Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Bonjour cher visiteur et peut-être cousin, n'hésitez pas à me faire parvenir vos conseils, corrections et adjonctions. Les mises à jour seront publiées en fin de semaine.

Selon la loi sur la protection des données, toute personne figurant sur un arbre généalogique en ligne peut exiger de son propriétaire la suppression des informations la concernant,  elle et ses enfants mineurs. Un simple courriel au webmestre suffit : jean@pharisa.ch  Attention, cette demande ne peut pas être effectuée pour un tiers (parents, cousins, famille, ...) ni pour une personne décédée ou pour une recopie de branche généalogique. 

Pour obtenir une chronique, une monographie familiale ou une fiche individuelle personnalisée, cliquer sur cette ligne


  • Né le 12 octobre 1825 (mercredi) - Neirivue, 1669, Fribourg, Espace Mittelland, SUISSE
  • Décédé le 3 septembre 1885 (jeudi) - Bulle, Fribourg, Gruyère, SUISSE , à l’âge de 59 ans
  • Général d'armée

 Parents

 Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

En 1836, on le trouve sur la fiche du recensement de Gruyères, p. 3 avec son père Boniface et sa mère Marie.
Il est mort en célibataire.

Le Général Castella

Simon Castella est né le 12.10.1825 à Neirivue d’une famille peu aisée. Nous ne connaissions rien de bien précis sur les années de son enfance de sa première jeunesse, mais nous pouvons affirmer que ce n’est pas, comme on l’a dit, de fortes études classiques dans un collège quelconque qu’il a dû l’instruction dont il a fait preuve quelques années de bons plus tard, mais uniquement à lui-même et à un goût particulier pour les études, duquel il ne s’est jamais départi.

Le général Castella a eu une vie très mouvementée. Très jeune encore, il prit part aux troubles insurrectionnels qui agitèrent le canton de Fribourg (Sonderbund). Il fut même fait prisonnier dans une de ces journées néfastes et enfermé dans les prisons de Bulle d’où il a réussi à s’évader. Ce fut alors qu’il entra au service de Rome, où, dans l’espace de 20 années, il conquit tous ses grades à la pointe de son épée. Au moment de la prise de Rome et du licenciement des troupes pontificales en 1870, il était arrivé au grade de lieutenant-colonel. Comme simple capitaine, nous l’avions déjà vu commandant de place à Ancône, grade qu’il devait à sa bravoure et à la confiance de ses supérieurs.

Dévoué au Saint-Siège et catholique convaincu, Castella prit une part active à toutes les campagnes que le pape eut à soutenir soit contre Garibaldi, soit contre les troupes italiennes, ne ménageant jamais sa personne : il fut blessé plusieurs fois, entre autres à Mentana, où il eut son cheval tué sous, lui.

En quittant Rome au mois de septembre 1870, il se rendit en France avec la plupart de ses compagnons d’armes et alla offrir ses services au gouvernement de la Défense nationale, qui lui donna un brevet de général au titre étranger. C’est en cette qualité que le général Castella prit part aux opérations de l’armée de l’Est, sous le commandement du général Bourbaki et fut interné en Suisse à la fin de janviers 1871.

Cependant, dès qu’une occasion s’offrit au général de mettre son épée au service d'une cause catholique, il reprit l’uniforme. Don Carlos venait de se placer à la tête du ses partisans et de tenter la conquête du trône d'Espagne; le général Castella lui offrit son concours et fit toute la campagne carliste jusqu’à complète dispersion de l’armée insurrectionnelle.

Dès lors, le général a vécu à Bulle, s’absentant souvent pour de longs voyages. C’est ainsi que, pendant ces dernières années, il visita tour à tour I’Orient, la Suède et le Canada. ll se préparait à partir pour la France, il était même en train de faire sa malle quand une mort subite est venue le frapper dans l'après-midi du 3 septembre 1835.

Le général Castella était un type de brave soldat en même temps qu'un excellent patriote et un parfait honnête homme. Pour avoir servi à l’étranger, il n’en aimait pas moins passionnément son pays et s'intéressait vivement soit à la politique, soit surtout à notre organisation militaire. Il a publié sur les intérêts militaires de la Suisse plusieurs brochures, dont les conclusions sont discutables, mais qui dénotent chez celui qui les a écrites un chaleureux patriotisme. Il s'occupait, du reste les questions qui intéressent le pays, et il remplissait avec beaucoup de zèle les fonctions de président de la société d'agriculture de la Gruyère.

La sympathique figure du général laissera un souvenir durable dans l’esprit et le cœur de tous ceux qui l’ont connu et qui ont su apprécier ses excellentes qualités.

Il est fait baron par Don Carlos et grand-croix de l'ordre d'Isabellle la Catholique.

Il a donné son nom à une rue de Bulle.
Le texte ci-dessus a été recopié par Jean Pharisa à partir de l'exemplaire de 1886 des "Nouvelles Etrennnes Fribourgeoises"

Naissance

Il est resté célibataire.

Décès

(apoplexie)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

     
 
 
 
Joseph Boniface CASTELLA ca 1786-   Marie-Madeleine THORIN 1792-
|
2
  |
3



|
Simon CASTELLA 1825-1885


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content