Joseph Bouglione
Joseph Bouglione
(Joseph Bouglione "Sampion" Directeur de ménagerie)
"Sampion" Directeur de ménagerie

  • Né le 20 octobre 1875 - Chaumes-en-Brie,Seine-et-Marne,Île-de-France,France
  • Décédé en octobre 1941 - Niort,Deux-Sèvres,Nouvelle-Aquitaine,France,à l'âge de 66 ans
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Notes

Notes individuelles

Dans la famille Bouglione, sept générations se sont succédé sur la piste.
http://geneanjou.blog.lemonde.fr/2013/02/24/les-bouglione/

les Bouglione
des dynasties pas comme les autres
les Bouglione sont une grande famille du cirque français
Dans la famille Bouglione, sept générations se sont succédé sur la piste.
Avec pour devise : "A chaque poste clé, un Bouglione" .

Et comme le veut la tradition, les hommes dirigent et les femmes s'occupent des finances.
A l'occasion des 160 ans du cirque d'Hiver et des 102 ans de l'incroyable Rosa,
enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants se sont réunis pour une fête.

Sampion Bouglione 1875-1941 &1908 Alexandrine Durant 1872-1941
1. Germaine Bouglione 1899-1939
2. Alexandre Bouglione 1900-1954 & Alexandra Robba 1914
2.1. Germaine Bouglione
2.2. Nn Bouglione +
2.3. Renée Bouglione
2.4. Sandra Bouglione
2.5. Madonna Bouglione
3. Joseph Bouglione 1904-1987 &1928 Rosalie van Been 1910-
3.1. Odette Bouglione 1929 & Francesco Caroli
3.1.1. Micheline Caroli & Alain Bertier
3.1.1.1. Célia Bertier
3.2. Josette Bouglione 1930- &1948 Roland Prin
3.2.1. Micheline Prin
3.3. Firmin Bouglione 1933- & Emma Figuier 1934-
3.3.1. Alexandre Bouglione 1955- &1976 Linda Büggler & Yana Frediani
3.3.1.1. Anouchka Bouglione & Reinaldo Monteiro
3.3.1.1.1. Selena Monteiro
3.3.1.2. Nicolas Bouglione & Sue Ellen Sforzi
3.3.1.3. Adela Bouglione 1988-
3.3.2. Rosa Bouglione 1960- & David Cannastrelli
3.3.2.1. Davida Cannastrelli
3.3.2.2. Ricardo Cannastrelli
3.3.2.3. Alexandro Cannastrelli
3.3.2.4. Vinchio Cannastrelli
3.4. Émilien Bouglione 1934- & Christiane Hernandez
3.4.1. Joseph Jacques Bouglione & V. Cortez
3.4.2. Sampion Louis Bouglione
3.4.3. Régina Bouglione 1962-
3.4.4. Odette Bouglione & Davio Togni 1959-
3.4.4.1. Valentino Togni
3.5. Sandrine Bouglione 1936- & D. Caroli & Patrick Gruss 1950-
3.5.1. Henrico Caroli
3.5.2. Albertino Caroli
3.5.3. Patrick Gruss 1971-
3.6. Sampion Bouglione 1938- & Anna Ringenbach 1937-
3.6.1. Sandrine Bouglione 1959- &1985 Thierry Bouglione 1959-
3.6.1.1. Sampion Bouglione 1987-
3.6.1.2. Victoria Bouglione 1995-
3.6.2. Francesco Bouglione 1970- &1998 Irina Rekhviachvily
3.6.2.1. Dimitri Bouglione 2002-
3.7. Joseph Bouglione 1942- & Germaine Gazançòn
3.7.1. Sabrina Bouglione
3.7.2. Joseph André Bouglione
4. Firmin Bouglione 1905-1980 & Violette de Dessus-le-Moustier 1906-1998
4.1. Camille Bouglione 1947- & Alexis Gruss 1944-
4.1.1. Stéphan Gruss 1971- & Nathalie Figuier 1970-
4.1.1.1. Charles Gruss 1993-
4.1.1.2. Alexandre Gruss 1993-
4.1.1.3. Louis Gruss 1998-
4.1.2. Armand Gruss 1974-1994
4.1.3. Firmin Gruss 1980- & Laure Brosseron
4.1.4. Maud Gruss 1982- & Tony Florès
5. Sampion Bouglione 1910-1967 & Régine Sensou
5.1. Thierry Bouglione 1959- &1985 Sandrine Bouglione 1959-
5.1.1. Sampion Bouglione 1987-
5.1.2. Victoria Bouglione 1995-
5.2. Nicolas Bouglione
6. Odette Bouglione 1916-1986 &1934 Emilien Moustier 1908-1986
6.1. Nina Moustier & Nello Santoriello
6.1.1. Nando Santoriello
6.1.2. Marina Santoriello
6.1.3. Emilien Serge Santoriello
6.2. Mona Moustier & Ugo Frediani
6.2.1. Yana Frediani & Alexandre Bouglione 1955-
6.2.1.1. Adela Bouglione 1988-
6.3. Germaine Moustier & John Schumann
6.3.1. Marc Schumann
6.3.2. Muriele Schumann
6.3.3. Maxime Schumann
6.4. Evelyne Moustier & Denis Williams
http://geneanjou.blog.lemonde.fr/2013/02/24/les-bouglione/

