Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

A partir de quelquesancêtres nobles vers 1650, et ce, sur plusieurs branches de lafamille, je remonte jusqu'à CHARLEMAGNE et CLOVIS avec un nombreincroyable d'aieux nobles (chevaliers, comtes, vicomtes, ducs, roiset reines de France et de Navarre...)

J'ai commencé mes recherches généalogiques il y a plus de 30 ans! (dans les mairies et les Archives départementales). Mesrecherches sont centrées sur la LORRAINE et leLUXEMBOURG,le LIMOUSIN,la BOURGOGNEet le LOIRET. Et du coté de mon mari sur lesUSA,CANADA,ANGLETERRE, ECOSSE, ainsi que laCREUSE, l'AUVERGNE, RégionLyonnaise.
Depuis peu, je rechercheaussi les ancêtres de mes petits-enfants sur le NORD de la France et laBELGIQUE.

Mais ce quim'intéresse le plus ce sont les CONTEMPORAINS, et essayer dereconstituer la vie de mes ancêtres sur les 18ème, 19ème et 20èmesiècle


Henri LEPEYTRE
Henri LEPEYTRE
(Joseph, Denis, Henri LEPEYTRE)
Cimentier

  • Né le 5 juin 1891 (vendredi) - PARIS 18 ème, 75018, Ile-de-France, France
  • Décédé le 16 octobre 1958 (jeudi) - Les Lilas, Paris 18 ème. 75018 Paris, Ile-de-France, France,à l'âge de 67 ans
  • Inhumé - PARIS 18ème, 75018, Paris, Ile-de-France, FRANCE
  • Cimentier
25 médias disponibles 25 médias disponibles

 Parents

  • sosa Guillaume LEPEYTRE, Cocher.Propriétaire Négociant. Hôtelier , né le 26 août 1862 (mardi) - (Le Gardy) - COUFFY-SUR-SARSONNE, 19064, Corrèze, Limousin, FRANCE, baptisé le 26 août 1862 (mardi) - COUFFY-SUR-SARSONNE, 19064, Corrèze, Limousin, France, décédé le 20 août 1943 (vendredi) - LE MAS-D'ARTIGE, 23125, Creuse, Limousin, FRANCE à l'âge de 80 ans, inhumé en août 1943 - Cimetière du Mas d'Artiges (Creuse),
    Cocher à Paris, puis Propriétaire Négociant en vins dans la Creuse, hôtelier.

    Marié le 30 novembre 1889 (samedi), LA COURTINE, 23067, Creuse, Limousin, FRANCE, avec
  • sosa Marie Angèle PATIENT, née le 11 février 1869 (jeudi) - (Lombarteix) - LA COURTINE, 23067, Creuse, Limousin, FRANCE, décédée le 25 février 1961 (samedi) - (Le Pomet) - LE MAS-D'ARTIGE, 23125, Creuse, Limousin, FRANCE à l'âge de 92 ans, inhumée le 27 février 1961 (lundi) - LE MAS-D'ARTIGE, 23125, Creuse, Limousin, FRANCE,
    Cultivatrice au Lombarteix à LA COURTINE quand elle se marie, ensuite femme au foyer (6 enfants)

 Union(s), enfant(s), petits-enfants et arrière-petits-enfants

 Fratrie

 Présences lors d'événements

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

Origine familiale : LIMOUSIN, Creuse
Période : XIX ème siècle (1815-1914), XX ème siècle (1914-1990)

HENRI LEPEYTRE :
Il est le frère ainé de ma Grand-Mère Berthe LEPEYTRE, épouse de Joseph CHAZAREIX
Il est donc l'oncle de mon père Georges CHAZAREIX (1922-2010), et de Christiane CHAZAREIX épouse GAUTIER
Il est donc mon "Grand Oncle"...

