charles part suivre le cours de l'Ecole de Cavalerie à Saumur, en Novembre 1901; cinq mois après, en Mars 1902, il est classé 38´ sur 71 ("officier bien tourné, intelligent, agréable et de parfaite éducation... cavalier correct...") et rejoint son Régiment, à Valence. Il est promu Lieutenant le 1er Octobre 1902. En 1904, il commande le 4ème Peloton du 3ème Escadron ("...sous un aspect des plus réservés,dissimule des qualités militaires très appréciables,qui en font un officier sérieux, travailleur, bon cavalier et bon instructeur.")

A cette époque, il va souvent en permissions à Toulouse (opéras, promenades à cheval, soirées dansantes...). En Novembre 1907, son régiment déménage de Valence à Béziers. C'est pendant ce séjour à Béziers qu'il fait la connaissance d'Anthonie MICHEL, par l'intermédiaire d'un officier de réserve, Bernard d'IMBERT de CORNEILLAN, fils d'un condisciple de son père Albert de BOURDES, au collège de Jésuites de Toulouse, en 1860, naguère sous-officier au 13´ Régiment de Chasseurs à Béziers sous les ordres du Colonel de BOURDES, et qui a épousé en 1902 Henriette BEAULIEU, fille d'un propriétaire de vignes de Bourgogne, qui depuis 1896 est le tuteur des enfants de l'avocat niçois Ernest MICHEL, prématurément décédé...

De retour à Béziers , ils logent Place du Champ de Mars, pour 900 francs de loyer. Charles est Lieutenant en premier au 5´ escadron ("officier très consciencieux ... excellent instructeur; actif et énergique,sous une apparence un peu calme et froide.").

Après trois mois de convalescence, il est muté , le 24 Décembre 1910, au 9ème Régiment de Hussards, à Marseille, au quartier Bauveau.(" 1911... semble intelligent, sérieux et animé de beaucoup de bonne volonté ... pourrait cependant montrer un peu plus de vie, dans sa façon de servir... 1912... très discipliné,très maniable...1913... arrivera prochainement au grade de Capitaine à l'ancienneté ; ne paraît pas avoir grande ambition.").

Début 1914, le 9ème Hussards a rejoint Chambéry, où Charles est promu Capitaine, par décret du 23 Mars 1914 , qui l'affecte également au 11ème Régiment de Hussards à Tarascon . La famille s'y installe au n´1, quai du Rhône .

Le 17 Août, il part pour le front, à la tête d'un escadron de réserve. ("1914... un peu cassant, au début, avec ses gradés... beaucoup de calme, au feu... 1915... commande parfaitement son escadron... 1916... très calme, ayant beaucoup de sang-froid et de jugement..."). Il commande le 5ème Escadron du 11ème R.H. au sein de la 65ème Division, à Saint-Mihiel, Vigneulles-lès-Hattonchatel, Metz, Verdun et en Argonne .

En Juillet 1915, son père lui a fait parvenir un " masque contre les gaz asphyxiants ". Il part en permissions en Août, à Nice puis à Toulouse, puis retourne au front, dans la Meuse. A nouveau, permissions à Nice et à Toulouse. Le 3 Novembre 1916, il est affecté à l'état-major de la 145ème Brigade d'Infanterie ( 73ème Division) ("1916... d'une conscience irréprochable... 1917.. toujours aussi calme et réfléchi , bien que d'un travail assez lent ...").Il est cité à l'ordre de la division , le 28 Juillet 1917 ; gazé le 30 Mai 1918 au cours des combats de Chézy-en-Orxois, dans l'Aisne, il est évacué en Juillet et hospitalisé à Clermont-Ferrand. En convalescence à Nice, puis Toulouse et à nouveau Nice et Thorenc, il ne reprend le service que le 8 Octobre 1919, au 1er Régiment de Hussards, à Tarascon, où il prend les fonctions d'officier d'habillement ("...1920...d'une conscience absolue avec beaucoup de méthode et d'ordre ...". La famille réside au N´ 1, rue RASPAIL à Tarascon.

En Juin 1923, il quitte les fonctions d'officier d'habillement qu'il assume depuis près de quatre ans, pour prendre celles d'officier adjoint du colonel. ( " 1923... Intelligent , très méticuleux et consciencieux , c'est un auxiliaire précieux . Bourreau de travail, mais au travail un peu lent ... 1924... excellent capitaine adjoint ,qui n'oublie rien... 1925... consciencieux, ayant de l'autorité et du jugement; très travailleur...").

C'est à Tarascon que Charles apprend le décès de son père, le Colonel de BOURDES, le 8 Janvier 1925. Il y entamera le règlement de la succession, mais devra poursuivre les formalités depuis l'Algérie, en 1926. Pour le représenter , il désignera M. Emile MARTIN, clerc de notaire à Toulouse,

En effet, promu Chef d'escadrons le 23 Mars 1926, il est affecté au 1er Régiment de Spahis à Médéa (Algérie). Il y prend les fonctions de Major. ( "... 1926..excellent officier, très travailleur et ayant du jugement...1927, fait travailler ses services, dans lesquels il est admirablement secondé... 1928...paraît fatigué...").

La famille réside alors dans la "Maison CORTEZ", route d'Alger à Médéa.

Admis sur sa demande à la retraite à titre d'ancienneté de services, il est rayé des controles de l'armée d'active et nommé Chef d'escadrons de réserve, le 17 Juin 1928. Il sera rayé des cadres le 17 Juin 1933.

Notice biographique établie à partir :du dossier militaire du Chef d'Escadrons Charles de BOURDES, N´ 26.695 / clt 26, conservé au Service historique de l'armée de terre, à Vincennes;des souvenirs rédigés par son père, le Colonel Albert de BOURDES;des récits de sa fille Monique de CROUSNILHON;des archives personnelles et documents d'état-civil détenus.

 Sources

  • Personne: Geneanet (phchatenoud)
  • Famille: Geneanet (phchatenoud)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

portrait
Armand de Bourdes 1791-1867
 portrait
Thérèse Jauzion 1817-1905
  
||



|
portrait
Albert de Bourdes, Colonel ,Officier de la Légion d'Honneur 1842-1925
 portrait
Mathilde Bordot 1855-1940
||



|
portrait
Charles de Bourdes, Chevalier de la Légion d'Honneur (1921) 1878-1957