La saga Bouglione

La Famille d'origine gitane Bouglione est composée de montreurs d'ours au XVIIIe siècle en Italie.
C'est Sampion (1875-1941) qui développe progressivement l'affaire jusqu'à en faire, au début de ce siècle, une des principales ménageries itinérantes de France.
Les quatre fils de celui-ci, Alexandre (1900-1954), Joseph (1904-1987), Firmin (1905-1980) et Sampion II (1910-1967) reçoivent leur formation dans la ménagerie paternelle. En 1924, il transforment leur zoo ambulant en cirque et se spécialisent : Sampion comme dresseur de chevaux, Firmin comme dresseur de fauves, Joseph comme dresseur d'éléphant et Alexandre comme administrateur de cirque.

La ménagerie se mue en cirque sous l'appellation Cirque des quatre frères Bouglione.
Le modeste chapiteau des débuts s'agrandit suite à un magistral coup de bluff ; Ayant trouvé au fond d'une imprimerie tout un stock d'affiches du show européen de Buffalo Bill, Sampion qui manque d'affiches en fait l'acquisition et a l'inspiration de placer son spectacle sous l'égide du cow-boy américain : La Stade Circus Ménagerie Buffalo Bill.
En 1928, à Paris, le Wild West Show est un succès. On a déguisé un vieux gitan en Buffalo Bill ... et le public oublie que ce dernier est bel et bien mort en 1917. Le Cirque part à la conquête de Paris où en octobre 1934, à l'exploitation du chapiteau, les Bouglione, sous l'impulsion de son nouveau directeur Joseph Bouglione, ajoutent celle du Cirque d'Hiver.
Joseph a quatre fils, ce sont les Bouglione Juniors :
Firmin II, Emilien, Sampion III et Joseph II.
A ces quatre garçons viennent s'ajouter trois filles, Odette, Josette et Sandrine (qui épousa un Gruss), formant ainsi la cinquième génération.
En 1962, l'ancien cirque Médrano rouvre ses portes sous l'appellation de Bouglione Juniors puis de Cirque de Montmartre. Il fut finalement démoli en 1973. Le chapiteau continue sa tournée en France et en Belgique. Sampion meurt en 1987. La dynastie continue, et le cirque avec elle. En 20148 décède à l'âge de 107 ans la matriarche de la famille, Rosa (1910-2018), veuve de Joseph.
Il existe de nombreuses tombes de famille dans le cimetière, mais la chapelle "patriarcale" est l'une des plus grandes. Elle est désormais ornée de deux lions en bronze. L'intérieur est richement décoré d'une mosaïque religieuse.
https://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article1927


