Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

 

 

 

 


Jean René Marie CORRE (LE)
Jean René Marie CORRE (LE)
  • Né le 15 février 1897 (lundi) - - Plogonnec, canton de Quimper, Finistère
  • Décédé le 23 juillet 1966 (samedi) - 3 Rue Etienne Gourmelen - Quimper, 29232, Finistère, Bretagne, France,,à l'âge de 69 ans
3 médias disponibles 3 médias disponibles

 Parents

 Union(s)

 Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

 1 - CORRE (LE) Jean René (1897-1966)

LE CORRE Jean René naît le 15/02/1897 à Plogonnec (Stang Kerorédan), septième dans une fratrie de 13 enfants, fils de Pierre, cultivateur, âgé de 36 ans et de Marie Catherine LE HENAFF, ménagère , âgée de 30 ans. Il se marie le 10/06/1923 à Plogonnec avec HENAFF Jeanne Marie cultivatrice, née le 25/09/1895 à Plogonnec, fille de René et de Jeanne LE GRAND. Le couple aura cinq enfants.Cultivateur domicilié à Plogonnec, au conseil de révision, sa fiche matricule n°1324 au bureau de recrutement de Quimper, le dépeint : les cheveux blonds, les yeux bleusun mètre 64 de taille.

Page1_4.jpg

 2 - Jean-René 18 ans est ajourné pour faiblesse en 1915 et en 1916.

Passé au 10e escadron du train le 16 décembre 1918,Un jeune homme, sans aucune maladie, peut être ajourné pour faiblesse. La faiblesse est la principale des raisons d'ajournement, avant de passer devant le major, les conscrits sont appelés chacun leur tour, ils sont nus sont pesés et passés sous la toise, les chiffres de la taille et du poids sont proclamés par le sergent de recrutement ou le gendarme et inscrits sur une fiche remise au futur soldat. D'autre part, un médecin ayant un peu d'expérience a vite fait de mesurer de l'œil le périmètre de l'homme placé devant lui.Le conscrits s’ils font moins de 1,54 m, pas de service militaire ou s'ils est jugé trop faible lorsque l'indice est, en moyenne, supérieur à 30. On ajourne souvent à 27. L'indice est le rapport entre la taille, le poids et le périmètre thoracique du conscrit.

Le_Miroir_entierement_illustre_..._bpt6k6527304t_13.jpeg

 3 - Il est classé service armé par la commission spéciale de réforme de Quimper le 26 mai 1917.

Exempté en 1915 et 1916, Jean René devient brutalement « bon pour le service » en mai 1917. C’est le conseil de révision de Quimper qui rend cette décision. Le voilà donc incorporé au 42e régiment d’artillerie le 4 septembre 1917:

 4 - Jean René est incorporé au 42e régiment d’artillerie le 4 septembre 1917:

il est aux armées le 3 avril 1918,

 5 - affecté au 301e régiment d'artillerie lourde le 24 avril 1918,

 6 - Muté au 131e régiment d'artillerie lourde le 2 juillet 1918

,

19151204_L_illustration_020_CC_BY_Modifie.jpeg

Passé au 15e escadron du train le 7 février 1919,

Passé au 9e escadron du train des équipages le 22 mars 1919,

Passé au 20e escadron du train le 6 septembre 1919,

Il est envoyé en congé illimité de démobilisation le 27 septembre 1919,Se retire à Plogonnec : Kervao, certificat de bonne conduite accordéIl décède à Quimper le 23 juillet 1966.

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

|2_Pierre CORRE (LE) 1860
|--1_Jean René Marie CORRE (LE) 1897-1966
|3_Marie Catherine HENAFF(Le) 1866