Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Sur mon arbre, vous pouvez trouver de nombreuses familles aveyronnaises mais aussi des nobles et des célébrités...

Vous pouvez consulter ma Chronique Familiale.

Les récompenses civiles ou militaires et les Morts pour la France sont en signets sur les fiches.

Contactez-moi si vous avez remarqué une erreur ou si nous avons une branche commune !

Je parle français - I speak english - Hablo español - Les infos des - de 100 ans sont masquées 


  • Né le 3 octobre 1898 (lundi) - Tbilissi (Tiflis), Géorgie (Empire Russe)
  • Décédé le 10 septembre 1944 (dimanche) - Bordeaux, 33063, Gironde, Aquitaine, France , à l’âge de 45 ans
  • Intellectuel géorgien, interprète en allemand

 Parents

 
  • Ivane ZOURABICHVILI 1870-1940
  • Député de la Constituante 1920-1921, Directeur des Chemins de Fer Géorgiens
 

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

Georges Zourabichvili était un intellectuel géorgien né le 3 octobre 1898 à Tiflis (Empire russe, aujourd'hui Tbilissi en Géorgie), mort le 10 septembre 1944 à Bordeaux, France. Le récit de sa collaboration avec l'Allemagne nazie et de sa disparition obscure a été raconté par Emmanuel Carrère, son petit-fils, dans Un roman russe (2007).

Fils d'un ancien ministre du gouvernement géorgien (1920-1921), il est le père de l'historienne Hélène Carrère d'Encausse et du compositeur Nicolas Zourabichvili. C'est donc le grand-père de l'écrivain Emmanuel Carrère, du philosophe François Zourabichvili et du médecin journaliste Marina Carrère d'Encausse.

Extrait d'Un roman russe[modifier | modifier le code]
Dans son roman Un roman russe, Emmanuel Carrère lève un tabou familial en donnant des détails sur son grand-père et sa disparition tragique :

« […] Mon grand-père maternel, Georges Zourabichvili, était un émigré géorgien, arrivé en France au début des années 20 après des études en Allemagne. […] Les deux dernières années de l’Occupation, à Bordeaux, il a travaillé comme interprète pour les Allemands. À la Libération, des inconnus sont venus l’arrêter chez lui et l’ont emmené. Ma mère avait 15 ans, mon oncle 8. Ils ne l’ont jamais revu. On n’a jamais retrouvé son corps. Il n’a jamais été déclaré mort. Aucune tombe ne porte son nom. Voici, c’est dit. Une fois dit, ce n’est pas grand-chose. Une tragédie, oui, mais une tragédie banale, que je peux sans difficulté évoquer en privé. Le problème est que ce n’est pas mon secret, mais celui de ma mère… »

 Aperçu de l'arbre

     
Ivane ZOURABICHVILI 1870-1940   Nino NICOLADZÉ 1873-1959
| |



|
Georges ZOURABICHVILI 1898-1944



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content