Lizy-sur-Ourcq. La famille Bouglione et le cimetière des circassiens depuis le XIXe siècle
Date : dix-neuvième siècle XXe siècle
Notice historique :
Situé au confluent de l'Ourcq et de la Marne, la commune de Lizy-sur-Ourcq abrite un cimetière remarquable, devenu un lieu central des sépultures de grandes familles des métiers du cirque appartenant aux sociétés tsiganes françaises.
Depuis le Moyen Âge, cette ville constitue un carrefour de plusieurs routes commerciales, fluviales et terrestres: cette position explique probablement pourquoi elle regroupe les sépultures de dynasties familiales qui circulent, pour certaines depuis le XIXe siècle, entre l'Italie, l'Allemagne, la Belgique, la France et parfois bien au-delà.

Créé en 1843, le cimetière municipal est installé sur un terrain donné par une famille notable de la commune.
En février 1897, un groupe de roulottes qui conduit une ménagerie s'arrête en contre-bas du cimetière.
Ce cirque ambulant dirigé par la famille Baglioni suspend son itinérance:
peu avant de mourir, Marie-Louise Bouglione exprima sa volonté d'être enterrée dans le cimetière attenant.

Quelques années plus tard, en 1904, Firmin Falck, membre d'une autre famille de circassiens, décède à Lizy-sur-Ourcq et se trouve aussi enterré dans le cimetière de la commune.

Dans les années suivantes, d'autres familles de forains, parfois apparentées à la famille Bouglione, décident d'installer des nécropoles et monuments funéraires: Van Been, Capello, Zavatta, Presto, Krat, Muller, Schweig. Jusque dans les années 1960, de nombreuses familles se rendaient en pèlerinage à Lizy-sur-Ourcq en particulier pour les fêtes de la Toussaint et, chaque année, de grandes réunions familiales ont lieu dans la commune.

Le développement de cette composante tsigane du cimetière de Lizy-sur-Ourcq tient pour une grande part dans le choix de la famille Bouglione d'y établir les tombes de l'essentiel de ses membres.

Cette famille, appelée initialement Baglioni ou Boglioni et dont l'orthographe du nom a changé selon les branches ou les époques en Bouglione, Bouglioni, Bouglionni, Boglioni ou Bouillon, appartient à la communauté des Sinti dits piémontais, venus du Piémont en Italie, qui transitent couramment entre la France et l'Italie à partir des années 1820.

Jean-Baptiste Bouglione est le premier descendant de la famille né en France, à Véron dans l'Yonne, en 1833.
Issus de la tradition ancienne des montreurs d'animaux, les Bouglione forment une véritable dynastie d'artistes forains qui se spécialisent, au XXe siècle, dans les ménageries itinérantes et les spectacles de cirque.
En 1924, les quatre frères Bouglione fondent le Cirque Buffalo Bill qui circule à travers l'Europe. Ils possèdent aussi une ménagerie installée notamment à la Foire aux pains d'épices, devenue la Foire du Trône, dans le Bois de Vincennes près de Paris.
Le succès de ces entreprises leur permet de racheter, en 1934, le Cirque d'Hiver à Paris qui appartient encore à cette famille de nos jours.
Alexandre, Joseph, Firmin et Nicolas sont tous les quatre enterrés à Lizy-sur-Ourcq dans une chapelle patriarcale, érigée en 1945, qui est de loin la plus imposante du cimetière.
Délimitée par quatre colonnes, ornée de plusieurs B majuscules, une chapelle d'environ 8 mètres de haut construite en granit noir bleuté est gardée par deux lions en bronze. Au sol, un chemin fait de mosaïques multicolores mène à une porte en fer forgé qui ouvre sur l'intérieur richement décoré d'une mosaïque religieuse.
http://odysseo.generiques.org/ark:/naan/a011442475066Y6hYfP

Cirque d'Hiver - Direction des 4 frères Bouglione
par Dominique Denis | 5 Août 2016 | Cirques et Chapiteaux, Tout sur le Cirque
Les 4 frères Bouglione au Cirque d'Hiver
De magnifiques affiches placardées sur les murs parisiens annonçaient la réouverture du Cirque d'Hiver, pour le 20 octobre 1934. La direction venait d'être confiée à Joseph, dit Sampion Bouglione Senior,
assisté de ses 4 fils,

