Message to visitors

close

Casa/Maison FRANCHI (PIEMONTE/LIGURIA/Countea deNISSA) 

 


Giuseppe Joseph (XI) FRANCO-Barquier Faissola di Sigale (Nissa SaintPierre d'Arene 1881/1972) / Matrim Bora di Biella (Nissa SaintPierre d'Arene 1910) FRANCO
Giuseppe Joseph (XI) FRANCO-Barquier Faissola di Sigale (Nissa SaintPierre d'Arene 1881/1972) / Matrim Bora di Biella (Nissa SaintPierre d'Arene 1910) FRANCO
Sosa :4
11eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] SaintBarthelemy SaintPierreD'Arene [10- Onorato 1845 x 1867 Barquier Faissola di Sigale-Authier // 11-Giuseppe 1881 x 1910 Bora di Biella, Turin Piemonte Italia // 12- Armando 1910 x 1939 @ Paris]] ##### 9eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga dans le Pais Nissart. Né le vendredi 14 octobre 1881 à huit heures du soir à Nice, dans le quartier familial de sa mère (le « carré d'or » de Nice) au 44 rue de France. Baptisé dans la paroisse familiale de San-Pietro-d'Arena (Saint-Pierre-d'Arene), 11ème et dernier enfant de l'entrepreneur en transport puis Consiglière diplomatique Onorato Honoré Franco-Nicolay de Berre Gilette & de la couturière et styliste de mode Rose Barquier-Faissola di Sigale. Son témoin de naissance est le luthier et musicien Ernesto Galli, petit cousin du Sindaco (maire) de Nice 1848/1853 Domenico Galli ; sa marraine (tout comme pour sa petite sœur Francesca Franco) est la Comtesse Garidelli di Quincinato, cousine du maire actuel de Nice 1878/1886 Alfred Borriglione dont Giuseppe est lui-même également cousin par le grand-père du maire le Baron Louis Durante. Enfance entre Nice (dans la maioun de son père dans le vieux-Nice, place halles aux herbes face à la Cathédrale Sainte-Réparate & dans le quartier de sa mère rue de France où se trouve rue de la Buffa l'atelier de couture de son grand-père le couturier Stefano Etienne Barquier-Faissola) & l'été en vacances au Piémont chez ses cousins à Coni & Turin. ##### Giuseppe Franco-Barquier Faissola di Sigale (1881/1972) représente la première génération des Franco à naître dans le comté de Nice époque « après annexion de 1860 » marquant le passage de Nice du royaume piémontais de Sardaigne à la France ; à devoir évoluer dans cette nouvelle structure de société et avec la langue française que peu de gens ne parlent encore alors à Nice. Son père Onorato Franco-Nicolay de Berre Gilette (1845/1921) quitte Nice en 1889 pour monter à Paris devenir consigliere diplomatique et responsable de sécurité (cocher) pour le consulat piémontais dans la capitale française. Son frère ainé Stefano II Etienne Felix Franco (1868/1937) le rejoint à Paris à la fin de la décennie des 1890. Giuseppe est le cadet et seul autre garçon survivant (ses 2 autres frères sont morts en bas-âge Giulio 1873/1873 & Carlo 1876/1880) resté seul à Nice après la mort de sa mère en 1905. Alors que sa famille le pousse à partir à Turin en Piémont intégrer les grandes écoles piémontaises et rester dans « l'étiquette nobiliaire » de l'ancien monde, il profite de la liberté ambiante de la Riviera "années folles 1900" pour s'affranchir et couper avec les rigides traditions de ces vieilles familles nobiliaires du Comté. Il fera tout le contraire et s'établit « Dandy joueur professionnel de casino » (baccara, bridge, blackJack, roulette) dans le décorum d'opérette des casinos rococos de la cote d'azur début de siècle, dans le milieu mondain des cours d'Europe en villégiature que lui a fait découvrir dès l'enfance sa mère styliste et modiste. Ses casinos fétiches sont le casino de la jetée-promenade à Nice, le casino de Monte-Carlo à Monaco, et le tout nouveau casino municipal de SanRemo inauguré en 1905. En 1910, devient la première génération à se marier de façon laïque et civile, à l'hôtel de ville de Nice et non en paroisse selon les règles catholiques. La cérémonie a lieu, dans le plus grand secret, le 12 mai 1910. Giuseppe épouse une jeune orpheline turinoise piémontaise de tout juste 20 ans, lavandière et vendeuse de fleurs cours Saleya : Ines-Giuseppina Bora, qui deviendra plus tard BiancaDonna (Dame blanche). Giuseppe, 11ème génération, accepte ainsi pour que le mariage puisse se faire d'être la première génération depuis 1564 à ne pas se marier en paroisse ou même en Cathédrale Sainte-Réparate où 6 de ses ancetres ascendants se sont unis en 1564, 1581, 1687, 1730, 1761, 1790. Quelques semaines auparavant, le 16 avril, le couple, installé au 20 rue Dellile, venait de donner vie à deux enfants-jumeaux à l'hôpital Saint-Roch de Nice : Angela, la première, ne survivra pas à sa naissance, seul le second, Armando, sera sauvé in-extremis et pourra continuer son parcours dans ce monde. Ce deuil marque profondément Giuseppe, il prend la décision