Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Généalogie créée à partir des familles HAMET de Plérin, et plus généralement des Côtes d'Armor (autrefois Côtes-du-Nord) en Bretagne, qui se prolonge en Lorraine, dans le Finistère, puis un peu partout en France ou ailleurs. 
Les individus de moins de 100 ans sont masqués.  (février 2016)
-- 


Michel Ier PETROVITCH NJEGOSH
(Michel Ier Petrović Njegoš)
roi de Montenegro (3e)

  • Né le 1er septembre 1908 julien (14 septembre 1908) (lundi) - Podgorica, Opstina Podgorica, MONTENEGRO
  • Décédé le 24 mars 1986 (lundi) - Paris, 75000, Paris, Île-de-France, FRANCE , à l’âge de 77 ans
  • Inhumé le 1er avril 1986 (mardi) - église Saint-Sava - Paris, 75000, Paris, Île-de-France, FRANCE
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Fratrie

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de Natalija (Nathalie) CONSTANTINOVIC, née le 29 septembre 1882 julien (11 octobre 1882) (mercredi) - Trieste, Provincia di Trieste, Friuli Venezia Giulia, ITALY, décédée le 21 août 1950 (lundi) - Paris 16ème, 75016, Paris, Île-de-France, FRANCE à l’âge de 67 ans

 Relations

(afficher)

 Chronologie


(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

Relie avec: Danilo II PETROVITCH NJEGOSH (1871-1939), succession
BIOGRAPHY OF PRINCE MICHAEL PETROVIĆ NJEGOS
(ºPodgorica 1.IX.1908, †Paris, France 24.III.1986)
By POLN, Chairman and Curator of The Njegoskij Fund Public Project



Third child of H.R.H. Prince Mirko Dimitri Petrović Njegoš (º1879, †1918) and Natalija Constantinović (º1882, †1950), young Prince Michael leaves Montenegro for exile at the age of six with the Royal Family, on January 20, 1916, when his father decides to stay in the country to continue peace pourparlers with Austria-Hungary. He is first entrusted to a private school in Naples, Italy, before rejoining his mother settled in Eastbourne, Sussex, UK where he receives a primary education. On March 7, 1921, after the renouncement of his uncle Danilo, too marked by his German and Austrian friendships, Michael is proclaimed by the Government-in-exile, King dejure of Montenegro under the Regency of his Grandmother, Queen Milena.

This political decision is without effect on his life of teenager, and he normally completes his studies in France, at the Lakanal High School of Sceaux (Hauts de Seine), before entering Sciences Po Paris. From his majority as French citizen at the age of twenty-one, Prince Michael as Head of the Royal Family renounces any political role for him and his dynasty, recognises the Kingdom of Serbs, Croats and Slovenes, and makes allegiance to his cousins Karadjordjevic, putting end to the Regency by General Anto Gvozdenovic on September 14, 1929. Contrary to his Grandfather, King Nikola I, who never accepted it, Michael receives a civil list from the Kingdom S.C.S., as member of an old reigning family.

Tubercular, on the advices of his Parisian doctor [1], Prince Michael makes regular stays in spas of Bretagne, France, and it's in the train from Paris to St. Brieuc, Côtes-d'Armor, France that he meets his future spouse. On January 27, 1941, he marries in Paris (XIVe) Geneviève Prigent, daughter of François Prigent (º1883,†1947), surgeon in St. Brieuc, and Blanche Bitte (º1883, †1958).

Few months after their marriage, in April 1941, the couple who lives in Paris, is arrested by the Gestapo and transfered in the Nazi camp of Bad Homburg near Frankfurt, Germany. It is there that Prince Michael receives the representatives of the Italian Government who offer him the Crown of Montenegro, restored as an independent state on July 12, 1941 after the dividing of Yugoslavia. Michael refuses a Kingdom under wing of the IIIrd Reich and the Facist Italy of Mussolini, and reaffirms his trust in a unified Yugoslavia. Liberated during the autumn 1943, he is arrested again by Germans and imprisoned from June 1944 to April 1945 [2]. While he is in prison, on July 7, 1944 in Saint-Nicolas-du-Pelem, Côtes-d'Armor, France, is born his only son, Nicolas.

In 1948, the civil list given to him by Yugoslavia is suppressed by the new Communist Government. With the agreement of Tito who was appreciating the Prince's loyalty to a unified Yugoslavia, Michael and his wife decide to come back to Yugoslavia. They stay in Belgrade, and Michael holds a job of Head of the Protocol at the Ministry for Foreign Affairs. Prince Michael visits Montenegro, which he did not see since 1916. But, disappointed by the Titism, the family comes back to France after one year; it will only remain of this Yugoslav experience, the nickname given to Geneviève Prigent: “The Red Princess”.

