Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Marie Mélanie d'HERVILLY

F  Marie Mélanie d'HERVILLY d'Hervilly-Gohier

(Marie Mélanie d'HERVILLY)


  • Née le 2 février 1800 - Bruxelles (Belgique)
  • Décédée le 27 mai 1878 - Paris VIII° (75) , à l’âge de 78 ans
  • Artiste-peintre (élève de Guillon-Lethière), homéopathe
3 médias disponibles 3 médias disponibles

 Parents

 Union(s)

  • Relation avec Guillaume LETHIÈRE, né le 10 janvier 1760 - Sainte-Anne, Grande-Terre, La Guadeloupe (971), baptisé le 22 avril 1832, Peintre
  • Relation avec François ANDRIEUX, né le 6 mai 1759 - Strasbourg (67), décédé le 10 mai 1833 à l’âge de 74 ans, Avocat, poète et auteur dramatique français
  • Mariée le 18 janvier 1835, Köthen, Saxe-Anhaldt (Allemagne), avec Christian Friedrich Samuel HAHNEMANN, Fondateur de l'homéopathie, né le 10 avril 1755 - Meissen, Saxe (Allemagne), décédé le 2 juillet 1843 à l’âge de 88 ans , inhumé - Cimetière-du-Père-Lachaise, Paris XX° (75), Fondateur de l'homéopathie (voir note)

 Relations

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

Notes d'Alain BRACHON
Née à Bruxelles (Belgique) selon son acte de décès daté du 27 mai 1878 à Paris VIII°, Marie Mélanie d'HERVILLY figure dans l'état civil reconstitué de Paris à la date du 2 février 1800. Son mariage avec Christian Friedrich Samuel HAHNEMANN, célébré le 18 janvier 1835 à Köthen (Allemagne), est ensuite transcrit à Paris les 18 janvier 1835 et 29 mars 1836 selon l'état civil reconstitué. Les époux sont mariés sous le régime de la séparation de biens et ont fait transcrire en français à Paris le 29 mars 1836 leur acte de mariage du 18 janvier 1835 célébré par le pasteur de l’église de la Croyance Luthérienne à Köthen.

Le 21 juin 1835, le couple arrive à Paris ; il y aura trois lieux d’habitations successifs. Il s’installe d'abord dans l’appartement de Mélanie, au n° 26 de la rue des Saints-Pères, face à l’actuelle Faculté de médecine. Une plaque rappelle ce souvenir. Mais cet appartement est trop exigu et le couple emménage dans un appartement plus vaste, face aux Jardins du Luxembourg, au n° 7 rue Madame, près de la rue de Fleurus (actuellement n° 57 à 61 de la rue Madame). Hahnemann commence ici sa pratique médicale suite à l’autorisation d’exercice donnée par Guizot en août 1835.

On ne sait pas si c’est à partir d’octobre 1836 ou bien du 1er juillet 1837 – date de la signature du bail avec M. Hagerman – que Samuel Hahnemann et Mélanie emménagent au n°1, rue de Milan, sur la rive droite de la Seine. Le bail est rédigé au nom de Mélanie d’Hervilly, mais contresigné par Hahnemann. Il est établi jusqu’au 1er avril 1844. Il comprend un hôtel particulier (sans mobilier), une maison de gardien, un jardin arboré et des dépendances. Le loyer annuel est de 5 000 Francs. Samuel Hahnemann se porte caution et déclare que les meubles, tableaux, objets d’arts et tous les effets qui garniront le logement sont la propriété exclusive de son épouse. L’hôtel détruit vers la fin du XIXe siècle a été remplacé par un immeuble plus grand, gardant les mêmes n° 1 et 3 rue de Milan.

On ne sait pas combien de temps Mélanie a occupé l’immeuble de la rue de Milan après le décès de son époux le 2 juillet 1843. Lors de son procès le 20 février 1847 pour exercice illégal de la médecinele jugement la condamne à 100 F. et aux frais du procès – Mélanie habite au n°48, rue de Clichy, à quelques dizaines de mètres de l’ancienne adresse du couple puis elle déménage au n°104, rue du faubourg Saint-Honoré où elle décède (Cf. Parcours d'Hahnemann à Paris, proposé par le Dr Olivier Rabanes, de Paris.).

On a beaucoup écrit sur Mélanie d'Hervilly, peut-être plus de mal que de bien. Les compatriotes de son mari l'ont accablée de sarcasmes ; en France, on n'a souvent vu en elle que l'aventurière. Soyons justes envers cette femme de cœur, qui entoura le vieillard d'une affection non feinte.

Elle fut sincère avec Hahnemann, sincère dans son élan de propager la doctrine salutaire. Rendons-lui hommage d'avoir amener le maître à Paris et soyons-lui redevables de l'impulsion donnée à sa doctrine en France. «Si l'homéopathie va à Paris, avait dit Hahnemann, elle est sauvée ». En ce sens, la jeune française exauça le dernier vœu du maître.

Le Docteur Joseph Antoine Chatron, disciple puis continuateur et fils spirituel de Samuel Hahnemann, est un des amis intimes du couple ; c'est lui qui assiste seul aux derniers moments du maître auquel il ferme les yeux.

