Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Généalogie champenoise etlorraine (AOC)

Toute une humanité sedessine au fil du temps, dans unentre-soi monoculturel : gensdes  bourgs et des campagnes, clans familiaux,groupes villageois bien identifiés, lignées séculairemententremêlées (cousinset alliés) et réseaux de voisinage(témoins) -face émergée del'iceberg : un siècle et demi de correspondances et detransmission orale. Ceci étant, les archives en ligne ont permisde recouper quelques anecdotes et intuitionsfamiliales (voir les liens deparenté).

Nota : La régionLorraine actuelle est une entité administrativequi doit son existence aux aléas de l'histoire : regroupantles anciens duchés de Lorraine et de Bar, puis desparties glanées sur les terres voisines duLuxembourg et de l'Alsace ('sLëtzebuerg un 's Elsàß), elle a annexé pour finir cellesissues des Trois-Évêchés (Metz, Toul etVerdun) qui, françaises de fait depuis 1553, ne sontdevenues lorraines, au sens administratif du terme, quedepuis 1983 (décentralisation).

 


Jean BALANDRAS
Jean BALANDRAS
  • Né le 3 avril 1880 (samedi) - Denicé, Rhône, Rhône-Alpes, France
  • Décédé en 1955,à l'âge de 75 ans
  • Inhumé - Pommiers, Rhône, Rhône-Alpes, France
  • Viticulteur / mutilé de guerre pensionné
11 médias disponibles 11 médias disponibles

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

 Présences lors d'événements

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

  • Classe 1900, recrutement de Lyon, matricule 25.
  • L'ambulance de Suippes ou camp Dillemann - SP 71 (canton de Suippes), se trouvait à 2 km à l'ouest de Billy-le-Grand / Cf. GD*** Marie, Philippe, Édouard Dillemann (1862-1948). Ce camp sous baraques accueillait aussi bien des ambulances que des troupes au repos.
  • La recherche en médecine fait d’importantes avancées au cours de la Première Guerre mondiale. En effet, avec l’utilisation de nouvelles armes (gaz, bombes, …) et le développement de l’artillerie apparaissent de nouveaux types de blessures, l’amputation est de plus en plus couramment pratiquée en chirurgie. La forte hausse du nombre de mutilés en France et dans toute l’Europe entraîne des innovations en matière d’orthopédie et de prothèse : celles-ci évoluent afin de faciliter la réinsertion des soldats dans la vie civile, et divers accessoires sont ainsi créés pour améliorer leur quotidien.
  • « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés ... » Jean de La FONTAINE, Les Animaux malades de la peste.

 Sources

  • Personne: Fiche matricule / AD Rhône

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

   
Jean-Francois BALANDRAS Marie GOUILLON
||



|
portrait
Jean BALANDRAS 1880-1955