Message to visitors

close

ATTENTION !

Cette publication, pour quelques heures, est une compilation de données extraites d'un ensemble plus important, dont toutes ne sont pas vérifiées... Donc, aucune n'est garantie "exacte" !

 

 

 Family Book




Version Française Version Espagnole

PRESENTATION


Dernière M.à.J. : 28.05.2018
Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est.
En ce sens le passé est la rampe de lancement vers l'avenir.
Phrase attribuée à l'Archiduc Otto d'Habsbourg-Lorraine

Summary

 1 - AU COMMENCEMENT...


Au commencement de cette aventure généalogique une rencontre, il y a quelques années,
avec un Homme lors d'une exposition de cartes postales et autres documents sur l'Histoire locale d' Oraison, petite ville des Alpes de Haute Provence.

001_1.jpg>
Vue d' Oraison en hiver. (Photo G. Leoka)

Au détour des différents panneaux de l'exposition, un homme, que je connaissais comme Historien du Patrimoine Oraisonnais (il n'est pas le seul, il est bon de citer : Christian BLANC, Claude SAUVE, si j'en oublie, qu'ils me pardonnent), me fit la proposition de me renseigner sur mes aïeux.
Il est vrai que depuis longtemps, je souhaitais en savoir un peu plus sur mes ancêtres, mais je ne savais pas trop par quel bout commencer, ni comment m'y prendre.
J'ai donc accepté bien volontiers.
Quelques temps plus tard, je revois ce Monsieur qui me dit : "Je suis remonté jusque dans les années 1600 et tout part du Val de Rancure".

Par ces propos, une boîte de Pandore s'est en quelque sorte ouverte. Il ne me restait plus qu'à creuser et comprendre ce qui s'en échappait.
Après quelques balbutiements informatiques, j'ai pris le virus des Archives Départementales et des documents détenus parLe Cercle Généalogique des Alpes de Haute Provence, dont
Jean Paul Berbeyer est l'actuel et très aimable Président.

Depuis, ce virus ne m'a plus lâché !

Je souhaiterais dire merci à cet homme :

Monsieur Jean FEVAT.


Lira-t-il ces pages, je ne sais pas, mais toujours est-il que je pense fortement à lui.


 2 - POURQUOI UNE CHRONIQUE FAMILIALE

Quel a été le fil conducteur de cette Chronique ?
Lorsque je me suis lancé, voilà bientôt 5 ans, dans la recherche de mes aïeux, c'était dans un premier temps pour une recherche purement historique.
Je souhaitais aussi rendre hommage aux femmes et aux hommes qui ont permis mon existence.
Cette quête m'a permis de renouer avec toutes les personnes contemporaines avec lesquelles pour la plupart, je n'avais jamais été en contact durant toute mon enfance.
Il aura ainsi fallu attendre l'âge de la retraite, les contemporains qui se sont découverts au fil des recherches et qui m'ont ainsi raconté leur enfance, leurs familles, parfois des anecdotes qui, si vous le voulez bien, resteront confidentielles et la réalisation de cet arbre généalogique.
Il aura aussi fallu deux cousinades (2013-2014) pour permettre à tout le monde de se rencontrer.
Ces deux réunions ont été l'occasion à bon nombre de personnes, ignorant les liens les unissant, de faire connaissance.
La dernière, en 2014, fut pour moi, la plus émouvante (et je n' étais pas le seul!), dans la mesure où j' ai pu enfin faire connaissance
avec toute une lignée vivant au Mexique.
Je relate l' histoire dans cette chronique, dans les paragraphes qui suivent.
Quand les yeux se sont portés sur le grand arbre généalogique d'environ 6 mètres de long sur 1 m de haut, affiché sur le mur de la salle où se sont déroulées les festivités, les étonnements et les questions témoignaient de la curiosité de chacun des participants.
Aujourd'hui, les contacts, les rencontres sont des plus amicaux et je dirai volontiers très fraternels.
Les recherches continuant toujours (s'arrêteront-elles un jour ?), d'autres rencontres sont apparues, toujours aussi riches d'émotions suscitant des idées de voyages.

Cette chronique est vivante, toujours en quête d'informations, donc non terminée (le sera-t-elle un jour), tout comme les recherches généalogiques.
Si, au cours de votre lecture, vous notez une imprécision, ou si, simplement, vous souhaitez apporter des précisions, n'hésitez pas à me contacter. .


plauchudg_f99c248ac96f2e902e482cd43e7c.png


PLAUCHUD_br1.blanc jpg_2.jpg

ARMOIRIES DE LA FAMILLE PLAUCHUD
Blasonnement
D'argent, aux deux lettres capitales entrelacées
et opposées de gueules au chef d'azur
chargé d'un croissant d'argent
accosté de deux étoiles du même <1>

<1> : La description héraldique de l'écu a été établie par Monsieur Jean FEVAT.
Cet écu et sa description ont été déposés à l'I.N.P.I. le 12 juillet 2013


2.1 - PETIT GUIDE PRATIQUE POUR UNE LECTURE FACILE DE LA CHRONIQUE

Toutes les informations historiques ou géographiques relatées dans ces pages sont issues en majorité du site "Wikipédia" ou de cet autre site : Provenceweb.fr.
Vous pouvez tout à fait les consulter, en cliquant sur le nom ou l'article souligné :
Exemple : Alpes de Haute Provence ou La Haute Provence.