Marie Mélanie d'Hervilly est ainsi l'instigatrice de son mariage et va elle-même demander – « pour son fils » dit-elle – à Eugène Lepescheur de Branville la main de sa fille Amélie Élisa qui lui est accordée. Le 25 novembre 1843, dans l'ancien XIème arrondissement de Paris, Joseph Antoine Chatron épouse, à l'âge de trente-huit ans, Amélie Élisa Lepescheur de Branville de quinze ans sa cadette ; le mariage religieux est célébré le 29 à l'Église Saint-Sulpice de Paris. Le père de Marie Mélanie Joseph Aimé d'Hervilly, propriétaire, demeurant à l'ancien n° 37 rue Madame , figure au nombre des témoins du mariage religieux.


Décision du Ministre de la justice (28 octobre 1831)
La demoiselle d'Hervilly, peintre à Paris, avait demandé l'autorisation d'ajouter à son nom celui de Gohier. Elle fondait sa demande sur un testament dans lequel M. Gohier, ancien président du directoire, exprimait le vœu qu'elle ajoutât son nom à celui qu'elle porte, et produisait en outre le consentement donné à cette addition de nom par la fille unique de M, Gohier. Le Ministre de la justice a refusé l'autorisation demandée, et le Conseil d'État, sur le recours formé par ladite demoiselle d'Hervilly, s'est déclaré incompétent, par le motif que la matière n'était pas contentieuse.
Considérant que la nature de la décision, contre laquelle réclame la demoiselle d'Hervilly, ne pouvait donner lieu à un recours par-devant nous en notre Conseil d'Etat, par la voie contentieuse ;
Art. 1er. — La requête de la demoiselle d'Hervilly est rejetée.


Soixante ans de souvenirs par Ernest Legouvé
...à propos d'HAHNEMANN...
[...]
Son portrait serait incomplet si je n’y ajoutais celui de sa femme. Elle ne le quittait jamais. Dans son cabinet de travail, elle était assise auprès de son bureau, à une petite table où elle travaillait comme lui, et pour lui. Elle assistait à toutes les consultations, quelque fût le sexe du malade, et l’objet de l’entretien. Elle écrivait toutes les indications de la maladie, donnait son avis en allemand à Hahnemann, et préparait les médicaments. Si, par exception, il faisait quelques visites au dehors, elle l’y accompagnait toujours. Le fait singulier, c’est que Hahnemann était le troisième vieillard illustre auquel elle s’était attachée de la sorte.

Elle avait commencé par la peinture, puis passé à la littérature et fini par la médecine. A vingt-cinq ou trente ans, Mlle d’Hervilly (c’était son nom), jolie, grande, élégante avec son frais visage tout encadré de légères boucles blondes, et ses petits yeux bleus, aussi perçants que des yeux noirs, était devenue la compagne d’un célèbre élève de David, M. L. En épousant le peintre, elle avait épousé sa peinture et aurait pu signer plus d’une de ses toiles, comme elle signa plus tard les ordonnances de Hahnemann. M. L. mort, elle se tourna vers la poésie, représentée par un poète qui avait soixante-dix ans ! car plus elle allait, plus elle les aimait vieux. C’était M. A. Elle se jeta alors dans les petits vers avec la même ardeur qu’elle s’était jetée dans les grands tableaux d’histoire, et A. étant mort à son tour, les septuagénaires ne lui suffirent plus, elle épousa Hahnemann qui avait quatre-vingts ans ! Elle devint alors aussi révolutionnaire en médecine qu’elle avait été classique en littérature et en peinture. Son culte allait jusqu’au fanatisme.
[...]


Une étrange histoire, une fois les parents morts à l'étranger, une autre fois les parents laissent Mélanie chez des parents adoptifs...mais qui sont vraiment les parents de cette Mélanie ? (YC)

Notes de Philippe FRILLEY :
Je recherche des précisions sur les parents de Mélanie d'Hervilly née vers 1800. Son père le Comte d'Hervilly et sa mère seraient morts en Italie vers 1810 ? Petite-fille du Comte Charles Louis LE CAT d'HERVILLY (1756-1795), commandant une partie des troupes royalistes lors du débarquement de Quiberon,ancien commandant de la garde constitutionnelle aux Tuileries.


Etrange histoire,que cette adoption !!!! (YC)
http://homeoint.org/books3/hahnemann/epilogue.htm

Et d'autres nouvelles ....
La mort du Docteur Samuel Frédéric Christian Hahnemann et ses deux tombeaux,par le Dr Robert Séror
http://homeoint.org/books2/mortsh/montmartre.htm


...et même Alexandre DUMAS :
Mes Mémoires; Chapitre CXIII
M. Lethière était a la fois un beau talent, un bon cœur et un charmant esprit. Il avait, alors, près de lui, comme âme de la maison, une jeune femme blonde, grande, mince, presque toujours vêtue de noir, qu'on appelait mademoiselle d'Hervilly, et qui, sous ce nom, a fait de la peinture et de la littérature; qu'on a appelée depuis madame Hannemann, et qui, sous ce nom, a fait de la médecine. C'était un esprit froid, un cœur sec, mais une volonté arrêtée.