de se ranger de la vie mondaine pour se consacrer à la vie de famille, alors que la première guerre mondiale s'annonce. En 1923, le couple divorce par consentement mutuel, Ines repart faire carrière à Turin en Italie, emmenant avec elle leur fils Armando. Giuseppe revient donc à la quarantaine à sa vie de Dandy fantasque. Vivant sur un bateau, amarré au port d'Antibes, il passe l'essentiel de son temps en navigation sur la méditerranée, au large des îles de Sardaigne, Corse, et Malte où il possède de solides contacts. Durant les années 20 et 30, deux passions l'animent : l'étude approfondie des philosophies antiques (romaines et grecques) qui lui vaut son surnom de « il Professore », et sa passion pour le jeu et le hasard qu'il considère comme un Art en soi. Il développe des théories de martingales basées sur la « stochastique », les combinaisons algorythmiques adaptées pour BlackJack et Roulette (voir articles de presse de l'époque). Il les met en application dans les casinos de SanRemo, Monte-Carlo (dont il deviendra « conseiller privé » pour la direction de la société des bains de mer qui gère l'établissement), et Baden-Baden. Il remporte deux saisons de suite le tournoi européen du combiné. Il amasse ainsi de confortables gains qu'il investit en ouvrant différents "Ristorante salons méditerranéens" à Nice et Sanremo, des établissements qui combinent restaurants gastronomiques avec salon méditerrannéen en journée et salles de jeu et de bals le soir et la nuit, dans lesquels il officie également, en homme-orchestre, comme casinotier de leurs salles de jeux et cuisinier gastronomique. Prenant très à coeur sa passion épicurienne pour la gastronomie, il laisse libre court à son imagination et invente de nouvelles recettes. Eclectique et touche-à-tout, il participe aussi à la création de parfums à Grasse, et invente des systèmes de mécanismes pour voilures de navires. Proche de personnalités politiques locales de l'époque (les années 30 marquent le début de l'ère du clan Médecin sur Nice dont il est proche), il décline néanmoins la proposition de rentrer dans la sphère politique officielle sur la liste municipale afin de continuer à jouir d'une totale liberté dans ses activités « iconoclastes ». Après avoir participé à la libération de Nice en 1944, il prend sa retraite à la soixantaine à l'issu de la guerre. Il se sépare de tous ses biens et part suivre le second grand amour de sa vie dans le calme et la sérénité d'un petit village de la campagne verte du centre de la France où il passera paisiblement les décennies 60 & 70 ##### ##### ##### Giuseppe Franco-Barquier Faissola da La Briga (v.o en version originale complete dialectale piemontaise italienne : nom du père + nom de la mère + Lieu indiqué à l'armorial du blasonario subalpino ; en 1861 est créé le royaume d'Italie avant de passer en république d'Italie en 1946) / Joseph Franco (v.f à partir de 1860 le Comté de Nice et la Savoie passent du Royaume Piémontais de Sardaigne à la France - la langue officielle passe de l'Italien à une version traduite en français et abrégée, non plus en actes de l'église catholique mais en actes laics administratifs en mairie) – Né le 14 octobre 1881 à Nice - Baptisé en l'église familiale de Saint Pierre d'Arene de Nice – Mariage : Nice, Mairie 12 mai 1910 – 2 enfants-jumeaux (Angela Franco-Bora 1910/1910 & Armando Franco-Bora 1910/2003) – Mort à 90 ans à La Roche le 17 mai 1972 #####

8 files available 8 files available

 Parents

a picture
  • sosa Onorato III (X) FRANCO-Nicolay de BerreGilette (Nissa SanBartolomeu 1845/Paris 1921) / Matrim Barquier Faissola di Sigale (Nissa SaintPierre d'Arene 1867) FRANCO, 10eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] SaintBarthelemy SaintPierreD'Arene [10- Onorato 1845 x 1867 Barquier Faissola di Sigale-Authier]] ##### 8eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga (Franco) dans le Pais Nissart. ##### A la restauration sarde, ce rameau des Franco issus des frères GiovanniBattista & Orazio (issus des « mariés de la révolution 1790 » Vincenzo & Petronille di Marzio Mars) mariés au sœurs Margarita et AnnaMaria Nicolay de Berre Gilette s'est installé sur la colline niçoise de Saint-Barthelemy (l'autre rameau issus d'Andrea et Marcello se sont eux installés sur la colline de Nice Gairault). GioBatta et Orazio y ont créé un domaine agricole, spécialisé dans la culture de fleurs pour les parfums, en coopérative avec les familles du clan des corses de Nice Nicolay de Berre Gilette et Castelli, et les Authier (les anciens comtes de Saint-Barthelemy), ainsi que les Teisseire et Maria. Onorato y nait en 1845, sa maman Anna Maria Nicolay de Berre Gilette y mourra en 1850 alors qu'il n'a que 5 ans. 1860 