Jules Gustave CUVIER
Jules Gustave CUVIER
Sosa :4
  • Né le 24 septembre 1891 - DOUBS - Pont de Roide, 25, FRANCE
  • Décédé le 14 août 1944 - SEINE - Paris Iv, 75, FRANCE,à l'âge de 52 ans
  • Inhumé le 17 août 1944 - SEINE - Paris, 75, FRANCE
  • Ajusteur
1 média disponible 1 média disponible

A participé à la Grande Guerre

L'actualité de la guerre au jour le jour
Domicile lors de la mobilisation : Arcueil (94)

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

Propos recueillis auprès de Gustave CUVIER son fils le 17/10/1998
Jules CUVIER est né à Pont de Roide (25) en 1891.
Toujours d'après Gustave CUVIER, son père aurait été diplomé de l'école pratique de Montbéliard, il a commencé sa carrière comme dessinateur chez ... PEUGEOT!
En 1914 il a été mobilisé pour faire la guerre, en 1918 il est sergent à la 36ème compagnie d'aérostiers.
A la libération de la ville de Metz il fait la connaissance d'Albertine WEINMANN toute jeune Lorraine, qu'il marie un an plus tard. Le jeune couple s'installe à PUTEAUX en région parisienne où Jules trouve du travail chez DE DION BOUTON;mais sa jeune femme qui ne parle pas français, ne supporte pas de vivre seule dans ce pays si différent. Ils décident de revenir en Lorraine, à Montigny lès Metz, au 213 rue de Pont-à-Mousson c'est là que naît le 21/06/1920 leur filsunique Gustave.
Jules trouve du travail aux ateliers de chemins de fer du réseau Alsace et Lorraine (ancêtre de la SNCF).
C'est lui qui maintenant a des problèmes, il se trouve au milieu de gens qui sont en majorité de langue germanique, heureusement il n'est pas le seul très vite il devient ami avec un ancien de14 comme lui Victorin VIGREUX. Malgré son bonniveau d'instruction, qui pourrait lui ouvrir des possibilités de carrière, il refuse et préfère rester ouvrier.
Il faut dire que déjà avant la guerre il est partisan de JAURES, il s'engage à la SFIO, se syndique à la CGT, devient délégué du personnel, commence alors une vie faite de réunions et de congrès, son combat lui vaut d'être aujourd'hui dans le dictionnaire "cheminots et militants, un siècle de syndicalisme ferroviaire"
Ses meilleurs amis outre Victorin ont été Mrs JOPIN et BOUR, socialistes comme lui.

En 1940, retour des allemands dans notre région, lui le français, le vainqueur de 1918 est licencié par les nazis et mis manu militari dans un wagon à bestiaux en direction de PARIS. Sa femme qui est mise au courant par les amis prend une charette met le minimum, et s'en va essayer de retrouver son mari. C'est par hasard alors que le train est arrêté à quelques kilomètres de Metz, sur une voie de garage, qu'ils se retrouvent.

Ils s'installent pour la durée de la guerre à PANTIN au 25 rue BAUDIN, c'est au dépôt de chemin de fer de cette ville que Jules retrouve du travail.

Leur fils qui dans un premier temps s'était sauvé à TOULOUSE dans la famille, les rejoints en 1942, pour se marier.

Mais Jules est très vite malade, il est atteint d'un cancer de la gorge, il s'éteint au mois d'août 1944, non sans avoir eu l'ultime bonheur de tenir son premier petit fils dans ses bras.

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jules Alfred CUVIER 1832-1902 Lucine Félicie DEMOUGE 1842-1909 Jules Joseph Aimé SOCIE 1835-1913 Lexandrine Laetitia BOURGEOIS 1840-1908
||||






||
"Henri" Gustave CUVIER 1864-1933 Marie Marthe "Clara" SOCIE 1864-1945
||



|
portrait
"Jules" Gustave CUVIER 1891-1944