Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Même si la plupart de sources sont puisées directement aux archives, il en est encore de nombreuses invérifiées. Faute de temps ou faute de moyens. Quant aux erreurs... elles sont inévitables mais ne demandent qu'à être corrigées.

 Chronique familiale




Carrière, honneurs et éléments de biographie
du Capitaine de Vaisseau
ROGER HOUETTE


Livret_d_Officier_Roger_Houette.jpg

à partir de son dossier personnel comprenant ses nominations, demandes de permission, télégrammes et autres papiers relatifs à sa carrière qu'il avait précieusement conservés, illustrés d'objets lui appartenant et d'illustrations de bâtiments dénichés ailleurs
Bouton_1.jpg

Roger_photo_Eleve_.jpg

  • 20 juillet 1904 : Il débarque du "Duguay-Trouin" et est affecté au port de Toulon,

  • 30 juillet 1904 : Il part en permission pour Paramé.

  • 6 août 1904 : nommé ASPIRANT DE 1ère CLASSE

  • Fin septembre 1904 : Il se trouve à Bléneau (chez son oncle Charles Houette).

  • 5 octobre 1904 : Son père, le Capitaine de Vaisseau Alfred Houette, décède à Paramé.
    Le 7 octobre il est sur place, auprès de sa maman.
    Le 10 il enterre son père au Mée-sur-Seine.




Cuirasse_henri_IV.jpg

  • 5 octobre 1904 : Affecté à bord du cuirassé "Henri IV", il y reste un an, entrecoupé d'une permission pour Paris début janvier 1905, alors que son navire est à Cherbourg.

    Le cuirassé garde-côte Henri IV

Cuirasse_Jaureguiberry.jpg


  • 5 octobre 1905 : Il embarque sur le "Jauréguiberry" basé à Toulon pour une durée de sept mois.


Le cuirassé d'escadre Jauréguiberry

Cuirasse_Gloire.jpg


  • 15 mai 1906 : Il monte à bord de la "Gloire" dont il débarquera à Toulon début octobre de la même année.


Le croiseur cuirassé la Gloire

Décoration tunisienne_1.jpg
Barrettes.jpg








Curieusement, 10 jours après son débarquement, il est fait chevalier de 1ère classe de l'Ordre du Nichan-Iftikar par Mohamed En Nacer, Bey de Tunis.



Medaille_Tunisie.jpg



Photo fournie par Marielle Drouault




Roger_photo_Enseigne_.jpg

121_Bd_Haussmann.jpg

  • 5 octobre 1906 :

    Il débarque de "la Gloire" et est promu ENSEIGNE DE VAISSEAU.
    Il est autorisé à se rendre (avec 150 kg de bagages) à Paris et y résider au 121 Boulevard Haussmann, auprès de sa mère, jusqu'au 15 novembre suivant, date à laquelle il doit se présenter à son port d'attache, Toulon. Mais il obtient un congé en demi solde pour affaires personnelles qui lui permet de prolonger son séjour jusqu'au 15 février 1907. Il bénéficie ensuite d'une résidence conditionnelle (c'est dire qu'il doit communiquer à sa hiérarchie tous ses déplacements afin d'être joignable à tout moment) et le 8 avril, il est de retour à Toulon.

le 121 du Boulevard Haussmann aujourd'hui

Le_Caledonien.jpg

  • 16 avril 1907 : Il embarque en corvée sur le "Calédonien", ancien transport de forçats devenu annexe d'Ecole de Cannonage puis de Gabiers, pour le convoyer jusqu'à Brest.
    Il en débarque le 17 mai et revient à Toulon dix jours plus tard.


le Calédonien à Brest en 1908


Paquebot_Tourane_001.jpg

  • 27 juin 1907 :

    Il reçoit l'ordre de rallier Saïgon par paquebot pour se mettre à la disposition de la 1ère flottille de torpilleurs de Mer de Chine. Il monte à bord du "Tourane" des Messageries Maritimes le 21 juillet et n'en descendra que le 14 août suivant..
    Ces trois semaines de voyages ne furent sans doute pas désagréables. Sans en avoir la certitude, il est probable que Roger fit le voyage en 1ère classe. (Il existait en dehors des lignes commerciales proprement dites, des lignes subventionnées par l'Etat qui obligeaient les Messageries Maritimes à transporter gratuitement ou à prix réduit des fonctionnaires et autres passagers de l'Etat.)

    le paquebot des Messageries Maritimes TOURANE

Un petit aperçu du confort à bord avec ces vues du fumoir et du salon de musique:
Paquebot_Tourane_Interieur_.jpg

Affecté au groupe "Takou-Fronde" - je suppose qu'il s'agit d'un binôme de deux contre-torpilleurs (le "Takou" et la "Fronde"), mais j'aimerai bien en trouver la confirmation quelques part - il n'y reste que deux mois. Il semble cependant être demeuré à terre au Service central de la 1ère flottille.

