Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Bienvenue dans ma base de données généalogique...

Visitez mon site personnel (relevés systématiques, La Petite Histoire...)
Merci de me contacter pour toutes remarques, compléments, ou corrections...

Vous êtes libre de piocher dans cette base, en échange, je vous demande de citer vos sources.

Cyril Royer

 

 Chronique familiale



 La généalogie


Premiers Pas

Passionné d'histoire, j'ai souvenir étant enfant de reconstituer des généalogies de familles romaines ou grecques en utilisant le dictionnaire ou diverses encyclopédies. C'était une sorte de puzzle géant à reconstituer.

J'ai débuté la généalogie à l'âge de 14 ans, en 1993. Cette année-là, les généalogies des anciennes familles de Corps (38) sont imprimées et déposées en mairie par Jean GUEYDAN. C'est l'occasion pour moi, durant l'été, accompagné de ma mère de me rendre en mairie. Je retrouve dans les registres d'Etat Civil une petite branche de ma famille et me rattache aux généalogies de M. GUEYDAN pour remonter jusqu'à quelques ancêtres vivant à la fin du XVIème siècle.

Recherches avancées

L'année suivante, je poursuis les recherches dans les mairies voisines : Ambel, les Côtes de Corps, la Salette, Aspres les Corps. Ensuite direction les archives départementales de l'Isère et des Hautes-Alpes, puis plus tard de l'Aube. Les recherches portent d'abord sur les registres d'Etat Civil et paroissiaux, puis d'autres fonds : registres notariés, dispenses de consanguinité, rôle des tailles, registres matricules, recensement...

Les relevés collaboratifs de diverses associations (CGD (auxquels j'ai contribué), AGHA, CGAube...) et diverses publications permettent d'élargir les recherches et de remonter dans des périodes plus anciennes. Je retrouve dans mes ancêtres un éventail de la société : quelques mendiants, beaucoup de laboureurs et d'artisans, quelques notaires et châtelains mariés à des filles de petites famille nobles, lointaines descendantes de chevaliers et de rois.

Au cours de ces recherches plus reculées, j'ai commencé à prendre du recul pour avoir un regard plus critique sur les publications existantes. Beaucoup de ces généalogies sont fausses, simplement erronées ou parfois volontairement truquées. Il est difficile de faire la part des choses mais les incohérences mettent facilement la puce à l'oreille.

Internet : Utopie et illusions

Avec l'essor d'internet, c'est le grand boum pour la généalogie : la communication en temps réel avec le reste du monde permet de multiplier les échanges, amicaux, cordiaux, mais parfois plus tendus. Quand il s'agit d'émettre la simple hypothèse qu'une famille prétendue noble ne descend pas réellement de ses ancêtres prétendus... je reçois des menaces d'un homme (qui a le mérite d'avoir osé écrire sa propre page sur Wikipedia... no comment) qui n'appréciait pas mes arguments.

Je créé donc mon premier site internet en 1999, pour partager le fruit de mes recherches. Mes recherches s'étoffent grâce aux archives qui se mettent progressivement en ligne, mais également grâce aux relevés d'associations en ligne (Généabank, MarneArchive...), et grâce aux bases de données d'autres généalogistes.

Une grande base de données Roglo permet de rêver à la construction d'une grande généalogie universelle collaborative. Mais il ne s'agit que d'une douce illusion, moins de la moitié des messages laissés sur le forum ont été traités, alors que chacun de mes messages contenait des références précises pour compléter ou corriger des erreurs. Ensuite, quand en 2011 j'envoie le même message à environ 10 généalogistes différents pour les informer de ma découverte d'une génération supplémentaire sur une de leurs branches... un seul d'entre eux a pris le temps de me remercier. Enfin retrouver ces recherches reprises dans d'autres arbres sans ne serait-ce y être cité ou remercié, ça devient écoeurant de voir des heures passées en archives récupérées en quelques minutes dans une base de données. Je saute ici le "vol de relevés généalogiques", qui pourtant aurait mérité un paragraphe à lui seul...

Il est plus facile aujourd'hui de faire des recherches généalogiques sur des bases de données sur internet que dans les registres eux-mêmes. On retrouve des centaines d'arbres identiques recopiant à l'infini des erreurs écrites il y a plus de 100 ans par Joseph Roman. Combien s'interrogent sur la fiabilité de leurs sources ? Très peu. Et c'est dommage, car le résultat en est une multiplication de bases disparates sans sources dont la qualité est très douteuse. Cela ne sert à rien d'avoir une base de données contenant 100 000 individus si aucune référence n'est faite aux sources utilisées et surtout si aucun regard critique n'est utilisé pour constamment remettre en cause les certitudes.

Remerciements

En complément de ma page de remerciements sur mon site personnel, je tiens à remercier plus particulièrement, pour leurs travaux et leurs collaborations : François BARBY, Alain BROQUET, Bernard BUTET, Jacques CHARBONNIER, Dominique DRUHEN, Jean GROSDIDIER de MATONS, Jean GUEYDAN, Jean-Paul METAILLER, Alain & Catherine SONZOGNI, Jean-Luc SOLER.

J'apprécie grandement l'importance, mais aussi la qualité de leurs recherches.


Index des pages
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content