Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Bienvenue dans mon arbre

Sans la publication de l'arbre généalogique sur Geneanet,beaucoup de données et d'informations seraient restées la" propriété " de leur seul détenteur et ça auraitété dommage .

La généalogie n'a d'intéret que sielle est partagée avec le plus grand nombre de généalogiste , fairesa généalogie que pour ses descendants (et eux seul!) c'est presque la vouer à " l'extinction" , après  nous y aura-t-il quelqu'un qui aura lapassion et la patience de la continuer ?

En la publiant on élargit lecercle des possibilités de la continuité des recherches , lesinformations reprises par d'autres reviendront un jour à un de nosdescendants dans deux ,trois ,x générations


Pierre Teilhard de Chardin
Pierre Teilhard de Chardin
(Marie-Joseph-Pierre Teilhard de Chardin)
 Père Pierre
Médaille militaire(14/18) ,Officier de la Légion d'honneur‎ , Médaille Mendel (1937),Membre de l'Académie des sciences (section de minéralogie)(1947) , Membre d'honneur de l'Académie des sciences de New York (1952)

  • Né le 11 février 1881 - Château de Sarcenat, Orcines , Puy de Dôme ,France
  • Décédé le 10 avril 1955 - New York ,Etats Unis,à l'âge de 74 ans
  • Inhumé en avril 1955 - Cimetière du noviciat jésuite de St. Andrew's-on-the-Hudson , de Poughkeepsie l’État de New York
  • Paléontologue , Prêtre , Chercheur , Thélogien , Philosophe ,Directeur de recherche au CNRS (1951)
2 médias disponibles 2 médias disponibles

 Parents

 Fratrie

 Notes

Notes individuelles

De 1892 à 1897, il fait ses études au collège jésuite de Notre-Dame de Mongré à Villefranche-sur-Saône. En 1899, il entre au noviciat jésuite d'Aix-en-Provence. En octobre 1900, il commence son juvénat à la Collégiale Saint-Michel de Laval. Le 25 mars 1901, il prononce ses premiers vœux religieux. En 1902, il passe sa licence ès lettres à l'université de Caen. À partir de 1902, le combisme et les lois d'exceptions obligent les jésuites à quitter la France, et c'est sur l'île anglo-normande de Jersey qu'il reprend des études de philosophie, jusqu'en 1905. Doué pour les sciences, il devient professeur de physique au Collège jésuite de la Sainte Famille au Caire de 1905 à 1908. Les quatre années suivantes, il étudie la théologie dans le théologat d’Ore Place à Hastings dans le comté britannique du Sussex de l'Est.

C'est à la fin de cette solide formation théologique qu'il est ordonné prêtre, le 24 août 1911, à l'âge de 30 ans.

Entre 1915 et 1918, il est mobilisé comme caporal brancardier (il refuse d'être aumônier militaire) au front dans le 8e régiment de marche de tirailleurs marocains.

Deux de ses frères meurent lors de cette guerre. Quant à lui, sa bravoure lui vaut la médaille militaire et la Légion d'honneur. Cette expérience de la guerre lui permet d'élaborer une esquisse de sa pensée via son journal et sa correspondance avec sa cousine Marguerite Teilhard-Chambon (une des premières agrégées de philosophie de France) qui sera publiée dans Genèse d'une pensée.

Il reste de cet épisode une creute (une grotte) à Paissy, en mémoire des messes que Teilhard de Chardin y a célébrées entre avril et juin 1917.

Scientifique réputé, théoricien de l'évolution, Pierre Teilhard de Chardin est à la fois un géologue, spécialiste de la Chine du Carbonifère au Pliocène et un paléontologue des vertébrés du Cénozoïque. Sa fréquentation régulière des paléoanthropologues qui étudiaient les premiers hominidés, tout juste découverts, l'incita à réfléchir à l'encéphalisation propre à la lignée des primates anthropoïdes

Dans Le Phénomène humain, il trace une histoire de l'Univers, depuis la pré-vie jusqu'à la Terre finale, en intégrant les connaissances de son époque, notamment en mécanique quantique et en thermodynamique. Il ajoute aux deux axes vers l'infiniment petit et l'infiniment grand la flèche d'un temps interne, celui de la complexité en organisation croissante, et constate l'émergence de la spiritualité humaine à son plus haut degré d'organisation, celle du système nerveux humain : pour Teilhard, matière et esprit sont deux faces d'une même réalité.

En tant que croyant, chrétien et prêtre de la Compagnie de Jésus, il donne un sens à sa foi chrétienne où l'adhésion personnelle à la véracité du Christ se situe à la dimension de la cosmogenèse, et non plus à l'échelle d'un cosmos statique comme l'entendait la tradition chrétienne se référant à la Genèse de la Bible. Il intègre la sélection naturelle et le hasard des mutations génétiques dans sa synthèse naturaliste, ce qui ne se compare donc pas au « dessein intelligent ». Son interprétation spirituelle est une démarche personnelle toujours discutée chez les théologiens catholiques

 Sources

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

  Albéric de Dompierre d'Hornoy, Maire de Fourdrinoy , Président du Conseil d'arrondissement d'Amiens ,Chevalier de la Légion d'Honneur (1859) 1814-1896 Julie Louise Marie Fiévet 1820-1880
||



|
portrait
Alexandre-Victor Emmanuel Teilhard de Chardin 1844-1932
 portrait
Berthe de Dompierre d'Hornoy 1853-1936
||



|
portrait
Pierre Teilhard de Chardin, Médaille militaire(14/18) ,Officier de la Légion d'honneur‎ , Médaille Mendel (1937),Membre de l'Académie des sciences (section de minéralogie)(1947) , Membre d'honneur de l'Académie des sciences de New York (1952) 1881-1955