Torpilleur_Mousquet.jpg

  • 8 octobre 1907 : Ordre lui est donné de quitter le groupe "Takou-Fronde" pour embarquer le jour même sur le contre-torpilleur "Mousquet".


le contre-torpilleur Mousquet

Decortion_cambodgienne.jpg








Un mois et demi plus tard, il reçoit une seconde décoration en "témoignage particulier de (l')estime" que lui porte le Roi du Cambodge (sic) !!!


Ecusson.jpg

Medaille_Cambodge.jpg












Photo fournie par Marielle Drouault




  • 26 février 1908 :

    Alors qu'il se trouve à l'ancre à Saïgon, son affectation sur le "Mousquet" prend fin. Le lendemain, il procède à l'inventaire du matériel et des archives des services "Manœuvre et Signaux, Artillerie, Artillerie légère et Mousqueterie" dont il avait la responsabilité, en présence de son remplaçant et du Second du bâtiment.
    Il lui est ordonné de prendre le paquebot des Messageries Maritimes qui part le 28 pour rejoindre la 2ème flottille de Torpilleurs des mers de Chine, basée à Hongay (actuel Ha Long, au nord du Viet-Nam).
    Il y restera presque un an.

    Cargo_Amiral_de_Kersaint.jpg

  • 5 février 1909 :

    Roger quitte la seconde flottille de Torpilleurs et l'Extrême Orient. Il embarque sur le cargo "Amiral de Kersaint" de la Compagnie des Chargeurs Réunis, à destination de Marseille où il arrive un mois plus tard. Il sera resté 18 mois hors de France



Le cargo Amiral de Kersaint

Il faut croire que le grand-père ramena avec lui une infection qui le fit débarquer à Marseille bien malade. Car au 12 mars 1909 on lui accorde un congé de convalescence de trois mois. Congé qui est prolongé en juin de deux mois avec ordre de se présenter le 16 août à la 1ère section de l'État-Major de Toulon.
Mais le 27 juillet 1909, il demande un "délais de route supplémentaire", arguant qu'il a fait une demande pour intégrer l'Ecole de canonnage dont les cours commencent le 1er septembre. La demande est acceptée et son admission à cet enseignement acté le 14 août.

Transport_hopital_Tourville.jpg

Croiseur_cuirasse_Pothuau.jpg

  • 1er septembre 1909 :

    Il embarque à Toulon sur le "Pothuau", navire École de tir en mer. Puis, le 1er mars 1910, il monte à bord du "Tourville", reconverti en Ecole des canonniers, pour deux mois. Puis de nouveau sur le "Pothuau" jusqu'au 1er octobre 1910. Sa formation est alors achevée.

le transport-hôpital Tourville ............................................................................................................................................................................................................................................................le croiseur-cuirassier Pothuau


Fregate_cuirassee_Couronne.jpg

A_bord_de_la_COURONNE_1909_300ppp.jpg

Dans son dossier militaire, il n'est fait aucune mention de sa présence, à cette période, sur la Couronne (à gauche), frégate cuirassée ancrée à Toulon qui servait d'école de canonniers avant d'être désarmée huit mois plus tôt et servira de caserne flottante à partir de 1910.

Pourtant, on peut reconnaître aisément Roger sur une photo de groupe légendée au verso "A bord de la Couronne en 1909" apparemment de sa propre main. Cerise sur le gâteau, on reconnaît également, debout sur l'escalier à droite, son beau-frère, Alfred Richard, époux de sa sœur Yvonne, et qui suit la même formation avec un an d'avance.
Le couple s'étant marié en mai 1909, on peut se demander si Alfred n'aurait pas incité Roger à le rejoindre dans cette formation, au sortir de sa convalescence.
Roger en sortira officier breveté canonnier et officier de tir provisoire.

