Roger , Henri MELET
Roger , Henri MELET
Sosa :8
  • Né le 9 novembre 1893 - Angoulême 16, , , ,
  • Décédé le 14 septembre 1975 - Reims 51, , , ,,à l'âge de 81 ans
  • Instituteur
6 médias disponibles 6 médias disponibles

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

Quelques informations sur mon grand-père Roger Mélet .

Issu d'une famille de travailleurs ( son père est charpentier , sa mère lingère ) , il a voulu être instituteur , ce qui avant 1900 est un métier enviable .Il obtient son Certificat d’Etudes Primaires vers 1905 , il entame ses études pour devenir instituteur ; il obtient son certificat d’Etudes Primaire Supérieures le 11 Juillet 1911 , et son Brevet de Capacité pour l’enseignement Primaire le 24 juin 1911 ; il termine l’Ecole Normale en obtenant son Certificat de fin d’Etudes Normales le 21 Juillet 1914 . La guerre arrive , il est incorporé le 1 Octobre 1914 ( sur son registre matricule , il est élève maître d’école ) ; à la fin de la guerre , il obtient le Certificat d’Aptitude Pédagogique le 20 Novembre 1918 ( devant une commission d’examen réunie à Angoulême ) … ; il se marie le 9 Juin 1919 à Oyré avec Valentine Lirand .

Première affectation en commun avec Valentine : Messeux 16700 Ruffec le 21/10/1919 ( c'était un village très pauvre ;Valentine était chargée des petites classes , Roger des grandes classes , et Roger racontait qu'elle ne comprenait pas toujours ses élèves qui parlaient en patois charentais ; par exemple " iceu grappe " ( orthographe non garantie ) : il fait froid...; ils devaient aller chercher l'eau à une fontaine en dehors de l'école , et pendant des hivers froids ils ont entendu hurler des loups ce qui terrorisait la jeune femme , mais n'impressionnait guère Roger qui sortait de tant d'années de guerre )Ce fut pourtant pour eux la période la plus heureuse de leur vie ..

Puis le 22/10/1921en poste à Coussay les Bois dans la Vienne ; puis à Châtellerault vers 1936

Valentine Lirant était la marraine de guerre de Roger Mélet depuis environ 1916 . Ils formèrent un couple uni et aimant , la mort inattendue de Valentine en 1968 fut un déchirement pour Roger Mélet

Roger Mélet , soldat valeureux pendant la guerre 14-18

Classe 1913 , il est incorporé le 1 Octobre 1914 , n’ayant pas encore passé son CAP d'Instituteur .
L’école Normale était avant la guerre de 1914 un lieu d’endoctrinement patriotique et nombre des futurs instituteurs se sont engagés en masse .Il avait suivi des cours d’élève aspirant à Saint Maixent du 3 janvier au 21 avril 1913 ; ce qui lui a valu le grade de caporal dés son incorporation .Le 20 janvier 1915 , sa mère lui écrit : Caporal Roger Mélet , 100 ième RI , 32 ième Compagnie à Tulle ; il attend son départ pour le front .

Il intègre le 31ième RI , anciennement Régiment d’Aunis ( qui porte actuellement sur le drapeau les inscriptions , Vauquois 1915 ; L’Aisne 1917 ; Champagne 1918 ) où il arrive entre le 21/01/1915 et le 12/02/1915 , le régiment étant au repos pour la première fois depuis le début de la guerre . L’état major a de grandes ambitions pour le 31ième "prendre VAUQUOIS " en Argonne ; l’offensive est préparée à partir du 12 février et dans la nuit du 16 au 17 février les troupes , dont le 31 ième prennent leurs emplacement de combat . Certainement le baptême du feu pour Roger .. ; attendre au pied de la butte de Vauquois , sortir de la tranchée au sifflet du colonel commandant l'attaque , sous les tirs de mitrailleuses et au milieu des obus atteindre le haut . L’attaque est excessivement meurtrière et échoue .. Il s'en tire ..
Le 1er mars 1915 , nouvelle attaque sur VAUQUOIS , à laquelle participe Roger Mélet .
Ce jour là , le caporal Roger Mélet est blessé griévement ; il est évacué à Bergerac où il arrive le 5 mars 1915 et où il va rester jusqu’au 19 mai 1915 ;(blessure à la fesse droite , et de la partie posterio interne de la cuisse à la partie superio externe du genou ). Blessé le 1 mars 1915 , il ne participe pas aux violentes contre-attaques du 2 au 4 mars 1915 .
On peut supposer qu’après le 19/05/1915 , il retourne dans son régiment et qu’il vivra des combats journaliers .

Roger Mélet , sergent , 31ième RI , est blessé de nouveau , le 26 mai 1916 à Vauquois ; il est alors évacué à Vichy ,où il arrive le 30 mai 1916 puis sur le centre hospitalier de St Etienne où il entre le 24 juin 1916 : plaies aux deux mains , blessure de guerre ( éclats d’obus ) .On ne sait pas combien de temps il est soigné à St Etienne .

