Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

H  François de SURIENNE dit l'Aragonnais

(François de SURIENNE)
 D'or a trois pals de gueules au chef d'argent chargé de trois coquilles de sable
sgr de Loigny, de Pizi, de Passy et de Châteaugirard, chevalier de la Jarretière (165, 1447), Bailli de Chartres et de Montargis, Capitaine de Chartres, de Montargis et de Verneuil

  • Seigneur de Loigny,de Pizi,de Passy et de Châteaugirard,chevalier de la Jarretière,bailly et capitaine de Chatres (Chârtres ?) et de Montargis,capitaine de Verneuil

 Union(s), enfant(s), les petits enfants et les arrière-petits-enfants

 Notes

Notes individuelles

Il est l'oncle de Rodrigo BORGIA, né en 1431, (le futur Alexandre VI)

En 1431, un capitaine anglais nommé l'Aragonais s'empara de Montargis, mais il en fut chassé par La Trémouille l'année suivante. En 1490, Charles VIII exempta les habitants du franc fief, du ban et de l'arrière-ban
http://www.gatinaisgeneal.org/michelf/navigation_en_terre_gatinaise/montargis1.htm

Le 25 mars 1449, François de Surienne, dit l'Aragonais, capitaine de Verneuil, écorcheur (pillard), chevalier de la Jarretière, prend Fougères
http://perso.wanadoo.fr/aetius/general/Medval3.htm

François de Surienne, dit l'Aragonais,espagnol au service de l'Angleterre, s'empare par surprise de la ville et du château avec une troupe d'environ 600 hommes, dans la nuit du 23 au 24 mars 1449
http://frey-roger.ifrance.com/frey-roger/fougeres.htm

En pleine trêve en effet, un aventurier aragonnais du nom de Surienne, à la tête d'une troupe anglaise, attaque les remparts au milieu de la nuit. L'effet de surprise est total, car la défense est inorganisée. Les habitants sont, pour beaucoup, massacrés, et la ville est pillée de fond en comble. C'est un désastre.
http://www.casteland.com/pfr/chateau/bretagne/illevil/fougeres/fougeres_histoire3.htm

Il doit être identifiable à :
Francis Surienne (?-?)
Seigneur de Lunée
Chevalier de la Jarretière en 1447 (brevet n°162 - démissionne en 1450)
http://www.heraldique-europeenne.org/Armoriaux/Jarretiere/Henri_VI_2.htm

Un dénommé Surienne avait choisi ce bourg, en 1437, pour y faire parler de lui.
http://perso.magic.fr/felipe/hMonter.htm

Cela semble dû au fait que Chailly se situait hors de l'habituel rayon d'action d'un dénommé Surienne (qui, entre autres, avait réussi un coup de main à Montereau) et sous la garde de la garnison de Lorris.
http://perso.magic.fr/felipe/hChailly.htm

Bibliothèque du vicomte Eugène de Bourbon-Busset
Prise de Fougères. 1449. Interrogatoire de Thomassin, au sujet la prise de la ville de Fougères par François l'Arragonnois. Verneuil, 30 août 1449. Feuillet de papier (22 cm sur 20), en langue française. oThomassin dépose sur serment les faits suivants : en septembre 1347, "durant le temps que le pardon estoit au Mont saint Michiel", François L'Aragonnais lui a dit que Gilles Mons de Bretagne et lui-même avaient eu "grans paroles et accointances" ensemble en Angleterre, et qu'il déplaisait à Gilles d'être prisonnier. François L'Aragonnais lui promit donc de le délivrer. Il prit avec lui cinq ou six compagnons, alla à Saint Julien de Voutures (?) mais Gilles avait été changé de prison. Thomassin alla donc inspecter la place de Fougères et le Mont Saint Michel. François L'Aragonnais donna de l'argent à un couturier de Fougères pour qu'il lui serve d'indicateur. Ce couturier trouva moyen de circonvenir le capitaine de la place de Fougères, put ainsi visiter la ville, et faire un rapport exact à François L'Aragonnais, qui fit rassembler à Verneuil plus de cent-vingts hommes de guerre. Thomassin fut ensuite interrogé si le roi d'Angleterre ou le sieur de Talbot avaient donné leur consentement à la prise de la ville.
Il s'agit de François de Surienne, dit l'Aragonnais, capitaine de Verneuil, chevalier de la Jarretière, et grand écorcheur devant l'Éternel ! Il prit Fougères le 25 mars 1449, à la tête de sept mille soldats anglais. C'est cet acte qui rompit la trève conclue pour cinq ans le 28 mai 1444, entre la France & l'Angleterre. Charles vii partit en campagne, et reprit les villes de Lisieux, Pont-Audemer, Lisieux & Rouen (29 octobre 1449). Au printemps 1450, il ne restait plus aux Godons que huit villes fortes.

En 1461 à Dijon, François de Surienne préconisait, au fond des fossés et aux angles des courtines, la construction de tours outrepassées ou moineaux de 16 pieds dans oeuvre.
http://patrice.bonjour.free.fr/hede/salamagne2.html

 Sources

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre



  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content