Message to visitors

close

Cette généalogie est uniquement pour savoird'où je descends et pour en informer ma descendance. Merciaux cousins de m'aider s'ils peuvent trouver d'autres personnes decette généalogie. Il en est de même pour moiafin d'aider à nous construire tous notre identité.Dommage que certains pays européens ne laissent pas lesactes à la portée de tous, ce qui nous permettrait deretrouver nos ancêtres nés àl'étranger. 

 

Pour certains d'entre eux, nous avons mis la définitionde leur patronyme, mais hélas pas tous, il nous faudrait pasassez d'une vie pour le faire. 

Pour d'autres, côtés espagnol et agérois, :blason ou photo de la ville de naissance de chaque individu, dansla mesure du possible sont mis pour éclairer le visiteur (enconstruction)..


Pedro de Alcàntara Lluis Filippe Maria Gastao Miguel Gabriel Rafël Gonzaga D'ORLEANS-BRAGANCE
Pedro de Alcàntara Lluis Filippe Maria Gastao Miguel Gabriel Rafël Gonzaga D'ORLEANS-BRAGANCE
  • Born 15 October 1875 - Pétropolis, Rio de Janeiro, Brésil
  • Deceased 29 January 1940 - Pétropolis, Rio de Janeiro, Brésil,aged 64 years old
  • Prince du Grão-Para (1891-1908) puis Prince d'Orléans-Bragance, Prétendant au trône du Brésil (14 novembre 1921-29 janvier 1940)
1 file available 1 file available

 Parents

 Spouses and children

 Notes

Individual Note

En France, Pierre d'Orléans-Bragance est donc le grand-père de l'actuel « comte de Paris », Henri d'Orléans (1933-) et, au Portugal, celui de l'actuel « duc de Bragance », Duarte de Bragance (1945).

le 15 novembre 1889, un coup d'État a lieu contre l'empereur Pierre II et sa fille, la régente Isabelle. La république est proclamée et, peu de temps après, les souverains déchus sont condamnés à l'exil en Europe. Dom Pierre est alors âgé de 14 ans et les événements auxquels il assiste le marquent profondément.

Elisabeth n'est pas issue d'une Maison souveraine, ce qui déplaît à la princesse Isabelle qui, en tant que « Chef de la Maison Impériale », désapprouve ce qu'elle considère comme une mésalliance

La princesse Isabelle décide malgré tout d'autoriser le mariage des deux amoureux. Cependant, elle place une condition à la célébration du mariage : la renonciation par Pierre de ses droits à la couronne du Brésil. Devant l'entêtement de sa mère, le prince Pierre accepte et abdique ses droits dynastiques, en 1908, en faveur de son frère cadet, le prince Louis. Il est alors décidé que Pierre d'Orléans-Bragance perdra son titre de prince du Brésil mais conservera son prédicat d'altesse impériale et royale et sa qualité d'aîné de la Maison impériale du Brésil. Il recevra en outre le titre de prince d'Orléans-Bragance. Quant à ses enfants à naître, ils porteront le prédicat d'altesse royale ainsi que le titre de prince ou princesse d'Orléans-Bragance. Il se marie ainsi avec Élisabeth Dobrzensky de Dobrzenicz le 14 novembre 1908 en l'Église Notre-Dame de Versailles, et c'est l’évêque de Versailles, Mgr Charles Gibier qui reçoit leurs consentements

Après l'abolition de la loi d'exil par le président de la République brésilienne Epitácio Pessoa en 1920, le prince Pierre réalise plusieurs voyage de chasse dans son pays natal. Accompagné par son secrétaire, le journaliste et photographe autrichien Mario Baldi, le prince réalise, en 1926-1927, l'un des voyages les plus célèbres de l'époque : un raid automobile de 4 000 km entre la Bolivie et la ville de Rio, sur des routes presque impraticables. De cette expédition, on a conservé plusieurs reportages publiés par Mario Baldi dans des journaux et des revues illustrés brésiliens et européens. De nombreuses photos ont également été prises pendant ce voyage et elles forment aujourd'hui la collection Mario Baldi, du secrétariat à la culture de Teresopolis.

En 1936, le prince Pierre repart, pendant plusieurs mois, en expédition dans le sertão avec deux de ses enfants, Pierre-Gaston et Françoise, son secrétaire, Mario Baldi, un ami, Georges Sampaio, et un missionnaire français, le père Hippolyte Chauvelon. Cette fois, le voyage consiste en la découverte des peuplades indigènes du Mato Grosso et la revue A Noite Illustrada publie plusieurs photoreportages de Mario Baldi.

Dans les années 1930, le prince et sa famille retournent définitivement vivre au Brésil, dans le palais du Grão-Pará, à Petrópolis. Il devient alors une figure incontournable des commémorations et autres cérémonies locales.

C'est dans la ville de Petrópolis que le prince Pierre meurt à l'âge de 65 ans. Son corps est d'abord enseveli dans le cimetière local, où il est enterré avec les honneurs d'un chef d'État. Mais, en 1990, ses restes et ceux de son épouse sont transférés dans le Mausolée Impérial de la cathédrale de São Pedro de Alcântara de Petrópolis. Le prince repose donc aujourd'hui aux côtés des tombes de ses parents et grands-parents.

 Sources

  • Family: Gilles Pougnet

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}