Jeanne d'ARC
Jeanne d'ARC

F Sainte Jehanne La Pucelle (la fille)

(Jeanne DARC)
(Jehanne d'ARC)
(Jeanned'ARC)
 Jeanne d'Arc
voir Mortes pour la France,Dames et demoiselles remarquablesand Compagnons de Jehanne d'Arc, voir Possesseurs de l'anneau de Jehanne d'Arc(1425-1430), voir Saintes(1920), roi de France(30 June 1429 - 30 June 1429)

  • Born 6 January 1412 - Domrémy-la-Pucelle (88)
  • Deceased 30 May 1431 - Place Jehanne d'Arc, Rouen (76),aged 19 years old
  • Commandant en chef de l'armée royale, sainte (reprise d'un des seuls portraits contemporains donnant sa physionomie, en habit de cour).
25 files available 25 files available

 Parents

  • Jacques d'ARC, anobli par lettres patentes de Charles VII 1360-1431
  • Isabelle ROMÉE, anobli par Lettres patentes de Charles VII ca 1365-1458

 Siblings

 Relationships

 Notes

Individual Note

Sa bague

Son anneau en laiton portant "Jhesus Marie" (repris pour son étendard) est mentionné plusieurs fois dans son procès. Sa mère l'aurait reçu à la naissance de Jehanne par Colette de Cambie, alors de séjour à Domrémy parce qu'elle était en déplacement. Il est offert par sa mère pour sa communion à 13 ans. Jehanne le portait à l'index gauche, ne l'a jamais quittée depuis et le regardait avant chaque bataille pour prier. Il lui a été confisqué par Pierre Cauchon qui l'a donné à Henri Beaufort, cardinal de Winchester , qui présidait le procès jusqu'à l'exécution en 1431. La bague a ensuite été transmise à travers les générations par le roi Henri VII d’Angleterre et s’est finalement retrouvée entre les mains de Ottoline Morreli, aristocrate anglaise, qui fit cadeau de l’anneau à son conjoint de l’époque, le peintre Augustus John, lequel vendit le précieux trésor en 1914 à un collectionneur, gardien des armoiries royales.
Le 20 février 2016, la bague est mise en vente à Londres, une souscription est ouverte par Philippe de Villiers, permettant au Puy du Fou, dirigé par son fils Olivier, de la racheter pour 278 000 euros. Philippe de Villiers fait remarquer que Jeanne ayant été canonisée, il s'agit maintenant d'une relique, qu'elle sera mise dans un reliquaire et exposée dans une chapelle construite et dédiée à son invocation.

Interrogatoire

Cauchon: - "Votre nom ?"
Jehanne: - "Dans mon pays on m'appelait Jeannette. En France, on m'appelle Jehanne depuis que j'y suis venue."
Cauchon: - "Votre surnom ?"
Jehanne: - "Du surnom je ne sais mie."
Cauchon: - "Votre lieu de naissance ?"
Jehanne: - "Je suis née au village de Domrémy, qui est tout un avec Grus; c'est à Grus qu'est la principale église."
Cauchon: - "Les noms de vos père et mère?"
Jehanne: - "Mon père s'appelle Jacques d'Arc, et ma mère Isabelle."


Règne de Jehanne d'Arc, puis du Christ sur la France

Procès-verbal établi le mardi 21 juin 1429 à l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, par quatre secrétaires du roi. (il serait intéressant de connaître leurs noms)

Jehanne dit à Charles :
- « Sire, me promettez-vous de me donner ce que je vous demanderai ? »
Le roi hésite, puis consent.

Jehanne poursuit:
- « Sire, donnez-moi votre royaume. »
Le roi, stupéfait, hésite de nouveau ; mais, tenu par sa promesse et subjugué par l’ascendant surnaturel de la jeune fille :
- « Jehanne, lui répond-il, je vous donne mon royaume. »

Cela ne suffit pas : la jeune fille exige qu’un acte notarié en soit solennellement dressé et signé par les quatre secrétaires du roi. Après quoi, voyant celui-ci tout interdit et embarrassé de ce qu’il avait fait, Jehanne dit :
- « Voici le plus pauvre chevalier de France : il n’a plus rien. »

Puis aussitôt après, très grave et s’adressant aux secrétaires :
- « Ecrivez, dit-elle : Jehanne donne le royaume de France à Jésus-Christ. »

Et bientôt après :
- « Jésus rend le royaume à Charles. »

Ainsi, Jehanne d'Arc doit-elle figurer dans la dynastie des rois de France, Jésus aussi, il est le Christ roi.




