Alain KEROUEDAN
Alain KEROUEDAN
 Prisonnier de Guerre - Médaille commémorative de la Grande Guerre - Médaille de la Victoire


  • Né le 3 septembre 1885 - Kervet - Pouldreuzic, Finistère
  • Décédé le 9 juin 1973 - Quimper, Finistère,à l'âge de 87 ans
  • Cultivateur
1 média disponible 1 média disponible

 Parents

 Union(s) et enfant(s)

 Fratrie

 Notes

Notes individuelles

Naissance. Kerouédan Alain, fils de Louis, cultivateur âgé de 29 ans et de Marie Jeanne Le Rest, cultivatrice âgée de 25 ans. Témoins: Le Rest, Pierre 52 ans, forgeron et Autret Jean 45 ans, tisserand, les deux de la commune.

Service militaire effectué au 106ème Régiment d'Infanterie de Châlons-sur-Marne du 8 octobre 1906 au 25 septembre 1908.

Mariage. Kerouédan Alain, cultivateur âgé de 24 ans (majeur), né et domicilié à Pouldreuzic, fils de Louis, cultivateur présent et de Marie Jeanne Le rest, cultivatrice présente avec Le Brun Emilie Corentine Jeanne Marie, cultivatrice âgée de 21 ans (majeure), née et domiciliée à Pouldreuzic, fille de Jacques, décédé et de Marie Jeanne Quéré, cultivatrice présente.

Guerre 14/18. Campagne contre l'Allemagne du 3 août 1914 au 25 mars 1919: Alain Kerouédan, né à Kervet, exerce la profession de cultivateur à Pouldreuzic quand il est mobilisé au 318ème Régiment d’Infanterie de Quimper, le 3 août 1914. Le régiment, créé la veille, quitte la gare de Quimper le 6 août, et rejoint l’armée de Paris le lendemain. Le 25 août, il prend le train en direction d’Arras et connaît son baptême du feu à Sailly-Saillisel (Somme) le 27 août. En septembre, il prend part à la 1ère bataille de la Marne dans le secteur de Nanteuil-le-Haudouin et de Betz, puis découvre début octobre, la guerre des tranchées. Le 31 décembre 1914, le 318ème RI connaît son premier jour de repos depuis le début des hostilités, puis passe l’année 1915 dans la région de Moulin-sous Touvent et de Tracy-le-Mont (Oise).

Le 8 juin 1916, le 318ème RI s’installe à Vauvillers en prévision de la bataille de la Somme, mais le 15 juin, le régiment est dissout par mesure de réorganisation générale. Le même jour, Alain passe avec son bataillon, au 219ème Régiment d’Infanterie de Brest et est nommé caporal. Le 1er juillet, le 219ème RI est engagé dans la bataille de la Somme à Soyécourt et Deniécourt. En 1917, le régiment commence l’année dans les tranchées du secteur de Mareuil-la-Motte (Oise). Du 29 octobre au 20 décembre 1917, il est positionné dans les tranchées du Chemin des Dames.

En 1918, le 219ème RI prend le secteur de la forêt de Pinon et du bois d'Herly dans l’Aisne. Alain est évacué blessé le 31 mars. Après avoir été soigné, il rejoint son régiment dans la forêt de Pinon, le 6 mai. Le 27 mai, un bombardement d’une violence extrême se déclenche sur tout le secteur. La forêt de Pinon qui forme une cuvette, inondée de gaz et encerclée par l’ennemi, devient un véritable enfer. Toutes les communications sont coupées, à l’exception des pigeons-voyageurs. Le régiment perd son commandant, le Lieutenant-colonel Gallois ainsi que les trois-quarts de ses hommes.

Le 4 juin 1918 M. Clémenceau prononce un discours à la Chambre des Députés dans lequel il souligne la résistance héroïque du 219ème RI : Je connais le fait d'un groupement d'hommes perdus, de Bretons, attardés dans un bois, qui ont été cernés toute une journée. Le lendemain, résistant encore, ils ont envoyé un pigeon-voyageur à leur corps pour dire : « Nous, sommes là. Nous avons promis de ne pas céder. Nous, nous battrons jusqu'à la fin. Si vous pouvez venir nous chercher, venez. Nous pouvons encore tenir une demi- journée. » Ces hommes-là, ils vous font, ils vous continuent la patrie française dont vous êtes fiers, en dehors de laquelle aucune de vos réformes ne pourrait s'accomplir, ils meurent pour le plus grand idéal, le plus beau, pour la continuation d'une histoire qui sera la première entre les histoires des peuples civilisés." »

Alain Kerouédan est porté disparu le 27 mai 1918 dans la forêt de Pinon. Fait prisonnier par l’ennemi, il est envoyé en Allemagne et interné au camp de Friedrichsfeld. Rapatrié le 10 novembre 1918, il est affecté au 118ème Régiment d’Infanterie de Quimper. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 25 mars 1919, il se retire à Pouldreuzic . Décorations: Médaille commémorative de la Grande Guerre - Médaille de la Victoire.

Décès. Mention marginale sur l'acte de naissance: Décédé à Quimper le 9 juin 1973.

 Sources

  • Personne: CGF - Registre matricules militaires
  • Naissance, décès: Etat Civil
  • Union: CGF

  Photos & documents

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Aperçu de l'arbre

Jean KEROUREDAN 1783-1831 Anne KEROUREDAN 1790-1865 Vincent LE BOURDON 1776-1832 Anne PRIGENT 1785-1841 Guillaume LE REST 1797-1867 Marie LE MOAL 1797-1838 Noël PLOUHINEC 1799-1838 Jeanne BRUN 1798
|
8
 |
9
 |
10
 |
11
 |
12
 |
13
 |
14
 |
15



 


 


 


| | | |
Jean KEROUREDAN 1823-1907 Anne BOURDON 1820-1875 Michel LE REST 1826-1888 Anne PLOUHINEC 1831-1870
|
4
 |
5
 |
6
 |
7



 


| |
Louis KEROUREDAN 1855-1938 Marie Jeanne LE REST 1858-1951
|
2
 |
3



|
Alain KEROUEDAN 1885-1973