• Né le 2 octobre 1893 (lundi) - Le Grand-Bornand, 74136, Haute Savoie, Rhône-Alpes, Fr
  • Décédé le 20 juillet 1918 (samedi) - Sommelans, 02724, Aisne, Picardie, France,à l'âge de 24 ans
  • Cultivateur

A participé à la Grande Guerre, mort le 20/07/1918

Que s'est-il passé ce jour là ?
Domicile lors de la mobilisation : le Grand-Bornand (74)

 Parents

 Fratrie

 Notes

Notes individuelles

Soldat au 12 BCAhttps://www.google.com/search?q=histoire+12bca&ie=utf-8&oe=utf-8&client=firefox-b

Le 18 juillet, après avoir brisé l’offensive allemande sur les fronts de Champagne et de la montagne de Reims, dans les journées des 15, 16 et 17 juillet, les troupes françaises, en union avec les forces américaines, se sont portées, le 18, à l’attaque des positions allemandes entre l’Aisne et la Marne, sur une étendue de quarante-cinq kilomètres.

Partant du front Ambleny, Longpont, Troesnes, Bouresches, nous avons réalisé une avancée importante dans les lignes ennemies.

Nous avons atteint les plateaux qui dominent Soissons au sud-ouest et la région de Chaudun.

Entre Villers-Hélong et Noroy-sur-Ourcq, de violents combats sont en cours.

Au sud de l’Ourcq, nos troupes ont dépassé la ligne générale Marizy-Sainte-Geneviève, Hautevesnes, Belleau.

Plus de vingt villages ont été repris par l’admirable élan des troupes franco-américaines.

Plusieurs milliers de prisonniers et un important butin sont entre nos mains.

Sur le front américain, entre l’Aisne et la Marne, nos troupes, en étroite union avec les forces françaises, ont attaqué les positions de l’ennemi et pénétré dans ses lignes sur une profondeur de plusieurs milles. Nous avons capturé un grand nombre de prisonniers et de canons.

Le 19 juillet, la bataille commencée hier entre l’Aisne et la Marne a continué toute la journée avec une extrême violence. L’ennemi, réagissant sur toute la ligne avec des réserves importantes, a tenté d’arrêter notre progression. En dépit de ses efforts, nous avons poursuivi notre avance sur la plus grande partie du front.

À gauche, nous nous sommes maintenus sur les plateaux au sud-ouest de Soissons et dans la région de Chaudun.

Au centre, nous avons dépassé de trois kilomètres, en certains points, la ligne Vaux-Castille, Villers-Hélon, Noroy-sur-Oureq.

À droite, nos troupes ont conquis de haute lutte le plateau au nord-ouest de Monnes, la hauteur au nord de Courchamps et progressé au-delà de Torcy.

Le chiffre des prisonniers actuellement dénombrés dépasse dix-sept mille, dont deux colonels et leur état-major.

Le 20 juillet, le résultat de notre contre-offensive victorieuse ne s’est pas fait attendre. Les Allemands, violemment attaqués sur leur flanc droit et au sud de la Marne, ont été contraints de battre en retraite et de repasser la rivière.

Nous tenons toute la rive sud de la Marne.

Entre Aisne et Marne, les troupes franco-américaines continuent à progresser et ont refoulé l’ennemi, qui se défend avec opiniâtreté. Nous avons atteint Ploisy et Parcy-Tigny, dépassé Saint-Rémy-Blanzy et Rozet-Saint-Albin. Plus au sud, nos troupes tiennent la ligne générale Priez-plateau nord-est de Courchamps.

Entre la Marne et Reims, de violents combats sont en cours. Les troupes franco britanniques attaquant avec vigueur, se sont heurtées à des forces importantes. En dépit de la résistance acharnée de l’ennemi, nous avons gagné du terrain dans le bois de Courton, dans la vallée de l’Ardre et vers Saint-Euphraise.

Le chiffre des prisonniers que nous avons faits depuis le 18 dépasse 20 000. Plus de quatre cents canons sont tombés entre nos mains.

Décès

Combat de l' Ourq

 Sources

  • Personne: vfournierbidoz

 Aperçu de l'arbre

Claude Gaillard-Liaudon 1819-1889 Marie Pochat Baron 1816-1871 Jean Vulliet 1833-1888 Adélaïde Vulliet 1833-1895/
||||






||
Joseph Gaillard-Liaudon 1850-1920 Virginie Vulliet 1864-1931
||



|
François Gaillard-Liaudon 1893-1918