Ferdinand II D'ARAGON
Ferdinand II D'ARAGON
 le Catholique


  • Born 10 May 1452 (Monday) - Sos (aujourd’hui Sos del Rey Católico)
  • Deceased 23 January 1516 (Sunday) - Madrigalejo,aged 63 years old
  • Roi de Castille
1 file available 1 file available

 Parents

 Spouses and children

 Half-siblings

On the side of Jean II D'ARAGON 1398-1479

 Notes

Individual Note

Ferdinand II d'Aragon dit le Catholique (en castillan Fernando II el Católico ; en catalan Ferran el Catòlic), né le 10 mai 1452 à Sos (aujourd’hui Sos del Rey Católico) et mort le 23 janvier 1516 à Madrigalejo, est roi de Castille et León de 1474 à 1504 (par mariage, sous le nom de Ferdinand V), roi d'Aragon, de Valence, de Majorque, de Sardaigne et de Sicile et comte de Barcelone de 1479 à 1516 (de son propre chef), comte de Roussillon et de Cerdagne de 1493 à 1516, et enfin roi de Naples en 1503.Jeunesse[modifier | modifier le code]Fils du roi Jean II d'Aragon (1398-1479) et de sa seconde épouse Jeanne Enríquez (1425-1468), Ferdinand hérite des possessions de la couronne d'Aragon à la mort de son demi-frère Charles d'Aragon qui s'était rebellé contre leur père, le prince de Viane, héritier de la Navarre, en 1461. En 1466, il atteint sa majorité. Deux ans plus tard, il est nommé roi de SicileUn mariage très contesté[modifier | modifier le code]Le 14 octobre 1469, il épouse secrètement à Valladolid la future Isabelle Ire de Castille (1451-1504). En effet, le roi de Castille, Henri IV, et demi-frère d'Isabelle est opposé à cette union. Celui-ci préfère comme son frère aîné, Charles d'Aragon2. Mais il meurt prématurément, peut-être empoisonné. Ferdinand a eu aussi d'autres concurrents : Louis XI souhaite éloigner son frère cadet, le duc de Berry, Edouard IV d'Angleterre propose également son frère. Le roi de Portugal Jean II est un candidat plus sérieux.

À cette époque, Ferdinand, malgré ses dix-sept ans, a déjà une maîtresse en titre qui lui a donné un enfant illégitime3. Une historiographie favorable à Isabelle a soutenu son précoce génie politique : elle aurait compris le prodigieux avenir de l'union de la Castille et de l'Aragon. Mais Ferdinand n'est pas à cette époque le prétendant le plus riche et le plus puissant. Il n'est "que" le fils d'un roi aveugle, Jean II, dont le Roussillon a été livré en gage à Louis XI et dont les sujets catalans sont entrés en révolte. Il ne dispose pas de Naples (aux mains de son cousin) mais seulement de la Sicile. L'Aragon est un royaume plus petit et moins peuplé que la Castille. Une alliance avec le roi du Portugal qui a entamé une expansion commerciale profitable en Afrique paraît plus intéressante4. Pourquoi donc l'avoir choisi ? Isabelle estime en fait que les Aragonais sont les seuls à soutenir ses droits de princesse héritière face à sa nièce.

Les promis, qui sont cousins au troisième degré, n'ont pas obtenu la dispense papale nécessaire et sont obligés de recourir une fausse bulle du défunt pape Pie II5 fabriquée dès 1464 par le père de Ferdinand. Le pape aurait autorisé le jeune homme a épouser la jeune fille de son choix, laissant en blanc le nom de la fiancée. Le successeur de Pie II, Paul II, est en effet très favorable à Henri IV et ne répond pas aux demandes des ambassadeurs aragonais.

Ce mariage politique s'avère heureux, malgré les infidélités de Ferdinand qu'Isabelle tolère. Contrairement aux mariages princiers de cette époque, Isabelle et Ferdinand passent beaucoup de temps ensemble.