Ces actions vous ouvriront la page Wikipédia concernée (ou le site web).
Pour revenir à la lecture de la Chronique, utilisez la flèche "retour" en haut à gauche de la barre d'adresse et avec un clic droit sur la souris, descendez d'un cran sur l'affichage de l'historique, puis un clic gauche sur la souris suffit.

Par ailleurs, les repères entre crochets (exemple : <A1>) renvoient aux listes de notes, de références placées à la fin de chaque paragraphe. Là aussi, vous trouverez des liens vers les pages Wikipédia, dans lesquelles vous trouverez des renseignements complémentaires.

 2.2 - PREAMBULE

Si vous avez parcouru l'arbre, vous avez pu constater, à quelques exceptions près, que les deux Familles sont originaires des deux côtés de la Durance, cette rivière, qui, avant les aménagements hydrauliques édifiés voilà cinquante ans seulement, avait un caractère particulièrement impétueux et imprévisible dans ses colères et ses débordements, qui faisait dire:
" La Durance, Le Mistral, Le Parlement d'Aix : Les trois fléaux de la Provence" <A11><A11a>
La Durenço, lou Mistrau e Lou parlamen d'Ais, soun li tres flèu de la Prouvènço

Dans les chapitres suivants, je vais essayer d' expliquer ce dicton, un élément après l' autre.
Tout au long des exposés, des liens vous renvoient à de très beaux sites où vous trouverez moult détails
si vous êtes curieux de découvrir l' Histoire et la Géographie de la Provence.

 2.3 - LA DURANCE - LA DURENCO


Pour les Provençaux, La DURANCE a été, est et sera toujours la Rivière emblématique d' une Région que l' on appelle LA PROVENCE, mais, que depuis 1970, on s' est mis à appeler :

P.A.C.A.!
Ques d' aco P.A.C.A.?
Un sigle? un logo? peut-être,
mais pas le nom d' une région, que diantre!

Pour moi,
PROVENCAL DE SOUCHE,
LA PROVENCE
s' appellera toujours
PROVENCE

''IOU, NASCU EN PROUVENCO, IOU, SIAN PROUVENCAU


2 Images symboles de la Durance:

-Les Radeliers de la Durance
- Un Bac quelque part sur la Durance, permettant la traversée de la rivière

radeliers_2.jpg - bac sur la durance 1_1.jpg


La DURANCE est un torrent qui prend sa source à 2632 m d' altitude, au
'Mont Chenaillet, près du Montgenèvre.
Elle s' écoule, depuis sa source dans la
CLAREE, une rivière qui prend sa source sur la Commune de NEVACHE
à la hauteur de
VAL DES PRES.
Mais, au vu des débits de ces deux rivières, c 'est la plus modeste qui a donné son nom à celle qui, 324 km plus loin, rencontrera le Rhône, vers
AVIGNON.
La Durance, donc, passe au pîed des villes de
BRIANCON, d' EMBRUN, avant de faire une "escale" au lac de SERRE-PONCON
Puis la vallée de la Durance s' élargit, permettant l' installation de villes comme
GAP,SISTERON
,ORAISON,MANOSQUE,CAVAILLON ou PERTUIS, pour n' en citer que quelques unes.

durance.jpg

2.3.1 - LA DURANCE ET LE CANAL DE MARSEILLE


plan_canal_Marseille_couleur.jpg


Ci-dessus, - Parcours du Canal de Marseille
depuis la prise à Pertuis jusqu' à Marseille


C' est à la hauteur de PERTUIS, qu' un projet d' adduction d' eau pour alimenter essentiellement Marseille voit le jour en 1838,
et de 1842 à 1854, un canal est construit sous l' égide de FRANZ MAYOR DE MONTRICHER. Cette installation prend le nom de CANAL DE MARSEILLE.

Les informations que je transcris ici sont issues du beau site dédié à Marcel Pagnol,
auquel vous pouvez vous référer pour d' autres informations sur l' auteur académicien
ainsi que sur la région Marseillaise ou d' Aubagne
.

Ce Canal de Marseille prend donc sa "source" au niveau du Pont de Pertuis, à une altitude de 210 m
mais en 1961, la prise d' eau est tranférée sur le lac de retenue alimentant la Centrale Hydraulique de
SAINT-ESTEVE-JANSON
afin d' assurer une régularité dans l' approvisionnement en eau
Il parcourt environ 80 km à travers la campagne en contournant les obstacles intermédiaires,
tout en conservant une pente minimale permettant l' écoulement naturel de l' eau jusque sur les points hauts de Marseille,
où se trouvent des bassins de décantations, tel celui de Sainte Marthe d' une capacité de 135 000 m3
Le point final de cette oeuvre est le PALAIS LONGCHAMP, construit en 1862, par Henri Jacques ESPERANDIEU* .
Le Palais Longchamp a été imaginé pour commémorer l' arrivée des eaux de la Durance à Marseille.
Cette DURANCE que l' on retrouve évoquée dans les décors des cascades du Palais.
Ces décors ont été réalisés par Jules CAVELIER et Antoine Louis BARYE
ce dernier ayant entre autres sculpté les lions, les tigres et les taureaux de l' entrée et de la Fontaine.
La grande colonnade et les statues surmontant le tout sont l' oeuvre de Jules CAVELIER.