Alfred, dit Alexandre Ier,
Joseph Ier,
Firmin Ier,
et Nicolas, dit Sampion II

à la manière des monarques, nous faisons suivre les prénoms de ces directeurs par un numéro, permettant ainsi de mieux les situer -. Après avoir dirigé une ménagerie foraine, Sampion Bouglione Senior, se produisit avec ses 4 fils, en 1924 au Cirque Périé, puis voyagea avec son propre cirque, en France et en Belgique, pendant plusieurs années, sous de nombreuses enseignes, comme le Stade du Capitaine Buffalo-Bill, le Cirque International, le Cirque Franco-Belge. A partir de 1934, ce chapiteau voyageur s'imposa en France sous l'appellation du Cirque des 4 frères Bouglione.
La réouverture officielle du Cirque d'Hiver de Paris eut lieu, le 17 novembre avec un programme composé de nombreux numéros d'animaux, comme les éléphants d'Althoff, le groupe mixte de fauves de Firmin Bouglione, et les clowns Dario et Bario. En décembre, le dompteur Trubka, et les clowns Antonet et Béby furent les vedettes de ce spectacle de Noël.

L'année suivante, les frères Bouglione mirent à l'affiche plusieurs pantomimes féeriques et nautiques comme La Reine de la Sierra ou La Perle du Bengale. Ces grands spectacles, mis en scène par Géo Sandry, et dirigés musicalement par Raymond Brunel obtinrent beaucoup de succès. D'autres pantomimes allaient être présentées l'année suivante comme Princesse Saltimbanque, en 1936, Le Courrier du Texas, et Les aventures de la Princesse de Saba, en 1937, L'Idole de Shangaï, en 1938 et 1939.

Les premières parties étaient consacrées au cirque pur avec de bonnes troupes d'acrobates à cheval, comme les Zoppe-Zavatta, les Cristiani, les Caroli, et des entrées de cage par des grands noms du dressage, comme Sailer Jackson.

Un jeune Auguste, Achille Zavatta sut parfaitement s'intégrer dans ces pantomimes à grand spectacle, et s'imposa comme un des grands espoirs de la comédie clownesque.

Frères Bouglione - De l'occupation à la Libération
La firme allemande Busch s'installa au Cirque d'Hiver, en décembre 1940. Les Bouglione purent reprendre possession des lieux, en mars 1941, avec les trapézistes volants, les Alizés et les Alixon, les Dario-Bario, et le chanteur Charles Trénet. En septembre, les 4 frères eurent la douleur de perdre leur père Sampion, le fondateur du Cirque Bouglione. Courageusement, les 4 frères continuèrent sur leur lancée. Les vedettes du spectacle furent le fildefériste Don Cariocas, et les clowns Dario-Bario. Ils mirent en piste, l'année d'après, une nouvelle opérette féerique et nautique, Blanche Neige, avec une équipe de nains, les biches du professeur Maladolli, et les clowns Alex et Zavatta

Les Parisiens purent applaudir une nouvelle production, en 1943, Robin des Bois, et l'année suivante, Ali Baba et les 40 voleurs. On assista à la reprise de Blanche Neige, en 1945. Pour fêter la Libération de la France, le Cirque d'Hiver fut rénové. La scène fut agrémentée d'un cadre décoratif, et les équipements électriques remis en état. Les clowns Pipo et Rhum, Alex et Zavatta, les Francesco, furent à l'honneur en ce début d'année 1946. En novembre 1946, les Craddock, Bilboquet et Boulicot, les Zemganno, et les Fratellini assistés de Balazy furent réunis dans le même programme.