Jehanne d'Arc à Domrémy


  • Jehanne d'Arc à Domrémy, Siméon Luce, Revue des Deux-Mondes, tome LXIX, 1885
    https://fr.wikisource.org/wiki/Jeanne_d’Arc_à_Domrémy

    De son enfance on connaît ce qu'elle-même et certains témoins en ont évoquée aux procès : sa dévotion, marquée par l'enseignement des ordres mendiants (confession et communion fréquentes, pratique des oeuvres de miséricorde, culte spécial à certains saints et surtout à la Vierge et au nom de Jésus qu'elle prononcera sur le bûcher). Selon différents témoignages, elle entendit des voix célestes à l'âge de treize ans, celles de saint Michel et des martyres sainte Catherine et sainte Marguerite qui lui enjoignaient de libérer le royaume de France de l'occupation anglaise et de faire sacrer à Reims le dauphin futur Charles VII roi de France.

    En mai 1428 elle va trouver le représentant du roi à Vaucouleurs, le capitaine Robert de Baudricourt, qui la traite de folle et la renvoie chez elle. Le 12 février 1429, elle fait une nouvelle tentative auprès de Baudricourt.
    Sous la pression de partisans de Jeanne... (note de gdt au sujet du rôle joué par la belle mère de Charles VII ... , J'ai trouvé interressante la thèse de Gérard de Senneville dans son "Yolande d'Aragon" (2008)), après une séance d'exorcisme d'où elle sort victorieuse, Baudricourt cède. Il lui accorde une escorte armée. En onze jours la petite troupe, partie le 13 février de Vaucouleurs par la porte de France, arrive à Chinon, résidence du Dauphin.

    Jehanne ne connaît pas le Dauphin, quand elle entre dans la salle du château il y a de nombreux gentilshommes. Charles VII est parmi eux sans aucun signe distinctif. Le comte de Clermont qui a pour mission de se faire passer pour le Dauphin s'avance, Jeanne l'ignore et va directement s'agenouiller devant Charles en lui disant :

    - « Voilà le roi ! En nom Dieu gentil prince, c'est vous et non un autre ! Je te le dis de la part du Messire, tu es vrai héritier de France et fils de roi, et il m'a envoyé à toi pour te conduire à Reims, pour que tu reçoives ton couronnement et ta consécration, si tu le veux. »

    Pendant une heure ils vont s'entretenir à l'écart des autres, ce qu'ils se sont dit nul ne le sais. Charles a les yeux embués de larmes et précise qu'elle vient de lui confier un secret que personne ne connaissait et ne pouvait connaître, si ce n'est Dieu.

    Jehanne doit alors se soumettre à une enquête menée par les maîtres de l'Université à Poitiers afin de prouver qu'elle n'était pas sorcière. Elle passe l'épreuve avec succès et adresse au roi d'Angleterre et au duc de Bedford, le 22 mars 1429, une lettre dans laquelle elle se déclare « envoyée de par Dieu, le roi du ciel », pour combattre les Anglais et les « bouter hors de France ».

    Charles VII offre à Jehanne une armure. Son épée, marquée de cinq croix, fait l'objet d'une histoire particulière. Jeanne la désigne après une révélation, située derrière l'autel de l'église Sainte-Catherine de Fierbois (près de Chinon). La rouille qui la couvrait tomba sans effort... Jehanne la conservera jusqu'en avril 1430, sans jamais s'en servir car elle ne répandit jamais le sang.

    Jeanne fait confectionner l'étendard qui l'accompagnera tout au long de son aventure : blanc, le Christ au jugement, avec un ange tenant une fleur de lys, l'inscription «
    'Jesus Maria ». Cette inscription est celle qui se trouvait sur l'anneau que son père et sa mère lui avaient donné pour sa première communion.

    A la tête des troupes royales, Jehanne d'Arc entre dans Orléans en avril. Après quelques assauts, les Anglais lèvent le siège le 8 mai 1429. Cette victoire apparaît comme le signe de la vlonté divine, d'autant que Jehanne avait prédit la mort de Glasdale, l'un des chefs anglais ; sa popularité devint alors immense.
    Jehanne rejoint le roi à Loches le 11 mai et le persuade de partir pour Reims : Charles est couronné et sacré le 17 juillet dans la cathédrale, comme ses ancêtres et selon le même rituel. Jeanne se trouve au premier rang, tenant fièrement son étendard : « Il avait été à la peine, c'était bien raison qu'il fût à l'honneur », répondra-t-elle aux juges qui s'étonnaient qu'elle, petite paysanne, tînt ce jour-là une place plus éminente que d'autres capitaines plus prestigieux.