Regardez la 3° photo ci-dessous, vous remarquerez

De part et d' autre de la cascade et des fontaines, se trouvent des escaliers monumentaux desservant des Musées;
Celui de gauche, crée en 1801 et rénové en 2013, abrite le Musée des Beaux arts.
Celui de droite, a ouvert ses portes en 1869 et heberge Le Muséum d' Histoire Naturelle.

En arrière du Palais Longchamp et sous le Jardin Longchamp, se trouvent deux bassins de décantations
d' une capacité de 4200 m3 et de 4900 m3, situés eux à une altitude de 150 mètres, avant la distribution de l' eau aux logements de Marseille
.
Quelques photos du Canal de Provence et des ouvrages du Canal de Marseille

serre_poncon0052b400.jpgRoquefavour_copie.jpgmuseum010.jpgCanal_et_Durance_0687f.mod.jpg

220px_Chapelle_Saint_Michel_Serre_Poncon2.jpgFontaine_du_Palais_Longchamp_2.jpgUbaye_village_englouti.JPGcanal_de_Provence_et_Durance.JPG

palais_longchamp_tourisme_marseille.jpg -


De gauche à droite
- Le barrage de Serre-Ponçon. Au loin le départ du Canal de Provence
- L' Aqueduc de Roquefavour (Canal de Marseille.)
- Le Palais Longchamp (Canal de Marseille.)
- Le Canal de Provence et la Durance
En dessous
- La Chapelle Saint Michel, au milieu du Lac de Serre-Ponçon
- Statue de la Durance (Palais Longchamp) Oeuvre de Jules CAVELIER. Les animaux sont l' oeuvre de Antoine Louis BARYE
- Ubaye, l' un des villages engloutis pour pouvoir construire le Lac.
La cloche de l' église se trouve depuis au sommet de l' église Notre-Dame-du-Thor d' Oraison
- Une vue, en aval du barrage: Retenue de compensation; A gauche du pont, en bas, départ du Canal de Provence; en haut, La Durance "reprend sa liberté".
- Le Palais Longchamp illuminé.

2.3.2 - NOTRE-DAME-DE-LA-GARDE

On ne peut pas parler de la Durance et de Marseille sans évoquer un monument emblématique (il y en a d' autres!) de la cité phocéenne:
Je rapporte ici quelques informations historiques sur cet édifice, mais de plus amples détails vous sont fournis dans le lien ci-dessous

Notre Dame de la Garde

C' est en 1214, que l on trouve les premières traces de la Chapelle de Notre-Dame-de-la-Garde.
Un prêtre, prénommé Pierre, fit ériger une Chapelle, dédiée à la Vierge Marie sur une colline dénommée La Garde
surplombant Marseille, du haut de ses 161 mètres.
La Chapelle fut appelée, tout naturellement Notre Dame de la Garde.
Au XVI° siècle, la venue à Marseille de François Ier, après la victoire de Marignan (1515), fit découvrir que la ville n était pas assez défendue par des installations de fortifications
Une des raisons de ces lacunes étaient que la Provence ne fut rattachée au Royaume de France qu' en 1481
Ce fut donc François 1er qui, après le siège de Marseille en 1524, par Charles Quint, fit construire
le Château d' If et un Fort qui se situera sur la Colline de la Garde, où se trouve la Chapelle Notre Dame
François 1er décida que l' accès de la Chapelle fut autorisée, malgré la présence de troupes autour de celle-ci
Cette situation durera plus de 4 siècles, soit jusque en 1934, date de la démilitarisation des lieux
En 1807, les responsables du sanctuaire estimèrent que la cloche offerte par le commandant du fort de l' époque était trop petite
Quelques années plus tard, en 1842, ils commandèrent une cloche vraiment plus grosse. Elle pesait 8234kg!
La construction de la Basilique que nous connaissons aujourd'hui n' était même pas encore en projet

Le 11 septembre 1853, l' évèque de Marseille, Monseigneur Eugène MAZENOD (1/8/1782-21/5/1861), pose la première pierre de Notre-Dame-de-la-Garde
Les travaux ayant été confiés à
Henri-Jacques ESPERANDIEU

Cet architecte, n' était alors âgé que de 23 ans et était de confession protestante.
Au décès de Mgr Mazenod, la Crypte était creusée et la construction du reste du bâtiment suivait son cours.
Le 4 juin 1864, le successeur de Mgr Mazenod, Patrice CRUICE (27/7/1811 - 12/10/1866) fit accélérer les travaux et le sanctuaire fut consacré,
mais le clocher n' était pas terminé.De 1872 à 1892, les aménagements intérieurs, les autels, les mosaïques et autres décors se succédèrent
C' est en 1866, que l' on put installer le bourdon dénommé Marie-Joséphine
En 1868, plusieurs ingénieurs proposèrent à la Municipalité de Marseille la construction d' un funiculaire
pour faciliter l' accès des pèlerins au Sanctuaire. Après maintes tergiversations, le funiculaire vit le jour en 1889. Il rendit service jusqu' en 1967 et fut déposé en 1974.

