Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Paul RACINE
voir Histoire de la Résistance et Histoire de Vichy, voir Auteurs de Mémoires (1939-1947)

  • Né le 22 septembre 1914
  • Décédé le 24 février 2016 , à l’âge de 101 ans
  • Chargé de mission, puis secrétaire particulier du Maréchal Pétain (de 1940 à 1945). Il n e l'a jamais renié.
2 médias disponibles 2 médias disponibles

 Parents

 Union(s), enfant(s) et les petits enfants

 Fratrie

 Notes

Notes individuelles

  • J'ai servi Pétain. Le dernier témoin, Paris, Le Cherche-midi, 2014. Recueillis par Arnaud Benedetti, professeur associé à Paris-Sorbonne et auteur de Un Préfet dans la Résistance.

" Il fait sa scolarité chez les Jésuites d'où il se fait renvoyer. Son père lui écrit cette occasion « quant à passer tes vacances avec tes frères et sœurs n’y compte pas. Quand un fruit est pourri dans le panier on le jette ». Finalement, comme il revient avec un deuxième prix de dissertation française et un premier prix de version latine, il aura droit de jouer dans la propriété de 500 hectares (!) avec ses cousins et ses cousines. Il a beaucoup de tempérament et subit une éducation très sévère. Après avoir eu un geste violent contre un domestique (c’était le nom à l’époque du personnel de maison) son père le gifle, puis exige de lui qu’il demande pardon, à genou, devant tout le monde… Pour avoir mal rédigé une version latine, son père l’interdit de sortie tout un jeudi après-midi. Dans son collège, pour avoir enfreint une règle du règlement, il se retrouve enfermé trois jours durant à travailler tout seul, toute la journée, ne rejoignant ses camarades que pour dormir.

Mais il regrette son expulsion des jésuites qui le canalisait, et surtout, il avoue que les bons pères savaient passer du temps avec les élèves pour les suivre personnellement ; il considère que les profs du public étaient beaucoup moins concernés et investis. Déjà à l’époque…..

Il fait des études à l'école nationale supérieure des Arts déco, puis une école de publicité. Gravement blessé sur le front Belge en juin 1940, il va proposer ses talents de publicitaire pour participer au sevice de propagande, il entre en 1941 au secrétariat particulier du chef de l'État Français. Sous l'autorité du docteur Benard Menetrel, il s'y occupe, entre autres, de la propagande et des prisonniers de guerre. Quatre années durant, il vit au rythme des intrigues, des conflits, des soubresauts de Vichy. Il y partage le quotidien de Pétain, de son entourage et y croise toutes les figures de la Collaboration, de Laval à Darlan, mais aussi, fait plus surprenant, de nombreux acteurs engagés dans la Résistance, tel François Mitterrand dont il instruit le dossier de francisque, ou le colonel Groussard...

Dans une atmosphère crépusculaire, il assiste, les armes à la main, à l'évacuation de Pétain par les Allemands en août 1944. Son témoignage est d'autant plus exceptionnel qu'il fait la part belle à la complexité d'une époque qui n'en finit pas de nous interroger.

Paul Racine n'a rien oublié. Le jeune français qu'il fut dresse, soixante-dix ans après, le tableau tragique d'une scène où des hommes s'affrontent dans le fracas de l'Histoire, sans éluder aucune des questions les plus terribles de ces années-là. Qu'il s'agisse des rafles, de la répression de la Résistance, du service du travail obligatoire, des atermoiements diplomatiques, il se confronte très librement à ce régime qu'il servit et ouvre aussi à d'autres interrogations qui continuent de tarauder les historiens. Pourquoi, en novembre 1942, Pétain refuse de partir en Algérie ? Pourquoi, dès le début, le Maréchal croit à l'entrée en guerre des Américains et à leur victoire probable ? Pourquoi, finalement, accepte-t-il de cautionner par sa présence une politique qui s'enfonce tous les jours un peu plus dans la soumission ? Qui sont les hommes qui composent, au fil des ans, son entourage ? Et qui sont ceux qui, de l'intérieur de ce régime perdu, vont aider et basculer dans la Résistance ? Et lui, pourquoi, patriote laissé presque mort sur le champ de bataille, animé par une hostilité constante à l'occupant, a-t-il fait le choix de servir le Maréchal Pétain ? "

