Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Charles François DAVY
(Charles François DAVY d'AMFREVILLE)
Marquis d'Amfreville (2e), Baron de La Haye du Puits, sgr de SortosviIle et de Fermanville, Voir Corsaires

  • Né en 1640
  • Décédé le 2 novembre 1692 - Brest (29) , à l’âge de 52 ans
  • Inhumé le 8 novembre 1692 - Château, Vincennes (94)
  • Premier écuyer de Madame la Dauphine,lieutenant général,chef d'escadre des armées navales et premier maréchal de France.
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

 Notes

Notes individuelles

Chevalier,marquis d'Amfreville,baron de La Haye du Puits,seigneur de SortosviIle et de Fermanville,commandeur des Ordres de Malte et de Saint Louis

C'est le marin le plus illustre du Cotentin. // Charles François servit d'abord dans l'armée de terre,dit A. Benoist,dans sa notice,en 1889,puis il passa au service de la marine.Il fait remarquer que, jusqu'à l'arrivée de Colbert,la France n'avait pas eu,à proprement parler,de marine,aussi beaucoup d'officiers du premier mérite servaient alternativement sur terre et sur mer,par exemple : les maréchaux de Créqui,de Tessé et de Vivonne qui furent généraux des galères, les deux maréchaux d'Estrées et le maréchal de Château-Renault. Louis XIV et Charles II d' Angleterre ayant déclaré la guerre à la Hollande,un sanglant combat fut livré le 07.06.1672 entre les flottes françaises,anglaises et hollandaises,à Soult's Bay sur les Côtes d' Angleterre. D' Amfreville commandait le vaisseau « Le Hardi » de 50 canons et 300 hommes d'équipage;la bataille, commencée à cinq heures du matin,ne se termina qu'à neuf heures du soir et ne donna aucun résultat;Ruyter avoua qu'il n'en avait jamais vu de si terrible. Le 07.06.1673,le Prince Robert et le vice.amiral d'Estrées attaquèrent dans la baie de Schooneveldt,sur les côtes de Zélande,la flotte hollandaise,commandée par Ruyter et par Tromp.La bataille fut acharnée et les Français attaquèrent avec tant de fureur que Tromp fut contraint deux fois de changer de vaisseau.La nuit sépara les combattants et la victoire fut indécise. D'Amfreville commandait alors « Le Maure »,de 50 canons,placé à l'avant-garde,ce qui lui fit ouvrir le premier le feu sur les Hollandais. Un second combat,livré le 14 aout,faillit être fatal à la flotte anglaise. Enfin,le 21 aout,les alliés livrèrent un troisième combat à la flotte hollandaise : l'action se prolongea de sept heures du matin à dix heures du soir,sans qu'aucun des combattants put s'attribuer la victoire. D' Amfreville prit part à tous ces combats et se fit remarquer par son intrépidité;il ne tarda pas à être promu au grade de capitaine de vaisseau. Messine s'étant révoltée contre l'Espagne alors en guerre contre la France,une flotte française,aux ordres de Duquesne,fit voile vers la Sicile.Ruyter,avec la flotte hollandaise alliée de l'Espagne,se porta au devant d'elle pour l'empêcher de pénétrer dans le port de Messine : les flottes se rencontrèrent le 08.01.1676,à la hauteur des iles Stromboli;le combat fut acharné : commencé à dix heures du matin, il ne se termina qu'à minuit: la victoire,chèrement disputée,resta indécise.D'Amfreville,qui commandait le vaisseau « Le Suffisant »,prit part à cette bataille ainsi qu'à celle du Mont-Gibe livrée le 22.04.1676 en vue de l'Etna,entre Catane et Agosta;les Hollandais furent défaits et Ruyter mortellement blessé.Le 27 avril,d'Amfreville,à la tête d'une division française, mit en fuite les galères espagnoles qui s'étaient présentées devant Messine,puis assista au combat livré le 2 juin,devant Palerme,par le maréchal de Vivonne,aux flottes réunies de l'Espagne et de la Hollande,qui furent presqu'entièrement anéanties.Bien que leur ville ait subi un terrible bombardement en 1681,les Algérois,que cette leçon n'avait pas corrigés,continuèrent d'attaquer les vaisseaux français.Duquesne partit de Toulon,au mois de juin 1683,avec une flotte de dix vaisseaux de guerre et de sept galiotes à bombes.Il avait sous ses ordres d'Amfreville qui était alors chef d'escadre et commandait « La Couronne » .La flotte parut devant Alger en juin;cette vine était défendue par 400 canons et 12000 hommes.Le bombardement commença le 26 juin;un grand nombre de bombes furent jetées dans la ville;le palais de Baba-Hassan,dey d'Alger et beaucoup de maisons furent brûlés,une batterie fut démontée,une foule d'habitants furent tués et deux vaisseaux algériens coulés bas,dans le port.Le peuple et les soldats,effrayés,coururent en foule au palais du Dey et prièrent celui-ci de demander la paix;les forts arborèrent pavillon blanc,mais Duquesne refusa d'entrer en accommodement avant que les esclaves français et ceux des autres nations pris sous pavillon français fussent envoyés à bord de l'escadre;les Algériens y consentirent et renvoyèrent 142,puis 546 esclaves.La paix allait être conclue,lorsque