Quelques Images:
Marseille114_cathedrale_La_Major31_Mgr_de_Mazenod_saint_eveque_de_Marseille.jpg-4924esperandieu.jpg-AscenseurViergedelagarde.jpg-Bourdon_de_N.D.de.la.Garde.jpg-MgrPatriceCruice.png


De gauche à droite

- Portrait de Monseigneur MAZENOD
- Statue de Henri-Jacques ESPERANDIEU
- Ascenseur de Notre Dame de la Garde
- Bourdon Marie-Joséphine
- Monseigneur Patrice CRUICE


travaux_.png

2.3.3 - LE LAC ET LE BARRAGE DE SERRE PONCON


serre_poncon_dragonfly_aviation.jpg- ivan_wilhelm.jpg - lac_serre_poncon_pont.jpg
PM.Serre_Poncon.jpg

photos: de haut en bas
- Vue aérienne du Barrage
- IVAN WILHELM (1867-1951), Ingénieur à l' origine de l' aménagement du Barrage
-Une vue du Lac de Serre-Ponçon.
- Un aperçu du barrage et détail technique de sa conception.
Sur la photo, en bas à droite, on aperçoit la sortie des 3 tunnels évacuateurs de crues
qui peuvent servir pour vidanger le barrage, en cas de besoin.

Ce lac, dont le barrage hydroélectrique est le premier (et le plus grand lac artificiel d' Europe), d' une série de 23 (ce nombre englobe aussi les ouvrages construits sur le Verdon), entre Serre-Ponçon et Mallemort, permet la "domestication" de la Durance
qui a souvent été, par le passé, provocatrice de bien de catastrophes, par ses colères et impétuosités.
L' idée de la construction de ce barrage remonte dans les années 1856,
après que la Durance, par ses colères dévastatrices,
ait ravagé, entre 1843 et 1856, toute la vallée.

C' est aussi le point de départ du Canal de Provence, avec l' aménagement hydroélectrique des deux rivières, La Durance et le Verdon qui permet l' irrigation de toute la vallée de la Durance, jusqu' à Marseille, avec des dérivations vers le Vaucluse, le Var

Ce Canal de Provence termine sa course dans l' Etang de Berre, près deSaint-Chamas, où une dernière centrale électrique EDF, mise en service en 1966, produit du courant.
Cependant, cette fin de course dans l' Etang de Berre a eu (et a encore) des conséquences désastreuses sur la faune et la flore sous marine.
Plus d' informations à ce sujet, sur le site de cette organisation: GIPREB
L' Etang de Berre, avant la construction du Canal, communiquait avec la mer par le Canal de Caronte, passant à proximité de Martigues.
Le Tunnel du Rove, reliant le Port de Marseille et l' Etang de Berre, amenait lui aussi de l' eau de mer et permettait un petit brassage de l' eau de mer dans l' Etang, malgré la digue du Jaï .
Mais depuis son éboulement, en 1963, l' eau ne circulant plus, le renouvellement en eau de mer de l' étang de Berre n' était plus assuré et l' apport d' eau douce entraînant avec elle des limons provenant donc de la Durance, via le Canal de Provence et la chute de Saint Chamas, provoqua une eutrophisation de l' eau et une asphyxie du fond de l' étang.

Quelques photos

BARRAGE_ST_CHAMAS_copie_3.jpg- 2712677235_a2b6a9553a.Miroir_aux_oiseaux.jpg- 789_001Entree_tunnel_du_Rove.jpg
De gauche a droite:

- Amenée du canal, Tuyaux et vue sur la Centrale EDF de Saint Chamas.
- Une vue de Martigues: Le Miroir aux oiseaux
-Entrée du Tunnel du Rove, côté Marseille-Estaque
(Au dessus du Tunnel, sous les arches que vous voyez , passe la voie ferrée de la Côte Bleue)

Mme de Sévigné, a même déclaré:
dans une lettre à sa fille s’exclamait en parlant de la Durance :

- Je ne reviens pas de l’étonnement de sa furie et de sa violence; (lettre CCLXXVI, 27/11/1675).

- Je croyois que vous attendriez au moins que vous eussiez passé cette chienne de Durance. (Lettre CCXXII, 3 juin 1675).


Les crues de la Durance
Celle de 1843 entraîna presque tous les ponts de la rivière entre Les Mées et Cavaillon.
mirabeau_carte_etat_major_1900.jpg

Mirabeau carte état major 1900 avec les iscles.

Les cartes de l’époque révèlent une rivière bien plus large qu’aujourd’hui avec de multiples chenaux entre des iscles.