On August 11, 1949 in Paris, his marriage with Geneviève Prigent is dissolved. After the divorce, she settles with Nicolas first in Paris, then in Trebeurden, Côtes-d'Armor, France where she holds a job of speech therapist [3]. From that date, Prince Michael will only see his son some times per year. Back to France, Prince Michael finds a job of commercial agent, and occasionally of translator for the Headquarters of the Paris Police; his official activities as Prince of Montenegro are then reduced to almost nothing: A long trip in the United States to visit Yugoslav refugees, and the presidence of few royalist ceremonies.

Up to his death, on March 24, 1986 in Paris, Prince Michael has led a lonesome and very modest life, but worthy and without compromition, never using his glorious family name to enter society circles, nor to obtain financial contributions that would certainly have improved his very difficult situation; having worked only a short period of time in France, when retired, his pension was very small, in fact just enough to live...

Prince Michael is buried at the Serbian Cemetery near Orly, Val de Marne, France.



Notes (Yves Hamet)

[1] il se pourrait que ce soit sur les conseils de médecins du sanatorium de Berck, où il soignait sa tuberculose, et où le Dr Prigent avait exercé durant sa formation hospitalière.
[2] emprisonné à Rennes, puis expédié en Allemagne en camp de concentration
[3] en réalité Geneviève Prigent est orthoptiste (rééducation des yeux), et non pas orthophoniste (rééducation du langage)


in : http://www.montenegro-canada.com/articles/article/1998350/40493.htm








BIOGRAPHIE DE PRINCE MICHAEL PETROVIC Njegos

Par POLN, président et conservateur du Projet public Fonds Njegoskij





Michel Petrović Njegoš

Michel Petrovitch Njegosh

(º Podgorica : 1.IX.1908, † Paris, France : 24.III.1986)





Troisième enfant de H.R.H. Prince Mirko Dimitri Petrović Njegoš (º1879, † 1918) et Natalija Constantinović (º1882, † 1950), le jeune prince Michael quitte le Monténégro pour l'exil à l'âge de six ans avec la famille royale, le 20 Janvier 1916, alors que son père décide de rester au pays pour poursuivre des pourparlers de paix avec l'Autriche-Hongrie. Il est d'abord confié à une école privée à Naples, en Italie, avant de rejoindre sa mère installée à Eastbourne, Sussex, Royaume-Uni, où il reçoit un enseignement primaire. Le 7 Mars 1921, après le renoncement de son oncle Danilo, trop marqué par ses amitiés allemandes et autrichiennes, Michael est proclamé par le gouvernement en exil roi de jure du Monténégro sous la régence de sa grand-mère, la reine Milena.

Cette décision politique est sans effet sur sa vie d'adolescent, et il termine normalement ses études en France, au lycée Lakanal de Sceaux (Hauts de Seine), avant d'entrer à Sciences Po Paris. Dès sa majorité comme citoyen français à l'âge de vingt et un, le Prince Michael en tant que chef de la famille royale renonce à tout rôle politique pour lui et sa dynastie, reconnaît le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, et fait allégeance à ses cousins ​​Karadjordjevic, mettant fin à la régence par le général Anto Gvozdenovic le 14 Septembre, 1929. Contrairement à son grand-père, le roi Nikola I, qui ne l'a jamais acceptée, Michael reçoit une liste civile du Royaume du SCS, en tant que membre d'une ancienne famille régnante.

Tuberculeux, sur les conseils de son médecin parisien [1] , le Prince Michael fait des séjours réguliers dans les spas [2] de Bretagne, en France, et c’est dans le train de Paris à St. Brieuc, Côtes-d'Armor, France, qu'il rencontre sa future épouse. Le 27 Janvier 1941, il se marie à Paris (XIVe) avec Geneviève Prigent, fille de Francis Prigent (º1883, † 1947), chirurgien à St. Brieuc, et de Blanche Bitte (º1883, † 1958) son épouse.

Quelques mois après leur mariage, en Avril 1941, le couple qui vit à Paris, est arrêté par la Gestapo et transféré dans le camp nazi de Bad Homburg, près de Francfort, en Allemagne. C’est là que le prince Michael reçoit les représentants du gouvernement italien qui lui offrent la couronne du Monténégro, restauré comme un Etat indépendant le 12 Juillet 1941 après la division de la Yougoslavie. Michael refuse un royaume sous l'aile du IIIe Reich et de l'Italie Fasciste de Mussolini, et réaffirme sa confiance en une Yougoslavie unifiée. Libéré au cours de l'automne 1943, il est à nouveau arrêté par les Allemands, lors de la rafle de Saint-Nicolas-du-Pélem, et interné de Juin 1944 à Avril 1945 [3] . Alors qu'il est en prison, son fils unique, Nicolas Michel Francis, naît le 7 Juillet 1944 à Saint-Nicolas-du-Pélem, Côtes-d'Armor, France.