Les fêtes du centenaire par les frères Bouglione
Entreprenant de grandes tournées européennes, les frères Bouglione cédèrent alors la direction pour une saison à Emile Audiffred, qui n'hésita pas à engager Grock, en mars 1947. A la rentrée d'octobre les Bouglione reprirent la direction effective, et invitèrent les Parisiens à assister à la grande cavalcade organisée à l'occasion du mariage d'Odette Bouglione, la fille de Joseph Ier, avec Francesco Caroli. Grock revint le temps de quelques représentations en avril 1948, et dans la nuit du 10 avril, le Tout Paris assista à la reprise du Gala de l'Union des Artistes. Pendant plusieurs saisons, à partir de 1949, le Cirque d'Hiver proposa une série presque ininterrompue de spectacles hauts en couleur réunissant d'excellents clowns, comme Achille Zavatta, accompagné d'Alex ou de son frère Rolph, de Pipo et Rhum, de Maïss et Mimile. Des artistes, comme les jongleurs Reverhos, la trapéziste Maryse Bégary, l'homme-obus Léoni, le plongeur infernal Eddie Polo, les Clérans au cadre aérien, le petit génie musical Baby Mistin, la Reine de l'air Rose Gold, le dompteur Jacky Rex, furent les étoiles de ces représentations.

L'année 1952 fut celle du Centenaire, pendant laquelle on put découvrir deux révélations de taille : Une nouvelle équipe de clowns, les Rudi-Llata. Ces artistes espagnols, d'une esthétique irréprochable, étaient doués d'une puissance comique incroyable faisant fuser les rires des loges au promenoir. La deuxième surprise, fut l'entrée de cage de l'athlétique Gilbert Houcke, évoluant en souplesse, en costume de Tarzan au milieu de magnifiques tigres. On assista aussi à un spectacle sur glace, et l'année se termina avec les trapézistes volants, les Alizé, Charlie Rivel accompagné de Maïss et Mimile, et les Bario et Bario.

La Reine du Cirque au Cirque d'Hiver Bouglione
Les lilliputiens de Schaeffer envahirent la piste, l'année suivante, et on fut ébloui par un feu d'artifices de soleils époustouflants de la troupe de barristes mexicains Ibarra Matta. Légère et enjouée, la belle Cypriana Portner tournait un impeccable saut périlleux à cheval, tandis que Udo Heltano, exécutait à merveille des descentes sur fil oblique, en équilibre de tête ou sur une seule main.

Après un hiver riche en péripéties, qui vit le retour de Gilbert Houcke et des Rudi-Llata, on dut déplorer la disparition de l'écuyer Angelo Portner emporté par une crise cardiaque au moment d'entrer en piste. La Perle du Bengale fut reprise, en mars 1954. Le 29 avril, les Bouglione perdirent Alexandre, l'aîné de la famille. Son frère Joseph fut alors désigné pour prendre les rênes de l'entreprise.

A la reprise, on revit la troupe de lilliputiens les Schaeffer, les clowns Maïss et Mimile tandis qu'Alex et Polo Rivel constituaient un trio avec Achille Zavatta. La rentrée d'octobre 1955 fut l'occasion d'accueillir deux nouvelles équipes de clowns, les Francini, le trio Pipo, Dario et Mimile. Le début du mois de janvier de l'année suivante, l'acrobate aérien Fritz Hemada s'écrasait sur la piste…

Les spectacles reprirent avec Gilbert Houcke, puis avec un Rodéo Américain. La belle Sandrine Bouglione fut couronnée par Luis Mariano, Reine de tous les Cirques du Monde, puis le Cirque d'Hiver fut transformé en studio de cinéma pour le tournage du film Trapèze, de Carol Reed, avec Gina Lollobrigida, Burt Lancaster et Tony Curtis, et en novembre, Maïss et Manetti constituèrent un fameux trio avec Albert Fratellini.

Etoiles de la Piste et Piste aux Etoiles
Les Parisiens découvrirent en octobre 1957, un excentrique musical de grand talent, Don Saunders, et l'année suivante, Polo Rivel et ses enfants, le trio Alex, Pepète et E. P. Loyal, ainsi que Rex et Quito, des jeunes clowns dynamiques. En novembre, les frères Bouglione renouèrent avec la tradition des grandes pantomimes féeriques, en présentant Davy Crockett et Jimmy Boy. Ce même mois, Louis Merlin, organisa le Gala de la Piste, au profit de l'oeuvre caritative fondée par Madame Gompel et Gabriel Astruc, et présidée par Alphonse Rancy en 1924. Cette manifestation réunissant les meilleures attractions du moment, allait rapidement s'imposer pendant près de vingt ans, comme un grand événement parisien.