Mezzo-Morto,amiral d'Alger,souleva le peuple contre Baba-Hassan,le fit assassiner,se fit élire dey à sa place et reprit les hostilités.Le bombardement recommença le 21 juillet et se continua jusqu'à la fin du mois d'août.La saison s'avançant,la flotte française fut obligée de rentrer en France où elle arriva à la fin de septembre,laissant Alger en ruines.L'année suivante,les Algériens demandèrent la paix et s'engagèrent à rendre tous les esclaves : « Il n'est pas inutile de dire que lorsque d'Amfreville vint délivrer dans Alger tous les esclaves chrétiens au nom du roi de France,il se trouva parmi eux beaucoup d'Anglais qui, étant déjà à bord,soutinrent à d'Amfreville que c'était en considération du roi d'Angleterre qu'ils étaient remis en liberté.Alors,le capitaine français fit appeler les Algériens et,remettant les Anglais à terre : Ces gens-là,dit-il,prétendent n'être délivrés qu'au nom de leur roi;le mien ne prend point la liberté de leur offrir sa protection, je vous les remets,c'est à vous à montrer ce que vous devez au roi d'Angleterre.Tous les Anglais furent remis aux fers! ».Gênes s'étant déclarée contre la France qui était alors en guerre avec l'Espagne,Duquesne partit de Toulon à la tête d'une flotte importante dont faisait partie le vaisseau « le Diadème »,commandé par d'Amfreville,et se présenta devant Gênes le 17.05.1684. Avant de commencer les hostilités,Duquesne demanda satisfaction aux Gênois.Ceux-ci,pour toute réponse, firent une décharge générale de leur artillerie sur la flotte française.Le bombardement commença aussitôt et se continua jusqu'au 28 mai.Quatorze mille bombes furent jetées dans Gênes.Duquesne voulut faire une descente au cours de laquelle d'Amfreville fut grièvement blessé à la cuisse d'un coup de mousquet. En 1689,il reçut le brevet de lieutenant-général des armées navales de France. L'année suivante,il prit le commandement d'une flotte de 36 vaisseaux,4 brûlots et 5 flûtes,chargée de porter secours en hommes et en munitions à Jacques II,alors en Irlande. D'Amfreville,commandant « le Magnifique »,quitta la rade de Brest le 17.03.1690.En mer,il fut rallié par le chevalier Paul,célèbre chef d'escadre,qui lui amenait une division composée de cinq vaisseaux, une frégate et un brûlot.Les Français débarquèrent heureusement à Cork, le 22 avril,et d'Amfreville rentra à Brest le 4 mai,avec deux corsaires anglais qu'il avait capturés en route.Louis XIV faisait alors une guerre acharnée à Guillaume III,pour rétablir Jacques II sur le trône d'Angleterre.Sur les ordres du roi de rechercher et d'attaquer les ennemis en quelque nombre qu'ils fussent,Tourville quitta Brest,sans pouvoir attendre les amiraux d'Estrées et de Château-Renault qui devaient lui amener leurs divisions.La flotte n'était forte que de 44 vaisseaux, tandis que la flotte anglo-hollandaise en comptait 99.Le 29 mai 1692,les deux flottes se rencontrèrent entre la pointe de Barfleur et l'île de Wight : ce fut le désastre de La Hougue,plus glorieux pour Tourville qu'une victoire.Avant d'engager la bataille,celui-ci réunit ses capitaines et leur fit voir l'ordre de combattre signé du roi qui croyait à la défection d'une partie des Anglais dévoués à Jacques II,et chacun se disposa à faire son devoir.D'Amfreville,qui montait le vaisseau « Le Merveilleux »,de 92 canons,prit le commandement de l'avant-garde forte de 14 vaisseaux;un calme plat étant survenu,il se fit remorquer par ses chaloupes pour arriver plus vite à portée de l'ennemi qui ne pouvait croire à tant d'audace.La bataille,commencée au point du jour,se continua pendant toute la journée avec un acharnement sans exemple.Tourville,qui montait.Le « Soleil Royal »,se trouvant entouré d'une partie de la flotte anglaise,allait succomber,malgré la plus héroïque défense,lorsqu'il fut dégagé par d'Amfreville.Le contre-amiral anglais s'étant approché à longueur de demi-pique du « Merveilleux » en reçut une bordée telle qu'elle mit le plus grand désordre à son bord,pas un boulet n'ayant été perdu. Le soir,les Anglo-Hollandais comptaient deux vaisseaux de moins: l'un coulé,l'autre sauté;les Français n'en avaient pas perdu un seul;mais,en présence du nombre supérieur des ennemis,ils durent se retirer.Le « Merveilleux » fut du nombre des douze vaisseaux qui,forcés de s'échouer sous La Hougue,furent abandonnés et brûlés.D'Amfreville,qui avait déployé le plus grand courage et dont Tourville et l'amiral anglais Russell faisaient le plus grand éloge,ne devait pas survivre aux blessures nombreuses qu'il avait reçues à La Hougue;il décéda quelques mois plus tard,à Brest,le 2 novembre 1692,laissant la réputation d'un des meilleurs hommes de mer de son époque et l'un des meilleurs lieutenants de Duquesne et de Tourville.Il était gouverneur de Vincennes et y résidait au château où il fut enterré le 8 novembre 1692.Source M.l'Abbé CANU

