Message d'information du propriétaire de l'arbre

close
Bienvenue sur la base généalogique des familles Blandin/morel

Henri Alfred Diogène BÉCOT
Henri Alfred Diogène BÉCOT
  • Né le 17 novembre 1882 - au domicile de ses père et mère - Lawarde Mauger L Hortoy, 80250, Somme, Picardie, FRANCE
  • Décédé le 2 novembre 1949 - Plailly, 60128, Oise, Picardie, FRANCE,à l'âge de 66 ans
  • Inhumé le 5 novembre 1949 - Plailly, 60128, Oise, Picardie, FRANCE
  • Garçon laitier, garçon d'hotel, marchand de tissus, cammionneur, cultivateur, garde champêtre
7 médias disponibles 7 médias disponibles

A participé à la Grande Guerre

L'actualité de la guerre au jour le jour
Domicile lors de la mobilisation : Crèvecoeur-le-Grand (60)

 Parents

portrait
  • Journalier agricole, Charretier, domestique
  • portrait
  • Ménagère, tisseuse
  •  Union(s) et enfant(s)

     Frères et sœurs

    (afficher)

     Événements


     Notes

    Notes individuelles

    Camionneur, puis cultivateur à Crèvecoeur le Grand (60) en 1915. En 1918 Une photo de sa famille le représente en tenue militaire avec un N´2 sur le col de sa veste, il pourrait s'agir du 2ème escadron territorial du train des équipages cantonné à Amiens. Garde-champêtre à Plailly (60) en 1934.
    Lors de son mariage appartient à la classe 1902 mais fait partie de la réserve de l'armée active.

    Souvenirs

    Le garde champêtre Diogène avait de multiples activités...
    Sa plaque de cuivre sur la poitrine il représentait la Loi et pouvait verbaliser les contrevenants.Le tambour à la ceinture il parcourait le village annonçant les bonnes et les mauvaises nouvelles.
    Pour un petit-fils de 5 à 6 ans il était impressionnant. Ses velours lustrés noirs, son képi,et sa moustaches qu'il frisait d'une manière très cérémoniale le dimanche matin en imposaient. Et chaque séjour chez ce grand-père était source de découvertes.
    Il y eut les parties de chasse...Levés à l'aube, il fallait suivre sans mot dire, le grand carnier à l'épaule trainant au sol... On passait des champs, des taillis, des herbages, et encore des champs... Puis l'arrêt... une grosse main stoppait le petit porteur, saisi d'effroi, au coeur battant comme la grosse caisse de la musique municipale. Et "Pan!" les oreilles s'emplissaient d'un tumulte insupportable...Il arrivait que le chasseur rate sa cible et l'enfant en était ravi. Le soleil passait au zénith et au pied d'une meule, le Grand-père s'arrêtait, ôtait les cartouches de son fusil, s'asseyait sur une gerbe et sortait du carnier le repas.Il s'agissait souvent d'une miche de pain creusée en son milieu etcontenant saindoux et lard parfumés agrémentés de ciboulettes et d'oignons. Le cidre au goût de pommes acides complétait le menu. La petite sieste rituelle qui suivait ces agapes était de loin le moment le plus délicieux de la journée. Et puis l'on s'en retournait vers la maison pour y conter ses prouesses.

    Garçon d'hôtel lors de son mariage avec Constance Despaty à l'hôtel du commerce à Crèvecoeur le Grand tenu par M. Boulfroy, Il conduisait une voiture à cheval pour transporter les voyageurs de l'hôtel à la Gare. Il s'agissait d'une wagonette bâchée à quatre roues. Elle disposait d'un siège conducteur à l'avant et de banquettes latérales à l'arrière de trois places chacune. Lorsque les voyageurs par le train se firent rares l'entreprise périclita et Henri Bécot racheta la voiture pour l'usage de sa ferme. A l'époque il possèdait quatre chevaux mais on attelait principalement à la wagonette "La biche" jument à la robe rouge. Soufrant d'une sciatique aigüe Henri Bécot resta couché sur le ventre pendant trois mois sur l'une des banquettes arrières. On le soignait avec des médicaments commandés en Belgique. Sa fille Marie-Thérèse se servait du quatre-roues pour ses déplacements de la ferme aux pâtures pour la traite des vaches. c'était aussi le moyen de transport pour se rendre notamment à La Warde où demeurait la soeur d'Henri Bécot; Amélie.

    Notes concernant l'union



      Photos & documents

    {{ media.title }}

    {{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
    {{ media.date_translated }}

     Aperçu de l'arbre

    Ferdinand "Adolphe" BÉCOT 1828-1905 Marie Denise DERIVERY 1826-1901 Louis Timothée DEMOLLIENS 1818-1870 Marie Victorine Eléacine GAUDEFROY 1827-1882/
    ||||






    ||
    portrait
    Clovis Hemart BÉCOT 1857-1940
     portrait
    Marie Léontine Félicie DEMOLLIENS 1860-1921
    ||



    |
    portrait
    Henri Alfred "Diogène" BÉCOT 1882-1949