marque le grand tournant du Comté de Nice qui passe, comme la Savoie, du Royaume de Piémont-Sardaigne à la France de Napoléon III alors qu'en 1861 l'Italie est unifiée à Turin. Dans ce nouvel univers niçois tenu désormais par la nouvelle administration française, les familles de l'ancien régime comme les Franco ou les Nicolay de Berre Gilette, fidéles à Garibaldi et la couronne piémontaise, sont tombés en disgrâce et ruinés matériellement après l'annexion de leurs terres foncières. Devant s'adapter et innover face à cette évolution en marche du temps et de la société, Onorato a créé avec ses cousins du clan des Corses de Nice Nicolay et Castelli une société de transports et voyages, basée côté italien à Vintimille et SanRemo, pour escorter et convoyer biens et personnes à travers les routes alpines de l'ancien Comté de Nice et du Piémont Italien jusqu'à Turin, en Liguria, ou par bateaux sur les îles de Sardaigne et bien sûr de Corse. Lors d'un baletti (un bal populaire trad niçois d'été), Onorato rencontre Rose Barquier Faissola di Sigale, issue comme lui des anciennes familles du blasonario, dont la famille maternelle vient des familles de la colline Saint-Barthelemy par sa mère MariAnna Authier et sa grand mère Lucrezia Fossat. Rose est jeune couturière et styliste dans l'atelier de mode de son père situé rue de France, le créateur Stefano Barquier Faissola (Coni Piemonte, 1824). Un an après leur rencontre, le jeune couple Onorato (22 ans) et Rose (19) se marient le 29 octobtre 1867 en l'église de Saint Pierre d'arène de Nice, l'église de la famille de Rose qui y fut baptisée le 11 juin 1848. Désormais installés dans le quartier dit du « carré d'or de Nice » rue de France de Rose, le jeune couple devra élever les 7 enfants encore vivants de leurs 11 descendants, 4 n'ayant pas survécu à la naissance ou à la petite enfance. Les années 1870/80 marquent un nouveau cycle après la chute du régime Napoléon III en 1870. La Riviera devient la « côte d'azur » des cours d'Europe en vilégiature. Le 29 janvier 1878, un nouveau maire apparaît pour 8 ans jusqu'en 1886, l'Avocat de Sospel Alfred Borriglione, cousins aussi d'Onorato que de Rose. Les compétences du jeune couple (transport et sécurité pour lui, mode pour elle) autant que ses manières et pratiques d' « ancien régime » les font naturellement se rapprocher du nouveau milieu international cosmopolite des cours d'Europe en villégiature sur la Riviera. Alors que Rose et sa cousine Fanny Faissola créent les stylismes des ensembles de couture des cours, Onorato s'oriente lui vers un rôle plus « diplomatique » et devient traducteur et médiateur entre le Consulat Royal Piémontais et les ambassades européennes à Nice. En 1889, le Consulat Piémontais de Turin à l'intérieur de l'Ambassade d'Italie à Paris propose logiquement à Onorato de « monter à Paris » reprendre le même « rôle informel » qu'à Nice, à l'occasion de la construction de la Tour Eiffel pour l'exposition universelle. Onorato débarque donc à Paris hiver 1889 et est installé rue Saint Didier, quartier Victor Hugo du seizième arrondissement de Paris. Sa première mission est interne aux affaires italiennes : coordonner les relations entre le Consulat Piémontais et la vague d'italiens en immigration à Paris pour des métiers dans la construction/du batiment, notamment celle justement de laTour Eiffel, leurs familles en Italie et l'église catholique italienne hors-les-murs de Parigi. Au milieu des années 1890, il sera affecté, toujours selon son vœu dans un protocole informel, comme « cocher/messager » diplomatique pour les personnalités italiennes et monegasques en voyages à Paris. Le Consulat Italien de la fin 1800-début 1900 est celui de Sforza ou de La Castglione, qui mourra à Paris en 1899. Onorato restera à Paris ses 30 dernières années jusqu'à sa mort à Paris en 1921. Séparée par la distance, Rose est restée à Nice jusqu'à sa mort en 1906, élever les 7 enfants survivants de leurs 11 descendants. Seuls 2 garçons ont survécu des 11 enfants : Stefano II, « l'héritier désigné » né en 1868, qui rejoindra son père à Paris en 1895 et s'y mariera avec la française Marie Gaumont. 