Henri LEPEYTRE, nait le 5 Juin 1891, à PARIS 18ème arrondissement , au n° 54 de la Rue Ordener
Son père est Guillaume LEPEYTRE, originaire de COUFFY-SUR-SARSONNE, en Corrèze, né le 26 Aout 1862. Il est cocher, et agé de 28 ans à la naissance d'Henri
Sa mère est Marie Angèle PATIENT, née à LA COURTINE, au Lombarteix, le 11 Février 1869. Elle est âgée de 22 ans à la naissance d'Henri.
Ses parents se sont mariés, à LA COURTINE, le 30 Novembre 1889. Guillaume était agé de 27 ans, Marie Angèle était âgée de 20 ans.

Henri LEPEYTRE, était le premier enfant du couple, il y eut ensuite :
- Ferdinand LEPEYTRE, né en 1893. Marié à Marie Francoise AUVIAL. Ils ont eu une fille Denise LEPEYTRE, mariée à Robert DOUCHE
- Berthe LEPEYTRE (ma grand-mère), née en 1895. Mariée à Joseph CHAZAREIX. Ils ont eu 2 enfants : Georges CHAZAREIX (mon père) et Christiane CHAZAREIX.
- Alice LEPEYTRE, née en 1898, mariée à Octave BEAUVY, mais ils n'ont jamais eu d'enfants.
- Jeanne LEPEYTRE, née en 1902, n'a jamais été mariée, et n'a pas eu d'enfants. Elle était atteinte de la maladie de Reynaud.
- Lucien LEPEYTRE, né en 1905. Marié 2 fois, mais n'a pas eu de descendance. Mort pour la France dans les Vosges à l'age de 35 ans...

En 1911, lors du recensement, il habitait chez son grand père Denis Patient au Lombarteix (Maison 8), dans la commune de La Courtine, et était patron cultivateur, ainsi que son frère Ferdinand (aussi cultivateur), né à Paris en 1893

Adresses successives :
. En 1891, il nait à Paris 18ème, au 54 rue Ordener
. 1911, habite au Lombarteix, à La Courtine, Creuse(recensement)
. 1919, à la fin de la guerre, se retire au Mas-d'Artige, Creuse (chez ses parents)
. 27 Aout 1921 : 54, rue Ordener, Paris 18ème (Fiche militaire)
. 13 Mai 1924 : Les Lilas (Seine), 249, rue de Poissy (Fiche militaire)
. 29 Novembre : Bagnolet (Seine), 230 rue de Noisy-Le-Sec (Fiche militaire)
. 05 Juin 1936 : Bagnolet (Seine), 16 bis, rue Floréal (Fiche militaire)

Henri LEPEYTRE se marie une 1ère fois, le 05 Aout 1912, avec Angèle DULAC. Mais pas d'autres infos. Où se sont-ils mariés ? d'où venait Angèle ? est elle décédée ou se sont ils séparés. Apparemment, ils n'ont pas eu d'enfants ?... (il est fort probable qu'il y ait une erreur sur la fiche militaire, car j'ai vérifié sur les Archives de Saint-Eloy en Creuse, il y a bien indiqué le mariage d'Angèle DULAC... mais avec une autre personne...un certain Henri CASSIER : je supprime donc ce mariage... )

