Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

 

 

 

 


Jean Louis LE PENNEC
Jean Louis LE PENNEC
  • Né le 6 juillet 1884 (dimanche) - (Keramel)- Plogonnec, 29180, Finistère, Bretagne, France
  • Décédé le 17 août 1917 (vendredi) - Régnieville en Haye,, 54470, Meurthe et Moselle, Lorraine, France,,à l'âge de 33 ans
1 média disponible 1 média disponible

A participé à la Grande Guerre, mort le 17/08/1917

Que s'est-il passé ce jour là ?

 Parents

 Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

LE PENNEC Jean Louis est né 06/07/1894 Plogonnec au lieu-dit : Keramel, aîné dans une fratrie de neuf enfants, fils de Jean Louis, âgé de 30 ans, cultivateur et de JONCOUR Marie Jeanne, âgée de 22 ans, ménagère.Cultivateur domicilié à Plogonnec, au conseil de révision, sa fiche matricule n°3070 vue 106 au recrutement de Quimper le dépeint : aux cheveux noirs, aux yeux châtains foncés 1 m 67 detaille. Son degré d’instruction générale est de niveau de fin d’études primaires.

 1 - Jean Louis est ajourné au service militaire pour faiblesse, puis incorporé,

Un jeune homme, sans aucune maladie, peut être ajourné pour faiblesse. La faiblesse est la principale des raisons d'ajournement, avant de passer devant le major, les conscrits sont appelés chacun leur tour, ils sont nus sont pesés et passés sous la toise, les chiffres de la taille et du poids sont proclamés par le sergent de recrutement ou le gendarme et inscrits sur une fiche remise au futur soldat. D'autre part, un médecin ayant un peu d'expérience a vite fait de mesurer de l'œil le périmètre de l'homme placé devant lui.Le conscrits s’ils font moins de 1,54 m, pas de service militaire ou s'ils est jugé trop faible lorsque l'indice est, en moyenne, supérieur à 30. On ajourne souvent à 27. L'indice est le rapport entre la taille, le poids et le périmètre thoracique du conscrit.Mais la France a besoin de soldats et comme quasiment tous les exemptés d’avant-guerre, Jean Louis LE PENNEC se retrouve « bon pour le service ». Il est affecté au 116ème RI de Vannes

Page1_3.jpg

 2 - Jean Louis 30 ans est mobilisé le 15 décembre 1914 au 116ème RI (Régiment d’infanterie) de Vannes

Il bénéficie d’une période d’instruction d'environ de 6 mois, il est muté au1er régiment mixte de zouaves et de tirailleurs vers juin 1915

,

 3 - Passé au 1er régiment mixte de zouaves et de tirailleurs à une date inconnue

l n'est pas possible de connaître avec certitude la date de son arrivée au front,

1er Régiment de Marche de zouaves et Tirailleurs

A peine débarqué il est engagé dans les combats de Carlepont du 15 au 18 septembre 1914.

Jusqu’au 14 avril 1915, il tient un secteur dans la région de Tracy-le-Val et Bailly dans l’Oise.

Du 17 au 23 avril 1915, il est en réserve en Artois en vue de l’attaque de mai, mais suite à l’attaque aux gaz du 22 avril, il est engagé en Belgique du 23 avril au 6 juin 1915, d’abord dans le secteur de Het-Sas, puis dans les attaques vers Steenstraate du 5 au 16 mai.

1ère citation à l’ordre de l’armée

Puis dans les attaques vers Boesinghe du 17 mai au 6 juin ;

Du 16 juin au 15 juillet 1915, il est engagé en Artois sur les bords de la Scarpe puis vers Neuville-Saint-Waast, puis il passe en réserve à partir du 25 juin.

Jusqu’au 13 septembre il stationne en Lorraine, puis fait mouvement vers la Champagne.

Du 25 septembre au 10 octobre 1915, il est engagé dans la 2e bataille de Champagne d’abord dans l’attaque vers Ripont (26 septembre), puis dans l’attaque de l’ouvrage de la défaite (6 octobre).

Du 10 octobre au 23 décembre 1915, il tient le secteur vers Maisons-de-Champagne.

Du 24 décembre 1915 au 21 février 1916, il stationne en Lorraine, puis il est transporté vers Verdun.

