Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Léon PISSOT :

Personnalité locale Choletaise, écrivain.... qui s'est particulièrement distinguée au niveau national, comme médecin major du 29è régiment de mobiles de la Loire, durant la guerre de 1870-71.

Propos de Jules Charrier président de la SLA 1907:

 "une noble et grande figure"; "écrivain distingué, au style facile et concis"; "préoccupé d'entretenir avec ses confrères les plus étroites relations"; "une existence active".....   

"A la bataille de Cercottes où le 29è Mobiles fut si sérieusement éprouvé, on le vit prodiguant ses soins aux blessés avec un zèle et un dévouement auxquels chacun de ceux qui ont vécu se plait à rendre justice" .....

Voir aussi ici des Contemporains : Menie GREGOIRE, EcrivainPaul COUTEAU, Astronome; Jean Marc AYRAULT, 1er ministre; François UZUREAU, Chanoine, Bruno RETAILLEAU, Sénateur, Dominique BLANCHET, Evêque, Fernand DUPRE Sculpteur praticien, François Stanislas BIRON Sculpteur Maugeois, récemment sur persocholet !...


Alexandre Louis Marie TURPAULT
  • Né le 14 mars 1819 - Cerizay,79062,Deux Sèvres,Poitou-Charentes,France
  • Décédé le 13 février 1899 - Cholet, 49099, Pays de la Loire, France , à l’âge de 79 ans
  • ENTREPRENEUR, FILATEUR de lin
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

____________________________

Proposé sur GeneaStar le 27.04.2014.

https://www.geneastar.org/genealogie/?refcelebrite=turpaulta&celebrite=Alexandre-TURPAULT

Présent sur la "Liste de personnalités liées à Cholet" de Wikipédia au 28.02.2018

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_personnalités_liées_à_Cholet#Personnalités liées à la vie sociale

Observation : A ne pas confondre avec François Joseph Paul TURPAULT 1778-1833 (non présenté car pas de portrait), qui sera maire de Cholet de 1815 à 1821. Dont le petit fils Paul Henri, époux de Aline BRY sera maire de Nuaillé 49 (dans cette fonction suivra leur fils Henri !).

Réné Paul Marie TURPAULT, propriétaire de l'hôtel particulier de la place de le grande casse, descend aussi du couple TRUPAULT-BRY, comme dernier fils connu de ce couple /

Souche de François Joseph Paul Turpault, issue de Nueil-les Aubiers (79), dès 1600 ; aucun lien établi, en 2018, avec celle d'Alexandre Turpault dont la filiation se trouve sur Moncoutant (79) vers 1660 !

____________________________

Suite à l'article de Ouest-France du 28.02.2018,

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/cholet-49300/cholet-jean-claude-michon-cet-enqueteur-du-passe-5594784

Histoire sans parole, Wikipédia révise son erreur (Mort à Cholet et non à Paris) !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Turpault

____________________________

https://twitter.com/i/moments/961293969379520512

______________________________________________________________________________________________________________________________________

Voir l'actualisation de sa biographie sur notre page "Cholet nos Maires d'alors"

http://michondurand.pagesperso-orange.fr/page200.html

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

Ce qui en a fait principalement une star :

Alexandre TURPAULT, né Marie-Alexandre Turpault le 14 mars 1819 à Cerizay (Deux-Sèvres), mort en 1899 à (Paris)*, est un fabricant de toiles à Cholet (Maine et Loire), qui a fondé sa maison, spécialiste du linge de maison de luxe. Dès 1862, Alexandre devient membre de la chambre consultative des Arts et Manufactures, une assemblée des principaux manufacturiers, chargée d'éclairer le gouvernement sur les besoins de l'industrie. C'est à l'occasion de sa participation à l'Exposition universelle de 1889 à Paris qu'Alexandre TURPAULT reçoit la Croix de la Légion d'Honneur.

Alexandre TURPAULT faisait figure d'un homme droit, proche de ses employés et dont la popularité fit qu'il fut élu à maintes reprises par les choletais, mais il préféra toujours se concentrer sur le développement de son entreprise et sur sa vie de famille. Il sera à nouveau élu le 6 janvier 1878 en tant que Conseiller municipal et deviendra alors le premier adjoint au maire de Cholet à partir du 4 mars 1878. Les progrès techniques réalisés sur les différents sites de production s'accompagnent de progrès sociaux via l'amélioration des conditions de vie et de travail. Précurseur de cette philosophie sociale, Alexandre TURPAULT impose, dès 1876, une baisse du temps de travail dans les ateliers de blanchisserie (de 12 heures à 11 heures). Le 12 février 1899, à l'âge de 79 ans, Alexandre TURPAULT décède à Paris, laissant le souvenir d'un homme philanthrope et généreux, engagé dans la vie publique et sociale.
________________________________________________________________________________________________________________________________