Néanmoins, sur le plan politique, le mariage est très impopulaire : en plus de la désapprobation du roi de Castille, il suscite celle des Grands de Castille et d'Aragon, très attachés à leur indépendance et privilèges. Chacun redoute la sujétion de l'autre. En dehors de la famille de Ferdinand, de l'archevêque et de l'amiral Enriquez, un petit nombre de Grands et de moindres seigneurs sont présents. Les fêtes sont joyeuses mais sans faste : il a fallu emprunter pour couvrir les frais.Malgré tout, le mariage manque de légitimité : Isabelle et Ferdinand n'ont toujours pas obtenu l'accord du roi de Castille. Or, à cette époque, se marier sans l'accord de son suzerain signifie une trahison pure et simple. C'est de cette manière que l'entend son frère dans la lettre qu'il lui envoie en juin 1470 : Isabelle s'est mise en état de rébellion et sera traitée comme telle6.

Pendant quatre ans, le couple erre de place forte en place forte. Il manque d'argent et de soutien, hormis celui de l'archevêque de Tolède. La mort du pape Paul II le 26 juin 1471 et l'avènement de Sixte IV, influencé par le vice-chancelier Rodrigo Borgia (le futur Alexandre VI) marquent un tournant : le couple est absous d'un acte qui aurait pu entraîner une excommunication. Malgré tout, l'accession au trône de Castille d'Isabelle n'est pas assurée : Henri IV reconnaît sa fille Jeanne comme unique héritière et les Grands ont fait le serment de la servir. Il aurait rédigé un testament dans ce sens mais Ferdinand l'aurait brûléDescendance[modifier | modifier le code]De son union avec Isabelle, Ferdinand a cinq enfants :

Isabelle d'Aragon, héritière de Castille en 1498, épouse en 1490 Alphonse de Portugal (1475-1491) puis en 1497 Manuel Ier (1469-1521), roi du Portugal , son cousin d'où un fils, Michel de la Paix (1498-1500), héritier des trônes de Castille, Aragon et Portugal.Jean (1478 † 1497) épouse en 1497 Marguerite d'Autriche (1480-1530) d'où une fille mort-née ;Jeanne Ire d'Espagne (1479-1555), dite Jeanne la Folle, héritière des royaumes de Castille, puis d'Aragon, et mère de Charles Quint,Marie d'Aragon (1482-1517), seconde épouse, après sa sœur Isabelle, du roi du Portugal Manuel Ier.Catherine d'Aragon (1485-1536), épouse de Arthur Tudor, héritier de la couronne d'Angleterre, puis de son frère, le futur Henri VIII et mère de Marie Ire d'Angleterre.Mort de Ferdinand d'Aragon[modifier | modifier le code]Un chroniqueur fait une rapide mention de l'empoisonnement de Ferdinand31. D'après lui, il serait tombé malade après avoir bu une potion de fertilité donnée par Germaine de Foix : "Et la cour étant dans cette ville, durant le mois de mars, et le roi Ferdinand à Carrioncillo, lieu éloigné de Medina d’une lieue, lieu agréable et abondant en gibier, il se reposait avec la reine Germaine sa femme ; en conséquence son Altesse eut tellement envie d’avoir une descendance, en particulier un fils qui hériterait des royaumes d’Aragon que la reine lui fit donner certains breuvages à base de testicules de taureau et de choses de médecine qui aidaient à avoir une descendance ; car on lui laissa entendre que leur action serait immédiate. Même si certains pensèrent que du poison lui avait été donné"32.

Ainsi, Germaine de Foix voulant améliorer les performances de son époux dont elle n'a eu qu'un fils mort-né, demande à Isabel de Velasco de préparer un breuvage à base de testicules de taureau, et de cantharidine. Rappelons que la cantharidine est une substance tirée d’un insecte, la mouche dite d’Espagne ou de Milan, célèbre depuis l’Antiquité pour ses propriétés aphrodisiaques : une poudre faite à partir de l’insecte était reconnue alors comme propice aux érections. Cependant, une surdose peut être mortelle. Ferdinand n’en réchappa pas. Surdose involontaire ou empoisonnement, le doute plane dans les écrits historiographiques d’alors

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

a picture
Ferdinand 1er D'ARAGON 1380-1416
 a picture
Éléonore D'ALBUQUERQUE 1374-1435
 Fadrique ENRIQUEZ DE MENDOZA Merina DE CORDOUE ca 1394-1441
||||






||
a picture
Jean II D'ARAGON 1398-1479
 a picture
Jeanne ENRIQUEZ 1425-1468
||



|
a picture
Ferdinand II D'ARAGON 1452-1516