Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

« Les généalogistes ont fait plus de nobles que les rois »

Notes et sources sur demande, par mail ou via le forum

 


  • Né le 13 novembre 1760 (jeudi) - Morlaix St Melaine
  • Décédé
4 médias disponibles 4 médias disponibles

 Parents

  • Georges François PÉAN, décédé le 10 janvier 1789 (samedi) - Morlaix St Melaine
    Marié le 21 janvier 1760 (lundi), Morlaix Saint Martieu, avec
  • Thérèse Nicole de PENHOADIC, née le 4 mars 1728 (jeudi) - Saint Eutrope, Finistère, décédée le 4 février 1805 (lundi) - Morlaix à l'âge de 76 ans

  Fratrie

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de Thérèse Nicole de PENHOADIC, née le 4 mars 1728 (jeudi) - Saint Eutrope, Finistère, décédée le 4 février 1805 (lundi) - Morlaix à l'âge de 76 ans

 Notes

Notes individuelles

Officier de marine, émigré et membre de l'armée de Condé sous la Révolution

13 Novembre 1760 : Naissance - Morlaix, 29600, Finistère, Bretagne, FRANCE
parrain : écuyer Geoge Péan son GP
marraine : dame Elizabeth Lachiver dame de K/biriou de Penhoadic sa GM
qui signent avec plusieurs autres



Bruno FULIGNI a retrouvé l'autobiographie de l'officier de marine Georges Péan, il l'a publiée sous le titre "Un libertin chez les Esquimaux"

Présentation de l'éditeur
Batailles navales, duels, naufrages, corsaires, Esquimaux. nombreuses sont les rencontres et les péripéties qui ont émaillé la vie de Georges François Péan, un officier de marine dont la jeunesse libertine détermina l'avenir de grand voyageur. Poussé à quitter la France et à prendre la mer vers de lointaines contrées pour se faire oublier, il sera tour à tour naufragé en Guyane, prisonnier des Anglais à bord du Britannia, explorateur à la découverte du Grand Nord aux côtés de La Pérouse, avant d'être témoin des journées insurrectionnelles de 1792 en France. Dans ce document rare et riche en anecdotes historiques, il retrace l'odyssée que fut sa vie.

Grand amateur d'aventures humaines insolites, chasseur de curiosités, écrivain et historien, Bruno Fuligni a fait la découverte d'un manuscrit signé d'un énigmatique " P. ". Après avoir mené l'enquête pour en identifier l'auteur, un certain Georges Péan, il nous livre la retranscription complète de cet incroyable récit autobiographique inédit, augmenté d'une analyse introductive et de nombreuses notes.


Ce manuscrit est un résumé de sa vie. Il y raconte comment son père, peu fortuné et d’ancienne famille de la province, voulut l’intéresser à la carrière ecclésiastique puis espéra lui céder son travail, ce qu’il refusa. Il s’engagea alors contre l’avis de son père dans un régiment qui était alors en garnison près de chez lui. Mis en prison pour avoir fouetté « avec de l’ortie deux ou trois jeunes filles », il tomba gravement malade, au point de recevoir les derniers sacrements, et eut un congé. Son père l’aida alors à s’engager sur un vaisseau.
Il allait partir alors pour l’Amérique, avec une division aux ordres du comte de Grasse, mais en rade de Brest (?), son vaisseau partit alors qu’il était en permission. Il partit quand même pour l’Amérique, la Guyane en réalité, et y resta comme garde-côte pendant « trente et quelques mois ». Il eut affaire à des corsaires, alla au Surinam et fit naufrage. De retour vers l’Europe, il fut fait prisonnier par une flotte de guerre anglaise, sous le commandement de l’amiral Derby, qui montait le vaisseau The Britannia.

Libéré, il retourna vers la Bretagne pour repartir vers l’Amérique, la Dominique et la Guadeloupe, puis vers Terre-Neuve. Il passa un détroit, vraisemblablement celui de Belle-Isle, rencontra des loups marins et des esquimaux, nommés ici sauvages. La lettre XXIII donne une belle description sur 2 pages de ces esquimaux. Il est alors avec M. de La Peyrouse.

Le 8 août 1782, La Peyrouse arrive dans la baie d’Hudson. Le fort Wallis (fort prince of Wales) se rend et est pillé puis détruit en partie (ils firent sauter la poudrière). Cette partie est bien décrite aussi dans le manuscrit. Ils prirent ensuite le fort d’York (appelé aussi fort Bourbon ou York Factory), puis font route vers Cadix, où il vit passer le comte d’Artois et le duc de Bourbon.

Il partit de nouveau en Amérique, puis vers les Indes (Pondichery, Trinquemaley) puis vers Ceylan (Colombo) où ils furent reçus par le calife. Il passa devant Bombay et décrit rapidement le port et les fortifications, mouilla près de Surate, Mascate, Malacca puis Manilles, près d’où ils réparèrent une frégate. Après quelques voyages, il alla sur l’ile de l’Ascension fin septembre 1789 (une des rares dates inscrites sur le manuscrit).

Fin 1792, il était à Toulon, lors de journées insurrectionnelles, notamment le 24 août. Il y rencontra une fille qu’il voulut épouser. Il la demanda en mariage, rentra en Bretagne en octobre mais émigra sans l’avoir épousée. Il arriva à Enghien, pourtant sous domination française, mais les émigrés y étaient en paix sur ordre de Dumouriez. Il mentionne le 21 janvier 1793 « Jour à jamais mémorable pour le Martyre du Meilleur des Rois », jour aussi où il quitta Enghien pour Montjoye sur conseil du colonel de Dampierre (révolutionnaire, futur général). Arrêté en chemin, il manqua d’être fusillé et fut amené au colonel qui lui sauva la vie. Il décrit aussi le peu de respect pour les ordres donnés dans l’armée française alors. Il eut encore quelques déboires, malgré l’ordre du colonel, qui l’arracha « des griffes de ces vautours ». Il finit par rejoindre l’armée de Condé.

Voir Photos du manuscrit


Et Franck FERRAND y consacre une émission sur Europe 1 le 24 juin 2018 :
http://www.europe1.fr/emissions/au-coeur-de-l-histoire/le-recit-un-libertin-chez-les-esquimaux-240618-rediff-3691922

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

  Aperçu de l'arbre

Georges PÉAN   Marie Claude PRIMAIGNE   Allain François LE MILBEAU   Marguerite AMMIL   Christophe de PENHOADIC †1716   Marie ROBERT DU PLESSIX †1729    
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
 



 


 


 
|   |   |  
Georges PÉAN de Kermassonet, de Kermassonet 1696-   Barbe Françoise LE MILBEAU de Boisleuc, de Boisleuc   Nicolas Marc de PENHOADIC 1696-1769   Elisabeth LACHIVER †1764
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Georges François PÉAN †1789   Thérèse Nicole de PENHOADIC 1728-1805
|
2
  |
3



|
Georges Marie PÉAN 1760-


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content