FICHES MILITAIRES (Fiches en pièces jointes) :
- 1er Octobre 1912, arrivé au corps le dit jour, soldat de 2ème classe le même jour.
- Caporal le 9 Novembre 1913. Passé dans la réserve de l’armée active le .. Octobre 1914.
- Maintenu sous les drapeaux par décret de mobilisation générale du 1er Aout 1914.
- Aux armées le 2 Aout 1914. Evacué blessé le 28 Aout 1914.
- Entré le 31 Aout 1914 à l’hôpital auxiliaire n° 4 à BAYONNE. Sorti le 13 Février 1915.
- Entré le 14 Février 1915 au Dépôt de convalescents à Bayonne. Sorti le 18 Février 1915 et parti en congé de convalescence de un mois. Rejoint le dépôt.
- Entré le 27 Mai 1915 à l’hôpital mixte de Brive (non guéri), sorti le 13 Juillet 1915.
- Entré le 14 Juillet 1915 à l’hôpital d’Objat. Sorti le 6 Décembre 1915.
- Entré le 7 Décembre 1915 à l’hôpital n°23 à Tulle. Sorti le 22 Décembre 1915.
- Entré le 23 Décembre 1915 à l’hôpital n°101 à Toulouse. Sorti le 1er Mars 1916.
- Entré le 2 Mars 1916 à l’hôpital complémentaire n°64 château de St Rome (Haute-Garonne). Sorti le 31 Mai 1917 avec permission de 7 jours et rejoint le dépôt.
- Entré le 30 Octobre 1917 à l’hôpital temporaire n°46 à Guéret (suite de blessure reçue le 28 Aout 1914). Sorti le 19 Décembre 1717
- Entré le 19 Décembre 1917 à l’hôpital n°48 bis à Bourganeuf. Sorti le 27 Janvier 1918.
- Entré le 28 Janvier 1918 à l’hôpital campagne n°3 à Guéret. Sorti le 2 Février 1918 avec permission de 20 jours. Rejoint le Dépôt.
- Entré le 26 Février 1918 à l’hôpital mixte de Tulle (malade). Sorti le 9 Mars 1918.
- Hôpital mixte de Limoges du 9 Mars 1918 au 7 Avril 1918.Rejoint Dépôt le 8 Avril 1918.
- Dirigé le 11 Juillet 1918 sur le 9ème Bataillon du 154 ème Régiment d’Infanterie aux armées.
- Passé au 34ème Régiment d’Infanterie le 30 Aout 1918.Nommé Sergent le 22 Mars 1919.
- Envoyé le 17 Aout 1919 en congé illimité de démobilisation par le 78ème Régiment d’Infanterie, 8ème échelon, n°11113,
- Se retire au MAS d’ARTIGE (Creuse).

Blessures, actions d’éclat, décorations, etc.
- Blessé le 28 Aout 1914 à RANCOURT (Ardennes)Plaie fistuleuse de la région malléolaire face interne jambe droite par balle.
- Cité à l’ordre de … n°98 du 2 Novembre 1918.
- Le 20 Octobre 1918, a enlevé son escouade à l’assaut de la ligne Hunding et capture 3 prisonniers.
- Croix de guerre, étoile de bronze.
- Médaille de la Victoire.
- Médaille commémorative française de la grande guerre

Description physique d'Henri LEPEYTRE, sur sa fiche militaire :
- Taille : 1 m 71 cm
- Cheveux : noirs
- Yeux : Bleus clairs
- Front : grand
- Visage : osseux
Degré d'instruction générale : 3 (0 = ne sait ni lire ni écrire . 1 = Sait lire. 2 = sait lire et écrire. 3 = Instruction Primaire)

Mariage Henri LEPEYTRE et Clementine PRADELLE :
Henri LEPEYTRE se marie le 20 Décembre 1923... à MAGNAT-L'ÉTRANGE, avec Gabrielle, Georgette, Clementine PRADELLE, née le 23 Novembre 1896 à Magnat-l'Etrange.
Henri avait environ 32 ans... Clémentine avait environ 27 ans
ils auront 2 fils :
- René André LEPEYTRE, né en 1931, le 15 Juillet à BAGNOLET. Décédé en 2015. Marié avec Lucia GONTHIER
- Gérard Marcel LEPEYTRE, né en 1938, le 28 avril, à BAGNOLET, marié avec Josette LEBRETON. Décédé en Septembre 2020

En 1958, le 16 Octobre 1958, Henri LEPEYTRE meurt aux Lilas, Paris 18ème. Il était agé de 67 ans. (J'avais 9 ans...)