Cuirasse_la_Democratie.jpg

  • 1er octobre 1910 :

    Il embarque sur "la Démocratie" en tant que canonnier. Les 17 mois qu'il passera sur ce bâtiment s'écoulent essentiellement en exercices d'escadre et manœuvres, hormis des escales en Tunisie et à Malte. Le 25 septembre 1911, cependant, le cuirassé "la Liberté" explosait accidentellement en rade de Toulon. "La Démocratie" qui n'en était pas éloignée, reçut un obus de 305 dans sa coque à hauteur du carré des officiers. Les réparations effectuées, il s'en suivit des travaux de transformation et modification des soutes à munitions, dont on peut présumer qu'ils concernèrent également Roger.

  • 30 août 1911: Entre temps; Roger s'est marié avec Germaine Lejeune, la fille d'un Commissaire de Marine.

  • 6 mars 1912:

    Débarqué de "la Démocratie", il accomplit un stage à Paris au Contrôle des Poudres de l'Inspection des Fabrications.

  • 2 mai 1912 : Nommé au Contrôle des Poudres à Angoulême.

  • 12 mai 1912 : Naissance à Angoulême de sa fille aînée, Simone.

  • 29 août 1913 : Naissance, toujours à Angoulême, de sa seconde fille, Hélène.

    Carte_Ident.jpg

Maison_Angouleme.jpg


A cette époque, il habite au 57 de la rue Montmoreau et sert dans à la Poudrerie Nationale, au services des Poudres et Salpêtres.





Roger_en_lieutenenant.jpg

  • 16 mai 1914: Il est promu LIEUTENANT DE VAISSEAU



  • 8 août 1914 :

    Cinq jours après la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France, Roger reçoit un avis du Ministère de la Marine "de se tenir prêt à rejoindre Bordeaux dès que l'ordre lui en sera donné."


    Torpilleur le Téméraire Torpilleur_Temeraire.jpg

  • 11 août 1914:

    Il quitte Angoulême et embarque à Nantes sur le torpilleur le "Téméraire", comme Second. Retardé par des avaries de condenseur, le navire rejoint la flotte Alliée en Méditerranée en décembre 1914. Victime de la faiblesse de ses chaudières qui fissureront dangereusement, le "Téméraire" est affecté à des missions de patrouilles et d'escortes de convois, principalement dans les Iles Ioniennes.



Germaine_Lejeune.jpg

  • 30 août 1914 :

    Naissance de sa troisième fille à Coutances. Mais son épouse ne survit pas à l'accouchement et décède le jour même. Il appellera la petite, Germaine, du prénom de sa mère.
    .........................................................Alors qu'il est mobilisé, qui se sera occupé des trois jeunes enfants?



    Bouton_1.jpg


Cuirasse_Jean_Bart.jpg

  • 5 mars 1916:

    Il débarque du Téméraire à Malte pour embarquer sur le cuirassé "Jean-Bart", probablement en tant qu'officier canonnier. Il sera officiellement officier de tir en septembre de cette même année.

    Le cuirassé d'escadre Jean-Bart....................

    Corfou_Cuirasse_Giulio_Cesare_1916_.jpg

Ce bâtiment a passé tout le conflit en Méditerranée, d'abord en assurant le blocus de la flotte autrichienne en pleine mer, puis au mouillage, prête à appareiller si les Autrichiens cherchent à sortir d'Adriatique. Cette stratégie de prudence est mise en place après deux torpillages coûteux, dont le "Jean Bart" qui dût réparer à Malte. Ces ports de mouillages, en dehors de Malte, sont Navarin sur les côtes du Péloponèse, Argostoli en Céphalonie et Corfou.


Deux aquarelles de Roger exécutées en 1916 et 1917, témoignent de cette période. La première datée de décembre 1916 montre le cuirassé italien Giulio Cesare à Corfou (ci-contre, à droite).
La seconde montre une maison de Potamos, toujours à Corfou. On peut la voir ici

Le cuirassé Giulio Cesare - Corfou 1916 (aquarelle de Roger Houette) .

HOUETTE_Roger_1884_1951_Reconnaissance_du_Ventre_reduit.jpg



Roger, surnommé alors Barbichon, a gardé de ces 32 mois passés sur le Jean-Bart un souvenir amusant : ce diplôme qui lui a été décerné pour loyaux services en tant que Chef de Gamelle du carré du bâtiment, pendant les mois d'octobre et novembre 1916.

Le carré des officiers est un espace commun, salle de repos et/ou salle à manger, régi par un en ensemble de règles destinées à perpétuer les traditions de l'ex-Royale.