Cette Durance, pour la traverser aisément et pour rejoindre (entre autres) la voie de chemins de fer et la Gare (qui avaient été installés dans les années 1875) desservant les environs, il aura fallu attendre la construction d'un pont, entre La Brillanne et Oraison, pont qui fut inauguré le 29 Avril 1888<A12> par Frédéric Mistral entouré de tout un aréopage d'élus et autres dignitaires locaux.
Cette inauguration servit de support à un concours littéraire auquel de nombreux poètes provençaux participèrent et dont le lauréat fut Frédéric MISTRAL.
Pour son quatrain :
Capture_quatrain_mistral_mod_1.5.7.15.jpg

En français, cela donne:
Durance, tu as beau faire peur,
en coupant la route,
Mais, je passerai sur le pont
Et toi, tu passeras dessous


Jusqu'à cette date, il fallait emprunter un bac. Et selon les humeurs de la Durance, la traversée n'était pas toujours garantie!<A13>



- bac_a_traille_mirabeau_05.07.15.modifie.jpg-cabestan-mirabeau.modifié 2_1.jpg-les_bacs_sur_la_durance.modifiee.jpg- pont_brillanne.jpg
De gauche à droite:
- Le bac à traille du Pont de Mirabeau
- le Cabestan (La traille) du même bac;
- carte des bacs de la Durance, depuis Tallard jusqu'au confluent avec le Rhône.
- Pont de la Durance à La Brillanne.

Tous renseignements complémentaires ici : randomania plus (Pour les randonneurs (très) curieux).

 2.4 - LA VENISE PROVENCALE: MARTIGUES



En Prouvencau: Lou Martegue;
Li gent: Un Martegau, Uno Martegalo


545px_Blason_ville_fr_Martigues_Bouches_du_Rhone_.mod.svg.png
Blasonnement :
de gueules à la tour d'argent,
ouverte et ajourée du champ, maçonnée de sable,
accompagnées de deux clefs adossées aussi d'argent

Pourquoi une rubrique sur Martigues?
Ayant vécu quelques années dans la cité martégale, cité qui a aussi vu naître mes deux enfants,
je ne pouvais pas ne pas vous la présenter

2.4.1 - LOCALISATION



Martigues est située sur la rive sud-ouest de l' Etang de Berre. Cet Etang est relié à la Mer Méditerranée par le Canal de Caronte.
Le Canal de Caronte partage la ville en trois quartiers:
- Ferrières au Nord
- L' Ile
- Jonquières au sud.

Le territoire Communal s' étend, depuis le sud, de la Côte Bleue, avec les villages de Carro, La Couronne, Saint-Julien-les Martigues,
Saint-Pierre-les-Martigues, Lavéra, jusqu' au village de Croix-Sainte au Nord.
A proximité, se trouve le Golfe de Fos
panorama_Martigues_805x453.jpg -Canal_de_Caronte_1.JPG -280px_Etang_de_Berre_SPOT_1293.jpg -390px-Côte_Bleue_-_Méjean_1.JPG

- 3_martigues.jpg330px_Pont_ferroviaire_de_Caronte_Martigues_France_2008_.JPG


de gauche à droite
- Photos aérienne des trois quartiers: en haut de la photo: Ferrière; au centre, entouré par deux bras du canal de Caronte: l' Ile;
; au bas de la photo:Jonquière
- Vue de l' espace: l' Etang de Berre
- Une vue de la Côte Bleue,: L' anse Méjean, où se situe le village d' Ensuès-La-Redonne;
en arrière-plan, le viaduc ferroviaire sur lequel passe la ligne de la Côte-Bleue
- Le Canal de Caronte: au loin, le pont Autoroutier et encore plus loin, on devine le pont ferroviaire de Caronte
- Le pont tournant ferroviaire de Caronte

2.4.2 - UN PEU D' HISTOIRE


Préhistoire
On note les premières communautés sur le territoire Martégal dès la Préhistoire,
vers le village de Saint-Pierre-les-Martigues (-3600 à -2400), vers La Couronne (-2800/-2500).

Période celtique, grecque, romaine

Au VII° siècle avant J.-C., Les populations, composées de celto-ligures se fixent vers Saint Blaise. Un Oppidum grec se crée vers 650 av J.-C., dont quelques vestiges subsistent aujourd'hui.
L' arrivée des Romains vers le II° siècle avant J.-C. permet la fondation de Maritima Avaticorum.
Des villas romaines sont construites un peu pendant l' Empire.
Pendant la présence des romains, un premier canal, permet de joindre l' Etang de Caronte à la mer.
La chute de Rome (vers 476) entraîne l' abandon de Maritima-Avaticorum, au profit des hauteurs tels l' ancien site de Saint-Blaise que les romains auraient détruit à leur arrivée

Moyen-Age

Vers 540, les invasions barbares (Ostrogoths et Wisigoths principalement dans ces contrées méridionales) contraignent les habitants à gagner les hauteurs.
En 1224, Le Comte de Provence, Raimond Berenger IV souhaite faire de Martigues une ville nouvelle et forte sur laquelle baser son autorité.
Sous le règne de Charles d' Anjou, les marseillais qui jusque là tenaient le fort de Bouc. La ville de Martigues est cédée à Raymond de Baux (1354), puis à Jean d' Arcufia De Cayro (1375) par décision dela Reine Jeanne I° de Naples. De Cayro rendit la ville en 1382 et Martigues fut réunie au domaine des rois de France.