Deux nouvelles équipes de clowns investirent la piste, pour la rentrée de septembre 1960 : les Bario, et les Fratellini juniors. L'année se termina en apothéose avec la cavalerie et les éléphants du Cirque Williams, présentés par Fred Petoletti, Jeannette Williams et Gunther Gebels.
Entre temps, Gilles Margaritis, le producteur et réalisateur de La Piste aux Etoiles, une des émissions la plus populaire de France, quittait les studios du Moulin de la Galette pour s'installer enfin au Cirque d'Hiver des frères Bouglione. Les séances d'enregistrements qui avaient lieu en public, devinrent un rendez-vous des aficionados de la Piste, jusqu'en 1978, année de la dernière émission.

Les saisons s'enchaînèrent avec régularité, proposant d'excellentes attractions allant et venant poussées par le vent du voyage. On put frémir en contemplant les meilleurs trapézistes de l'époque comme les Palacio, les Alizé, les Antarès, le dompteur Taras Boulba, les fildeféristes Arata, Gipsy Bouglione ou encore Emilio Zavatta, le tramp sur corde élastique, les acrobates à cheval, les Caroli, les Picard ou Emilien Bouglione dans une fougueuse version de La Poste…

L'éclosion de jeunes talents chez les frères Bouglione
On revit en 1965 et 1966, Jeannette Williams et Gunther Gebel, avant leur départ pour le Ringling Bros and Barnum & Bailey Circus. L'année suivante, au mois de mai, le Cirque de Moscou, après son séjour au Palais des Sports, vint donner une série de représentations, avec en vedette, la trapéziste Avanessova et son aigle. Le 7 septembre, on apprenait avec tristesse, le décès de Sampion II Bouglione. A la réouverture du 12 octobre, l'affiche annonçait les clowns Alex et Jacques Francini.

En 1968, deux jeunes clowns, Sergio et Dominique - ce dernier qui n'est autre que le coauteur de cet ouvrage - firent leurs premiers pas sur la piste du Cirque d'Hiver. En vedette, on pouvait applaudir Koringa et ses alligators, et le trio clownesque Zino, Victor Foottit, et Baba Fratellini. L'année suivante, les funambules, les Diables Blancs, les volants, les Alizé, et Gérard Edon, au trapèze Washington, étaient les vedettes du spectacle.

Les années suivantes, les spectacles se succédèrent qui permirent d'apprécier la dompteuse Catherine Blanckart ou le belluaire Henri Dantès, le jongleur Nino Frediani, l'excentrique musical Don Saunders, les acrobates à cheval Silagy, le taxi en folie de Franky Babusio ou encore, les aériens Palacys...

Lors du XIVème Gala de la Piste, en 1971, les champions du Rire, les merveilleux Rudi Llata, qui brillèrent sur toutes les plus grandes pistes européennes firent leurs adieux. L'année suivante, en février, le Gala du Cinquantenaire de la Piste se déroula en présence de la Princesse Grace et le Prince Rainier de Monaco. On revit les clowns Rex et Quito, et Bocky et Randel, les années suivantes. En 1974, les vedettes du spectacle des frères Bouglione, furent le fildefériste Lothara, qui tournait un saut périlleux avant et un deuxième en arrière, et Vittorio Caroli, avec un saut périlleux en planche d'un cheval à un autre. Le 4 janvier 1977, ce fut la première d'une nouvelle manifestation, intitulée La Bourse Louis Merlin, créée par Dominique Mauclair. Ce festival de jeunes talents allait par la suite prendre une ampleur exceptionnelle, et promouvoir de nombreux artistes talentueux. Michel Francini présenta les spectacles suivants du Cirque d'Hiver-Bouglione, assisté de l'Auguste Culbuto. Avec leur entrée du karaté, les clowns Alexis furent la révélation de la saison 1978-1979.

