Message d'information du propriétaire de l'arbre

close
Connaître le passé peut nous aider à comprendre le présent, pour mieux appréhender l'avenir.

Joseph Antoine Charles MULLER
Joseph Antoine Charles MULLER
Baron d' Empire, par Lettre patente de l'Empereur Napoléon 1er (10 septembre 1808), Officier de la Légion d'Honneur (7 juillet 1807), Personnage

  • Né le 13 mars 1775 (lundi) - Epfig, canton de Barr, arrond. de Sélestat-Erstein, Bas-Rhin
  • Baptisé le 14 mars 1775 (mardi) - Epfig, canton de Barr, arrond. de Sélestat-Erstein, Bas-Rhin
  • Décédé le 6 mai 1853 (vendredi) - Nancy, Meurthe-et-Moselle,à l'âge de 78 ans
  • Inhumé
  • Colonel, Baron d'Empire, officier de la Légion d'Honneur, chevalier de Saint-Louis
3 médias disponibles 3 médias disponibles

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

Chevalier de la Légion d'Honneur le 26/03/1804. Officier le 07/07/1807.

- Etat des services établi à Grenoble le 25/01/1817 :

- Entré au service comme cadet volontaire au régiment du Boulonnois, 82ème d'infanterie de ligne, devenu le 79ème, le 01/05/1789.

- Sous-lieutenant le 12/10/1793 - Lieutenant le 17/12/1793 - Capitaine le 25/11/1795.

- Aide de camp du maréchal McDonald, commandant l'Armée de Naples, le 25/02/1799. Passé en cette qualité à la 49ème 1/2 brigade, le 26/03/1802.

- Major au 65ème régiment d'infanterie de ligne, le 22/12/1803 - Lieutenant-colonel aux Grenadiers à pied de la Garde, le 01/05/1806 - Colonel du 12ème régiment d'infanterie de ligne, le 20/10/1806.

- Commandant d'armes à Ostende, le 31/03/1812 - Aide de camp de S.E. le Ministre de la Guerre, le 31/08/1813.

- Colonel du 26ème régiment d'infanterie de ligne le 16/07/1814.

- Admis à la retraite par décret de Bonaparte le 19/04/1815.

- Nommé colonel de la Légion de l'Ardèche par ordonnance du 11/10/1815.

- Retiré au château de Bois-Ferrand, commune de Moulins (Manche).

Campagnes :

- 1792 à l'Armée de Savoir - 1793,1794,1795 à l'Armée des Pyrénées-Orientales - 1796,1797,1798,1799,1800 aux Armées d'Italie, de Rome et de Naples - 1802 à l'Armée des Grisons - 1803 sur les côtes de Cherbourg - 1804 sous Brest - 1805 en Hollande - 1806,1807 à la Grande Armée - 1809 en Autriche - 1812 commandant d'une place de première ligne en état de guerre - 1813 et 1814 en Catalogne et à la Grande Armée.

Blessures :

Blessé d'un coup de feu au genou gauche en 1794 à la défense du camp retranché de Collioure, Armée des Pyrénées-Orientales - Blessé d'un coup d'arme blanche à la cuisse gauche à l'attaque du camp de St.Laurent de la... (un mot) en avant de la fonderie espagnole, en 1794, Armée des Pyrénées-Orientales - Blessé d'un coup de feu au genou droit à la bataille de Pultusk (?) en décembre 1806, Grande Armée.

- Décorations :

Membre de la Légion d'Honneur le 26/03/1804 - Officier de l'ordre royal de la Légion d'Honneur le 07/07/1807 - Chevalier de l'ordre royal et militaire de St.Louis le 20/08/1814.

- Baron d' Empire, par Lettre patente de l'Empereur Napoléon 1er (10 septembre 1808)

- Son blason de Baron est "écartelé", c'est-à-dire divisé en quatre quartiers. Les meubles sont les suivants : au 1er, d'azur au soleil rayonnant d'or, dissipant un nuage d'argent - au 2ème, des barons militaires (c'est-à-dire de gueules à l'épée haute en pal d'argent) - au 3ème d'argent au bouclier de sable, bordé et clouté d'or - au 4ème, de sable à la roue de moulin d'or.

- En octobre 1815 il est désigné comme colonel de la Légion de l'Ardèche. C'est pendant cette affectation qu'il est mêlé à une sombre histoire dont nous n'avons connaissance que par un seul document figurant à son dossier. Un rapport adressé au ministre de la police générale en date du 23/09/1816, mentionne les faits suivants :

Le baron Muller, colonel de la légion de l'Ardèche, traduit devant la Cour prévotale de la Drôme comme prévenu d'une tentative de meurtre sur un voiturier, a été acquitté de ce chef d'accusation et condamné seulement comme coupable d'imprudence à un emprisonnement de 15 jours."''

Que s'est-il passé ? Sans doute un coup de sabre donné par l'officier à un contradicteur politique. Le rapport anonyme fait part d'une réflexion du préfet de la Drôme estimant que : "cette affaire bien que jugée ne doit pas être regardée comme terminée et que l'effet produit sur l'opinion publique exige peut être quelque disposition particulière à l'égard du colonel."

Plus objectif que le préfet, le policier rédacteur du rapport constate que dans cette affaire : "les passions politiques et la malveillance ont au moins autant de part qu'un sentiment naturel de justice."

Le baron d'Empire fut-il incarcéré ? On peut en douter, car nous savons qu'il occupera son poste en Ardèche jusqu'au 1er septembre 1819, date de sa retraite définitive, sans faire l'objet d'une mesure administrative. D'autre part, à l'époque de l'affaire en ce même mois de septembre 1816, les royalistes constitutionnels avaient pris le pouvoir et évincé les Ultras, instigateurs de la "terreur blanche légale" par la promulgation de plusieurs lois d'exception.

La trace du colonel Müller est ensuite perdue."

( extrait de l'Annuaire 1991 des Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat, article du colonel Jean Pons, p.119,120.)

- Voir aussi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Antoine_Charles_de_Muller

Baptême

- Acte de baptême. Parrain : NEBEL Joseph Antoine, "inspector sylvanus et venationes". Marraine : Marie Richarde ... (un mot), épouse de François Baptiste Louis REMY, de Bischoffsheim.

Décès

Lieu du décès incertain.

Inhumation

??

 Sources

  • Naissance: acte de baptême
  • Baptême: Epfig, B, 1768-1782 (1775), 3E124/4
  • Famille: Annuaire 1991, "Les Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat", p. 119, 120, 121

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

   
Barthélémy Louis MULLER 1739-1810 Marie Thérèse NEBEL †1810/
||



|
portrait
Joseph Antoine Charles MULLER, Baron d' Empire, par Lettre patente de l'Empereur Napoléon 1er 1775-1853