Hugues CAPÉTIEN
Hugues CAPÉTIEN

H Hugues Capet CAPÉTIEN

(HuguesCAPÉTIEN)
 Hugues Capet
roi de France(11 juin 987 - 24 octobre 996), Duc des Francs(961-987), Comte de Pariset de Troyes

  • Né en 941 - Orléans (45)
  • Décédé le 24 octobre 996,à l'âge de 55 ans
  • Inhumé - St-Denis, Saint-Denis (93)
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s), enfant(s), petits-enfants et arrière-petits-enfants

 Fratrie

 Demi-frères et demi-sœurs

Du côté de Hugues le Grand ROBERTIEN, Comte de Paris 897-956

 Notes

Notes individuelles

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hugues_Capet

Le 3 juillet 987, dans la vieille cathédrale de Noyon, Hugues Capet devient roi de France sous le nom d'Hugues 1er.

Il est sacré par l'évêque de Reims, Adalbéron, selon un rituel germanique inauguré par Pépin le Bref.

Deux jours plus tôt, à Senlis (ou peut-être à Noyon ou Soissons), les principaux seigneurs du royaume ont offert la couronne au comte de Paris, au détriment de l'ultime héritier de Charlemagne et des rois carolingiens.

Le royaume sur lequel va régner Hugues Capet s'étend sur la partie ouest des régions occupées par les Francs, de la Manche à la Meuse, et correspond en gros au bassin parisien.

Cette région fortement romanisée s'appelait Neustrie sous Clovis et ses successeurs mérovingiens. Elle est appelée Francie occidentale au temps de Charlemagne et des carolingiens. Les Capétiens vont en faire le noyau de la France actuelle.

L'avènement d'Hugues Capet, c'est la vraie naissance de la France, au moment où naît l'Europe que nous connaissons.

En 1119, dans une lettre au pape Calixte II, un lointain descendant de Hugues Capet, le roi Louis VI, se proclame «roi de la France, non plus des Francs, et fils particulier de l'Église romaine». C'est le premier texte où il est fait référence au mot France.

Emergence de la France

Au cours du Xe siècle, deux aïeux d'Hugues Capet, dont le duc Eudes, avaient déjà été élus roi de Francie occidentale mais ils n'avaient pu conserver la couronne dans leur famille.

Au moment de son sacre, Hugues 1er est un homme mûr de 47 ans. C'est un seigneur puissant et respecté qui possède en propre de vastes domaines autour de Paris et Orléans qui en font l'un des principaux seigneurs de Francie occidentale. Il s'agit de seigneuries laïques et d'abbayes.

Le surnom de Capet que porte le roi fait précisément allusion à ses nombreuses chapes d'abbés, dont celle, prestigieuse entre toutes, de Saint-Martin-de-Tours.

Malgré le sacre de Reims, Hugues doit défendre sa légitimité les armes à la main. Selon le chroniqueur Adhémar de Chabannes, l'un de ses vassaux, Adalbert de Périgord, refusant de lever le siège de Tours, Hugues lui demande:

- Qui t'a fait comte?

Et l'autre de répliquer:

- Qui t'a fait roi?

Jusqu'en 991, Hugues doit aussi combattre le parti carolingien, qui garde de solides partisans, dont Charles de Lorraine.

Le fidèle Adalbéron étant mort en janvier 989, Hugues Capet tente de se concilier Charles de Lorraine en nommant son neveu Arnou à la tête de l'archevêché de Reims. Mais Arnoul trahit son bienfaiteur et fait entrer à Reims les troupes carolingiennes. Avec le concours du savant Gerbert, Hugues réunit un concile près de Reims. Il obtient la déposition de l'archevêque Arnoul et fait nommer Gerbert à sa place.

A la faveur d'une trahison, le roi arrive enfin à capturer Charles de Lorraine à Laon. Il se retourne ensuite contre le comte de Blois Eudes 1er avec le concours de son voisin, le comte d'Anjou.

L'époque du roi Hugues Capet, à l'approche de l'An 1000, voit l'apparition des châteaux forts en pierre. Jusque-là, les seigneurs se contentaient de fortifications en bois entourées de palissades, juchées sur une colline ou, à défaut, sur une «motte» (une colline artificielle).

