H  Pierre ESTEVA

(Pierre Joseph ESTEVA)


  • Né en 1853 - Épernay
  • Décédé le 19 août 1915 - Paris, à l'âge de 62 ans
  • Inhumé le 21 août 1919 - Reims, Cimetière du Sud
  • Négociant en bouchons (1880), fabricant de bouchons (1880, 1889)

 Union(s) et enfant(s)

 Notes concernant l'union

Cf. Eugène Dupont, « La Vie Rémoise en 1878 » : Les Esteva continuent à faire souche de bons et indéfectibles Rémois. La majeure partie de notre meilleure citoyenneté est faite de ces alluvions. Pierre est né à Épernay en 1853 de François-de-Paul Esteva-Menuet, lequel vint installer, vers 1860, ses pénates dans la rue du Barbâtre, 93, avec son outillage de bouchonnier. Il épouse Héloïse Collin, 22 ans, fille de Hubert Collin-Millet, marchand de laines dont les affaires ont prospéré aussitôt la guerre 1870-71 terminée, et qui a ses bureaux et magasins de blousses rue de l’Écu, 16. Collin-Millet, qui a pour associé son frère Julien Collin, beau-père d’un lieutenant aux 132e de ligne, Bléger, eut la fantaisie de créer à Cernay une propriété comportant maison d’habitation et vaste jardin à fleurs et légumes. Comme l’eau potable était difficile à se procurer dans le village, il fit construire un élévateur hydraulique avec roue à ailettes fonctionnant sous le vent. Le coût de l’entreprise se révéla comme devant dépasser les devis prévus, et Collin ne put se retenir d’avouer soudain à ses amis qu’il avait fait une folie, – d’où ce surnom de Folie-Collin que l’on donna dès lors à ladite propriété. Pierre Esteva est décédé pendant la guerre , mais sa veuve et ses enfants sont venus après le grand exode réhabiter leur immeuble reconstruit, avenue de la Suippe, à proximité des ateliers de bouchonnerie qu’ils exploitent rue de Chevigné. Des parents et amis qui signèrent à l’état civil à l’occasion de ce mariage, il ne reste plus que des noms et des souvenirs, s’effaçant peu à peu de la mémoire des survivants pour disparaître en dernier ressort à l’extinction de la race. Ils étaient quatre, comme dans la chanson : l’oncle Julien Collin, chevalier de Thélème, dégustateur émérite de nos crus champenois devant l’Éternel et le comptoir de Rolin, rue Rogier ; âgé alors de 50 ans, il habitait rue de l’Avant-Garde, 2 ; un autre oncle paternel, Jean-Louis Collin, meunier à Vouziers ; le bel et imposant Noblesse, orgueil de la Chambre des huissiers, et M. Barbier, fabricant de poudrette, priseur émérite, habitant boulevard des Promenades, 71.

 Sources

  • Famille: JYS (06/2008)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

  Aperçu de l'arbre



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content