Chronique familiale



 

La guerre de 1870 vue par Pierre Eugène Priouzeau


Cette correspondance se compose de 21 lettres que Pierre Eugène Priouzeau a adressées à ses parents et à sa soeur Alexandrine de septembre 1870 à mars 1871.

Alors âgé de 21 ans il a rejoint comme garde mobile l’armée de la Loire.

Quelques lettres ont été perdues, une est incomplète, mais les originaux restants ont été conservés en très bon état par le petit-fils du narrateur, Eugène Priouzeau, résidant à la Moinerie à Marans qui avait eu la grande gentillesse de nous les confier pour que nous en assurions la transcription.

La transcription respecte scrupuleusement dans ces lettres tant le fond que la forme, orthographe et ponctuation ; souvent écrites dans des conditions matérielles difficiles elles constituent un témoignage historique et humain passionnant.

La 22ème lettre émane de Pierre Priouzeau, cousin de Pierre Eugène, résidant à Paris dont il évoque le siège par les Prussiens.

  1. Les Lettres
  2. Son itinéraire
  3. Le contexte historique

Retour au sommaire


Index des pages
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content