Mathieu Édouard WERLÉ
(Édouard WERLÉ)


  • Né le 30 octobre 1801 - Wetzlar, diocèse de Trèves, royaume de Prusse
  • Décédé le 6 juin 1884 - Reims , à l’âge de 82 ans
  • Inhumé le 10 juin 1884 - Cimetière du Nord
  • Négociant (1836), associé de la Veuve Clicquot-Ponsardin, juge suppléant au Tribunal de commerce (en 1838), juge (en 1840), président du tribunal de commerce (en 1846), conseiller municipal en 1843,
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

commandeur de la Légion d’honneur, officier de l’Instruction publique, commandeur de l’ordre de St-Grégoire-le-Grand, administrateur de la Compagnie des chemins de fer de l’Est et président du conseil d’administration du chemin de fer de la Suippe, ancien maire de la ville de Reims, ancien député au corps législatif, ancien président du tribunal de commerce, ancien membre du conseil général de la Marne et de la chambre de commerce de Reims (1884).

cf. Eugène Dupont, La Vie rémoise en 1884 : Enfin, une haute personnalité qui remplit du bruit de son nom ; pendant des lustres, la cité tout entière, l’ex-maire et député de Reims sous l’Empire : Mathieu Édouard Werlé décède, frappé de congestion cérébrale, à 81 ans, en son hôtel, rue du Marc, 18. Né le 30 octobre 1801 à Wetzlar, district de Trèves, en Rhénanie française d’alors. Venu dans notre ville pour y remplir d'importantes fonctions à la firme Clicquot, des champagnes, il devait en être un jour le principal dirigeant et associé. Le 20 septembre 1836, il épousait Louise Émélie, fille des Boisseau-Jeunehomme, de la bourgeoisie commer¬çante rémoise. Entré au Conseil municipal en 1843, il en fut le maire, de 1852 à 1868, à la façon des bourgmestres de son pays, c'est-à-dire autoritaire mais bienfaisante. En 1868, il fut le compétiteur heureux de Jules Simon à la députation, et il siégea, parmi les soutiens de l’Empire, jusqu'à la déban¬dade de 1870, qui devait faire le malheur de la France. À ce moment périlleux, il se ressouvint de ses origines, du moins en donna l’impression : il s’abstint dans le vote sur la déclaration de guerre à la Prusse. Pendant la guerre, ces mêmes origines l’aidèrent à pallier, pour la cité qui l’avait adopté, les rigueurs de l’invasion, dont il était, pour sa quote-part, si minime qu'elle fût, le responsable ! On trouve, dans les Mémoires de Moritz Busch, secrétaire de Bismarck, à propos de son passage à Reims en septembre 1870, des détails circonstanciés où l’on trouve trace de l’intervention de Édouard Werlé dans les rapports pénibles entres envahis et envahisseurs. Faisons-y de larges emprunts, en tenant compte de la suffisance connue de l’auteur, personnage louche, sujet à caution.

 Sources

  • Décès: en son hôtel, 18, rue du Marc

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jean WERLÉ †1806   Anne-Catherine WERLÉ †1800   Jean Michel PELZER †1785   Anna Barbara PELZER †1803
| | | |






| |
Jean Adam WERLÉ †1817   Catherine PELZER †1812
| |



|
portrait
Mathieu Édouard WERLÉ 1801-1884



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content