La fin d'un règne
Firmin Ier Bouglione, dresseur de renom, qui avait formé de nombreux dompteurs, décédait à la suite d'une longue maladie le 17 février 1980. Son frère Joseph Ier restait seul à la direction du Cirque d'Hiver. Cette année, le cirque fut remis à neuf et sa coupole fut rénovée.

Pour la rentrée suivante, le spectacle fut intitulé American Circus, puis le Cirque d'Hiver-Bouglione accueillit la comédie musicale Barnum, produite par Yves Mourousi. En mars 1982, on put assister au spectacle du Cirque de Barbarie, une troupe composée uniquement de femmes sous la direction Barbara Vieille. L'année d'après, la réouverture se fit avec la belle équilibriste au sabre Rogana, et les reprises clownesques étaient assurées par Danglès. Enfin, la famille Bouglione fêtait le 11 décembre 1982, le 130 ème anniversaire du Cirque d'Hiver.

Un nouveau duo de clowns composé de Petit Gougou et Eddy Sosman firent des débuts remarqués, en octobre 1983. L'année suivante, on revit avec plaisir le pickpocket Borra, les Antarès, les grandes illusions de Sandrine et Thierry Bouglione, et du fildefériste de grande classe, Joseph III Bouglione. Un autre spectacle fut animé par le clown Bobosse, puis ce fut la fin des saisons habituelles du Cirque d'Hiver.
http://www.circus-parade.com/2016/08/05/cirque-dhiver-direction-4-freres-bouglione/

Toute une famille dédiée au cirque
Le magazine "13h15 le dimanche" (Facebook, Twitter, #13h15) diffusé sur France 2 raconte la saga des quatre frères Bouglione, qui ont commencé à l'écrire au début du XXe siècle.
Ils ont notamment été les premiers à parier sur les animaux que le public avait envie de découvrir.
L'autre facteur de leur succès sera l'acquisition, en 1934, du seul cirque en dur au monde, le Cirque d'Hiver, dans le XIe arrondissement de Paris.
La notoriété de la famille dépassera largement les frontières dans les années suivantes.
Karine Comazzi, Roger Motte, Jean-Marie Lequertier, Florent Maillet et Eric Chevalier ont suivi pendant près d'un an la vie de la famille Bouglione, qui a réussi à surmonter la crise de son activité dans les années 1980, la fermeture du Cirque d'Hiver pendant quatorze ans ou la mort du patriarche Joseph, le mari de Rosa… Les archives familiales se sont ouvertes pour la première fois, mettant au jour une histoire magique faite de spectacles, de voyages, de tristesse et de bonheur. Le grand cirque de la vie, en vrai.
https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/13h15-du-dimanche-20-decembre-2015_1219965.html

La famille Bouglione est une des plus illustres familles du cirque en France. Certains de ses membres sont propriétaires de la salle de spectacle du Cirque d'Hiver à Paris depuis 1934, où se produit notamment la plus ancienne de ses deux compagnies, le Cirque d'hiver Bouglione. Celle-ci, avec le cirque Joseph Bouglione, se produit dans toute la France. Des membres de cette famille ont également fondé le cirque Romanès.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Bouglione

Le cirque d'hiver de Paris souvent appelé simplement le Cirque d'Hivera, est une salle de spectacle située 110 rue Amelot dans le 11e arrondissement de Paris. Construit en 1852 par l'architecte Jacques Hittorff, il a été successivement appelé "cirque Napoléon" puis "Cirque national". Il est inscrit au titre des monuments historiques depuis le 10 février 1975.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cirque_d%27Hiver_(Paris)

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Michel Bouillon ou Boglione, Marchand Ambulant Saltimbanque 1792-1869 Agnès Baudino ou Bodino 1805-1901  
||



|
portrait
Jean Baptiste Bouglione 1833-1913
 Anne Jeanne Marie Sintot 1823-ca 1927
||



|
portrait
Joseph Bouglione, "Sampion" Directeur de ménagerie 1875-1941