Du 24 février au 4 mars 1916, il est engagé à Verdun, sur la rive droite, où il participe à l’arrêt de l’attaque allemande vers Douaumont.

2ème citation à l’ordre de l’armée

Du 10 au 24 avril, il est de nouveau en secteur à Verdun vers Avocourt.

Retiré du front, il est transporté dans la Somme vers Abbeville, puis vers Quevauvillers.

A partir du 18 juin 1916, il fait mouvement vers le Hamel, puis du 9 juillet au 28 novembre 1916, il fournit 3 efforts dans la bataille de la Somme : le 20 juillet, il attaque vers la butte de Maurepas ; du 12 au 18 août, il participe à la conquête de Maurepas ; du 12 au 15 novembre, il attaque de la maison forestière dans le secteur de Saint-Pierre-Waast.

Retiré du front, il est transporté en Lorraine à partir du 15 décembre 1916.

Du 16 janvier au 7 avril 1917, il occupe différents stationnements dans l’Aisne.

A partir du 14 avril 1917, il occupe le secteur de Vendresse sur l’Aisne et, du 15 avril au 21 avril 1917, il est engagé dans la bataille du Chemin des Dames vers Courtacon.

Après quelques jours de repos, il remonte en ligne vers Cerny-en-Laonnois et tient ce secteur du 9 au 16 mai, puis celui de Braye-en-Laonnois du 22 mai au 2 juin 1917.

Transporté en Lorraine il y stationne jusqu’au 27 décembre 1917.

Historique Du 1er Régiment de Marche de zouaves et Tirailleurs


Page1.jpg

,

 4 - Tué à l’ennemi le 17 août 1917 à Reqniéville(-en-Haye) (Meurthe-et-Moselle), mort pour la France.

Regniéville, également appelé Regniéville-en-Haye, est un village et une ancienne commune de Meurthe-et-Moselle, détruit durant la Première Guerre mondiale, aujourd'hui intégrée à la commune de Thiaucourt-Regniéville. Regniéville

L'ancien village de Regniéville était situé sur l'une des parties les plus élevées du plateau de Haye1, le long de la route départementale 15 reliant Nancy à Verdun en passant par Pont-à-Mousson.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Regni%C3%A9ville

Page1_2.jpg

Jean Louis est inscrit sur le monument aux morts et Livre d’Or de Plogonnec

Mort pour la France le 17/08/1917 à Reqniéville(-en-Haye) (Meurthe-et-Moselle) à l'âge de 23 ans: tué à l'ennemi, alors qu’il est 2ème classe au 1er régiment mixte de zouaves et de tirailleurs

Screen_Shot_07_01_21_at_08.20_PM.PNG

-Acte de décès transcrit à Plogonnec (Finistère) le 25/11/1917

Naissance

Naissance - 06/07/1894 - Plogonnec (Keramel)LE PENNEC Jean Louisfils de Jean Louis, Cultivateur , âgé de 30 ans et de Marie Jeanne LE JONCOUR, Ménagère , âgée de 22 ansTémoins : LE PENNEC Jean Louis 61 ans Keramel , Jean Louis LE HENAFF 41 ans Lopéau , tous deux cultivateursNotes : tous signent

Identifiant CGF de l'acte : N-1894-2916900-50673-20816 - (Relevé 'Etat civil NMD >=1793')180217

Décès

Décès - 17/08/1917 - Plogonnec 23 ans, 1 mois et 10 joursLE PENNEC Jean Louisâgé de 23 ansPère : Jean LouisMère : Marie Jeanne LE JONCOURTémoins : Charles FOURNEREAU sergent et Joseph JEHANONotes : Mort pour la France, né le 06 juillet 1894 à Kéramel et DCD à Régneville en Haye dans la Meurthe et Moselle, soldat 2ième classe, 6ième compagnie, 1ier régiment tirailleurTranscrit le 25 novembre 1917 à PlogonnecIdentifiant CGF de l'acte : D-1917-2916900-01484-00419 - (Relevé 'Etat civil NMD >=1793')180217

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jean PENNEC le 1832 Anne BERRE (LE) 1825-1902  
||



|
portrait
Jean Louis LE PENNEC 1863-ca 1941
 Marie Jeanne LE JONCOUR 1872-1913
||



|
portrait
Jean Louis LE PENNEC 1884-1917