Un des quatre membres essentiels du carré est le Chef de Gamelle, chargé de gérer les finances du groupe permettant notamment d'améliorer l'ordinaire de la... gamelle.

Pour aller plus loin sur ce sujet divertissant, on lira avec profit la page sur le site netmarine.net dont on trouvera l'URL dans les sources.






Décoration obtenue à bord du Jean Bart - 1er décembre 1916 .



Legion_d_Honneur.jpg


  • 27 janvier 1918 :

    Inscrit au tableau spécial de la Légion d'Honneur pour le grade de Chevalier, il est décoré à Corfou par le Vice-amiral commandant l'armée navale, où il se trouve toujours en tant que Lieutenant de Vaisseau à bord du Jean-Bart.







Canonnière la Bouffonne_1.jpg

  • 1er décembre 1918 : Il est nommé Commandant de la canonnière contre sous-marins "la Bouffonne". Quinze jours plus tard il prend possession de son commandement, après avoir voyagé neuf jours.

  • 2 mars 1919 : Il reçoit le commandement du dragueur "le Léger" et embarque le 15.

    La canonnière la Bouffonne



  • 25 juin 1919 : Professeur d'Artillerie à l'Ecole Navale.

  • 28 octobre 1919: Il se remarie à Cherbourg avec Jeanne du Crest e Villeneuve, fille d'un capitaine de vaisseau.


    Medaille_Victoire.jpg

Medaille_commemorative.jpg

  • 30 juin 1920 :

    Alors qu'il est en poste à L'École Navale à Brest, il est autorisé à porter, à titre provisoire, le ruban de la Médaille de la Victoire (à gauche), le droit définitif à la Médaille devant être constaté plus tard par un brevet régulier.

    J'ai retrouvé aussi parmi ses "souvenirs", sa Médaille Commémorative de la Grande Guerre attribuée à tout militaire ayant servi sous les drapeaux entre le 1er août 1914 et le 11 novembre 1918. Sans brevet, il suffit de justifier son port par son livret militaire.



  • 29 juillet 1921 : Il est promu CAPITAINE DE CORVETTE. Il est toujours professeur d'artillerie à l'École Navale.


  • 26 août 1921 : Naissance à Cherbourg de son fils aîné René.

  • 31 décembre 1922: Naissance de sa fille Marguerite à Brest.
    Torpilleur_Kabyle.jpg
  • 16 juillet 1923 : Il est désigné commandant du torpilleur d'escadre "le Kabyle".
    Avant de prendre possession de son nouveau bâtiment, il obtient une permission de 20 jours à passer à Paramé (aux Ombrages, chez sa mère qui accueille sa nombreuse famille), permission qu'il prolonge de quatre jours pour aller saluer ses beaux-parents à Cherbourg, 30 place Napoléon.
    Le 29 août, il monte à bord du "Kabyle".

    Le torpilleur d'escadre le Kabyle ....................

Il restera deux ans à ce commandement.


Roger_a_40_ans.jpg

  • 8 mai 1924 : Naissance à Brest de son fils Alfred.

  • 10 octobre 1925: Il débarque du "Kabyle" pour intégrer le service à terre du 2ème arrondissement, à Brest.

  • 12 octobre 1925:

    Deux jours après son débarquement, il passe devant le Conseil de Santé, qui après examen, convient qu'il peut bénéficier d'un congé de convalescence de deux mois, pour un état de fatigue générale. Il doit le passer rue de Traverse, au numéro 39, à Brest, ainsi qu'aux Ombrages à Paramé.

  • 2 décembre 1925 : Il est nommé au grade de Capitaine de Corvette EN RÉSIDENCE FIXE''.

  • 14 décembre 1925 : A sa demande, il sert en corvée à la Majorité Générale, à la fin de son congé, comme Aide-major du Chef du Service d'Ordre de l'Arsenal de Brest. Il y restera presque trois ans.

  • 23 décembre 1925 : Naissance à Brest de son fils Henri.

    Medaille_du_Levant.jpg
  • 21 décembre 1926 : Il reçoit la Médaille du Levant.

    La médaille du Levant, instituée par la loi du 18 juillet 1922, est destinée exclusivement aux soldats et marins ayant participé aux combats en Syrie ou en Cilicie ou encore sur les côtes de Syrie-Cilicie, lors des opérations de l'armée coloniale échelonnées entre 1922 et 1939. La liste des bâtiments de la Marine concernés a été publié dans le Bulletin Officiel de la Marine (Tome 146, 2° semestre 1922, pp.699-703). Or les seuls navires sur lesquels a embarqué Roger à cette période-là, la canonnière "Bouffonne" et le dragueur "Léger" n'y figurent pas. Comment a-t-il pu en bénéficier ?

