Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Léon PISSOT :

Personnalité locale Choletaise, écrivain.... qui s'est particulièrement distinguée au niveau national, comme médecin major du 29è régiment de mobiles de la Loire, durant la guerre de 1870-71.

Propos de Jules Charrier président de la SLA 1907:

 "une noble et grande figure"; "écrivain distingué, au style facile et concis"; "préoccupé d'entretenir avec ses confrères les plus étroites relations"; "une existence active".....   

"A la bataille de Cercottes où le 29è Mobiles fut si sérieusement éprouvé, on le vit prodiguant ses soins aux blessés avec un zèle et un dévouement auxquels chacun de ceux qui ont vécu se plait à rendre justice" .....

Voir aussi ici des Contemporains : Menie GREGOIRE, EcrivainPaul COUTEAU, Astronome; Jean Marc AYRAULT, 1er ministre; François UZUREAU, Chanoine, Bruno RETAILLEAU, Sénateur, Dominique BLANCHET, Evêque, Fernand DUPRE Sculpteur praticien, François Stanislas BIRON Sculpteur Maugeois, récemment sur persocholet !...


  • Né le 28 septembre 1841 - Mouilleron-en-Pareds,85154,Vendée,Pays de la Loire,France
  • Décédé le 24 novembre 1929 - Paris,75107,Paris,Ile de France,France, à l'âge de 88 ans
  • MEDECIN, MAIRE, POLITIQUE

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

  Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

___________________________

domicile: [apres 1842] ["Le Colombier"] - Mouchamps, 85153, Vendée, Pays de la Loire, France

Recherche présentée par GenaStard en 2011.

Source: Office de Tourisme du Choletais en ligne à Juillet 2010 :

"Ils sont passés par Cholet" :

"Georges CLEMENCEAU avait pris l'habitude de faire une halte à Cholet chez son ami Georges TURPAULT, lorsqu'il se rendait dans sa résidence vendéenne. CLEMENCEAU et TURPAULT s'étaient liés d'amitiés lorsque adolescents, ils faisaient leurs humanités au lycée de Nantes (actuellement Lycée Georges CLEMENCEAU). Après leurs études, les deux hommes suivent des parcours très différents. Alors que Georges TURPAULT est appelé à prendre la direction de l'entreprise familiale, Georges CLEMENCEAU s'engage en politique."

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

Source: Les éditions BONNEFOND présentent le Colombier pages 182 et 183 :

"les CLEMENCEAU arrivent au Colombier dans les premières années du XVIIIème siècle avec Louis CLEMENCEAU de la Serrie, peut-être à la suite de son mariage avec une jeune fille de Mouchamps, Charlotte SOULARD. Nombreux dans la région de Mareuil et des Moutiers-sur-le-Lay, les CLEMENCEAU ont pour auteur un imprimeur de Luçon sous Louis XIII. Ils sont protestants et le resteront plus ou moins malgré la révocation de l'Edit de Nantes. Georges CLEMENCEAU; au rôle politique d'abord très discuté, fut pendant la première guerre mondiale un des principaux artisans de la victoire. Son grand-père avait quitté le Colombier pour le château de l'Aubraie à Féole, mais avait gardé la maison familiale. Le père du "Tigre" y avait été inhumé, suivant le vieil usage protestant. son fils finit par le vendre mais gardera le petit bois où était la tombe de son père et demanda à y être inhumé à son tour." Maire du XVIIIe arrondissement de Paris en 1970 et député de la Seine en 1976 puis du Var en 1885. Il est élu sénateur du Var en 1902. Appelé à la présidence du Conseil par Raymond POINCARRE en novembre 1917, son action consiste "à faire la guerre" et à combattre le défaitisme; politique qui l'amène à soutenir Foch lors de l'ultime offensive allemande en mars 1918. L'énergie déployée lui vaut alors les surnoms du "Tigre" et du "Pére la Victoire". Battu aux élections présidentielles de 1920. Il se retire alors de la scène politique. Journaliste, il fonde en 1880 le journal "La Justice", organe officiel des radicaux. Au moment où éclate l'affaire DREYFUS, en 1897, il est alors éditorialiste de l'"Aurore" et publie le fameux "J'accuse" d'Emile ZOLA. Il est élu en 1918 à l'Académie Française.

