Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

« Les généalogistes ont fait plus denobles que les rois »

Notes et sources sur demande, par mail ou via leforum

 


  • Décédé avant 1590

 Parents

 Union(s), enfant(s), petits-enfants et arrière-petits-enfants

 Fratrie

 Grands parents paternels, oncles et tantes

 Grands parents maternels, oncles et tantes

 Notes

Notes individuelles


Nom Prefixe: Seigneur de Coëtmeret
Extrait de la Réformation de 1669 :
Sur le degré dud. Tanguy, pere dud. Louis de Kersauson, sont raportees vingt trois pieces :
La premiere est un contrat de mariage d'entre noble et puissant Tanguy de Kersauson, sieur de Kersauson, et damoiselle Claude le Ny, fille ainee de nobles homs François le Ny et de damoiselle Frangoise de Keranlech (1), sieur et dame de Coetdelez, en datte du 1er Septembre 1578, signé : I. Dencuss et du Beaudiez.
La seconde est un acte de donation faite par haut et puissant Tangui, sire de Kersauson, de la somme de l000 ecus sol, a nobles gens Louis et lean de Kersauson, ses enfans juveigneurs puines, pour etre lad. somme emploiee pour leur entretien aux etudes et autrement, meilleurs les autres enfans dud. seigneur de Keriauson étant grands et aiant été bien et honnêtement entretenus, tant aux armes, aux etudes, qu'autrement, en datte du 20' Mars 1589, signé de Maucazre et Coatengars. Et au pied estl'infinuation dud. aâe au Greffe de la iurisdiction de Lesneven, du 9e Mai aud. an 1589, signé : Touronce, H. de Quercrist, et scellé.
La troisieme est une prouision adiugee à nobles gens Louis et lean de Kersauson, enfans mineurs de défunts noble et puissant Tanguy de Kersauson, seigneur dud. lieu, et de noble et puissante dame Claude le Ny, en presence et par l'auis de plusteursseigneurs, gentilshommes et autres nobles personnages, qui auoient allisté au seruice et obseques de lad. défunte dame de Kersauson, en datte du 20e Ianuier 1591, signé : Garshuell, par lequel damoiselle Françoise de Keransleach, dame de Coatdelez, aïeule desd. mineurs, auroit été instituee à leur curatrice.
Etc .. 23 pièces - Extraits portés dans les fiches des interessés (parents eta liiés ...)