  • 9 mai 1927 : Naissance à Brest de sa fille Cécile.

  • 28 août 1928 : Naissance à Cherbourg de sa fille Solange.

  • 12 août 1929 : Décès de sa fille Solange, à Paramé.

  • 5 octobre 1929 : Il est élevé au grade de CAPITAINE DE FRÉGATE de RÉSIDENCE FIXE et devient Chef du Service d'Ordre.

  • 29 octobre 1929 : Naissance à Brest de son fils Jean, qui décédera un mois plus tard.

    Legion_d_Honneur.jpg
  • 14 juillet 1931 : Le vice-amiral Dubois, préfet maritime de Brest accroche sur sa poitrine la médaille d'Officier de la Légion d'Honneur.


    Ecole_navale_aquarelle_.jpg

    La Nouvelle Ecole Navale en construction (aquarelle de Roger H. oct.1931)
    Commencée en 1929 elle sera inaugurée en 1936


  • 1er novembre 1931 : Naissance de sa fille Elisabeth (Babette), à Brest.

    Ses six enfants du second mariage vers 1934 :
    6_enfants_de_Roger_2.jpg
    ........................................René......... Marguerite ..............Alfred ............Henri ..............Cécile ..................Elisabeth

    Medaille_Officier_d_Academie.jpg
  • 15 février 1935 : Il reçoit la médaille d'Officier d'Académie.


  • Novembre 1935 : Président de la C.P.S.Z. de la 2ème région maritime, il est proposé par l'Amiral Drujon à un avancement extraordinaire (nomination au grade de Capitaine de Vaisseau) pour "éminents services". Mais l'Etat-Major de la Marine ne donnera pas suite.

    Croix_des_Serv_Mil_Vol.jpg
  • 1er noctobre 1937 : Il reçoit la Croix des Services Militaires Volontaires (sans doute 3ème classe).

  • 23 septembre 1938 : Il est nommé adjoint au Capitaine de Vaisseau commandant le Centre mobilisateur maritime de Toulon.

  • 3 novembre 1938 : Chef de service "Z" de la 3ème Région.

    Roger_en_CV.jpg
  • 7 octobre 1939 : Promu CAPITAINE DE VAISSEAU.

  • 15 novembre 1939 : Renversé par un véhicule dans la rue à Toulon, il passe cinq jours à l'hôpital Ste Anne pour une commotion et contusion cérébrale.

  • 2 août 1940 : Admis à la retraite du service actif et nommé dans la réserve de l'Armée de Mer comme Capitaine de Vaisseau.

  • 1er septembre 1940 : Il est démobilisé.


Epaulettes_apparat.jpg










Aqua._Kersaint_Vauquelin_Bruno_reduit.jpg

  • 27 novembre 1942 :
    C'est le sabordage de la flotte à Toulon.
    Un traumatisme qui heurta de plein fouet la plupart des officiers de marine. Roger, qui était présent, passa les semaines et mois suivants à exécuter des aquarelles représentant les épaves à partir de photographies. Quelques unes sont répertoriées 'ici.''


    Germaine_Houette.jpg

  • 20 février 1943 : Germaine, la plus jeune de ses filles issues de son premier mariage, décède à Toulon, en mettant au monde son second enfant.

  • 2 avril 1947 : Rayé des cadres des Officiers de réserve de l'Armée de mer.

    Roger_et_Jeanne_1949.jpg Simone_Houette.jpg
  • 5 février 1951 :

    Décès de sa fille aînée Simone à Amélie-les-Bains, où elle tentait de soigner une tuberculose. Les derniers échanges épistolaires entre le père et la fille sont poignants. Roger se chargea de rapatrier le corps à Paris où il fut enterré au Père Lachaise



  • 13 février 1951 :

    Huit jours après ce drame, alors qu'il venait de récupérer le courrier du jour à la grille de la maison de Fontainebleau, il décacheta une lettre - sans doute une missive de condoléance - et s'effondra soudain, victime d'un arrêt cardiaque.
    Il fut inhumé quatre jours plus tard dans le cimetière du Mée-sur-Seine, au coté de son père.






    Retour vers Roger Houette


Index des pages
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content