2 filles Franco-Gaumont naitront de cette union fin 1800-début1900, avant la mort de Stefano II à Paris en 1937. L'autre fils, le dernier des 11 enfants, Giuseppe Joseph Franco-Barquier Faissola, né en 1881 restera sur la côte d'azur. Il deviendra au début du XXe siècle joueur professionnel de casino à Monte Carlo et SanRemo, puis casinotier restaurateur et organisateur de bals lui même à Nice. Marié en 1910 avec la Piémontaise Italienne Ines Bora di Biella (Torino, 7 may 1889), ils auront, en 1910, 2 jumeaux, Angela qui mourra dès sa naissance et Armando Franco-Bora, qui repartira pour le Piémont Italien et Turin de sa mère, avant de monter à son tour à Paris en 1936 pérpétuer par mariage en 1939 et naissance de son fils Claudio Paolo en 1940 le rameau nissardo-piemontese des Franco-Bora à Paris. ##### Du point de vue plus global de l'ancien Comté de Nice : la fin du XIXeme siècle voit le retour en grâce des Franco par la voie des urnes lors des élections démocratiques. Des représentants/incarnations issus des 3 rameaux fondateurs des « Franchi da La Briga » au Comté de Nice à la renaissance XVIeme siècle (Falicon, Vésubie, Villefranche-LaTurbie) sont élus par la population : Victor Franco, Maire de Belvedere Vesubie 1871/1878 ; Barthelemy Franco, Maire de Falicon 1888/1892 ; Joseph Franco, Maire de La Turbie 1892/1900 ##### Onorato III Franco-Nicolay de Berre Gilette – Né le 11 janvier 1845 à Nice - Baptisé en l'église de sa famille maternelle, Saint-Barthelemy de Nice/Paroisse à Nice : Saint Pierre d'Arene/Paroisse d'adoption à Paris : Saint Honore d'Eylau (Paris 16) – Mariage : Nice, église Saint Pierre d'Arene 29 avril 1867 (x Rose Barquier Faissola di Sigale, Nice Saint Pierre d'arene, 6 juin 1848) – 11 enfants (Stefano II Etienne 1868/1937, Maria 1869/1871, Brigida 1870, Giuiio 1873/1873, Josephine 1874/1949, Victorine 1875/1880, Carlo Vittorio 1876/1880, Teresa 1878, Honorine 1879/1959, Francesca 1880, Giuseppe Joseph 1881/1972) - Mort à 76 ans à Paris le 29 mars 1921 ##### 1845-1921
  • Dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, Piemonte, Att 1489 > 10eme generation du rameau FRANCHI DA LA BRIGA (FRANCO) depuis 1529 & 8eme du rameau "Franco a Nissa Falicon ed Villafranca" = Onorato III Franco-Nicolay de Berre Gilette – Né le 11 janvier 1845 à Nice - Baptisé en l'église familiale maternelle Saint-Barthelemy de Nice – Mariage : 29 avril 1867, Nice, église Saint Pierre d'Arene (x Rose Barquier Faissola di Sigale, Nice Saint Pierre d'arene, 6 juin 1848) – 11 enfants (Stefano II Etienne 1868/1937, Maria 1869/1871, Brigida 1870, Giuiio 1873/1873, Josephine 1874/1949, Victorine 1875/1880, Carlo Vittorio 1876/1880, Teresa 1878, Honorine 1879/1959, Francesca 1880, Giuseppe Joseph 1881/1972) - Mort à 76 ans à Paris le 29 mars 1921 ##### https://gw.geneanet.org/stefanofrancobora?bd=1&l1=0&l2=13&lang=en&m=RL&n=franco&n1=franco&n2=franco&nz=franco&p=ca+condottiero+cavaliere+don+onorato+sanpier+i+franchi+da+ceva+la+briga+condottiero+piemontese+a+la+briga+ne+ceva+piemonte+1529+matrim+cottalorda+da+breglio+cathedrale+saintereparate+1564&p1=ca+condottiero+cavaliere+don+onorato+sanpier+i+franchi+da+ceva+la+briga+condottiero+piemontese+a+la+briga+ne+ceva+piemonte+1529+matrim+cottalorda+da+breglio+cathedrale+saintereparate+1564&p2=stefano+stephane+iii+xiv+franco+bora&pz=claudio+xiii+franco+bora+paris+1940+1983+matrim+x+paris+1973&spouse=on
  • a picture
    • sosa Rose Louise BARQUIER FAISSOLA di SIGALE-Authier Fossat BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA, Rose Louise BARQUIER FAISSOLA di SIGALE ##### 3eme generation du rameau niçois/antibois « Barquier Faissola » de la maison des nobils FAISSOLA DI SIGALE [issu de l'union le 21 novembre 1799 en Cathedrale Sainte Reparate de Nice du nobil nissart-piémontais Paulo Francesco Faissola (Nice, 1738) & de l'antiboise française Anne Agnes BARQUIER-Grasse (Antibes 1772), fille de l'armateur naval Barthelemy Barquier (Antibes, 1741) petite-fille de l'avocat à la cour royale d'Antibes Maitre Pierre Barquier-Consolat (Antibes, 1717)]. ##### La Maison Nissardo-Piemontese FAISSOLA, attestée par acte sur registre des âmes de la Cathédrale Sainte-Réparate dès 1602 est originaire du village de collines de Sigale (Sigala) de la vallée de l'Esteron dans le canton de Vence. Nobils au blasonario de la Countea de Nissa du Duché de Savoie puis Royaume Piemontais de Sardaigne à Turin 1720/1861. Famille patricienne aux XVIIe XVIIIe, XIXe siècles liée à l'Evéché du diocèse de Nice, le chapitre de la Cathédrale Sainte-Réparate, l'église Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu ##### Issus des Faissola dans l'histoire du comté de Nice et du Piémont : Don Giovanni Faissola, Cavaliere de Sigale en 1617 & son petit-fils Don Giacomo Jacques Faissola, vicaire de la Paroisse de Sigale et correspondant du Duc de Savoie et futur Roi de Sardaigne Vittorio-Emanuele di Savoia lors de sa mission diplomatique de 1689 & le Nobil Capitano d'Arma Gioanni Honorato Faissola, militaire du Chateau de Nice lors du siege du château en 1705 & Onorato Honore Faissola, vicaire de l'église Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu en 1792 lors de l'invasion du Comté de Nice par les troupes de la France révolutionnaire, avocat des prêtres réfractaires sous la