Eugène Emile MONTVIGNIER-MONNET
Eugène Emile MONTVIGNIER-MONNET
  • Né le 22 septembre 1893 - Paris, 15e
  • Cultivateur, commerçant en grain, puis métallurgiste
3 médias disponibles 3 médias disponibles

 Parents

 Union(s)

 Notes

Notes individuelles

Il a effectué son service militaire sous le matricule 1427 classe 1913 Chambéry. Il est châtain aux yeux bleus. Il mesure 1,72 m et a un niveau scolaire de degré 3. Le 26 novembre 1913, il incorpore le 11e Bataillon d'Artillerie à Pied. Le 21 novembre 1914, il est affecté au 55e RAC. Il sert un canon long Schneider de 155 mm au sein de la 51e Batterie du 1er Groupe Lourd. Le lendemain, il rejoint le front et positionne sa pièce face à Montfaucon, tenu par l’ennemi. Le village ne résistera pas à cette guerre. Le 1er novembre 1915, Eugène passe à la 7e Batterie du 112e RAL, qui est stationnée au mont St-Eloi, en Artois. Le 21 février 1916, les allemands lancent une vaste offensive sur Verdun. La situation devient vite insoutenable. L’état-major franco-britannique profite alors des circonstances pour tenter d’ouvrir une brèche sur la Somme. L’opération est confiée aux troupes du Commonwealth, mais sera soutenue par l’artillerie française. L’attaque débute le 1er juillet. Le succès est au rendez-vous, mais l’arrivée de la pluie met un terme à l’euphorie britannique. Elle transforme le champ-de-bataille en véritable bourbier, ralentissant nettement la progression alliée. Le 112e RAL rejoint la Somme le 6 août. Eugène installe son Schneider à Vauvillers, à l’est d’Amiens. Là, il va souffrir du feu intense de l’artillerie adverse et des attaques au gaz ypérite. Le 3 septembre, le 112e RAL tira 1 324 obus en 19 heures. Le 15 septembre, Eugène gagne le bois de la Pépinière où il participe à la prise de Combles et de Bouchavesnes. Cinq jours plus tard, il repousse une violente contre-attaque. Le 30 septembre, nouveau bond en avant. Le groupe est désormais installé dans le bois de Riez. Il y reste jusqu’au 9 novembre, avant d’être retiré de la zone de combat. Le 1er mars 1918, Eugène est envoyé à la 1ère Batterie du 312e RAL. Là, il va prendre part aux combats au Chemin des Dames. Le 1er août, il est transféré au 412e RAL. Le 1er novembre, Eugène est nommé 1er canonnier. Le 3 septembre 1919, il est enfin démobilisé par le 2e RAC. Il obtient son Certificat de Bonne Conduite. Le 1er juin 1921, il est versé au 54e RAC. Le 25 février 1922, il passe au 154e RAP. Le 1er février 1935, il est affecté au CMI n°141. Le 24 septembre 1938, l’administration militaire le rattache à une classe antérieure comme "Père de 5 enfants". Le 12 avril 1939, il est rappelé à l'activité et envoyé au CMI n°141. Le 3 mai, il est renvoyé dans ses foyers. Le 22 août, il est de nouveau mobilisé et affecté au Dépôt d'Infanterie n°141. Le 28 octobre 1940, il est définitivement renvoyé dans ses foyers.

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

   
Jean François MONTVIGNIER-MONNET Emelie Céline Caroline LACHENAL
||



|
portrait
Eugène Emile MONTVIGNIER-MONNET 1893