Source biographie : Wikipédia Vie active

Les années d'association Alexandre TURPAULT et frères avec Joseph-Louis THUYAU : En 1838, à l'âge de 19 ans, Alexandre TURPAULT fonde sa maison de filature de laine au Pont-Vieux, à Mortagne-sur-Sèvre, en s'associant avec ses trois frères et son beau-père, Joseph-Louis THUYAU. Ils exploitent également la teinturerie de Belébat à Cholet. Ils se développent rapidement et emploient 27 personnes en 1846. Les associés se séparent alors, ce qui permet à Alexandre TURPAULT de se spécialiser dans la teinture du coton à froid, en couleur indigo. À leur séparation, il semble que la teinturerie de Belébat à Cholet soit revenue à l'aîné, Philippe-Alexis, et la filature de laine à Mortagne-sur-Sèvre au cadet, Henri Turpault. Les années d'association Alexandre TURPAULT - Charles LIBAUD : Une association naissante : En 1849, Alexandre TURPAULT s'associe à Charles LIBAUD, propriétaire d'une teinturerie à froid, qui fournit aux ouvriers tisserands la matière première teinte, c'est-à-dire du fil de coton pour la trame ainsi que des chaînes ourdies (c'est-à-dire une association de fils parallèles, qui seront associés à la trame, perpendiculairement, pour obtenir la toile tissée). Leur spécialité est la teinture du coton en couleur indigo, par des procédés à froid passant par 10 à 12 cuves. Réussite et expansion : En 1851, Alexandre TURPAULT et son associé louent une maison qui servira de magasin, rue du Sentier à Paris, magasin géré par Charles LIBAUD, qui y passera le plus clair de son temps. Les affaires progressant, Alexandre TURPAULT et Charles LIBAUD louent la blanchisserie de la Godinière. Ce domaine de 7 ha au nord-ouest de Cholet est pourvu d'un étang et de plusieurs bâtiments qui permettent d'y installer une buanderie, une lingerie, une chimisterie ainsi qu'un séchoir haut. Alexandre TURPAULT trouve en Aristide BOUCICAUT, fondateur du "Bon Marché" en 1852, un partenaire idéal pour la promotion et l'écoulement des productions de ses usines choletaises. Ils créent ensemble le « Mois du Blanc », une opération promotionnelle toujours d'actualité.

Début de la mécanisation :

En 1853, Alexandre TURPAULT introduit le blanchiment mécanique pour les toiles et les mouchoirs de fils de lin. En effet, il reçoit en 1856 l'autorisation d'installation d'une chaudière à vapeur sur le site de la Godinière. Il se détache ainsi de la contrainte de la force hydraulique : il n'est plus nécessaire de s'installer sur les bords d'un cours d'eau pour fournir de l'énergie. C'est le début de la mécanisation et de l'utilisation des machines à vapeur, pour lesquelles la maison TURPAULT utilise l'eau de l'étang de la Godinière. D'ailleurs, les carnets de patente de Cholet font état en 1856 d'une blanchisserie « nouvellement construite et importante, très avantageusement située sur le bord d'un bel étang appelé La Godinière », dont la qualité de l'eau est qualifiée d'excellente. L'entreprise emploie en moyenne 25 ouvriers (contrairement à 18, deux ans plus tôt), ce qui fait d'elle l'une des blanchisseries les plus importantes de la ville. Nouveau procédé de blanchiment : Vers 1855, une nouvelle technique de blanchiment est mise en oeuvre par Monsieur BOUCHET, qui dépose le brevet d'invention le 8 septembre 1856 alliant désormais à la technique de débouillissage (utilisation de lessive de soude) l'utilisation de chlore comme produit décolorant. Alexandre TURPAULT achète en 1857 pour le territoire choletais l'exclusivité de ce brevet d'invention, avec l'intitulé : « Procédé de blanchiment applicable aux tissus, toiles et cotons, aux pâtes à papier provenant de chiffons et aux filaments de toutes plantes textiles ». L'enjeu est d'obtenir un procédé de blanchiment du tissu de lin plus rapide et d'une qualité équivalente.

La fin de l'association LIBAUD - TURPAUD :

Alors que le capital de la société a presque triplé, les deux associés décident de se séparer à la fin de l'année 1858. Alexandre TURPAULT conserve alors l'activité sur le site de la Godinière et la maison du Sentier, à Paris. Croissance des activités de tissage : Le 10 août 1863, Alexandre TURPAULT achète une ancienne filature, alors en faillite : l'usine de FLEURIAIS. Il décide d'y installer un tissage mécanique pour le lin, pour lequel il utilise l'énergie hydraulique, puis fait la demande d'autorisation en 1865 pour acquérir une machine à vapeur de 50 chevaux, construite par messieurs ALLARD et POMMERAYE, à Nantes. En 1867, Alexandre TURPAULT et son épouse se portent acquéreurs du site de la Godinière, c'est-à-dire l'étang et les bâtiments, qui était jusqu'alors loué. C'est trois ans plus tard, en 1870, qu' Alexandre TURPAULT accepte de vendre l'étang à la municipalité de Cholet, pour l'alimentation de trois lavoirs publics, mais TURPAULT se réserve le droit de construire une citerne dans la cour de la blanchisserie, pour alimenter les machines. En 1871, l'usine de FLEURIAIS emploie 76 personnes, et travaille en collaboration avec la blanchisserie de la Godinière. Alexandre TURPAULT dispose d'un outil de production performant, en mesure d'alimenter le marché national. Politique sociale : Les progrès techniques réalisés sur les différents sites de production s'accompagnent de progrès sociaux via l'amélioration des conditions de vie et de travail. Précurseur de cette philosophie sociale, Alexandre TURPAULT impose, dès 1876, une baisse du temps de travail dans les ateliers de blanchisserie (de 12 heures à 11 heures).