___________________________________________________________________________________________________________________________________

Source: D'après une émission radio le 24/11/2002 et selon les propos de Jean François BOURASSEAU, Responsable du Musée de la Maison de CLEMENCEAU (Jard-sur-Mer et/ou Mouilleron-en-Pareds 85):

CLEMENCEAU aurait été très affecté des critiques posthumes de FOCH, sur son livre portant sur la période politique de Georges CLEMENCEAU. "Le Tigre" aurait mis six mois à répondre par écrit à ces critiques et en serait décédé après six mois pour construire la réplique... Il se retirera de la politique et de Paris (tout en y gardant son appartement) à Jard-sur-Mer, avec son chauffeur, l'épouse de ce dernier et un Jardinier. Il refusera d'habiter une maison Bourgeoise et n'acceptera pas non plus de ne pas payer de loyer pour cette simple demeure (versée par la propriétaire à une oeuvre). Il réussira à faire pousser des roses dans la dune. A plus de 80 ans il est amoureux d'une femme de 40 ans environ , à qui il envoie jusqu'à trois lettres par jour... Georges CLEMENCEAU vendra donc le Colombier mais y restera enterré. Le Colombier appartiendra ensuite à Constant BOUDAUD et son épouse Marie-Joséphine JAUZELON et à Philippe COURLET de VREGILLE et son épouse Marie-Béatrice DROUIN.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________

Georges CLEMENCEAU était-il aussi cet autre homme dépeint ci-dessous ? (source familiale Jean-Charles DURAND 13 Avril 2012) "Toulouse le 12 Avril 2012 Chers vous deux, Je te remercie Jean-Claude de ton courrier électronique sur tes dernières investigations relatives à la généalogie de nos familles. Je voulais y répondre par la même voie, mais voulant y ajouter un petit texte je préfère le crayon à bille. De mémoire (car j'ai perdu ton courrier) tu remontes les lignées jusqu'à BONCHAMPS et CLEMENCEAU. BONCHAMPS à dû se retourner... mais comme ce ne peut être que dans sa tombe, je viens écrire pour lui, par la plume de Reynald Sécher. Un peu d'histoire... Le 29 janvier 1891, soit un siècle après la terreur, une pièce de théâtre avait été mise en scène par Victorien SARDOU et joué au théâtre Français. Cette pièce jugée antirépublicaine, CLEMENCEAU montant au perchoir de la chambre des députés déclara : Réf : Vendée du Génocide au Mémoricide Reynald SECHER (CERF) "J'approuve tout de la Révolution. J'approuve les massacres de Septembre où pour s'éclairer, la nuit venue, les travailleurs plantaient des chandelles dans le yeux des morts. J'approuve les noyades de Nantes, les mariages républicains où les vierges accouplées à des hommes, par une imagination néorienne, avant d'être jetées dans la Loire, avaient à la fois l'angoisse de la mort et la souffrance de la pudeur outragée. J'approuve les horreurs de Lyon où on attachait des enfants à la gueule des canons et les égorgements de vieillards de quatre-vingt-dix ans et de jeunes filles à peine nubiles. Tout cela forme un bloc glorieux et je défends qu'on y touche. je défends que, sur un théâtre qui dépend de l'Etat, un dramaturge illustre vienne, après plus de cent ans révolus, prononcer une parole de pitié qui serait un outrage aux mânes augustes de Robespierre et de Marat."

Si tous les Français avaient connu cette histoire de notre républicain extrémiste, qu'était CLEMENCEAU, ils ne l'auraient certainement pas surnommé "Le Père la victoire" à la suite de cette boucherie qu'à été la guerre 14/18. Ah!!! Ces politiciens ! Comment savoir à l'approche des élections s'il ne sommeil pas parmi tous ces candidats un ROBESPIERRE ou un MARAT...?

Bisous à vous deux.

Jean Charles"

________________________________________________________________________________________________________________________________________________

http://michondurand.pagesperso-orange.fr/page15a.html

__________________________

https://twitter.com/i/moments/956168153477689344

 Sources

  • Personne: Archives d'état civil en ligne des départements concernés

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

  Aperçu de l'arbre

"Paul" Jean Benjamin CLEMENCEAU du COLOMBIER 1777-1860   Marie Therese Gabrielle JOUBERT 1787-1836   Francois GAUTREAU 1790-1872   Louise DAVID 1790-1824
| | | |






| |
portrait
Paul "Benjamin" CLEMENCEAU 1810-1897
  portrait
Sophie "Emma" Eucharie GAUTREAU 1817-1903
| |



|
"Georges" Benjamin CLEMENCEAU 1841-1929



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content