Il est envoyé en stage de mitrailleurs , comme instructeur à Blois du 15 aout 1916 au 30 janvier 1917 ; le Capitaine Mercadier , laisse le commentaire suivant :
Très bon sergent instructeur , connaissant bien son matériel techniquement et tactiquement , fera un bon chef de section de mitrailleuses et ultérieurement un bon chef de peloton de mitrailleuses . a été l’objet d’une proposition de sous – lieutenant

Pendant ce temps son régiment le 31iéme Ri poursuit une guerre difficile ; jusqu’au 31 juillet 1916 à Vauquois , puis dans la Somme du 12 septembre 1916 au 12 novembre 1916 ; 4 soldats seront fusillés pour l'exemple comme ayant fait échouer une attaque ... à eux tout seuls... Voyez et Revoyez le film Les sentiers de la gloire...
Roger Mélet , après la fin de son stage d’instructeur à Blois le 30 janvier 1917 , doit alors regagner son régiment le 31ième RI , qui est alors dans l’Aisne :Chemin des Dames , Berry au Bac . Le régiment est au camp de Lhéry ( près de Jonchery/Vesles ) pour instruction , et doit participer à l’offensive sur le BOIS des BUTTES le 16 avril 1917 ; le bois des Buttes domine tout le pays de Craonne à Berry-au-Bac ; c’est une redoutable forteresse que les Allemands ont fortifié , qui prend d’enfilade les lignes françaises ; Guillaume Apollinaire y fut blessé en 1916 .
Combats terribles .Le Bois des Buttes est pris.
A la suite des combats , le sergent Roger Mélet , 31ième RI , 3ième Compagnie , matricule 8726 , est cité
A l’ordre du Régiment , le 11 Juin 1917 , par le colonel Cuny :
"Blessé au cours de la campagne , a fait preuve dans tous les combats auxquels il a pris part d’un calme et d’un mépris du danger exceptionnels notamment au cours des violents assauts de Vauquois en 1915 "

A la suite des combats du 29 juin 1917 , contre-attaque allemande , le sergent Roger Mélet , 31ième RI , 3ième Compagnie , matricule 8726 , est cité le 5 juillet 1917 à l’ordre de la Brigade , par le Général Dauvé :
Le Général DAUVE , commandant la 20e Brigade d’Infanterie , cite à l’ordre de la Brigade
Sergent MELET Roger Mle 8726 Classe 1913 du 31ième :" Sous-officier plein de courage et de sang-froid a grandement coopéré à faire échouer l’attaque allemande du 29 juin 1917 en organisant la défense des points affaiblis par le bombardement et en résistant opiniâtrement aux tentatives d’infiltration de l’ennemi en 1e ligne . A obligé les assaillants à se replier en désordre ".


Roger Mélet , demande à rentrer dans les corps francs et rejoint le 9 janvier 1918; le 2e Régiment de Tirailleurs Marocains ; régiment créé à partir du 31/01/1918 ; il finira la guerre dans ce régiment .
Roger Mélet est blessé par éclats d’obus , à la cuisse droite , le 8 aout 1918 à Moreuil près de Hailles , bois Sénécat , dans la Somme
Il est soigné à l’ambulance 14/12 ( 12ième corps d’armée ) : Mélet Roger , sergent , 2ième Tirailleur Marocain , 2ième Compagnie , entré le 8/08/1918 , sorti le 13/08/1918 avec une permission de convalescence de 10 jours ; il réintègre donc son régiment le 23/08/1918 .
Historique du 2ième Tirailleurs marocains dans la période où Roger Mélet y était vraisemblablement jusqu’à la fin de la guerre .Transporté dans l’oise à partir du 11/04/1918 , puis dans la Somme , il est engagé du 8 mai au 24 mai 1918 vers le bois Hangard et Villers Bretonneux , puis du 30 mai à fin juillet face à Hangard : du 8 au 12 aout 1918 , il participe à la 3ième Bataille de Picardie ( attaque du plateau de Moreuil , vers Hailles et le bois de Sénécat ) .Retiré du front pour se reconstituer , il remonte en ligne du 27 aout au 25 septembre 1918 et participe à la 2e bataille de Noyon ( conquête du faubourg de Paris , puis du faubourg d’Amiens et attaque du Mont Siméon ) puis à la poursuite vers Tergnier .Après une période de repos , il remonte vers le front . D’abord en 2iéme échelon , il passe en 1ere ligne le 2 novembre 1918 devant Hérie-la-Viéville et participe à la 2ième bataille de Guise , puis à la poursuite vers la Meuse par Hirson . En Novembre 1918 il est à Metz.

