Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

 

Mon arbre étant en construction, je suis preneur de toutes informations, y compris de critiques ou de rectifications.

C'est dans l'échange que je pourrai m'améliorer et offrir ainsi à chaque lecteur des renseignements de qualité.

Bien entendu, cette recherche s'applique à moi-même et je suis prêt à donner toutes explications sur ma vie et mes travaux.

Je remercie GénéaNet et ses lecteurs pour la confiance qu'ils m'accordent.

Bien cordialement.

Jacques Villard


 Jacques Garcia


  • Né le 4 janvier 1937 (lundi) - Alger, 1600016132, Alger, , Algérie
  • Décédé le 27 décembre 1962 (jeudi) - Beaune, 21054, Côte d'Or, Bourgogne, France , à l’âge de 25 ans
  • Directeur Commercial et Inspecteur des Ventes dans un établissement de viticulture en Bourgogne,

 Parents

 

 Union(s)

 Relations

 Grands parents paternels, oncles et tantes



 Grands parents maternels, oncles et tantes

(afficher)

 Chronologie


 Notes

Notes individuelles

Etudiant en Sciences Politiques à Alger. Membre de Jeune Nation Alger Membre du Front Nationaliste Alger Adjoint du Lieutenant Pierre Delhomme Responsable des Commandos Z (Zonaux) Adjoint du Colonel Vaudrey (Alger Sahel T2 109)

Jean Sarradet

Jean Sarradet ou Jean-Georges Sarradet alias Jacques Garcia, est un étudiant en Sciences politiques à Alger, membre actif du Front nationaliste pendant la guerre d'Algérie. Il rejoint l’Organisation armée secrète (OAS) , devient agent de liaison du lieutenant Pierre Delhomme responsable des Commandos Z (zonaux), puis adjoint du colonel Roland Vaudrey responsable OAS de la zone «Alger-Sahel » (TZ 109).

Biographie[ ]

Jean Sarradet étudiant à l'Institut des Sciences politiques d'Alger, membre de Jeune Nation1, rallie le Front nationaliste. Convaincu par une Algérie française, il épouse les causes de l'OAS. En 1961, il est arrêté avec Pierre Delhomme. Blessé lors d'une fusillade, il est arrêté et conduit à l'hôpital d'où il s'évade pour se réfugier avec sa compagne, à Alger au quartier Baïnem2.

Jean Sarradet, croit en une « troisième voie », une Algérie fédérale, c'est-à-dire une république "Pied-Noir"3. Le 7 juin 1962, sous le nom de Jacques Garcia, Jean Saradet, tient une conférence de presse improvisée au nom de l'Union générale des travailleurs français d'Algérie (UGTFA) . Il est entouré de jeunes « pieds-noirs » armés devant quelques journalistes. Il déclarera « L'OAS a perdu la partie. Je demande que tout le monde remette les armes au vestiaire... »4. Michel Leroy et Jean Sarradet entrent en relation avec un interlocuteur, haut fonctionnaire de la Délégation générale, Constantin Melnik, conseiller de Michel Debré, pour obtenir l'écoute des représentants du gouvernement français, et une partition de l’Algérie. Le 26 décembre 1961 lors d'une réunion du « Soviet des capitaines » de l'OAS, Sarradet tente sans succès, en présence de Leroy et Villard, de rallier les membres présents à sa cause. Celui-ci obtient un non décisif qui sera sanglant5. Cette conspiration découverte (plan Béquille), le capitaine Philippe Le Pivain est mis au courant. Michel Leroy, Jean Sarradet et Annie sa compagne, sont condamnés à mort, par le Tribunal de 1'OAS4. Jean Sarradet et Annie se cacheront pour sauver leur vie et seront graciés.

Le colonel Roland Vaudrey membre de l'OAS et Jean Sarradet, envisagent, par des manifestations pacifiques, de forcer le blocus du quartier de Bab-el-Oued à Alger. Cette manifestation est prévue le 26 mars 1962 . Le préfet d'Alger Vitalis Cros interdit la manifestation. Des citoyens français algérois, civils non armés, partisans du maintien du statu quo de l’Algérie française, défilent le jour prévu devant la Grande Poste de la rue d’Isly. La population se heurte à un barrage tenu par l'armée française qui mitraille la foule, cette fusillade de la rue d’Isly est appelée « massacre de la rue d'Isly »6.

