Victor BLAQUIÈRE
Victor BLAQUIÈRE
Sosa :14
  • Né le 6 mars 1891 - 9 rue des Mobiles de Coulmiers - Périgueux, 24000, Dordogne, Aquitaine, FRANCE
  • Décédé le 30 avril 1951 - 48 rue du général Foy - Paris 8e, 75008, Paris, Île-de-France, FRANCE,à l'âge de 60 ans
  • Admissible à l'ENS (1913), mobilisé (1914), promu aspirant (1915) placé en service auxiliaire (décembre 1915) puis réformé (décembre 1916) avec invalidité de 75%, professeur de mathématiques au lycée d'enseignement spécial d'Alais (1918) puis au collège de Cette [Sète] (1920-1923), collaborateur au Petit Méridional de Montpellier (1921), professeur agrégé (1921), muté au lycée [Daudet] de Nîmes (1923), au lycée de Bayonne (1928-29), au lycée Thiers de Marseille (1929-1936), enfin au lycée Carnot à Paris (1936-vers 1945), puis, pour raisons de santé, au CNED (vers 1945-1951), palmes académiques avec grade d'officier d'académie (14 juillet 1928) puis d'officier de l'Instruction publique (14 juillet 1937)
2 médias disponibles 2 médias disponibles

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

 Relations

 Grands parents paternels, oncles et tantes

 Grands parents maternels, oncles et tantes

(afficher)

 Événements


 Notes

Notes individuelles

En 1891, il naît 9 rue des Mobiles de Coulmiers à PERIGUEUX (24) (acte de naissance).
Jusque vers juin 1897, ses parents demeurent à PERIGUEUX (24), sans qu'on puisse déterminer si leur adresse demeure la même [Pas de recensement communal conservé en 1896. C'est là que son frère Adolphe s'engage comme militaire le 3 juin 1897].

En septembre 1897, lors du mariage d'Henri, frère de Victor, ses parents ont déjà déménagé à MONTPELLIER avec les enfants les plus jeunes (adresse à préciser). [NB : pas d'Annuaire du département de l'Hérault conservé pour la période 1896-1901]
Pour l'adresse en 1897, voir le consentement de ses parents au mariage de son frère Henri à Saïgon enregistré par Me Jean-Georges Coste, notaire à Montpellier, le 6 décembre 1897, 2E 61/366 ; peut-être l'adresse de la famille sera-t-elle mentionnée.

En octobre 1900, lors du mariage de son frère aîné Augustin, ses parents habitent avec lui et ses frères et soeurs 32 rue Lakanal à MONTPELLIER (34).
Au recensement du printemps 1901, la famille a déménagé et habite désormais 7 rue Jugan à MONTPELLIER (vue 1149/2349).
Cette adresse reste ensuite celle de sa famille jusque début 1906 (Annuaire de l'Hérault, liste des propriétaires de Montpellier : année 1902, vue 310/547 ; année 1905, vue 358-749). Noter que lors du recensement du printemps 1906, il ne figure plus à cette adresse (cahier 21-40, vue 303/802) ni à celle qu'il habite ensuite (cahier 1-10, vue 321/418 à cette adresse avenue B. Bertrand).

Le 9 décembre 1903, une bourse de lycéen lui est accordé par le conseil municipal de Montpellier, alors qu'il est âgé de 12 ans et demi. Source : Journal L'Eclair, 10 décembre 1903, p. 3.

Ses parents déménagent au cours de l'année 1906, 17 Avenue Bouisson-Bertrand, à MONTPELLIER (34). La famille y reste jusque fin 1907 (Annuaire de l'Hérault, liste des propriétaires de Montpellier, année 1906, vue 386/821 ; année 1907, vue 417/834 ;année 1908, vue 468/837, l'adresse est laissée par erreur en même temps que la nouvelle à "Vve Blaquière").

1908-1910 : 61 rue Lunaret à MONTPELLIER (34) avec ses parents puis avec sa mère, veuve (acte de décès du père ; Annuaire de l'Hérault, année 1908, vue 468/837 ; année 1909, vue 375/922 ; année 1910, vue 382/937).