terreur en 1794 puis avocat des pauvres en 1795 & l'assesseur puis Juge de Paix de 1836 à 1841 du tribunal royal de Nice Adriano Faissola & Maria Faissola, épouse du corsaire de Bonaparte Joseph Bavastro & le Capitaine de la marine militaire royale piémontaise en 1860 Claudio Faissola, du comité de soutien civil au Roi piémontais de Sardaigne Vittorio-Emanuele II di Savoia & la créatrice de mode du second Empire Fanny Faissola dite « Mademoiselle Fanny » dans les années 1860/1870, passage du Comté de Nice du Royaume piémontais de Sardaigne au second Empire français Napoleon III. ##### Rose, née en 1848 à Nice et baptisée en l'église familiale de Saint Pierre d'arene est la fille du couturier et styliste de mode Stefano Etienne Barquier-Faissola né à Coni dans le Piemont le 8 juin 1824 et marié le 11 juin 1846 à Nice dans la nouvelle église Saint Jean Baptiste dite « du voeu » avec MariaAnna Authier-Fossat, des familles AUTHIER et FOSSAT des collines de Saint-Barthelemy. Elle est la petite fille d'Andrea Barquier-Faissola, né à Nice en décembre 1792 au moment de l'invasion du comté de Nice par les troupes de la France révolutionnaire, qui servira en compagnie du corsaire Giuseppe Joseph Bavastro l'empire Napoléonien et sera décoré en 1857 de l'ordre de l'Empire Sainte-Hélène, avant de devenir à la restauration Impegiato all'insinuazione della corona piemontese (contrôleur des biens de la couronne piémontaise à Nice) marié à Coni dans le Piémont avec Anna Maria Maddalena Sordello, des nobils piémontais SORDELLO de SanDalmazzo. Elle est l'arrière-petite-fille du nobil nissardo-piémontais PaoloFrancesco Faissola & de l'antiboise Agnes Anne Marie Barquier qui par leur alliance en Cathédrale en 1799 créerent le rameau « Barquier-Faissola » de la maison Faissola. >> Rose est l'A-A-petiteFille du nobil Guglielmo Faissola (1710/1781) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 15 février 1733 avec la nobil Angelica DURANTE (1716) fille du nobil Signor capitaine de l'armée de Savoie Domenico Durante (1692) ; l'A-A-A-petiteFille du nobil Don Gioanni Onorato Faissola (1674) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 29 décembre 1701 avec la piémontaise Signora Maria Ludovica ANSALDI di Fossano (1674) ; l'A-A-A-A-A-petiteFille de Francesco Faissola (1642) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 28 octobre 1668 avec la niçoise Anna Maria DONADEY ; l'A-A-A-A-A-A-petiteFille de Salvatore Faissola di Sigale (1620) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 19 janvier 1642 avec la niçoise Perineta Camosso ; l'A-A-A-A-A-A-A-petite fille de Gioan Faissola, capitano militaire de Sigale marié en 1613 à Sigale avec Albaneta Isnard, des ISNARDI nobils de Luceram. ##### Du côté maternelle des Authier, originaires de Puget, elle est la petite-fille de GianFrancesco Authier (1799/1879) marié en 1817 avec Lucrezia del Fossat (1798) ; l'A-petiteFille d'Antonio Authier (1774) marié en 1797 avec MariaMaddalena Teisseire ; l'A-A-petiteFille du nobil Benestante de Saint-Barthelemy Francesco Authier (1745) marié à la piémontaise Angela Maifredi ; l'A-A-A-petiteFille de GioMichelle Authier (1715) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 1 décembre 1742 avec la Sarde Dorotea Saitore ; l'A-A-A-A-petiteFille de Francesco Authier (1694), des connetables de Puget, qui installa la famille à Nice par l'alliance le 25 novembre 1714 en Cathédrale Sainte-Réparate avec Angela Barletti (1695) >> Les Barlet d'Aiglun, souche des Barons BARLETTI, installés de l'autre côté de la frontière provencale à Sigale après la dédition du comté de Nice à la Savoie en 1388. Angela Barlet est la fille de Gioan IV Barletti et de Pirineta Garin, des Garino de Sigale ; la petite-fille de Gioan III Barletti (1615) nommé actuaire pour la justice du sénat de Nice en 1648 et marié le 3 mars 1641 à Nice Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu avec Claudia Margarita FLORE (1623), la fille de l'actuaire pour la justice du sénat de Nice en 1641 Maitre Raimonde Flore, des Flore de Pinerolo (Pignerol) au Piemont et de Lucrezia DRAGHI (Nice, 1 octobre 1599) des Draghi, Seigneur puis Barons des Ferres, fille de Bartolomeo Draghi (Nice, 13 novembre 1565), Seigneur Drago des Ferres, marié le 16 janvier 1587 à Nice avec Francesca GRIMALDI-RIQUIER d'Eze (Nice, 14 septembre 1572), fille du Consul de Nice 1578 Onorato Honoré Grimaldi-Riquier d'Eze & d'Isarante DE BERRE, des Barons de Berre ## >> de Carlo Charles Grimaldi de Chateauneuf (1500), Seigneur Grimaldi de Castelnovo et Rimplas marié en 1523 avec Filipona Philippine Riquier d'Eze, fille de Louis Riquier Seigneur d'Eze marié en 1496 avec la piemontaise Giacomina BUSCHETTI di Chieri, petite-fille du