Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Inédit dans la Vienne avant 2008, la famille Daigre/Daigle, dont mon ancêtre Françoise, acadiens réfugiés dans le Poitou à la fin du XVIIIème avait des ascendants québécois : Mathurin Meunier et Françoise Fafard premiers français mariés à Montréal en 1647:  http://www.archigny.net/galerie/documents/article%20Germe.pdf

En 2015, trouvaille personnelle dans les Archives de Corrèze, d'une ancêtre de mon épouse d'origine capétienne : Catherine du Masvallier  (1707-1776). Site Capédia: https://www.capedia.fr/geneal8/geneal.php?x=VzFbM1VxBmxSalFPAT1UIw9tAC1aIVM+AD9RNFJlUDIHMQE+BmU=&table=

La Chaussée, lieu de mémoire de la Nouvelle France le plus visité dans la Vienne, à mon initiative et avec deux associations acadiennes de la Vienne une plaque commémorative a été dévoilée le 4 juin 2011 dans: https://www.youtube.com/watch?v=pdCShTzikek&feature=share&fbclid=IwAR16v7Ev2GzJRVY_nSQm2z8Pwv32BkbX9mR2KKBasRllP7wNm66nOyCWFF0

Chronique familiale: https://gw.geneanet.org/odyss1?lang=fr&m=NOTES

 

 Chronique familiale



 HISTOIRE DE LA FAMILLE GERME-CLERTÉ


Une histoire inédite avant le 30/11/2019 de mon patronyme Germe antérieurement de Germain: A 15 ans d'intervalle, en 1784 et 1799 deux frères se sont mariés dans le village limousin de Coussac-Bonneval, l'ainé Antoine de Germain épouse Françoise Soirat, le cadet mon ancêtre Antoine Germe épouse Jeanne Nouhaud, ce changement de patronyme du cadet sous la Révolution peut s'expliquer par la présence ancienne du patronyme Germe dans le village de Coussac-Bonneval où par le fait qu'un Antoine de Germain avec la même filiation s'était marié à Coussac-Bonneval résident au même lieu. C'est vrai que dans la famille Germe de Grand-Châtellerault il n'y a aucun historien de formation.

Mes grands-parents paternels (métayers de 1929 à 1945) et maternels (propriétaires) sont agriculteurs sur les communes de la Vienne: Les Ormes et Dangé;

En 1945, mes parents prennent la suite de mes grands-parents paternels, aux Ormes à la métairie "Les Guigneaux", appartenant à la famille de Voyer d'Argenson. Jusqu'à l'âge de 10 ans se sera mon univers d'enfant, au fil des saisons avec la vie de la ferme et comme environnement, les prairies, les champs cultivés, la forêt, les bords de la rivière la Vienne, le château, la faune et la flore.

Mes deux grands-pères ont pris part à la première guerre mondiale et mon père est sur le front de Dunkerque en 1940 (prisonnier puis évadé).

En 1959 aux "Guigneaux", le fléau de la tuberculose frappe le troupeau de bovins mal assuré, c'est la fin de l'entreprise familiale agricole, le déménagement, les conséquences en seront néfastes entre autres pour la scolarité et l'ascenseur social dans la famille..

Heureusement à la fin du XXème siècle, début du XXIème, mes descendants inversent scolairement et professionnellement cette descente de l'ascenseur social.

A noter que mon père a bâtit sa maison de ses propres mains en 1963 aux Ormes sur Vienne.

Avant 2006, mes parents avait déjà effectué une esquisse de la généalogie familiale et y ont consacré une part non négligeable de leurs économies.

A partir de ma retraite en 2006, grâce à l'internet, je vais rajouter quatre éléments importants à l'histoire familiale ignorés de mes parents décédés: des ancêtres au Québec au XVIIème siècle, les plus proches cousins acadiens en Nouvelle-Ecosse au Canada, un maire de Poitiers au XVème siècle et des branches remontant jusqu'aux rois d'Arménie au IIème siècle après J.C.

1 (en 2008), des ancêtres migrés en Nouvelle-France au Québec: Mathurin Meunier et Françoise Fafard, premiers français mariés à Montréal en 1647.

2 (en 2012) les plus proches cousins acadiens Boudreau de la Nouvelle Ecosse (ancienne Acadie au Canada).