Dans le courant de l'année 1910, sa mère déménage au 94 rue Lunaret, à MONTPELLIER.
Au recensement du printemps 1911, il habite à cette adresse avec elle (vue 1322/2343).
Ils y demeurent ensuite jusqu'à la fin de l'année (Annuaire de l'Hérault, année 1911, p. 700, vue 377/973).

En 1912, ils ont apparemment déménagé, à une adresse inconnue (Annuaire de l'Hérault, année 1912, p. 706, vue 385/970).

Son admissibilité à l'Ecole Normale Supérieure (juillet 1913) lui permet d'obtenir une bourse de licence de 900 fr., par un décret du 28 octobre 1913 du ministre de l'Instruction publique Louis Barthou [NB : ces bourses de licence sont également ouvertes aux sous-admissibles à l'ENS].
Source : Journal officiel, 45e année, n°296, vendredi 31 octobre 1913, p. 9573-9574 : "Le président du conseil, ministre de l'instruction publique et des beaux-arts, [...] vu les résultats du concours pour l'admission à l'école normale supérieure et l'obtention de bourses de licence. [...] Arrête. Art. 1er. Sont nommés boursiers près les facultés des sciences des universités ci-après désignées les candidats à l'agrégation des sciences mathématiques dont les noms suivent : [...]
Université de Montpellier.
-M. Tafani (Jacques-Antoine), bourse de 1200 francs. Le père cultivateur à Muratello (Corse) ; 8 enfants.
-M. Blaquière (Victor), bourse de 900 francs. La mère veuve sans profession à Montpellier ; 7 enfants.
-M. Ponzevera (François-Etienne-Victor), bourse de 1200 fr. Orphelin.
[...] Ces étudiants conserveront le bénéfice de leur bourse pendant trois ans, à dater du 1er novembre 1913".

Campagne militaire, 1914-1916 :
-sursitaire pour études jusqu'en 1914
-61e régiment d'infanterie le 12 août 1914
-55e régiment d'infanterie le 11 mai 1915
-nomination sans suite au 158e régiment d'infanterie
-149e régiment d'infanterie le 21 juin 1915, en service auxiliaire à partir du 21 décembre 1915
-81e régiment d'infanterie le 10 janvier 1916, en service auxiliaire
-réformé n°2 le 22 décembre 1916 avec invalidité à 75%
-admis à une pension de 2016 francs par arrêté du 21 juin 1922 avec jouissance du 14 septembre 1915.

1918 (lors de son mariage): ALES (30)
[1918-1951] : MARIAGE

Journal officiel, samedi 14 juillet 1928, 60e année, n°166, p. 7929.
Par un décret du 13 juillet 1928 signé par le ministre de l'Instruction publique Edouard Herriot [p. 7952 en fin de liste], sont nommés officiers d'académie [1er grade des palmes académiques] :
'[...] M. Blaquière (Victor), professeur de mathématiques au lycée de Bayonne (Basses-Pyrénées) [...]".
[NB : sa belle-soeur Jeanne Poux, femme d'Ernest Blaquière et directrice d'école publique à Montpellier, reçoit les palmes académiques comme officier d'académie en même temps que lui, nommée juste au-dessous de lui dans la liste des récipendiaires publiée au JO].

Journal officiel du 2 août 1936, p. 8202 :
Il est "inscrit sur les listes d'aptitude aux fonctions de professeur dans les lycées de la Seine et de Seine-et-Oise, à compter du 1er juillet 1936 :
15 professeurs le sont en mathématiques dont lui, ainsi désigné : "M. Blaquière professeur au lycée de Marseille (Thiers)".
[NB : la même année en philosophie, Vladimir Jankélévitch et... Marcel Déat, connaissent la même promotion].