Du Moyen-Age à la Révolution

En 1580, Martigues, érigée en vicomté en 1472) est changée en principauté. Elle prendra sous sa coupe les baronnies de Berre, Entressen, Istres, Lançon,Saint-Mitre-les-Remparts, ainsi que les seigneuries de Ferrière, Joncquière, Fos, Châteauneuf, Rognac,Les Pennes etCarry
C' est le 21 avril 1581 que les trois quartiers fusionnent pour former la cité de Martigues.
D' où la symbolique des armoiries de la ville de Martigues

version 1 armoiries martigues_1.JPG

Ces armoiries figurent sur le registre terrier de la Vile depuis 1584
- Le "F" représente la Communauté de Ferrières (administrée alors par l' Archevêché d' Arles)
- La tour représente la communauté de l' Isle
- La clé, représente la communauté de Jonquières (appartenant à l' abbaye de Montmajour)


- Les armoiries actuelles, qui figurent en tête du présent chapitre, sur lesquelles une deuxième clef vient remplacer le "F" datent du XVII° siècle, et ont été enregistrées vers 1696.

- La signification devient alors:
"la ville qui relie par deux canaux l' étang de Berre et la Mer Méditerranée"

Elle est gouvernée par 60 conseillers, chaque quartier en fournissant 20
Au XVII° siècle, Louis XIV et Colbert réorganisent fortement la France et le Ministre de la Marine décidant de faire de Marseille le principal port sur la Méditerranée, Le commerce de Martigues périclite.
Plusieurs catastrophes vont s' enchainer pendant 20 ans: La vague de froid hivernale (1709-1710), l' épidémie de peste de 1720 n' arrange rien.
De plus, les guerres incessantes de Louis XIV et de Louis XV ruinent les marchands de la ville qui perdent ainsi plus de 300 tartanes

420px_Oppidum_de_Saint_Blaise.JPG-420px_Tartane.gif

De gauche à droite:

- Le vestige de l' Oppidum de Saint-Blaise, encore visible aujourd' hui
- Une Tartane, bateau caractéristique utilisé tout autour de la Méditerranée


====De la Révolution au XX° siècle====

A la veille de la Révolution, la population des Martigues compte 7000 âmes. L' économie de la ville est essentiellement tournée vers la pêche. Malgré la famine, dûe à une mauvaise récolte et au gel de l' Etang de Berre en 1789, la population "accueille" plutôt bien la révolution.
les préoccupations locales rejoignent les préoccupations nationales: répartition équitable des richesses, égalité des impôts
En 1794, l' ingénieur Groignard commence le creusement du Port de Bouc; mais la renaissance de l' économie n' est pas au rendez vous!
Les grands chantiers d' aménagements urbains qui se développent dans tout le département semble ignorer Martigues
Malgré tout, quelques chantiers sont engagés dans la ville, ainsi, vers la fin du XVIII° siècle, le démantèlement des remparts qui entouraient Jonquière laisse la place à l' actuel Cours du 4 Septembre.
Sous le second Empire, le territoire est réorganisé.
Port de Bouc est érigée en commune le 2 septembre 1866
En 1863, le Canal de Caronte est réamenagé, recreusé.
Le Canal entre le Rhône et Marseille est creusé également
Les bourdigues (sortes de viviers permettant la pêche des poissons) qui étaient situés au centre du canale de Caronte, sont détruits, pour permettre le passage des navires.
De nouveaux travaux, au début du XX° siècle, voient le Canal de Caronte être de nouveau aménagé, une ligne de Chemin de fer, reliant Marseille à Miramas (besoins militaires essentiellement). L' actuel quartier de l' Ile voit le jour.
En 1920/1930, les premières usines chimiques s' installent autour de la Commune,
A début de la seconde guerre mondiale, Martigues compte 10 000 âmes environ. Bien qu' éloigné des théatres d' opérations plus brutaux.
La Résistance n' en demeurait pas moins active, les travaux commandés par les forces allemandes eurent quelques retards ou soucis, avec par exemple l' ajout de sel dans le béton servant aux fortifications commandées par l' occupant.
Le 8 juin 1944, plusieurs résistants sont arrêtés et fusillés, mais le 21 aout suivant, la ville s' insurge et se libère par ses propres moyens.
Les allemands, avant de partir, sabordent des navires dans le port et font sauter les installations portuaires.