NB Promethée : je croyais qu'il était né en 1628 au château d'Amfreville...

 Sources

  • Personne: Déméter (JJB)
  • Inhumation: Inhumé sous le choeur de la Sainte-Chapelle du château royal de Vincennes

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Adrien,sieur du Bois DAVY, sieur de Sortosville †1589   Anne,dame de la Pommeraye de BRÉCEY, Dame de la Pommeraye   Jacques,sieur de Liesville de VARROC, sgr de Réville   Catherine,dame de Fermanville de PIROU, sgr de Cosqueville †1612   Jean,seigneur de Bellefonds GIGAULT de BELLEFONDS, sgr de Bellefonds   Charlotte de VOISINES   Henri Robert Georges,baron de Sainte-Marie du Mont AUX-ÉPAULES, seigneur de Ste-Marie du Mont 1562-1607   Jeanne de BOURS, dame de Bours †1623
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
  |
14
  |
15



 


 


 


|   |   |   |
Louis DAVY, Seigneur de Guéhébert   Françoise,dame de Fermanville de VARROC, sgr de Cosqueville †1624   Bernardin,marquis de Bellefonds GIGAULT de BELLEFONDS, Marquis de Bellefonds 1580-1639   Jeanne Suzanne,dame de l'Isle Marie AUX-ÉPAULES, Dame du Chef du Pont †1652
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
Pierre Louis,marquis d'Amfreville DAVY, sgr de La Haye du Puits 1612-   Jeanne GIGAULT de BELLEFONDS ca 1604-1656/
|
2
  |
3



|
Charles François DAVY, Marquis d'Amfreville 1640-1692


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content