Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

(Jean Louis BOIGUES)
député de la Nièvre (1828-1838), fondateur de Fourchambault ((58)), voir Maîtres des forges

  • Né le 25 avril 1784 - Lascelle (15)
  • Décédé le 14 novembre 1838 - Garchizy (58) , à l’âge de 54 ans
  • Crée en 1820 avec son frère Guillaume les Forges de Fourchambault, lesquelles sont à l'origine du trust Commentry-Fourchambault-Decazeville.

 Parents

  • Pierre BOUYGUES, propriétaire de Tourtoulou 1755-1820 ("Boygues, cour Saint-Louis, faubourg Saint-Antoine, n°26. Vends et achète vieux fers, plomb, cuivre, étain, métal de cloche et cloches entières")
  • Catherine BROUSSE 1764-1848

 Union(s)

 Fratrie

 Notes

Notes individuelles

Maître de forges à Imphy dans la Nièvre (58), créateur de la ville de Fourchambault (58), administrateur de la Société Boigues et Rambourg

La famille Boigues a fondé en 1818, la forge de Fourchambault, qui, à proximité de la ville importante de Nevers, des forêts considérables de la Nièvre et des environs et sur le bord de la La Loire, occupait un emplacement éminemment favorable à la fabrication du fer.

En 1825, cette famille participa à la fondation des ateliers de construction établis sous la raison sociale Émile Martin et Cie, et sous la désignation de Fonderies de Fourchambault. Ils choisissent le lieu dit de Fourchambault, au bord de la Loire, pour y installer une grande forge à l'anglaise (une grande halle munie de plusieurs fours à réverbères, de laminoirs, de voies de transport, et d'une organisation rationnelle des productions).

Deux ans après l'achat des terrains, l'usine ouvre en octobre 1822 et un an plus tard, elle produit déjà cinq à six cent tonnes de fer et emploie 4 000 ouvriers. Elle fabriquait des chaînes, des essieux, des poutrelles et des charpentes métalliques (les serres du Jardin des Plantes, les arcs du pont de Cubzac), des fers de chaudières, des rails, des roues de wagon, des fers en barre.

Outre Grossouvre et Trézy, les Boigues possèdent les hauts-fourneaux de Torteron (acquis en 1822), La Guerche (1830), La Feularde (1822), Meulot, Cramain, Charbonnières. Ils possèdent une clouterie à Cosne-sur-Loire, une usine de quincaillerie à La Charité-sur-Loire, et la fonderie de la Pique à Nevers.

Dans la Loire, aux côtés de Louis de Gallois, ils participent à la Compagnie des mines de fer de Saint-Étienne. Avec Hochet et le banquier Milleret, Louis Boigues est l’initiateur du chemin de fer de Saint-Étienne à Andrezieux.

En 1836, avec la banque Seillière et les frères Adolphe et Eugène Schneider, Louis Boigues participe au renflouement des forges du Creusot et co-fonde la Société Schneider et Cie. Par son mariage avec Claudine Françoise Montanier, qui a eu d’un premier lit avec Étienne Aignan une fille Valérie (1812-1861), Louis Boigues est le beau-père d'Adolphe Schneider qui a épousé Valérie Aignan le 7 juillet 1831.

À la mort de Louis Boigues en 1838, Fourchambault s'approvisionne dans 10 hauts-fourneaux dont 5 sont situés dans la Nièvre.

Une nouvelle société est alors constituée, Boigues et Cie, qui rassemble ses deux frères, Bertrand dit « Meillard » (1794-1845) et Émile (1805-1885), ainsi que ses deux beaux-frères, Claude Hochet (1772-1857) et Hippolyte François Jaubert (1798-1874).

En 1854 : les frères Boigues s'associent aux Houillères de Commentry et aux mines de Montvicq sous le nom de Boigues, Rambourg et Cie. Du fait de l'explosion de la demande pour les chemins de fer et les navires à coque métalliques, les productions atteignent leur maximum en 1883 avec un volume de 47000 tonnes. Une aciérie et un laminoir sont installées en 1885. En 1889, l'usine occupe 1 000 ouvriers.

Toutefois, à partir de 1893, les productions chutent fortement, concurrencées par les fontes déphosphorées de l'Est de la France. L'entreprise ne peut rien faire et la fermeture est décidée le 31 octobre 1901. Elle n'emploie plus que 238 ouvriers.

Les ateliers sont rachetés par la société Magnard qui y fabrique du matériel pour l'armée puis à partir de 1916 des wagons sous la dénomination Le Matériel Roulant. Finalement, les usines sont mises en liquidation en 1924 et l'ensemble du site est détruit. La tréfilerie est cédée en 1903 à la société Nothon et Cie qui continue la fabrication des câbles et fils d'acier.

En 1940, sa raison sociale devient Guillien frères et Cie. Elle possède une surface de 12 000m2 et emploie une centaine d'ouvriers. Elle est fermée en 1970. Actuellement le site est en cours de travaux pour l'installation d'un lotissement et d'un musée de site. Le bâtiment d'une forge a été conservé. Il est restauré pour servir de salle d'exposition. http://www.gennievre.net/wiki/index.php/Forges_de_Fourchambault http://www.gennievre.net/wiki/index.php/De_la_St%C3%A9_Boigues_Rambourg_et_Cie_%C3%A0_la_St%C3%A9_M%C3%A9tallurgique_d%27Imphy
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fourchambault

 Sources

  • Personne: Apollon, Déméter (Genea-bdf)
  • Famille: Apolon, Déméter (Genea-bdf)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Pierre (Lascelle) BOUYGUES   ? ?            
|
8
  |
9
     



     
|      
Louis BOUYGUES   Marie LABROUSSE 1720-1800   Pierre BROUSSE †/1781   Marie BARTHOMEUF
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Pierre BOUYGUES, propriétaire de Tourtoulou 1755-1820   Catherine BROUSSE 1764-1848
|
2
  |
3



|
Louis BOIGUES, député de la Nièvre 1784-1838


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content