Edouard ( Fernand ) GANDON
Edouard ( Fernand ) GANDON
  • Né le 24 juin 1878
  • Décédé le 24 octobre 1914,à l'âge de 36 ans
  • MORT pour la FRANCE 🇫🇷 Avant 1914 : Employé de la maison Sommer, fabriquant des pipes de luxe ( Maison SOMMER, passage des Princes, à Paris ). Mort pour la France.
3 médias disponibles 3 médias disponibles

A participé à la Grande Guerre, mort le 24/10/1914

Que s'est-il passé ce jour là ?
Domicile lors de la mobilisation : le Perreux-sur-Marne (94)

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Frères et sœurs

 Notes

Notes individuelles

MORT pour la FRANCE 🇫🇷 à 36 ans ;

Il ne voulut pas que sa femme l'accompagne à la gare du Perreux, ou il prit le train pour rejoindre le Front ; elle le vit tourner le coin de la rue sans se retourner ; quelques semaines plus tard, elle alla récupérer son corps dans un hopital du nord. Blessé par un éclat d'obus, il avait été soigné quelque temps par des religieuses, avec lesquelles il n'aurait pas été tout à fait aimable ( à cause des souffrances, ou de l'anticléricalisme de sa famille ? ). Il repose au cimetière de Champigny-sur-Marne, et son nom figure sur le Monument aux Morts de cette ville , où vivait une grande partie de sa famille.

Cette famillle fut décimée par la Grande Guerre, puisque 3 beaux-frères sur 4 y succombèrent : Edouard, Eugène KIEFFER, et Louis BORDELOUP. Le quatrième, Fernand KIEFFER, fut rapatrié à l'arrière, grace à une loi votée à ce moment-là; il fut toujours reconnaissant vis-à-vis de sa belle-soeur, Alexandrine, de l'avoir su et d'avoir éffectué les démarches pour le sortir de l'enfer, et peut-être de lui avoir sauvé la vie.

Avant la "grande boucherie" de 1914, Edouard GANDON était un homme paisible et heureux , avec une épouse aimante, une fille qui l'adorait, des belles-soeurs et beaux-frères qui appréciaient sa gentillesse ; et un métier intéressant, dans un cadre agréable et une ambiance familiale. Il fabriquait des pipes de luxe, en écume notamment, pour la Maison SOMMER, célèbre dans toute l'Europe : l'aristocratie se pressait dans le bien-nommé Passage des Princes, au coin du Bd Haussmann et de la rue de Richelieu ( à Richelieu-Drouot ) pour acquérir ces objets réputés. Les beaux-frères (et frères) Fernand et Eugène KIEFFER y travaillaient aussi, et le représentant de commerce de SOMMER , Maxime SOUVESTRE, un Montpelliérain jovial, était devenu un ami de la famille.

A la mort de son père, Odette GANDON,11 ans, resta une dizaine de jours sans pouvoir manger. Et, jusqu' à sa mort, en 1979, elle souffrît de cet arrachement si cruel. Peut-être trop sensible - mais qui peut en juger ? - elle fût blessée à vie.

Pascal Rémi - Bouissière

Notes concernant l'union

Union avec Alexandrine BORDELOUP

Habitait au 145, rue Oberkampf à son mariage; son épouse au 1, rue Pelleport.Avant le drame de 1914, ils vivaient avec leur fille dans un pavillon au Perreux ( rue (ou impasse) des perroquets ).

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jean GANDON 1765 Madeleine APPERT 1773 René MORIN 1780-1834 Marie LIVET 1781 Michel GENESLAY Louise PERDEREAU 1793 Jean Louis LEVALLEUR Anne Marie RUEL 1805
|
8
 |
9
 |
10
 |
11
 |
12
 |
13
 |
14
 |
15



 


 


 


| | | |
Amand GANDON 1815 Marie MORIN 1816 Michel GENESLAY 1823-1892 Celestine Louise LEVALLEUR 1827-1903
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
Armand GANDON 1846-1918 Marie GENESLAY 1850-1897
|
2
 |
3



|
Edouard ( Fernand ) GANDON 1878-1914