En 1948, la liste civile que lui donnait la Yougoslavie est supprimée par le nouveau gouvernement communiste. Avec l'accord de Tito qui apprécie la loyauté du Prince pour une Yougoslavie unifiée, Michael et sa femme décident de revenir en Yougoslavie. Ils résident à Belgrade, où Michael est titulaire d'un emploi de chef du protocole au ministère des Affaires étrangères. Le Prince Michael visite le Monténégro, qu'il n'a pas revu depuis 1916. Mais, déçu par le titisme, la famille revient en France au bout d’un an ; il ne restera de cette expérience yougoslave, que le surnom donné à Geneviève Prigent : "La princesse rouge".

Le 11 Août 1949 à Paris, son mariage avec Geneviève Prigent est dissous. Après le divorce, elle s’installe avec Nicolas d’abord à Paris, puis, plus tard, à Trébeurden, Côtes-d'Armor, France, où elle exerce la profession d'orthoptiste [4] . Depuis cette date, le prince Michael ne verra son fils que quelques fois par an. De retour en France, le Prince Michael trouve un emploi d'agent commercial, et parfois de traducteur pour le siège de la police de Paris ; ses activités officielles comme Prince du Monténégro sont alors réduites à presque rien : un long voyage aux États-Unis pour visiter les réfugiés yougoslaves, et la présidence de quelques cérémonies royalistes.

Jusqu'à sa mort, le 24 Mars 1986 à Paris, le Prince Michael a mené une vie solitaire et très modeste, mais digne et sans compromission, sans jamais utiliser son nom de famille glorieuse pour pénétrer dans les cercles de la société, ni obtenir des contributions financières qui auraient certainement amélioré sa situation très difficile ; ayant travaillé seulement une courte période de temps en France, au moment de sa retraite, sa pension était très petite, en fait juste suffisante pour vivre ...

Le Prince Michael est enterré au cimetière serbe près d'Orly, Val de Marne, France.





Notes Yves Hamet :

[1] il se pourrait que ce soit sur les conseils de médecins du sanatorium de Berck, où il soignait sa tuberculose, et où le Dr Prigent avait exercé durant sa formation hospitalière.

[2] sanatorium

[3] interné en camp de concentration ? libéré par les Américains, puis retour en France par l’Hôtel Lutetia
ou peut-être au château de Jezeri ? en Tchéchoslovaquie occupée, devenu centre de détention pour certaines personnalités, géré par les nazis (voir annexe)

[4] en réalité Geneviève Prigent est orthoptiste (rééducation des yeux), et non pas orthophoniste (rééducation du langage) comme écrit dans l’article original

--

in : http://www.montenegro-canada.com/articles/article/1998350/40493.htm

--

Annexe : château de Jezeri en Tchéchoslovaquie occupée

« Au cours de la Seconde Guerre mondiale , le château était sous l'administration nazie, parce que le dernier propriétaire Max Prince de Lobkowitz était Ambassadeur du gouvernement tchèque à Londres. Au château des officiers des armées alliées de haut rang ont été retenus captifs. »

( https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=de&u=https://de.wikipedia.org/wiki/Schloss_Jeze%25C5%2599%25C3%25AD&prev=search )








  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Mirko PETROVITCH NJEGOSH, grand voïvode de Montenegro 1820-1867   Stana (Anastasie) MARTINOVICH 1824-1895   Petar (Pierre) VUKOTIC, voïvode 1826-1907   Helena (Hélène) VOIVODICH /1827-   Aleksandar (Alexandre) CONSTANTINOVIC /1822-   Anka (Anna, Anne) OBRENOVIC 1821-1868   Alexandre OPUJIC /1838-   Marie BOSCKOVIC /1838-
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
  |
14
  |
15



 


 


 


|   |   |   |
Nikola Ier (Nicolas) PETROVITCH NJEGOSH, roi de Montenegro 1841-1921   Milena VUKOTIC, reine de Montenegro 1847-1923   Aleksandar (Alexandre) CONSTANTINOVIC 1848-1931   Miléva OPUJIC 1858-
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Mirko-Dimitri (Mirko-Demetrius) PETROVITCH NJEGOSH, prince de Montenegro 1879-1918   Natalija (Nathalie) CONSTANTINOVIC 1882-1950
|
2
  |
3



|
Michel Ier PETROVITCH NJEGOSH, roi de Montenegro 1908-1986


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content