Je crois madame veuve Hannemann aujourd'hui fort riche. Cette personne, fort supérieure du reste, faisait les honneurs de la maison aux vieux amis de M. Lethière dont quelques-uns avaient été les amis de mon père.

Ces vieux amis étaient M. Gohier, l'ancien président du Directoire ; Andrieux, Desgenettes, un peintre nommé Renaud, et quelques autres.


Notes d'Hervé-Martin BORDIGONI :
Mélanie Le Cat d'Hervilly,n'apparaît à aucun moment dans la généalogie sérieuse et bien documentée de Christian du Passage.Il donne toujours 4 enfants au couple Le Cat d'Hervilly x La Cour de Balleroy.


Mairie du VIIIème arrondissement de Paris, vue 27/31, le 28 mai 1778
Acte de décès de Marie Mélanie d'HERVILLY, rentière, âgée de 78 ans 3 mois, née à Bruxelles (Belgique), décédée à Paris en son domicile rue du Faubourg Saint Honoré, 104, hier à 5 heures du matin. Veuve de Christian Frédéric Samuel HAHNEMANN, fille de Joseph Aimé d'HERVILLY et de Marie Josephe Gertrude HEITRALT, son épouse, etc. (hdemython).

Naissance

http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/avant_1860_fichiers_etat_civil_reconstitue/fecr_visu_img.php?registre=V3E_N_0739&type=ECRF&&bdd_en_cours=etat_civil_rec_fichiers&vue_tranche_debut=AD075ER_V3E_N_00739_00251_C&vue_tranche_fin=AD075ER_V3E_N_00739_00301_C&ref_histo=81239&cote=V3E/N%20739 (vue 17/51)

Décès

http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/1860_1902_actes/aec_visu_img.php?registre=V4E_03434&type=AEC&&bdd_en_cours=actes_ec_1871_1882&vue_tranche_debut=AD075EC_V4E_03434_0094&vue_tranche_fin=AD075EC_V4E_03434_0124&ref_histo=4117&cote=V4E%203434 (vue 27/31)

Notes concernant l'union

Union avec Christian Friedrich Samuel HAHNEMANN:

Un peu d'histoire, romancée ? Le second mariage d'Hahnemann
Mélanie appartient à une famille d’aristocrates dont le chef en cette fin du 18° siècle est le comte Louis-Charles d’HERVILLY. Il s’est illustré dans la guerre d’Amérique, ce qui lui vaut d’être nommé colonel et ensuite commandant la Garde constitutionnelle de Louis XVI. Du 20 juin au 17 août 1792, il défend autant que possible la famille royale et doit par la suite s’exiler en Angleterre. Il fait partie de l’expédition de Bretagne, débarque à Quiberon mais il est grièvement blessé et meurt des suites de ses blessures.

Durant la Terreur, il était pour le moins périlleux de porter un titre nobiliaire, aussi un proche parent, Joseph-Aimé d’Hervilly gagne l’Angleterre. Ce Joseph-Aimé se marie en Allemagne et une petite fille naquit à Bruxelles en 1800. Elle est appelée Marie-Mélanie

Union avec Christian Friedrich Samuel HAHNEMANN

http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/avant_1860_fichiers_etat_civil_reconstitue/fecr_visu_img.php?registre=V3E_M_0311&type=ECRF&&bdd_en_cours=etat_civil_rec_fichiers&vue_tranche_debut=AD075ER_V3E_M_00311_00601_C&vue_tranche_fin=AD075ER_V3E_M_00311_00651_C&ref_histo=81102&cote=V3E/M%20311 (vue 49/51)

http://canadp-archivesenligne.paris.fr/archives_etat_civil/avant_1860_fichiers_etat_civil_reconstitue/fecr_visu_img.php?registre=V3E_M_0311&type=ECRF&&bdd_en_cours=etat_civil_rec_fichiers&vue_tranche_debut=AD075ER_V3E_M_00311_00651_C&vue_tranche_fin=AD075ER_V3E_M_00311_00701_C&ref_histo=81103&cote=V3E/M%20311 (vue 2/51)

 Sources

  • Personne: Déméter
  • Naissance: Archives numérisées de Paris (transcription) ou Paris (YC)
  • Union 3: Archives numérisées de Paris
  • Décès: Archives numérisées de Paris
    voir Notes

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Michel Charles Le CAT d'HERVILLY, Marquis de Canisy 1683-/1752   Augustine de MONTJEAN, dame de Deniécourt   François MANESSIER, marquis de Guibermesnil †1780   Antoinette HURAULT du MARAIS 1702-1764        
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
   



 


   
|   |    
Charles François Le CAT d'HERVILLY, Comte de Canisy 1722-1774..1777   Anne Madeleine Augustine MANESSIER de GUIBERMESNIL, dame de Brocourt 1729-1760    
|
4
  |
5
 



 
|  
Joseph Aimé d'HERVILLY †1850   Marie-Joseph Gertrude HEILRATH
|
2
  |
3



|
Marie Mélanie d'Hervilly-Gohier d'HERVILLY 1800-1878


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content