M  Joseph François Casimir,baron de L'ESPÉE

(Joseph François Casimir de L'ESPÉE)
voir Polytechnique (1811)

  • Born 22 July 1793 - Château-de-Froville,Froville (54)
  • Deceased 13 November 1876 - Château-de-Sandronviller,Tonnoy (54) , age at death: 83 years old
  • Baron,capitaine d'Etat-Major,député de la Meurthe

 Parents

 Spouses, children, grandchildren and great-grandchildren

 Siblings

 Notes

Individual Note

Deux possibilités :
1. Capitaine d'Etat-major (1830), député de la Meurthe (1933-1837 et 1839-1848) selon l'Annuaire de la noblesse française, 1911)
2. Préfet du Gers (20 octobre 1838, remplacé en mars 1839) selon "Le personnel de l'Administration préfectorale 1800-1880" -Arch. Nat. 1998)
Etat-civil identique dans les deux cas
(Athéna)

Notes de Christophe LURASCHI :
C)CASIMIR JOSEPH FRANÇOIS DE L’ESPEE, Troisième et dernier fils de JEAN-FRANÇOIS DE L’ESPEE et de JEANNE FRANÇOISE MAGOT DE GRANDCOURT. Baron de L’Espée. Né au château de Froville le 12 juillet 1793, décédé à l’âge de 84 ans au château de Sandronviller à Tonnoy (Meurthe-et-Moselle), le 10 décembre 1876. Inhumé au cimetière de Préville à Nancy le 14 décembre 1876.

Elève à l’école polytechnique en 1811, il participa au blocus de Metz en 1814 et aux campagnes de 1815. Promu lieutenant au corps royal d’Etat major le 1er juin 1815, et capitaine du même corps le 7 mai 1823. Il devint l’aide de camp du maréchal Molitor le 14 septembre 1831 et demeurera l’un de ses plus proches amis. Retraité de la carrière militaire le 24 octobre 1838, date à laquelle sa fortune est évaluée à plus de 10 000 francs de rentes. Chevalier de la Légion d’Honneur le 20 février 1835, Officier du même ordre le 29 avril 1846.

Les obligations de député lui imposèrent de faire valoir ses droits à la retraite. Casimir de L’Espée fut député de la Meurthe de 1833 à 1837 (il était membre, en 1837, de la commission chargée d'examiner le projet d'apanage pour le duc de Nemours) puis de 1839 à 1842 et secrétaire de la Chambre des Députés. La révolution de juillet le trouva dans les rangs de la garde royale. Il dut principalement à sa parenté avec le vainqueur de la Moskowa, le maréchal Ney dont il était le neveu, le mandat législatif que lui confia le 10 août 1833 le 3e collège de la Meurthe (Lunéville). Réélu, le 21 juin 1834, il se fit connaitre comme rapporteur d'une pétition qui demandait une loi « pour interdire à la tribune l'emploi d'expressions qui portent atteinte à la discipline, à la subordination et à l'obéissance passive de l'armée ». Le rapporteur se constitua le zélé défenseur de cette pétition et manifesta le regret qu'une loi ne mît pas fin aux « écarts de la tribune ».

Membre de la majorité conservatrice, le baron Casimir de l'Espée vota notamment pour les lois de septembre et de disjonction. Le 4 novembre 1837, il échoua à Lunéville. Mais il revint à la Chambre le 2 mars 1839, et obtint dès lors sa réélection jusqu'à la révolution de février : le 9 juillet 1842 et le 1er août 1846. Casimir de l'Espée vota constamment pour les divers ministères au pouvoir, et soutint le ministère Guizot. La révolution de 1848 le rendit à la vie privée.

Il fut en outre Préfet du Gers en 1838 et 1839, (L'Election de Casimir de L'Espée comme député de Lunéville donna lieu à des discussions assez longues. Une protestation voulut que cette élection soit nulle car Mr de L'Espée, préfet du Gers, n'avait pas donné sa démission avant son élection). Président du conseil d’administration et l’un des fondateurs de la compagnie des chemins de fer de l’Ouest en 1853 à 1864. Des raisons de santé l’engagèrent à renoncer à son fauteuil qu’il céda à son fils Henry. Il fut aussi administrateur de la compagnie des chemins de fer Paris-Rouen en 1855 à 1858. Il commandita le journal catholique nancéien « L’Espérance » avec les comtes de Landrian, de Bousmard, d’Hausen et de Metz-Noblat. Il acheta avant 1826 près le joli château de Sandronviller,à l’écart de Tonnoy et les terres attenantes. Il épousa à Nancy le 23 novembre 1825 AGLAE LOUISE MONNIER, née au château de La Malgrange à Jarville le 22 mars 1803, décédée à Nancy le 10 juin 1858, inhumée à Nancy-Préville le 12 juin 1858, fille de JEAN CLAUDE MONNIER , receveur général de la Meurthe, et de MARGUERITE NEY, sœur du maréchal d’empire, dont postèritè dans une branche aujourd'hui éteinte.

 Sources

  • Individual: Jadellac,Déméter
  • Birth: Athéna (AN 1911) - Ou le 12.07.1793
  • Family: Déméter
  • Death: Athéna (AN 1911) /

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

Nicolas François de L'ESPÉE   Barbe TROMPETTE   Joseph François BEREAUVILLE de VILLEANDRÉ, sgr de Socourt †1742/   Catherine LECLERC de JOINVILLE   Pierre MAGOT   Françoise AUBRY   Joseph BOUCHER de MORLAINCOURT 1715-   Françoise de VASSART d'ANDERNAY
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
  |
14
  |
15



 


 


 


|   |   |   |
François Joseph,seigneur d'Essegney de L'ESPÉE, sgr d'Essegney   Marie Anne Catherine Antoinette BEREAUVILLE de VILLEANDRÉ   Pierre,seigneur de Grandcourt MAGOT, sgr de Nay 1731-1771   Jeanne Françoise,dame d’Andernay BOUCHER de MORLAINCOURT, sgr d’Andernay 1741-1822
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Jean François,baron de Froville de L'ESPÉE, sgr de Villacourt 1749-1825   Jeanne Françoise MAGOT 1762-1797
|
2
  |
3



|
Joseph François Casimir,baron de L'ESPÉE, voir Polytechnique 1793-1876


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content