Le premier château en pierre est dû au comte d'Anjou lui-même, le fameux Foulques Nerra. Il a été érigé à Langeais, au bord de la Loire.

Le pré carré

Arrondissant le domaine royal, ou «pré carré», à la manière modeste et tenace des paysans d'autrefois, Hugues 1er et ses descendants accroissent peu à peu leur richesse, consolident leur autorité et font émerger une nation nouvelle du désordre carolingien.

Les premières générations de Capétiens respectent la règle féodale de l'élection. Mais Hugues et ses successeurs ont soin de faire élire de leur vivant leur fils aîné pour leur succéder et de le faire sacrer roi à Reims.

Les Grands du royaume se prêtent de bon gré à la man uvre. Le fils aîné du roi régnant a l'avantage d'avoir été préparé à la succession par son père et son élection coupe court à toute querelle entre d'éventuels prétendants.

Les féodaux s'habituent peu à peu à une succession héréditaire. Ils l'acceptent d'autant mieux qu'Hugues Capet et ses premiers descendants font preuve d'une sage réserve face à des seigneurs parfois plus puissants et plus riches qu'eux-mêmes.

De génération en génération, les descendants d'Hugues Capet auront la double chance de vivre assez longtemps pour se faire accepter par leurs pairs et d'avoir un fils apte à leur succéder.

C'est seulement avec Philippe II Auguste, deux siècle plus tard, que la royauté sera devenue assez forte pour ignorer le rite de l'élection. Philippe Auguste dédaignera de faire désigner son fils de son vivant. Louis VIII dit Le Lion lui succèdera automatiquement et sans difficulté le 14 juillet 1223.

La succession héréditaire sera dès lors la règle en France. Mais ce principe restera relativement exceptionnel en Europe jusqu'à la fin du Moyen Âge, beaucoup de dynasties royales perpétuant le principe de l'élection à vie (Allemagne, Pologne, Russie,...). De nombreuses communautés conserveront par ailleurs un gouvernement de type républicain, en Suisse ou encore en Italie

http://www.herodote.net

NB Promethée : Hérodote...radote ! Le sacre royal date de Saint-Remi et de Clovis et non de Pepin, c'est ce sacre antérieur à tous les sacres, "au sommet de la majesté royale", qui fait la force morale et la supériorité du roi de France dans les monarchies occidentales ! Il est indépendant et au-dessus de tous y compris l'Empereur romain germanique, girouette dont les Lorraine-Hagsbourg, après les Hohenstaufen et avant les Hohenzolern, essayent tardivement de remuer les cendres ! Il faut relire les classiques ! "France, Fille aînée de l'Eglise, souviens-toi de ton baptême !" Il faut que ce soit un Polonais qui rappelle que la France a un droit d'aînesse dans la civilisation de l'Europe et du monde ! (Promethée)

Décès

Les Juifs, près de Pasville (28)

 Sources

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Robert Le Fort ROBERTIEN, duc des Francs 815..825-866 Mathilde d'ALTDORF Herbert Ier de VERMANDOIS, comte de Vermandois 839-902 Berthe de PARIS ca 850- Otton L'Illustre von SACHSEN, duc de Saxe 845-912 Hedwige von der Mark 856-903 Thierry von SACHSEN, comte palatin 862-917 Reginhilde de FRISE 860-
|
8
 |
9
 |
10
 |
11
 |
12
 |
13
 |
14
 |
15



 


 


 


| | | |
Robert Ier ROBERTIEN, roi des Francs ca 866-923 Béatrice de VERMANDOIS 876-929 Henri Henri Ier de Germanie, dit l'Oiseleur. von SACHSEN, souverain ottonien ca 875-936 Sainte Mathilde de Germanie de RIGELHEIM, voir Saintes ca 890-968
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
Hugues le Grand ROBERTIEN, Comte de Paris 897-956 Hedwige von SACHSEN ca 920-965
|
2
 |
3



|
Hugues Capet CAPÉTIEN, roi de France 941-996