Le 10 juillet 1937, alors qu'il est professeur au lycée Carnot à Paris, il est promu officier de l'instruction publique dans l'ordre des Palmes académiques (Journal officiel du 14 juillet 1937, arrêté du Ministre de l'Education nationale Jean Zay en date du 10 juillet, p. 7959 : "M. Blaquière (Victor), professeur au lycée Carnot à Paris". [7/88]).
Le signe distinctif pour ce grade supérieur était un ruban de moire violette avec palmes en or (pour le distinguer des palmes en argent portées par les simples officiers d'académie), ruban qui pouvait être porté sur un simple costume de ville depuis le décret du 7 avril 1866, transformant le grade honorifique en une véritable décoration.
Le grade des officiers de l'instruction publique avait été créé par un décret du 9 décembre 1850, remplaçant l'ancienne dénomination d'officiers de l'Université qui avaient été institués par le décret du 17 mars 1808 ; le décret de 1850 précisait qu'il fallait au moins 5 ans d'ancienneté comme officier d'académie pour accéder au grade d'officier de l'instruction publique.

Notes concernant l'union

Adresses successives du couple :
1918 : ALAIS (34) (acte de mariage)

A partir d'octobre 1920 : rue de l'Hôtel de Ville à CETTE (Sète) (34).
Sources :
-acte de mariage de Louis Boyer en mars 1921 (Victor, son beau-frère, est témoin, déjà domicilié à Cette) ;
-acte de naissance de leur fille aînée Claire en septembre 1921, ses parents domiciliés à Cette ;
-Annuaire de l'Hérault de 1922, vue 457/982 : Ville de Cette, liste des habitants : "Blaquière, prof. au collège, rue Hôtel de Ville" ; mais ne figurent pas à cette adresse dans le recensement de population du printemps 1921) [NB : pas présent dans l'annuaire de 1920 ; pas d'annuaire en 1921 ; et n'est plus présent dans l'annuaire de 1923].

1923-1928 : NÎMES (30) :
- 1 rue des Arènes [adresse en 1923, lors de la naissance de leur fils Augustin].
- 6 place de l'Hôtel de Ville. Le couple habite à cette adresse à Nîmes le 3 janvier 1928, quand Victor et Claire se qualifient l'un et l'autre pour une finale de mots croisés du journal L'Eclair (L'Eclair, 3 janvier 1928, p. 6).

1928-1929 : BAYONNE (64)
Annonce de l'arrivée à Bayonne dans la presse par la mutation de Claire :
Source : L'Oeuvre, 24 août 1928, p. 5 : "Le Mouvement [= les mutations] dans l'enseignement secondaire", catégorie "répétitrices-préparatrices de collèges" : "au collège de Bayonne, Mme Blaquière, déléguée répétitrice au même établissement".
L'année suivante, annonce du départ dans la presse, par la mutation de Victor : La Gazette de Biarritz-Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, 28 août 1929, p. 4/6 :
"Les Professeurs du lycée de Bayonne. - [...]
M. Blaquières [sic], professeur de mathématiques, est nommé au lycée de Marseille,
et remplacé par M. Grèze, professeur au collège de Bergerac [...]".

octobre 1929-septembre 1936 : MARSEILLE (13)
- Fin 1935, lors de la naissance de leur fille Françoise, ils habitent 6 cours Lieutaud à Marseille.
C'est encore leur adresse en juillet 1936, quand Victor est témoin du mariage de sa nièce Germaine, fille d'Adolphe, avec François Alessandri.

octobre 1936-1939: PARIS.
[Septembre] 1939 : Mas Horizon [Chemin du Mas du Diable], à CASTELNAU-LE-LEZ (Hérault).
10 mars 1940 : 16 rue Proudhon à MONTPELLIER (Hérault) [c'est à dire chez la mère de l'épouse, Isabelle Brandier veuve Boyer, qui y habite au moins depuis 1939].

Au recensement du printemps 1946, le couple habite 48 rue du général Foy à PARIS 8e (Seine) avec ses trois enfants, "Clairette", étudiante ; Augustin, étudiant ; et F***, sans profession ; Victor est professeur, Claire aussi (Paris 8e, quartier Europe, ilot 1285, vues 134-135/150).
Victor y décède en 1951.

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

sosa Étienne BLAQUIÈRE 1793-1848 sosa (Marie) Julie CROS 1805-1887 sosa Jean "Bourbon" LAPORTE 1824-1859 sosa Pétronille MALAFAYE 1832-1911
||||






||
sosa Auguste BLAQUIÈRE 1835-1908 sosa Catherine LAPORTE 1852-1943
||



|
portrait
sosa Victor BLAQUIÈRE 1891-1951