La reconnaissance de l'entreprise :

L'exposition universelle de 1878 :

En 1878, à Paris, pour sa première participation à l'exposition universelle, Alexandre TURPAULT reçoit la médaille d'argent pour ses mouchoirs en lin. L'exposition universelle de 1889 : L'exposition universelle de 1889 se déroule également à Paris. Elle fut triomphale par l'importance des progrès menés en onze ans, notamment la construction de la Tour Eiffel. Elle est également très importante pour la région de Cholet, car on y atteste des difficultés de l'industrie du lin, face à la concurrence que lui fait le coton (ce dernier pouvant être tissé à la machine tandis que le lin doit être tissé sur des métiers à main).

En effet, M. SIMONNOT-GODART, manufacturier membre de la commission des valeurs en douane écrivit dans son rapport : « Le tissage du lin souffre considérablement de la concurrence du coton ». Le jury international délivre en 1889 la médaille d'or à Alexandre TURPAULT, pour sa production de « mouchoirs et de toiles d'une grande régularité et à des prix très réduits », « afin de reconnaître les progrès accomplis ». C'est également à cette occasion qu'Alexandre TURPAULT est fait Chevalier de la Légion d'Honneur.

Une nouvelle génération à la tête de l'entreprise :

En 1890, Alexandre TURPAULT, alors âgé de 71 ans, laisse la direction de l'entreprise à ses deux fils, Alexandre Marie Joseph et Alexis, dit Georges. Il reste cependant propriétaire des bâtiments et des machines. Le 12 février 1899, à l'âge de 79 ans, Alexandre TURPAULT décède à Paris, laissant le souvenir d'un homme philanthrope et généreux, engagé dans la vie publique et sociale. Notons qu'en 1881, la blanchisserie de la Godinière était la seule entreprise de Cholet où la durée du travail était réduite de 12h à 11h depuis 5 années. Alexandre TURPAULT faisait figure d'un homme droit, proche de ses employés et dont la popularité fit qu'il fut élu à maintes reprises par les choletais, mais il préféra toujours se concentrer sur le développement de son entreprise et sur sa vie de famille.

Depuis lors, la marque Alexandre TURPAULT est restée spécialisée sur le marché du luxe et, à l'heure actuelle, elle fabrique et vend toujours du linge de maison de luxe, elle est d'ailleurs toujours commercialisée "au Bon Marché", et a étendu ses ventes aux autres Grands Magasins, comme "les Galeries Lafayette", "le Printemps".

Vie publique :

Le 13 avril 1848, à 29 ans, Alexandre TURPAULT est nommé Conseiller municipal par arrêté du Commissaire du gouvernement. Il démissionnera le 18 mai, préférant concentrer ses efforts sur le développement de la maison Alexandre TURPAULT. Dès 1862, Alexandre devient membre de la chambre consultative des Arts et Manufactures, une assemblée des principaux manufacturiers, chargée d'éclairer le gouvernement sur les besoins de l'industrie.

Entre 1870 et 1874, il fut élu à plusieurs reprises conseiller municipal, mais n'assumera cette fonction que 8 mois, préférant se consacrer à la croissance de son entreprise. Il sera à nouveau élu le 6 janvier 1878 en tant que Conseiller municipal et deviendra alors le premier adjoint au maire de Cholet à partir du 4 mars 1878.

Croix de la Légion d'honneur :

C'est à l'occasion de sa participation à l'Exposition universelle de 1889 à Paris qu'Alexandre TURPAULT reçoit la Croix de la Légion d'Honneur.

____________________________

https://twitter.com/i/moments/937665744002830336

____________________________

Légende :

  • Il est décédé à Cholet, c'est sont fils Alexandre Marie Joseph TURPAULT, qui décédera à Paris en 1913 !

 Sources

  • Personne: Wikipédia

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Pierre TURPAULT 1740-   Marie Anne PROUST 1746-1804   Jacques BREMAUD 1753-   Marie Anne AUNEAU 1758-
| | | |






| |
Pierre TURPAULT 1776-1825   Anne Marie BREMAUD 1786-1883
| |



|
portrait
Alexandre Louis Marie TURPAULT 1819-1899



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content