LE CAMP de LA COURTINE :
Par ailleurs, le MAS d'ARTIGES était situé tout près du CAMP de LA COURTINE. C'est un camp militaire, créé en 1901, pouvant accueillir 4000 hommes.
En 1914-1917, c'est une base arrière des armées, un grand centre d'instruction et de préparation pour le front.
En 1917, deux brigades russes séjournent à la Courtine et se révoltent...
de 1959 à 1964 : le camp est occupé en totalité par les unités néerlandaises.
Le camp de la Courtine reçoit des unités de toute la France, mais aussi des écoles (Ecole Polytechnique, Ensta,etc , des unités de gendarmerie)
C'est pourquoi il y a toujours eu une activité à La Courtine, dont bénéficiaient les bistrots du Mas-d'Artige.


Pouquoi un Camp d’Instruction Militaire à LA COURTINE (La Courtine, Creuse) ?
La décision de créer un camp militaire, à La Courtine, pour l’instruction des troupes françaises date de 1897.
Terrains expropriés, en 1901, pour la création du Camp de la Courtine, proviennent de 9 communes :La COURTINE, - LE TRUCQ - LE MAS-D’ARTIGE, - CLAIRAVAUX, - BEISSAT, - MAGNAT-L’ÉTRANGE, MALLERET, SAINT-ORADOUX-DE-CHIROUZE et POUSSANGES.
Situé sur l’un des contreforts Est du plateau central, à égale distance de Limoges et de Clermont-Ferrand, appuyé sur la ligne ferrée de Busseau-d’Ahun à Ussel, presque sur la lisière de la Corrèze, le camp d’instruction de la Courtine occupe une superficie de 6225 ha
Dans sa plus grande longueur, le camp militaire mesure 15 kilomètres environ et dans sa largeur atteint 7 kilomètres.
Assis sur une base granitique, il présente un relief très accentué, hérissé de sommets arrondis, de crêtes étagées, séparées par de nombreux vallons. A l’extrémité sud-ouest, les collines dessinent un vaste cirque, largement évasé au nord-est et au sud-ouest.
Au fond de ce cirque, admirablement drainé par les beaux ruisseaux des Trois-Fontaines, du Rouet et de Saint-Denis - dont la réunion forme La Courtine, affluent de la Diège - se trouvent la gare et ce que l’on appelle la cité militaire, toute voisine de l’agglomération de La Courtine, 500 mètres environ.
L’altitude moyenne est de 820 mètres.
De la plupart des vallonnements viennent de petits ruisselets, roulant une eau claire et fraîche, filtrée par le granit, d’où elle sourd avec abondance.
La surface boisée du camp comprend à peu près, le quart de la superficie totale, soit 1550 hectares : chênes, hêtres, pins et sapins, bouleaux, groupés en futaies de belle venue, en taillis pénétrables, en boqueteaux nombreux, surtout vers la partie méridionale.
Ailleurs, les bruyères et les genêts. Presque en aucun point, rien ne s’oppose au passage des hommes de troupe et du matériel de guerre.Aucun des inconvénients signalés pour Châlons, Mailly, le Larzac, n’existe ici. Un examen, même superficiel , de la topographie du camp de la Courtine laisse facilement reconnaitre sa supériorité incontestable : le terrain excessivement varié se prête à toutes les phases de la manoeuvre ; les broussailles sont suffisantes pour l’instruction de l’homme isolé ; les bois sont assez touffus pour masquer les mouvements des troupes, qui peuvent facilement les parcourir, le vert des broussailles est doux à l’oeil. L’eau de source jaillissant , pour ainsi dire, à chaque pas , permet aux troupes de préparer leurs repas sur le terrain.
Les sommets élevés, les chaines parallèles, des collines constituant, pour l’artillerie, des champs de tir admirables, par leurs crêtes successives.