Consul de Nice 1488 Bertrando Riquier d'Eze marié en 1463 avec Luchina LASCARIS DI VENTIMIGLIA-CASTELLAR >> fille du Seigneur de Castellar Louis Ludovic II Lascaris di Ventimiglia-Castellar marié à Philippine Lascaris di Ventimiglia-Gorbio, du Seigneur de Castellar Guy Lascaris di Ventimiglia-Castellar marié à Marguerite Marie DE GRASSE, fille de Louis de Grasse, du Seigneur 1374 de Castellar Garnier Lascaris di Ventimiglia-Castellar, d'Henri Lascaris di Ventimiglia, d'Otton II, du Comte de Castellar Guglielmo Lascaris di Ventimiglia >> des Grimaldi de Chateauneuf, Carlo est le fils de Pietro Pierre Grimaldi de Chateauneuf, viguier de Provence 1505, marié à Gioanna Lascaris di Ventimiglia-Provence ; le petit-fils de l'écuyer du Duc de Savoie Jean Antoine Grimaldi de Chateauneuf marié à Bonne DE SOLARO, des comtes piémontais d'Asti ; l'A-petitFils du conseiller du Duc de Savoie et Seigneur de Castelnovo Jean Grimaldi de Chateauneuf et de Catarina SPINOLA, des Spinola doges de Genes ; l'A-A-petitFils du capitaine navale de Genes Cosme Come I Grimaldi et de Ursa del Mare ; de Giovanni Jean Grimaldi, d'Antonio Grimaldi, de Francesco Grimaldi, de Bonifacio Grimaldi, de Nicola Grimaldi, frère d'Ingo Grimaldi qui fondera les GRIMALDI d'ANTIBES avant de devenir en ligne masculine ceux de Monaco, à Genes au XIIIe siècle >> de Oberto de Berre marié en 1511 avec Catarina Cecilia Buschetti di Chieri, de Louis Ludovico de Berre-Collongues (1455) marié en 1475 avec Margarita GRIMALDI DE GATTIERES, fille du Seigneur de Gattieres et capitano militaire 1454 de Ventimiglia Barthelemy Grimaldi de Gattieres marié à Andrinetta DE GALLEANI, du Seigneur de Gattieres Tourettes et Rimplas Gioan Jean Grimaldi de Gattieres, du Seigneur 1390 de Gattieres Napoleon Grimaldi de Gattieres, du chatelain de Villanova Perino Pierre Grimaldi marié à Ingrese Gentile, du viguier de Provence 1327 Agamelon Grimaldi, du patrizio de Genes et vice-Roi de Calabre Bartolomeo Bertone Grimaldi, de l'ambassador di Genova Lanfranco Grimaldi (1215) ##### Rose Louise Barquier-Faissola, née le 6 juin 1848 à Nice et baptisée en l'église familiale de Saint Pierre d'arene le dimanche 11 juin 1848 est couturiere/Styliste/Modiste pour l'atelier de mode de son père Stefano Etienne Barquier Faissola di Sigale sur la Riviera, époque années folles 1870-80-90 - Mariée le 27 avril 1867 en mairie de Nice de façon civile & religieuse en l'église familiale de Saint-Pierre d'Arene de Nice avec Onorato Franco-Nicolay-de Berre Gilette (11 enfants) - décédée à l'âge de 58 ans à l'hopïtal Saint-Roch de Nice le 17 aout 1906 ##### 1848-1906
  • Rose Louise Barquier-Faissola, née le 6 juin 1848 à Nice et baptisée en l'église familiale de Saint Pierre d'arene le dimanche 11 juin 1848 est couturiere/Styliste/Modiste pour l'atelier de mode de son père Stefano Etienne Barquier Faissola di Sigale sur la Riviera, époque années folles 1870-80-90 - Mariée le 27 avril 1867 en mairie de Nice de façon civile & religieuse en l'église familiale de Saint-Pierre d'Arene de Nice avec Onorato Franco-Nicolay-de Berre Gilette (11 enfants) - décédée à l'âge de 58 ans à l'hopïtal Saint-Roch de Nice le 17 aout 1906
  •  Spouses and children

    • a pictureMarried 12 May 1910 (Thursday), Nice, , , ,, to sosa Ines-Giuseppina Josephine BORA di BIELLA - BIELLA TORINO PIEMONTE, Née le 7 mai 1889 à Torino, Piémont, Royaume d'Italie (1889-282/11331). Son père, le Signor Giovanni Giuseppe Felice Bora di Biella, meurt quelques semaines avant sa naissance, et sa maman lors de son acouchement. Se retrouve ainsi orpheline dès sa naissance et est placée à l'orphelinat pour jeunes filles de Santa-Maria de Turin. La famille Bora reste très liée à son village d'origine des montagnes piémontaises : Biella, qui abrite notamment le sanctuaire d'Oropa et sa basilique où se trouve la « Madonna nera » (Vierge noire). Elle décide le jour de ses 18 ans en 1907 de partir à l'aventure vivre sa vie, passe la frontière et débarque à Nice (Comté de Nice, ancien état du royaume de Piémont-Sardaigne, fraichement passé à la France en 1860 et où la langue italienne est encore naturellement d'usage), avec rien que son sac. Encore mineure selon la Loi Royale Italienne, elle commence donc par être vendeuse de fleurs au cours Saleya, lavandière et ménagère. Très rapidement, c'est son art des traditions divinatoires qui la fera connaître dans la cour des miracles des petites ruelles du "babazouk" (le Vieux-Nice) et sur les quais azurs de la Prom. Elle devient la jeune protégée de la Comtesse de Quincinet (di Quincinato). La jeune orpheline rencontre et tombe amoureuse d'un jeune cousin de la Comtesse dont celle-ci est la marraine : Giuseppe Franco-Barquier Faissola