Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Jean François Théodore BÉCHAMEIL
voir Légion d'honneur (Officier) (16 mars 1862), voir Ordre de Léopold de Belgique (Officier) et Médaille de Sainte-Hélène

  • Né le 10 messidor an III (28 juin 1795) - Chirac (16)
  • Décédé le 1er juillet 1867 - Château de Bourdelière, Taponnat-Fleurignac (16) , à l’âge de 72 ans
  • Inhumé - Chirac (16)
  • Capitaine de Vaisseau, député de la Charente (1846-1848)
  • Marine Royale : son incorporation vers 1810
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s), enfant(s) et les petits enfants

 Fratrie

 Relations

(pages liées)

 Notes

Notes individuelles

Admis le 11 juin 1811 à l'école spéciale de la Marine à Brest (suivant décret du 4 juin 1811). (Eole/famille)

  • 1818, commande l'aviso Colibri et partcipe à l'expédition de Galam (Sénégal). Le 17 août, la frégate Argus (Du Melay -chef expédition), le brick Postillon et l' aviso Colibri, remontent le fleuve Sénégal.
  • Enseigne de vaisseau à bord du Cygne et de Terpsichore.
  • 1828, lieutenant de vaisseau.
  • 1827, à bord de la corvette b>Nièvre à Madagascar. Il invente llinguet-Béchameil (ancrage en douceur).
  • 1831, Chevalier de la Légion d'Honneur (croix épinglée par la reine Marie-Amélie).
  • 1834, capitaine de corvette sur L' Eglé.
  • 1836, sur Le Véloce (voiles et vapeur).
  • 1840, Louis-Philippe et sa famille embarquent sur la Véloce pour se rendre au Tréport. Survient une tempête. Pour débarquer le roi, Béchameil lance la Véloce contre la jetée en bois du port de Calais.
  • 1841, A. L. Morel-Fatio immortalise l'exploit (tableau musée national du château de Versailles).
  • 1840, capitaine de vaisseau,
  • 1845, chef de division, commandant supérieur des bateaux à vapeur.
  • 1846, Député de La Charente (arrondissement de Confolens).
  • 1848, prend sa retraite à Rochefort.
  • 1860, retiré à Chirac. Il y décède en 1867.
  • Officier de la Légion d'Honneur, Officier de l'ordre de Léopold, roi des Belges.
    d'après E. Vandenbessi sur Geneanet

Le capitaine de vaisseau Jean François Théodore BECHAMEIL, né à Chirac (16) le 25 juin 1795, et dont la sœur habitait le Château de Chambes (Roumazières-Loubert-16), a eu une vie mouvementée et intéressante qui mérite d'être racontée: En 1818, il fit le voyage de Galam; il s'agissait de remonter le fleuve Sénégal afin d'y établir des comptoirs français. Il remonta ce fleuve si redouté, et après 72 jours il revint quasi mourant à Saint-Louis, ayant perdu son équipage décimé par les maladies.

Nommé enseigne de vaisseau en 1919, il fit des campagnes dans les mers du sud et au Brésil, en Inde, à Bourbon (la Réunion) et à Madagascar. Durant une bataille, la rupture de la tounevire du vaisseau ayant compromis la sûreté de navigation, cette avarie lui donna l'idée de confectionner un nouveau mode de stopper les bateaux. Il parvint à éviter ces terribles secousses des chaînes et des ancres en inventant le Linguet de chaîne. Le roi Louis Philippe et sa famille montaient souvent à bord du Véloce pour se rendre au Tréport; en 1840, une violente tempête éclata dans la Manche alors que le roi et les siens étaient à bord. Le roi, pensant qu'on pouvait avoir des craintes à son sujet, voulut débarquer. Le ministre de la Marine prit la direction du navire, et décida malgré l'avis du commandant de mettre un canot à la mer; des volontaires y prirent place, mais tous périrent noyés. Béchameil proposa alors au roi de prendre la direction des opérations, le roi accepta...Béchameil lança alors le navire à toute vapeur sur la jetée de Calais, celui-ci s'empala sur la digue, renversant seize pilotis et s'immobilisa soutenu de part et d'autre par les pilotis restants. Jean François Théodore BECHAMEIL sauva ainsi le roi des Français et sa famille.

De 1846 à 1848, il fut député de la Charente, mais la Révolution de février 1848 mit fin à sa carrière politique. Il aurait pu être ministre de la Marine dans le gouvernement provisoire de Lamartine, mais il refusa, préférant rester fidèle à Louis-Philippe. Il se retira à Chirac où il fut simple conseiller municipal de 1860 à 1867. La tombe de ce grand marin et inventeur est toujours visible dans le cimetière de CHIRAC (Charente).

 Sources

  • Personne: eole / Résumé de G.Dexet (2014)
  • Union: AD17/ janus
  • Famille: eole

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jean BÉCHAMEIL 1688-1754   Françoise SARDAIN   Jean BEAUMATIN   Anne DEPEYRAS   Jean Baptiste BLANCHON   Geneviève POUGEARD   François GOULMOT   Jeanne POUGEARD
|
8
  |
9
  |
10
  |
11
  |
12
  |
13
  |
14
  |
15



 


 


 


|   |   |   |
François BÉCHAMEIL 1737-1794   Léonarde BEAUMATIN ca 1738   Jean Baptiste BLANCHON ca 1720-1798   Suzanne GOULMOT
|
4
  |
5
  |
6
  |
7



 


|   |
François BÉCHAMEIL 1771-1845   Suzanne BLANCHON †1837
|
2
  |
3



|
Jean François Théodore BÉCHAMEIL, voir Légion d'honneur (Officier) 1795-1867


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content