INAUGURATION de la LIGNE FERROVIAIRE FELLETIN (Creuse) à USSEL (Corrèze) :
Dans la seconde moitié du XIXe siècle, un nouveau moyen de transport allait faciliter la communication des personnes et des marchandises entre les régions françaises : le chemin de fer entrait petit à petit au coeur des campagnes les plus reculées. Nos migrants creusois, qui, depuis des siècles regagnaient à pied leurs lieux de travail temporaire dans la capitale, purent désormais aller "prendre le train" en gare de Felletin : quel gain de temps et de fatigue en moins !
Il fallut cependant attendre le début du XXe siècle pour que la ligne ferroviaire soit prolongée jusqu'à Ussel (en Corrèze). Le tronçon Felletin-Ussel fut ouvert au public le 1er Juin 1905, tronçon qui, faute de trafic suffisant, fut fermé dans les années 1970 (30 Septembre 1979) pour les voyageurs, et en 1992 pour les marchandises.

=> C'est un de mes arrière-grand-père Emile CHAZAREIX, alors Maire du Mas-d'Artige, qui inaugura la gare du Mas-d'Artige, en 1905, en présence du Ministre de l'époque M. GAUTIER

Notes concernant l'union

=== > Par Henri LEPEYTRE, on peut remonter au couple Michèle BANDON (1681-1761) et Jean MOMBELET (1682-1752), par 2 branches...
-- via Marie PATIENT (1869-1961), Marie Sophie LEVACHER (1846-1904), Sylvain LEVACHER (1809-1883), Marie MOMBELET (1770-1839), Pierre MOMBELET (1733-1795), Marien dit Marin MOMBELET (1712-1779)
-- ou via Marie PATIENT (1869-1961), Marie Sophie LEVACHER (1846-1904), Marie Madeleine BARBIER (1814-1883), Pierre BARBIER (1783-1849), Marie BAYLE (1754-1806), Marie MOMBELET (1723-1780)

=== > Les parents de Michèle BANDON, sont Gilbert BANDON, Ecuyer, Seigneur de la Séoure (1650-1698), et Louise de GEOFFRE de CHABRIGNAC (1654-1721)
=== > Ce couple donne alors accès, à toute la noblesse de la MARCHE, du LIMOUSIN, de l'AUVERGNE,
=== > à un nombre incroyable de SEIGNEURS, CHEVALIERS, BARONS, VICOMTES, COMTES, MARQUIS, DUCS,
=== > ainsi qu'aux ROIS et REINES de FRANCE, mais aussi de toute l'Europe...

 Sources

  • Famille:
    GENEANET, Jocelyne LEBAYLE CHAZAREIX (jlebaylechazare)
    GENEANET, Gérard BORRY
    Archives Départementales de la Creuse
    Papiers de famille

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

  sosa Jean-Baptiste LEPEYTRE, Cultivateur 1786-1842 sosa Jeanne PIOLET, Cultivatrice 1799-1874 sosa Jean PATIENT, Propriétaire Cultivateur. Scieur de long 1823-1897 sosa Marie DARY, Cultivatrice 1822-1869 sosa Sylvain LEVACHER, Scieur de long. Propriétaire cultivateur 1809-1883 sosa Marie Madeleine BARBIER, Propriétaire Cultivatrice 1814-1883
 |
10
 |
11
 |
12
 |
13
 |
14
 |
15
 


 


 


 | | |
sosa Père Inconnu  sosa Marie LEPEYTRE, Cultivatrice 1833-1911 sosa Denis PATIENT, Scieur de long. Cultivateur. Cantonnier 1845-1941 sosa Marie Sophie LEVACHER, Cultivatrice 1846-1904
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
sosa Guillaume LEPEYTRE, Cocher.Propriétaire Négociant. Hôtelier 1862-1943 sosa Marie Angèle PATIENT 1869-1961
|
2
 |
3



|
Henri LEPEYTRE, Cimentier 1891-1958