    Charles VII, décidé à mener désormais la politique de son choix, négocie la paix du royaume et l'entente avec Philippe de Bourgogne.
    Jehanne ne pouvant se résoudre à l'inaction poursuivit la guerre : à Saint-Pierre-le-Moûtier, à La Charité-sur-Loire. En tentant de prendre Paris aux Anglo-Bourguignons, elle est blessée à la porte Saint-Honoré le 8 septembre 1429, puis, après s'être repliée, échoue à la Charité-sur-Loire.

    Appelée à l'aide par les habitants de Compiègne assiégée, elle est capturée par les Bourguignons à Compiègne le 23 mai 1430 et leur chef,
    Jean de Luxembourg-Ligny, la livre aux Anglais contre rançon. Ces derniers la remettent à la justice d'Église, tout en déclarant qu'ils la reprendraient si elle n'était pas déclarée hérétique.

    Une souscription a été lancée avec le roi Charles VII pour racheter Jehanne d'Arc, mais ils n'arrivent pas à réunir 10 000 écus pour payer la rançon aux Bourguignons pus aux Anglais.

Le tribunal


Un tribunal ecclésiastique est constitué par Pierre Cauchon, évêque de Beauvais, diocèse sur le territoire duquel Jehanne avait été prise, mais qui était aux mains des Français. Cet ancien recteur de l'Université de Paris replié à Rouen, était en réalité un homme politique: il avait été très engagé dans la révolte cabochienne puis dans le parti bourguignon, et était un agent important des Anglais. Il avait été l'un des rédacteurs de l'ordonnance « progressiste » de 1413, dite ordonnance « cabochienne ».Pour juger, ou plutôt confondre Jehanne d'Arc, il s'adjoignit, malgré les réticences de celui-ci, un dominicain, frère Jean Le Maître, vicaire de l'inquisiteur de France à Rouen. Ce furent les deux seuls juges de Jeanne, entourés d'un certain nombre de conseillers et d'assesseurs à titre consultatif.

Les charges


- Port de vêtements d'homme, qui tombait sous le coup d'une interdiction canonique.
- Tentative de suicide (en fait une tentative d'évasion lorsqu'elle se jeta du haut d'une tour du château de Beaulieu-en-Vermandois).
- Ses visions considérées comme une imposture et un signe de sorcellerie.
- Refus de soumission à l'Église militante, et divers griefs mineurs.

Le procès en condamnation


Le procès s'ouvre à Rouen le 9 janvier 1431. Malgré quelques entorses aux règlements, il est conforme à la légalité inquisitoriale. La partialité se manifestera surtout dans la façon de conduire les interrogatoires et d'abuser de l'ignorance de Jehanne.
L'Université de Paris, dont Pierre Cauchon a été recteur et à qui sont confiées les déclarations de Jehanne, déclare solennellement le 14 mai 1431 que Jehanne est idolâtre, invocatrice de démons, schismatique et apostate. Cette même institution lui offrira deux choix possibles : elle abjurera publiquement ses erreurs, ou elle sera abandonnée au bras séculier.

Jehanne, qui a résisté aux menaces de torture, « abjure » le 24 mai au cimetière de Saint-Ouen.
Elle se ressaisit bientôt et, en signe de fidélité envers ses voix et envers Dieu, elle reprend le 27 mai ses habits d'homme. Un nouveau procès est expédié et, le 30 mai 1431, Jehanne d'Arc, condamnée cette fois comme hérétique et relapse, est brûlée sur le bûcher sur la place du Vieux-Marché de Rouen.

Le procès en justification et en annulation


Suivant la troisième prophétie de Jeanne, les troupes de Charles VII reprennent Paris en 1437. Le 15 février 1450 le roi fait procéder à une enquête sur la façon dont s'était déroulé le procès de Jehanne. Mais il n'y aura pas de suite.

En 1452 le cardinal d'Estouteville, légat pontifical, fait rouvrir l'enquête sans plus de résultat.