LE DONATEUR DU VITRAIL DE LA CHAPELLE DE SAINT EXUPÈRE, EN DINÉAULT

Le beau vitrail Renaissance qui fait l'ornement du musée archéologique fut offert à la chapelle de Saint Dispar (saint local, éponyme de Brasparts, très malencontreusement remplacé par Saint Exupère), en Dinéault, près Châteaulin, par un seigneur de Rosarnou du nom de Kersauson, qui vivait dans la seconde moitié du xvi6 siècle. Ce donateur a eté, selon l'usage, représenté en "priant" dans l'un des panneaux du vitrail, agenouillé el revêtu de son armure, que recouvre une tunique armoriée aux 1 et 4 de gueules au fermail d'argent ardillonné de même, qui est Kersauson, aux 2 et 3 d'azur à trois molettes d'or, au chef d'or chargé de 3 molettes d'azur, sur le tout taire d'argent et de gueules, le premier vair chargé d'une hache d'armes de gueules.
Rien de plus facile, semble t-il, que d'identifier ce personnage au moyen de l'alliance indiquée sur l'écusson ci dessus, qui se trouve répété cinq fois, entouré du collier de saint Michel, au sommet des panneaux et dans le tympan du vitrail, avec toutefois cette petite différence que la hache d'armes de gueules n'y figure pas sur le premier vair de l'écu en abyme. Par malheur on se heurte aussitôt à une difficulté fort embarrassante. Dans la généalogie parfaitement connue de la branche ainée des Kersauson, seigneurs dudit lieu en Guiclan et de Rosarnou en Dinéault, aucune des alliances mentionnées depuis la fin du xve siècle ne blasonne : d'azur à trois molettes d'or, au chef d'or chargé de trois molettes d'azur.
Ysabeau de Pontplancoët, qui épousa vers 1460 Hervé de Kersauson, portait de queules a trois Jasces ondées d'or. Catherine de Bouteville, qui épousa en 1492 leur fils Guillaume, porta t d'argent à cinq fusées de gueules en fasce. Louise de Launay, qui épousa en 1524 Rolland dc Kersauson, portait d'argent au lion d'azur. Enfin, la première femme de leur fils Tanguy, Barbe Le Sénéchal de Kercado, avait pour armes : d'azur a neuf màcles d'or, et sa seconde femme Claude Le Ny : d'argent à l'ecu d'azur accompagné de six annelets de gueules en orle. Tous ces divers blasons sont très différents de celui que nous voyons écartelé avec Kersauson sur le vitrail. Les recherches qu'a bien voulu faire, à ma demande, notre confrère M. Guy de Kersauson-Kerjean, pourtant intéressé en la matière, puisque ce donateur est l'un de ses ancetres directs, n'ont abouti qu'à identifier l'êcusson en abyme, qui est presque certainement Keranrais. Jean de Keranrais possédait Rosarnou en 1470 et le laissa àsa petite-fille ou niece, Isabeau de Pontplancoët, mariée à Hervé de Kersauson, dont les descendants ont conservé le vairé d'argent et de gueules des Keranrais comme le blason particulier de la seigneurie de Rosarnou.
Il parait difficile d'expliquer la raison pour laquelle le Kersauson du vitrail de Saint-E\upôre a écartelé son fermail d'armoiries mystérieuses, alors qu'il avait le choix entre tant d'honorables alliances. En attendant que ce petit problème héraldique puisse être élucidé, je proposerai de voir en lui Tanguy de Kersauson, seigneur dudit lieu, Rosarnou, Lesplougoulm, Coatmerret, Coatléguer, erguélen, fils de Rolland et de Louise de Launay. En effet, il fut le premier de sa maison à être nommé chevalier de l'Ordre de SaintMichel,et on le trouve qualifié comme tel dans un acte de 1585 ; or, les deux écussons placés au haut du vitrail sont entourés du collier de cet ordre dont il était titulaire. Né vers 1525, Tanguy de Kersauson a pu faire exécuter ledit vitrail vers 1555 ou 1560, dates où il avait la trentaine d'années que semble indiquer son effigie. Cette identification offre un intérêt iconographique et historique, car Tanguy dc Kersauson, quoiqu'àgé, joua un certain rôle pendant la Ligue en Bretagne. Il prit part au siège du chàteau de Kerouzeré en 1590 et, rallié plus tard à Henri IV, provoqua la capitulation des Ligueurs du Léon au Folgoat, le 8 août 1591. Le roi l'en récompensa par l'octroi d'un marché par semaine et d'une foire par an sur sa terre de Kersaintgilly, en Guiclan. Tanguy de Kcrsauson mourut en 1599, laissant trois fils, dont le second. Louis, continua la branche aînée.

N. B. - Cette note était déjà composée, lorsqu'au récent Congrès de l'Association Bretonne, tenu à Quimper en septembre dernier, le vicomte de La Messelière, si compétent en matière héraldique bretonne, a bien voulu me faire remarquer que les armoiries non identifiées du vitrail rappelaient passablement l'une des parties de l'écusson attribué par Guy Le Borgne à la famiIle de Coëtléger : ecartelé aux 1 et 4 d'un ecartelé d'or et d'azur, chacun chargé d'une etoile de l'un en l'autre, aux 2 et3 vairé d'argent et de gueules, sur le tout fascé ondé d'or et d'azur de 6 pièces. Nous avons ici : d'azur a trois molettes d'or, au chef de gueules chargé de trois molettes d'azur. Il paraît donc vraisemblable - étant donné les différences qui serencontrent si fréquemment dans la disposition et le nombre des pièces héraldiques portées par certaines familles - d'attribuer ce blason aux Coëllégucr, en souvenir de l'alliance, vers 1270, d'Olivier de Kersauson, seigneur dudit lieu, et de Marguerite de Coctléguer, héritière dudit lieu en Trégrom, évéché de Tréguier. L'écusson décrit par Guy Le Borgne semble associer les armes propres des Coëtléguer à celles des Keranrais ct des Pontplancoét, à part, pour ces dernières, le changement du fond de gueules en fond d'azur.
L. LE GUENNEC.

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}