Le 27 décembre 1962 au lieu dit « La montagne » près de la ville de Beaune, Jean Sarradet reconverti, représentant commercial en vin de bourgogne, est découvert inanimé. L'autopsie conclue à une mort accidentelle par asphyxie due à un chauffage défaillant7. Cependant Clément Steuer, dans son livre « Histoire et perspectives méditerranéennes » parle d'assassinat 8.

Références[ ]

↑ Jean-Charles Jauffret, Charles Robert Ageron, L'Algérie entre deux mondes, Paris, R. Julliard,‎ 1963, chap. Volume 1, p. 90 ↑ Alexander Harrison, Le défi à de Gaulle: l'OAS et la contre-révolution en Algérie, 1954-1962, Paris, L'Harmattan,‎ 2008 (ISBN 2296045766, ISSN 9782296045767, lire en ligne), chap. Collection Histoire et perspectives méditerranéennes, p. 186 ↑ Précisions d'Anne Lœsch, dans son livre ; La valise et le cercueil (Pion) ↑ a et b Jean-Charles Jauffret, Charles Robert Ageron, Des hommes et des femmes en guerre d'Algérie, Paris, Autrement,‎ 2003, chap. Volume 97, p. 138 ↑ Clément Steuer, Histoire et perspectives méditerranéennes, Paris, L'Harmattan,‎ 2004 (ISBN 2296366430, ISSN 9782296366435, lire en ligne), p. 53 ↑ Une ténébreuse affaire : la fusillade du 26 mars 1962 à Alger, Paris, L'Harmattan (ISBN 2296573444, ISSN 9782296573444, lire en ligne), Non à l'étranglement de Bab-el-Oued ↑ Comptes rendus mensuels des séances de l'Académie des sciences d'outre-mer, Paris, Académie des sciences d'outre-mer,‎ 1965, p. 206 ↑ Clément Steuer, Histoire et perspectives méditerranéennes, Paris, L'Harmattan,‎ 2004 (ISBN 2296366430, ISSN 9782296366435, lire en ligne), p. 166

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

                                                                                    _____| 16_ Ismaël ABENZIMRA ca 1762-1868
                                                        _____| 8_ Joseph ABENZIMRA 1823-1887
                                                       /                            ¯¯¯¯¯| 17_ Louna TOUBIANA ca 1809-1869
                           _____| 4_ Ismaël Albert ABENZIMRA 1870-1918
                          /                           \                             _____| 18_ Samuel Chebabi dit Chebaba MESGUICH 1806-1873
                         /                             ¯¯¯¯¯| 9_ Kamire Camille MESGUICH 1836-
                        /                                                           ¯¯¯¯¯| 19_ Dernina KRISKRIS †1837
|2_ Jean-René ABENZIMRA SARRADET 1905-1962
|                       \                                                           _____| 20_ Jacques SARRADET 1789-1849
|                        \                              _____| 10_ Jean Oscar SARRADET 1834-1900
|                         \                            /                            ¯¯¯¯¯| 21_ Anne DUPUIS
|                          ¯¯¯¯¯| 5_ Marie Joséphine SARRADET 1868-
|                                                     \                             _____| 22_ Mathieu MAILLOT 1801-1857
|                                                      ¯¯¯¯¯| 11_ Jeanne MAILLOT 1841-1876
|                                                                                   ¯¯¯¯¯| 23_ Madeleine JACQUEY 1813-1878
|--1_ Jean Georges Albert SARRADET 1937-1962
|                          _____| 6_ Georges, Eugène DUPORGE
|                        /
|3_ Suzanne, Alice, Eglantine, Juliette, Ernestine DUPORGE 1909-1962
                          \
                           ¯¯¯¯¯| 7_ Louise Elina BEAU


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content