11 novembre 1918 ; fin des hostilités ; Roger Mélet parvient à passer son Certificat Aptitude Primaire à Angoulême le 20 Novembre 1918 ; mais toujours dans l'armée , placé au Service de L’Instruction Publique en Alsace Lorraine où il va enseigner jusqu’au 4 Septembre 1919 , date à laquelle il est démobilisé à Angoulême .
Croix de guerre avec deux étoiles en bronze dès juin 1917 ; médaille militaire mars 1930 ; Légion d'honneur à titre militaire Décembre 1939 .
Rappelé comme lieutenant d'Administration au Service de Santé à Tours dès aout 1939 , il retourne dans ses foyers en 1940 .

Comme beaucoup de combattants de la grande guerre , il ne parlait jamais de ce qu'il avait vécu et c'est seulement après sa mort que son fils Jacques a découvert son passé militaire , ses citations . Les quelques fois où il a commencé à en discuter avec nous ses petits enfants , en 1970 , il était submergé par l'atrocité de ses souvenirs et se couvrait le visage de ses mains et sa voix de stentor se voilait d'émotion ; il revoyait les copains de tranchée disparus et tout ce qu'il voulait oublier .
Il était un pacifiste convaincu , qui s'était battu avec un courage exceptionnel , courage qu'il a manifesté dans tous les engagements de sa vie .
Selon une expression qu'il affectionnait , et qui datait des années 1920 , on peut dire de lui : un chic type .



















-Domicile: Angoulême 16 ; Messeux 16 ; Coussay les Bois 86 ; Chatellerault 27 rue La Fontaine 86 , Reims 51

Naissance

L’an 1893 le 10 novembre à 2 heures du soir acte de naissance de Roger Henri Melet , du sexe masculin , né hier à 1 heure du soir au domicile de ses pere et mere , fils de Charles Melet , 29 ans , charpentier et de Marguerite Estève , 21 ans , tailleuse, mariés , domiciliés à Angoulême rue St Roch n° 136 ,… sur la présentation de l’enfant et la déclaration faite par le père , en présence de Georges Varache , 33 ans , charpentier , demeurant à Angoulême rue Godichaud n°16 et Léandre Thoreau , 31 ans , couvreur , demeurant à Angoulême Cour de l’Hippodrome témoins qui ont signé avec le déclarant et nous après lecture

Mentions marginales sur l'acte

marié à Oyré , Vienne le 9 juin 1919 avec Valentine , Juliette Lirant

décédé à Reims , Marne , le 14 Septembre 1975

Décès

Il décède à l'hopital Sébastopol , à Reims , des suites d'un cancer généralisé

Notes concernant l'union

Union avec Valentine , Juliette LIRANT

Mariage du 9 juin 1919 à Oyré entre : Roger Henri Mélet , instituteur né le 9/11/1893 à Angoulême , département de Charente , domicilié à Angoulême , fils majeur de Charles Mélet charpentier , présent et consentant et de feue Marguerite Estève ,décédée à Angoulême le 19 janvier 1919 d'une part etDemoiselle Valentine Juliette Lirant , institutrice ,née le 1/07/1899 à Oyré , département de la Vienne , domiciliée à Oyré , fille mineure de Pierre André Lirant cafetier et Ernestine Valentine Seiveau , son épouse , sans profession, domiciliés à Oyré , présents et consentants d'autre partLes futurs époux déclarent qu'il n'a pas été fait de contrat de mariageAucune opposition n'ayant été faite , les contractants ont déclaré l'un après l'autre vouloir se prendre pour époux , et nous avons prononcé au nom de la loi que Roger Henri Mélet et Valentine Juliette Lirant sont unis par le mariageDont acte en présence deBouyer Marcel , cordonnier âgé de 37 ans , domicilié à Angoulême , oncle de l'épouxDe Rousselot Albert , mécanicien , âgé de 22 ans , cousin de l'épouxDe Lunaud Emile , sans profession , âgé de 33 ans , domicilié à Paris , beau-frère de l'épouseDe Dixmier Jean , employé des chemins de fer , âgé de 45 ans , domicilié à Paris , oncle de l'épouseEt ont les comparants , leurs témoins et leurs parents signés avec nous le présent acte , le tout après lecture faiteSignature de V lirand , R MéletLirand ( père ) Seiveau ( mère )C Mélet ( père )Lunaud, Dixmier , Bouyer , RousselotL Varigaud , maire de Oyré

 Sources

  • Naissance: Angoulême naissance 1893 vue 110/137
  • Union: livret de famille de Roger Mélet et Valentine Lirant et acte en mairie de Oyré ( le 15/07/2015)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Pierre MELET 1832-1893 Cécile THIFFON 1836-1897 Jean ESTEVE 1834-1899 Jeanne BLANCHARD 1850-1917
||||






||
Charles MELET 1864-1924 Marguerite ESTEVE 1872-1919
||



|
Roger , Henri MELET 1893-1975