di Sigale. Un dandy de la Riviera, joueur de casino professionnel, issu des « vieilles familles nobiliaires » du Comté de Nice, les Franchi da La Briga, les Franco à Nice Falicon. Ce couple improbable se marie dès la majorité des 21 ans d'Ines, 5 jours plus tard le 12 mai 1910, en mairie de façon civile et laique. la famille du marié désaprouvant totalement cette union. Une cérémonie religieuse « informelle de bénédiction » aura lieu dans l'église familale des Franco et Barquier-Faissola : Saint Pierre d'Arene de Nice, grâce à l'accord compréhensif de Jean Ferrier le curé de Saint Pierre qui accepte d'officier, malgré la désaprobation du clan « Franco », cérémonie informelle hors donc des « procédures normales », avec l'accord de l'évéque de Nice Monseigneur Chapon, considérant que l'Amour et la Foi des deux amoureux doit l'emporter sur le formalisme. Un peu plus de trois semaines auparavant, Ines avait donné naissance, en total secret, à l'hopîtal Saint-Roch de Nice à deux enfants jumeaux ; la première, Angela ne survivra pas à la naissance, et Armando le second jumeau sera sauvé in extremis et pourra contre le pronostic défavorable des médecins-acoucheurs survivre à cette terrible naissance. Consultée pour son don de clairvoyance, elle devient logiquement, tout comme sa Mamma le fut avant elle, "BiancaDonna" (Dame Blanche). Le couple se sépare par consentement mutuel en 1923 car Ines veut repartir à Turin dans son Piémont natal, elle emmene avec elle son fils Armando alors juste âgé d'une dizaine d'années. Elle reviendra à Nice et y décedera finalement en 1942 quartier de la gare, 1 rue de Belgique. Les raisons de sa mort sont inconnues, tout comme le lieu de sa sépulture restera inconnu. #### Ines Giuseppina Josephine Bora di Biella - Née le 7 mai 1889 à Turin Piémont Italie - Baptisée Chiesa della Maternita, Torino - Mariage à Nice le 12 mai 1910, dont suivent 2 enfants-jumeaux (Angela, décédée à la naissance & Armando, 1910) - Décède à Nice à l'âge de 52 ans le 17 avril 1942. ##### 1889-1942 (Parents :sosa x BORA di BIELLA - BIELLA TORINO PIEMONTE ca 1865 & sosa ? ?)with;
      • sosa Armando (XII) FRANCO-Bora (Nissa SaintPierre d'Arene 1910/Paris 2003) / Matrim X (Paris 1939) FRANCO, FRANCHI DA LA BRIGA (Famiglie Italiane Piemonte Liguria du Blasonario au Comté de Nice) 12e gen dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA Condottiere au Marquisat Piémontais de CEVA issus dei FRANCHI DA CONI CENTALLO, Piemonte ; époque passage moyen-âge/renaissance >> # 1529 rameau « FRANCHI DA LA BRIGA » (Comté de Vintimille) >>> # 1587 rameau « FRANCO a NISSA FALICON » (Comté de Nice) >>>> # 1910 rameau « FRANCO-BORA de Nice & Turin à PARIS ##### ##### ##### [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] SaintBarthelemy SaintPierreD'Arene [10- Onorato 1845 x 1867 Barquier Faissola di Sigale-Authier // 11-Giuseppe 1881 x 1910 Bora di Biella, Turin Piemonte Italia >>>> XXe :FRANCO-BORA de TURIN PIEMONTE et NICE à PARIS >> 12- Armando 1910] [x 1939 @ Paris // 13- ClaudioPaolo 1940 x 1973 @ Paris // 14- Stefano 1973]] ##### 1ere generation rameau "Franco-Bora" de la diaspora piemontese/nissarda immigrée à Paris ##### Né en 1910 à l'hôpital Saint-Roch de Nice. Second enfant-jumeau (sa soeur-jumelle ainée Angela meurt dramatiquement à la naissance) de Giuseppe Joseph Franco-Barquier Faissola di Sigale & de la turinoise piémontaise italienne Ines Giuseppina Josephine Bora di Biella. Petite enfance dans le quartier « carré d'or » de Nice (rue de France, prom) de son père et dans le « babazouk » (le vieux-Nice). Suit sa Mamma Ines au milieu des années 20 de retour dans son Turin piémontais natal pour une jeunesse "à l'italienne". Démocrate, refuse le fascisme et rentre à Nice à 20 ans au début des années 30 pour débuter une carrière de reporter photographe. Premières photographies publiées par le journal « Le petit niçois », où il y travaille avec un tout jeune pigiste monégasque en charge des critiques musicales : Léo Ferré, dont le père est l'un des responsables de la société des bains de mer (Casino) de Monaco et ami du père d'Armando, Giuseppe, lui-même ancien joueur professionnel devenu casinotier et restaurateur à Nice et SanRemo. Décide finalement de s'émanciper des traditions des « vieilles familles » du clan Franchi (Franco) à Nice et au Piemont Italien en « montant à Paris » où il débarque en 1936 à 26 ans reprendre la suite de son grand-père Don Onorato Franco-Nicolay de Berre Gilette (Nissa 1845), mort à Paris en 1921 après y avoir passé 40 ans de sa vie et qui s'y était fait une place d'"homme-influence" à la fin du XIX ème siècle en officiant dans le domaine diplomatique Italie/France pour le consulat piemontais à Paris. Armando