C'est en 1455, à la demande de la mère de Jeanne que débute un nouveau procès d'inquisition, cette fois ci à décharge.
Le Dominicain Jean Bréhal, grand inquisiteur de France se dépense sans compter en la faveur de la mémoire de Jehanne d'Arc. Le 7 juillet 1456, dans la grande salle du palais archiépiscopal de Rouen, les commissaires pontificaux, sous la présidence de Jean Juvénal des Ursins, archevêque de Reims, déclarèrent le procès de condamnation de Jehanne et la sentence « entachés de vol, de calomnie, d'iniquité, de contradiction, d'erreur manifeste en fait et en droit y compris l'abjuration, les exécutions et toutes leurs conséquences » et, par suite, « nuls, invalides, sans valeur et sans autorité ». Cette décision est ensuite publiée solennellement dans les principales villes du royaume.

Elle sera ensuite béatifiée en 1909 et canonisée en 1920 par le pape Benoît XV.


Litanie de Jehanne d'Arc


Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous.
Jésus-Christ, écoutez-nous.
Jésus-Christ, exaucez-nous.
Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.
Sainte Trinité, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Jehanne, née à Domrémy, priez pour nous.
Sainte Jehanne, née dans la nuit de l'Épiphanie, priez pour nous.
Sainte Jehanne, fille de laboureurs, priez pour nous.
Sainte Jehanne, faisant l'aumône aux pauvres, priez pour nous.
Sainte Jehanne, simple et douce fille de France, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez entendu la voix d'un ange, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez vu saint Michel, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez écouté tous les bons conseils de saint Michel, priez pour nous.
Sainte Jehanne à qui saint Michel demanda de secourir le roi de France, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez promis à l'ange de garder votre virginité, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez refusé le mariage, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui vous êtes consacrée uniquement à l'appel de Dieu, priez pour nous.
Sainte Jehanne protégée par sainte Marguerite et sainte Catherine, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui vous êtes fait accompagner auprès du Dauphin, priez pour nous.
Sainte Jehanne à qui vos compagnons furent entièrement dévoués, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui vous êtes agenouillée devant le roi, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez annoncé au Dauphin qu'il serait sacré et couronné à Reims, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez pris l'armure, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez annoncé la défaite des Anglais, priez pour nous.
Sainte Jehanne portant l'étendard de Notre-Seigneur, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui encouragiez les hommes de votre armée à la confession, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez ordonné par trois fois aux Anglais de quitter le royaume de France, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez donné l'assaut vaillamment, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez délivré la ville assiégée d'Orléans, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez remporté toutes vos batailles contre les Anglais, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez ouvert la route vers Reims, priez pour nous.

Sainte Jehanne d'Arc, très priante, priez pour nous.
Sainte Jehanne d'Arc, très patiente, priez pour nous.
Sainte Jehanne d'Arc, toujours gaie, priez pour nous.
Sainte Jehanne d'Arc, revêtue d'humilité, priez pour nous.
Sainte Jehanne d'Arc, très courageuse et pleine d'audace, priez pour nous.
Sainte Jehanne d'Arc enthousiaste et forte de vos étonnantes victoires, priez pour nous.

Sainte Jehanne avertie par les voix de sainte Marguerite et sainte Catherine de votre emprisonnement, priez pour nous.
Sainte Jehanne trahie par le roi, priez pour nous.
Sainte Jehanne persécutée durant de longs interrogatoires, priez pour nous.
Sainte Jehanne menacée de tortures, priez pour nous.
Sainte Jehanne condamnée au bûcher, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez accepté héroïquement la sentence, priez pour nous.
Sainte Jehanne glorifiant Dieu par des louanges sur le bûcher, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez prononcé le nom de Jésus avant de mourir, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez fait l'admiration de vos bourreaux, priez pour nous.
Sainte Jehanne qui avez rendu l'âme en état de grâce, priez pour nous.
Sainte Jehanne dont le c ur fut découvert intact dans les cendres, priez pour nous.
Sainte Jehanne par qui Dieu sauva le royaume de France, priez pour nous.

Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur.
Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur.
Agneau de Dieu qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

Prions.