3 (en 2018) des branches ascendantes capétiennes remontant aux rois d'Arménie, des Francs jusqu'à Louis VI, par Jeanne fille Guillaume V de La Roche Andry né vers 1473, petit-fils de Guillaume Crespin du Bec + en 1490, seigneur et constructeur du château de La Motte d'Usseau (Usseau, Vienne). http://jm.ouvrard.pagesperso-orange.fr/armor/fami/l/rchandri.htm

4 (en 2020) des ancêtres Pierre Régnier maire protestant de Poitiers en 1516 et Hélie du Tillet (beau-père du précédent), maire d'Angoulême en 1503. http://jm.ouvrard.pagesperso-orange.fr/armor/fami/r/regnier.htm

LES FRÈRES BOUDROT ACADIENS SÉPARÉS AU "GRAND DÉRANGEMENT" AU XVIIIème SIÈCLE

Inédit dans ma famille et par les associations acadiennes et québécoises de la Vienne avant 2012, deux fils de mes ancêtres Pierre Boudrot et Anne Hébert chassés d'Acadie par les anglais après 1755 vont se retrouver déportés l'un au Maryland en Amérique du Nord et l'autre en France à Saint-Malo.

Mon ancêtre Pierre, quatrième enfant de cette famille sur huit, est né le 7 octobre 1737 à Grand-Pré en Acadie (Nouvelle-Ecosse), puis va migrer vers l'Ile Saint-Jean (Ile du Prince-Edward) et va être déporté à St-Malo en France en 1759. Durant une quinzaine d'années il restera en Bretagne où il épousera le 14 novembre 1763 à Trigavou une acadienne Françoise Daigre / Daigle.

Les premiers de leurs douze enfants naîtront en Bretagne, puis cette famille arrive en 1773 à la métairie de Férolles à Bonneuil-Matours dans la Vienne où Pierre Boudrot sera moniteur de labour de la Colonie acadienne du Poitou, il y décèdera le 27 septembre 1792.

C'est le généalogiste de La Puye André Blanchard qui, le premier, a effectué la généalogie de la Colonie acadienne du Poitou et a recensé dans ses fiches, comme l'un des descendants à la 5ème génération mon grand-père maternel Aimé Clerté (la généalogie Blanchard est consultable aux Archives Départementales de la Vienne).

Le frère de mon ancêtre Pierre Boudrot, mon grand-oncle acadien Michel Boudreau, septième enfant sur huit, est né lui aussi à Grand-Pré en Acadie le 26 avril 1746, il sera déporté avec mon ancêtre Pierre Boudrot son père, en Nouvelle-Angleterre les futurs Etats-Unis, son père est recensé en 1763 au Maryland.

Michel Boudreau retournera en Acadie, devenue définitivement anglaise et aujourd'hui province canadienne de la Nouvelle-Ecosse et il sera même un des six premiers conseillers paroissiaux le 20 septembre 1799 (établi par l'abbé Sigogne).

Il a eu une nombreuse descendance de mon grand-oncle dans cette ancienne Acadie aujourd'hui Nouvelle-Ecosse et parmi eux, c'est Gérald C. Boudreau, descendant à la septième génération, qui a défendu à l'UNESCO le dossier du site de Grand-Pré devenu le 30 juin 2012, Patrimoine Mondial. C'est avec émotion que j'ai accueilli en 2013 mon cousin Gérald Boudreau ancien Vice-recteur de l'Université francophone de Sainte-Anne en Nouvelle-Ecosse).

https://gw.geneanet.org/odyss1?lang=fr&pz=a.&nz=germe&ocz=7&p=michel&n=boudreau

MES ANCÊTRES PREMIERS MARIÉS DE MONTRÉAL EN 1647

Ignoré avant 2008 dans ma famille Clerté-Germe et toutes les associations de la Vienne, en 2008 à l'occasion des 400 ans de la Ville de Québec, j'ai rajouté à la généalogie de ma famille Boudrot, la branche ascendante québécoise de mon ancêtre acadienne Françoise Daigre/Daigle épouse de Pierre Boudrot: (publié le 3 août 2008 dans le journal "Le Maine-Libre" de la Flèche dans la Sarthe, Mathurin Meunier et Françoise Fafard, les premiers pionniers mariés de Montréal en 1647).

http://www.archigny.net/galerie/documents/article%20Germe.pdf

Lucien Germe


Index des pages
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content