René, Auguste, Adolphe SIMETERRE
René, Auguste, Adolphe SIMETERRE
Sosa :10
  • Né le 1er janvier 1882 - Paris, 75009, Paris, Ile-de-France, France
  • Décédé le 2 mars 1946 - Melun, 77288, Seine-et-Marne, Ile-de-France, France,à l'âge de 64 ans
  • Industriel
16 médias disponibles 16 médias disponibles

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

Il est né en 1882 sous le nom de SIMETIERE dans une famille qui comptera 6 enfants. Raymond, le frère aîné (1878-1947) sera prêtre, chanoine de Notre Dame et professeur à l'Institut Catholique. Il fera l'admiration de maman comme spécialiste de Platon et du Moyen âge. Ensuite, Henri (1879-?), mort bébé, puis René, le père de maman, Jeanne, morte à 9 ans (1883-1891), Marie, Germaine (1893-1971).Sa mère Emilie meurt à la naissance de Germaine en 1893, René a 11 ans. II sera élevé alors par sa grand mère Chastel (Éloïse BRISEDOUX), jusqu'à ses 15 ans où son père, architecte le reprend avec lui pour compléter son éducation. Il a son brevet et commence comme coursier dans une banque. En 1905, à 23 ans il habite à Angoulême chez sa grand mère Éloïse BRISEDOUX, il s'engage volontaire dans l'armée en 1905 pour 3 ans et est ensuite réserviste. Son père fait changer le nom de la famille en 1908 de SIMETIERRE en SIMETERRE. Son frère Raymond, le prêtre, accompagnait dans ses voyages à travers le monde le fils Peters, c'est ainsi que René devint le secrétaire de Peters ou de Prud'homme. Il épouse Georgette Vaudran avant la guerre de 1914. Naissent à Fontenay, Hélène en février 1915 et Andrée en février 1917. Pendant la guerre René fut mobilisé avec le grade d'adjudant rapidement promu sous lieutenant. Il dirigea un régiment de basques. Il est nommé Capitaine à titre temporaire. Nomination au grade de capitaine à titre définitif du 1 er bataillon de chasseur à pied en date du 19 mai 1927 et Il fut décoré de la Croix de guerre en 1930 pour son comportement face à l'ennemi. Après la guerre, Peters ou Prud'homme demande à Petitjean de remonter la Société Géliot, filature et tissage de Fraize et Plainfin dans les Vosges: celui-ci accepte à condition que Simeterre soit avec lui. C'est ainsi qu'ils partirent à Fraize avec leurs familles (d'après sa fiche militaire probablement en 1919). Ils remplirent leur mission, René étant directeur de l'usine et Petitjean directeur commercial. René était apprécié de ses ouvriers et un des souvenirs forts de maman fut la manifestation ouvrière qui passa en silence devant leur maison par considération à son égard. Il y eut une crise financière en 1929 et dans les années qui suivirent les affaires devinrent plus difficiles. Il est décoré de la Légion d'Honneur en 1930 pour son action industrielle et commerciale. Vers 1933 ou 1934 la société Géliot, pour réduire les coûts décida de supprimer un directeur. René examina la situation. Petitjean était à l'origine de son poste et sa famille à lui était à Fontenay. (Sur sa fiche militaire le changement d'adresse serait plutôt 1926, mais rien de certain). Il a donc fait la navette pendant 3 ans au moins et dans les Vosges on lui demandait de choisir. il jugea que c'était à lui de se retirer. Ce devait être en 1934, puisqu'au mariage de tante Hélène en 1933, il n'était pas encore complètement revenu. En 1935 quand sa femme Georgette se rend auprès de sa fille Hélène qui venait d'avoir Françoise, il trouve le temps long. Andrée ira alors auprès de sa sœur Hélène. Rentré à Fontenay, il géra ses biens et ceux de sa femme. Ainsi il avait fait construire une cloison dans la maison pour l'isoler des toux bruyantes de son beau-père. Mais il souffrait parfois de son inactivité. Il jouait au golf, en particulier à Granville. Maman a toujours eu pour son père de l'admiration et une grande affection. La sœur de René, Germaine, a épousé Maurice Bénard : ils eurent 4 enfants:-Marguerite qui épouse Jacques Dreux, marraine de Monique; -Pierre, parrain de Claire, qui épouse Geneviève Lambert, marraine de René, -Jacques qui épouse Jeanine Gaume, parrain de René, -Françoise qui a du mourir jeune; je n'en ai jamais entendu parler, (Catherine et Philippe ont eu pour parrains et marraines les frères et sœurs des parents, Monique a eu pour parrain un ami de papa et Claire pour marraine Nathalie AIlanche) (Extrait "d'Histoires de famille" rassemblées par Monique JARROUSSE)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

sosa Jean Joseph SIMETIERE 1782-1867 sosa Marie-Anne CAMPAGNE 1774-1851 sosa André Honoré Pasqual VILAIN 1801-1868 sosa Marie Rosalie LAISNE 1800-1872 sosa Guillaume CHASTEL 1794-1844 sosa Antoinette ou Toinette FLEURET 1798-1849 sosa Hilaire BRISEDOU 1799-1871 sosa Marie Virginie FOIN 1803-1859
|
8
 |
9
 |
10
 |
11
 |
12
 |
13
 |
14
 |
15



 


 


 


| | | |
sosa Jacques SIMETIERRE 1814-1881 sosa Rosalie Victorine Pascale VILAIN 1821-1876 sosa Pierre CHASTEL 1824-1879 sosa Eloise Aline Grand-mère CHASTEL BRISEDOUX 1829-1918
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
sosa Adolphe SIMETIERRE 1849-1912 sosa Marguerite, Aline, Emilie CHASTEL 1854-1893
|
2
 |
3



|
sosa René, Auguste, Adolphe SIMETERRE 1882-1946