Depuis la Libération, et par les temps de paix retrouvés, la ville n' a cessé de se moderniser et devenir la belle cité touristique que l' on connaît


330px_Etang_de_Caronte_1764_.JPG-calen_martigues.jpg- 789_001Entree_tunnel_du_Rove.jpg

De gauche à droite:
- Une illustration montrant le Canal de Caronte avec les bancs de sable qui servaient de Bourdigues
- La pêche au Calen, typique des Martigues, dont le mets recherché (et cher!) est la Poutargue
- Entrée du Tunnel du Rove, (côté Marseille) début du canal de Marseille à Arles

2.4.3 - MARTIGUES, AUJOURD'HUI


Martigues a su conjuguer économie, urbanisme et tourisme.
Quelques films, tournés en ses murs, ont fait connaître (ou reconnaître) Martigues: "La cuisine au Beurre" , avec Fernandel et Bourvil, entre autres
Les belles maisons, colorées, se reflétant dans les eaux du Canal de Caronte ou le Miroir aux Oiseaux, ont permis de nommer Martigues la Venise Provençale

-330px_Maison_dite_au_chapeau_de_gendarme_Martigues_France_B_W_.jpg---provence_french_riviera_lecarnavaldemartigues1.jpg-martigue_batiment_riviere2.jpg

Martigues_Quai_Brescon_et_canal_Saint_Sebastien_provence_french_tourisme_riviera.jpg
De gauche à droite:
- La maison au chapeau de Gendarme, située dans le quartier de l' Ile,
qui a servi de cadre au tournage du film "La Cuisine au Beurre"
- Le Carnaval de Martigues, qui se déroule au mois de septembre
- Le Miroir aux oiseaux
- Le quai Brescon et le Canal Saint-Sébastien: Le Miroir aux oiseaux sous un autre angle

 2.5 - LE MISTRAL - LOU MISTRAU



LE MISTRAL

En Provençal, le nom de ce vent est Lou Mistraoù : LE MAISTRE, Le MAITRE. Ce qui veut tout dire sur la puissance de ce vent.
On lui donne aussi le nom de VENT FADA (le vent fou !).
On pourrait aussi ajouter:" le Vent qui rend fou"
C’ est un vent sec et parfois violent, qui déboule sur la Provence, en passant par la Vallée du Rhône.
Malgré cette violence, c’ est un vent je dirais apprécié des Provençaux,
dans la mesure où il chasse les pollutions de l’ air (et il y en a malheureusement, entre autres, par les activités humaines)
Il dégage aussi le ciel des nuages annonciateurs de pluies.
Par contre, il n’ est pas du tout apprécié des agriculteurs, car il assèche très rapidement les sols et ralentit la pousse des végétaux.
Parfois ses colères vont jusqu’ à casser les arbres, pourtant habitués à ces brusques rafales.
Sans oublier les dégâts faits aux bâtiments (tuiles arrachées, poteaux téléphoniques cassés)

Il n’ est pas non plus apprécié des services de secours incendie.
En effet, quand vient la période des risques d’ incendies de forêts, la garrigue Provençale
est bien exposée aux caprices de ce vent qui vient contrarier l’ action des services d’ incendies
qui luttent contre les feux.
Des vigies de surveillance sont mises en place tout l’ été, pour guetter les départs de feux.
Lors des prévisions de mistral, les guetteurs sont encore plus attentifs,
et sont même aidés par des patrouilles circulant sur les pistes sillonnant les massifs arborés
afin d' alerter des randonneurs parfois inconscients des dangers et des risques.

Mais c’ est le vent de PROVENCE et on est bien obligé de faire avec !
Il a même inspiré des poètes, des chanteurs tel:
Fernandel avec le Monologue
L' ACCENT (Poème de Miguel Zamacoïs)

l_accent.JPG

Coup_de_vent_saisie.JPGRose_des_vents_en_provencal.jpgMistral_en_rade_de_Marseille.JPG

De gauche à droite
- Effets étonnants du Mistral
- Rose des vents en Provençal
- Coup de Mistral en rade de Marseille

 2.6 - LE PARLEMENT D' AIX - LOU PARLAMEN D' AIS


Le parlement d’ Aix.

Cette Institution a été créée et mise en place en 1501, par LOUIS XII, peu après l’ union perpétuelle
de la PROVENCE à la France, en 1482, par Louis XI.

Ce parlement est composé d’ un Président, de 11 conseillers (4 clercs et 7 laïcs).

C’ est une Cour de Justice, dotée d’ un avocat général, d’ un procureur des pauvres ( ?!),
de 4 secrétaires et greffiers et de 3 huissiers.
Ce Parlement est « calqué » sur celui de Paris, crée par Louis IX, pour juger au nom du Roi.
C’ est ainsi qu’ en 1545, le Président du moment, JEAN MAYNIER D' OPPEDE (1495-1558) appuyé par Le Cardinal de TOURNON, (1489-1562) organise le massacre des VAUDOIS DU LUBERON
Le plus souvent, les Etats se réunissaient pour voter les impôts

C’ est ce qui faisait dire le dicton: « Parlement, Mistral et Durance, les trois fléaux de la Provence »

En 1590, Henri IV installe un parlement rival à celui d’ Aix, qui ne le reconnait pas comme roi
Le Parlement reste stable jusqu’ à la dissolution de l’ ensemble des Parlements « régionaux », lors de la Révolution de 1789,