Je suis maréchaliste, certainement pas pétainiste ». Il indique par-là qu’il est attaché à la personne du Maréchal et non à sa politique. Il rappelle que le Maréchal lui-même n’était pas toujours d’accord avec la politique qu’il était obligé de mener, mais qu’il s’est astreint à rester auprès des Français dans leur malheur.

C’est donc bien un attachement personnel et sentimental qui le retient auprès du Maréchal auquel, 70 ans après, il redit encore sa fidélité. Pourquoi ? « D’abord, il était beau le Maréchal ! Il avait une allure, un port superbe. Sa figure était aimante, très vivante et noble. Il était calme et dénué de toute forme de pessimisme ». Bref c’était un personnage éminemment charismatique.

Son jugement sur le général de Gaulle est sans appel, il estime que son orgueil sans borne l’a amené bien trop loin. Mais il reconnaît aussi que sa vision de la vie publique n’était pas si différente de celle du Maréchal. Sa chance fût que le Maréchal ait été emmené de force par les Allemands, car les Alliés qui avaient libéré la France comptaient bien traiter avec lui. Quant au corps expéditionnaire du maréchal Juin ou celui du maréchal De Lattre, rien ne dit qu’il n’aurait pas respecté l’autorité du Maréchal. Beaucoup de Français attendaient une passation des pouvoirs.

Sur la Libération : « Ignoble ! Ignoble de se réclamer de la Résistance pour des gens qui n’en avaient jamais fait ». Sur la Résistance : « Il convient de s’arrêter sur ce mythe… Il y avait la même densité de salopards dans la Résistance de la dernière heure que dans la résistance de la première heure ».

A la Libération, il ne sera pas inquiété car il avait aidé la Résistance tout en étant secrétaire particulier du Maréchal. Les Allemands viendront arrêter des résistants dans le cabinet même du Maréchal ; il était plus risqué de résister à Vichy qu’à Londres….

Sur la République : « Je ne comprends pas bien cette détestation républicaine du christianisme » ; « L’apport du christianisme c’est de considérer que chaque être, chaque personne est unique et irremplaçable aux yeux de Dieu. C’est d’une certaine manière la matrice de l’égalité républicaine… ». Pour conclure par « Le républicanisme est à mes yeux une idéologie bien ingrate ».

La postface est passionnante. Une des indignations majeures de Paul RACINE concerne le fait que « la condamnation politique et morale de l’État français a laissé dans l’ombre la question des responsabilités qui ont conduit au désastre ». Paul RACINE pense cependant qu’il sera très difficile d’avoir une vision plus juste du maréchal et de Vichy, car toute la politique francise des dernières décennies s’est fondée sur le mythe de la Résistance, capté par les gaullistes communistes.

Peut-être pour asseoir leur pouvoir d’une part et, pour les autres, afin de faire oublier le pacte de non-agression. Mais le temps passe, et ce témoignage de fidélité est tout à l’honneur de cet homme qui, comme son chef, a fait au mieux, dans des temps de trouble durant lesquels il n’est jamais facile de connaître son devoir et encore moins de pouvoir l’accomplir."

 Sources

  • Personne: Apollon 28-12-04
  • Décès: Junon / Figaro

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ media.short_title }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jean-Auguste RACINE 1804-1878   Marie Delphine REYMONET            
|
8
  |
9
     



     
|      
Emile RACINE 1839-1928   Amélie DURBEC    
|
4
  |
5
 



 
|  
Henry RACINE 1876-   Emilie ROZAN
|
2
  |
3



|
Paul RACINE, voir Histoire de la Résistance 1914-2016


  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content