Seigneur, Vous avez sauvé la France du grand péril qui la menaçait, et Vous nous rappelez, par l'intermédiaire de sainte Jeanne d'Arc, qu'elle est et restera à tout jamais la Fille Aînée de l'Église.
Suscitez, en notre pays, des âmes fidèles et vaillantes, humbles et obéissantes à Vos commandements, et, par l'intercession de Jehanne d'Arc, nous Vous demandons le courage et la persévérance pour préserver la foi sur notre sol de France.
Ainsi soit-il." (Texte d'Yvan Kraljic proposé par Apollon)



---
Japet .... Sujet: NON NON NON : Texte pour Jeanne d'ARC : Demeter, gdt et autres magiciens Accès: privé 2006-07-16 21:58:55

Comme l'un des nombreux présumés "descendants" d'un frère de Jeanne. Sur une base ouverte comme celle-ci où j'ai plaisir à travailler, je pense sérieusement que le texte ajouté des "litanies", proposées par monsieur Yvan Kraljic est de trop, surtout lorsque l'on tape sur google son nom et prénom. Je suis désolé mais l'histoire et le sérieux de cette base n'est plus crédible avec ce texte, c'est plus de la "propagande". Laissons Sainte Jeanne à la dévotion de certains Français Catholiques qui souhaitent s'y attacher (et oui, je l'aime bien cette petite guerrière !) mais laissons les autres libres de penser que le dieu de Français aimait aussi un peu les Anglois. Merci à gdt de bien vouloir retirer ce texte en trop. Il me met en colère !


---
Je trouve que ce texte a sa place sur la base : expression d'une piété populaire encore très partagée...

Mais je trouve aussi intéressant que Japet puisse donner son avis ... Je n'ai aucun goût pour les pages aseptisées .... et la pensée unique ... apprenons nous connaître et à nous respecter dans nos différences ...

-------------------------------

Sainte Jeanne, par Bernard Shaw, Paris 1925, 239 pages, broché. Préface: Chronique en six scènes et un épilogue avec une préface de l'auteur: La vraie et somptueuse Jeanne; Jeanne et Socrate; Le contraste avec Napoléon ; Jeanne était-elle innocente ou coupable ? ; La beauté de Jeanne ; La position sociale de Jeanne ; les voix et les visions de Jeanne ; l'appétit d'évolution ; la simple iconographie importe peu ; l'éducation moderne à laquelle Jeanne a échappé ; Jeanne visualisatrice selon Galton ; la virilité et le militarisme de Jeanne ; Jeanne voulait-elle se suicider ? ; Jeanne en résumé ; l'absence de maturité et l'ignorance de Jeanne ; la Pucelle dans la littérature ; conceptions protestantes erronées du Moyen-Âge ; Jeanne n'a pas été jugée comme criminelle politique ; l'Eglise n'est pas compromise par ses réparations ; cruauté moderne et cruauté médiévale ; anticléricalisme catholique ; le catholicisme n'est pas encore assez catholique ; la loi du changement est la loi de Dieu ; la crédulité moderne et la crédulité médiévale ; la tolérance moderne et la tolérance médiévale ; variabilité de la tolérance ; le conflit entre le génie et la discipline ; Jeanne théocrate ; en théocratie le succès ininterrompu est nécessaire ; déformations modernes de l'histoire de Jeanne ; la vraie Jeanne n'est pas assez merveilleuse pour nous ; les limites de la représentation historique sur la scène ; une lacune dans le drame du siècle d'Elizabeth ; une tragédie et non un mélodrame ; les inévitables flatteries de la tragédie ; qques propositions bien intentionnées pour l'amélioration de la pièce ; l'épilogue ; aux critiques de crainte qu'ils se croient ignorés. / Apollon

-------------------------------

Histoire et documents sur Jehane d'Arc http://www.montjoye.net/jeanne-darc

Le musée Jehanne d'Arc, blog : http://www.jeanne-darc.com/

 Sources

  • Individual: gdt, LM, Japet, Déméter (La Famille de Jeanne d'Arc 1878 p92)

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

Jean d'AILLY d'ARC 1325- Ne N      
|
8
 |
9
   



   
|   
Pierre d'ARC ca 1340- demoiselle N*** Jean Nicolas ROMÉE 1352- Ne VOUTHON
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
Jacques d'ARC, anobli par lettres patentes de Charles VII 1360-1431 Isabelle ROMÉE, anobli par Lettres patentes de Charles VII ca 1365-1458
|
2
 |
3



|
Sainte Jehanne La Pucelle (la fille) d'ARC, voir Mortes pour la France 1412-1431