Fin du Parlement

L’ Assemblée départementale des Bouches du Rhône s’ installe à Aix, le 20 juillet 1790 ;
D’ autres assemblées sont formées dans la région, telle celles du Var ou des Basses Alpes,
dont les modes de fonctionnements reprennent les anciennes assemblées de Province,
pourtant à la merci des clubs révolutionnaires.
La création de ces Institutions provoque le démembrement de l’ ancienne administration provençale à la date du décret des 2 au 10 septembre 1790

Quelques gravures

Aix_la_cathedale_021.JPGvue_du_palais_des_Comtes_de_Provence.JPGJean_Maynier_d_Oppede.JPG

Giovanni_Capassini_Portrait_du_cardinal_de_Tournon.jpg220px_WaldoAtLutherDenkmal.JPG

De gauche à droite:
- L' ancien Palais
- Façade du Palais des Comtes de Provence (démoli en 1786)
- Jean Maynier d' OPPEDE (1495-1558)
En dessous
- Le Cardinal de TOURNON (1489-1562)
- Pierre VALDO (1140-1217)

 2.7 - UN PETIT FILM POUR PRESENTER LA PROVENCE

Désolé! un problème, (indépendant de ma volonté, selon la formule consacrée!)
a supprimé ce petit film.
J' espère bien vite pouvoir vous le présenter

-o-o-o-

Les écus et leurs descriptions que vous découvrez en-tête des rubriques, sont issues de



Provence_Arms.pngL'ARMORIAL DES COMMUNES DE FRANCE
ET DE
L'ARMORIAL DES COMMUNES
DES ALPES DE HAUTE PROVENCE
_departement_Alpes_de_Haute_Provence.svg.png

Blasonnement des armoiries de la Provence : (Ci-dessus à gauche)

D'or à quatre pals de gueules


Blasonnement des armoiries des Alpes de Haute-Provence : (ci-dessus à droite)

D’azur à la fleur de lys d’or surmontée d’un lambel de gueules
et soutenue d’une plaine denchée de trois pièces d’argent


PROVENCE



Armes de la Provence dites « anciennes », témoignées pour la première fois sous Raimond Bérenger V de Provence (1209-1245), petit-fils de Alphonse II d'Aragon.
Plusieurs hypothèses existent quant à l'origine de ce blason. Selon l'héraldiste français Michel Pastoureau, l'origine de ces armes serait provençale : il les attribue au Royaume d'Arles et, selon lui, c'est en gouvernant la Provence que les comtes de Barcelone auraient ramené ces armes en Catalogne.
Cette hypothèse est réfutée par l'héraldiste Faustino Menéndez Pidal de Navascués, selon lequel ce blason ne revint pas à Raimond-Bérenger IV en tant que comte de Barcelone, mais par une attribution légendaire au XVIe siècle des comtes de Provence à la maison royale d'Aragon, elle-même à l'origine du blason, par le biais du grand-père du Raimond-Bérenger V de Provence, Alphonse II d'Aragon
Une autre forme d'armoiries de la PROVENCE peut être visible: (ci-dessous)

Blason_Provence_Anjou.svg.png

D’azur, à la fleur de lys d’or,
surmontée d’un lambel de gueules

Ces armes remontent au XVIIIe siècle : il s'agit d'une version simplifiée des armes des ducs d'Anjou capétiens qui, à compter de Charles Ier en 1245, sont comtes de Provence.

D' autres précisions sur les armoiries de la Provence ici


ALPES DE HAUTE PROVENCE


Blason_departement_Alpes_de_Haute_Provence.mod_1.svg.png

-o-o-o-

Dans cette Chronique, voici l'histoire succinte mais intéressante de ces deux Familles, qui, à un moment de leurs Histoires respectives, se sont unies pour permettre à l'auteur de ces lignes d'exister


-o-o-o-

----------------
L'arbre est illustré par une photo de la personne ou par des armoiries.
Ces armoiries représentent le lieu natal de la personne.

----------------

 3 - MES CHRONIQUES

1) Familles PLAUCHUD
Vous y trouverez la vie et les activités de deux personnes remarquables:

EUGÈNE PLAUCHUD


cornue_sepia.jpg

LA DYNASTIE DES TANNEURS DE BARJOLS

.
tanneries16e_1.JPG

2) Familles JOURDAN x COULON3) Famille COULON Si vous consultez l' arbre au sujet de la Famille COULON, vous pourrez remarquer que l' orthographie "COULON" comporte plusieurs variantes; selon l' humeur du greffier qui enregistrait les actes; ainsi, on trouve "COULLOMB"; "COLOMB"; "COULLON"; etc.(parfois, pour une même personne l' orthographie varie entre l' enregistrement de l' acte de naissance et celui de son décès!)
Mais les filiations ont été vérifiées sur les AD, au fur et à mesure des recherches.
4 JOURDAN en Alsace5) Jean Marc Gaspard ITARD6) Barjols7) La Martinique8) Le Mexique9) Répartition géographiqueBonne lecture.

Index
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content