rejoint dans la capitale française son oncle Stefano II Etienne Franco et sa femme la parisienne Marie Gaumont. Son oncle Stefano meurt quelques mois seulement après son arrivée et Armando se retrouve seul à Paris, ne parlant que très peu le français. Marque sa différence en n'intégrant pas l'univers fermé du XVIème arrondissement des cercles du pouvoir où son grand-père Don Onorato s'était illustré, pour vivre, lui, une « vie de bohème ». S'installe rive gauche, au 39 rue de jussieu. Exerce différents "petits métiers" dans l'insouscience de l'avant-guerre pour s'initier à la "vie parisienne" (cafetier, garde du corps pour artistes, bouquiniste sur les quais, bookmaker du turf, portraitiste caricaturiste à Montmartre...) dans ce qui sera son quartier "fétiche" : le Saint-Michel/Saint-Germain-des-Près jazzy de l'immédiat avant guerre. Sa passion absolue est l'Art, et plus particulièrement la peinture. Sa paroisse d'adoption à Paris sera Saint-Séverin. Il se marie le 11 juillet 1939 à Paris (mariage civil laic, en mairie). La France entre en guerre le 2 septembre 1939. Son seul enfant (Claudio Paolo Claude Paul Franco-Bora) nait le 25 janvier 1940. Femme et enfant sont évacués de Paris et passeront la guerre dans un petit village de la Creuse, dans le village d'Anzème où son fils naitra et sera plus tard enterré. Après la capitulation, il suit d'entrée l'appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle et passe rapidement dans la résistance clandestine, avec les italiens exilés et en marge des circuits de résistance français. Sans papier (et sous différents pseudonymes, tels Giuseppe Rosso – Joseph Rouge – ou encore Armand Joseph d'Andreis), il prend en main un restaurant-spectacle dans le quartier latin, rue Xavier Privas, d'où il gère la "planque" de personnes recherchées par les collabos (résistants, juifs, maçons...) et s'occupe de la confection de faux-papiers pour les envoyer en « zone libre » à Nice dans son sud natal. Fait prisonnier à l'hiver 1942 après la dénonciation de son réseau, réussi à s'échapper en incendiant avec ses camarades d'infortune son lieu de détention. Grièvement blessé aux jambes lors de l'évasion, il en restera partiellement invalide pour la suite de sa vie et sera pensionné de guerre. Après la guerre, gère avec les circuits du « milieu » italien et corse différents « cafés italiens » à travers Paris qui lui servent de base logistique, tout en exerçant (tout comme son grand-père avant lui) le rôle informel de Consigliere médiateur entre France & Italie pour des personnalités italiennes des années 50, 60 et 70 en voyages à Paris. Consacre la majeure partie de son temps à sa passion éternelle : la peinture ; il intervient comme mécène pour de jeunes peintres, et officie également pour les services de sécurité de musées parisiens pour la protection des oeuvres lors d'expositions. Dans les années 70 et 80, il réalise une étude approfondie de l'histoire du Comté de Nice et du Piémont dont il est originaire, reprenant la suite des écrits de son cousin historien le baron Louis Durante auteur 150 ans plus tôt de « La chorographie du comté de Nice, depuis sa fondation jusqu'à l'année 1792 ». Militant gaulliste fidèle et actif RPF, il soutient en 1958 le retour du Général de Gaulle et relaie sa parole auprès de la communauté italienne de France ; fera de même quelques années plus tard pour le RPR lors de la prise de Paris par Jacques Chirac à la fin des années 70. A la retraite, intervient pour l'aide sociale de personnes âgées dans la précarité et sert également de lien entre l'église catholique italienne et la communauté italienne émigrée à Paris ­##### ##### ##### Armando Franco-Bora da La Briga (v.o en version originale complete dialectale piemontaise italienne) / Armand Franco (v.f en version traduite en français et abrégée) : Né le 16 avril 1910 à Nice – Paroisse familiale : Saint Pierre d'Arene à Nice & Paroisse d'adoption à Paris : église Saint Severin (Paris 5) – Mariage : Paris, 11 juillet 1939 – 1 enfant (ClaudioPaolo Franco-Bora 1940/1983) – Mort à 93 ans à Paris le 20 mai 2003 ##### 1910-2003
      • Angela (XII) FRANCO-Bora FRANCO 1910-1910

     Siblings

    • M Stefano II (XI) Etienne Felix FRANCO-BARQUIER FAISSOLA D* 1921-1937 FRANCO, Casa/Maison "FRANCHI" [FRANCO] / LaBriga-LaRoya a Piena ed Coni, Piemonte & XVIe Countea de Nissa (& b.c Toscana & Liguria) Vesubia Nissa Falicon, # 11eme Onzieme Génération de la branche "Faliconaise" ; apres : Onorato 1845 (Nissa), Orazio 1807 (Nissa), Vincente 1764 (Falicon), Giovanni-Battista 1738 (Falicon), Michele 1702 (Falicon), Onorato Gioanni 1658 (Falicon), Domenico 1624 (Falicon), Gioanni 1587* (Falicon), Lorenzo 1564* (Nissa Falicon), Onorato Giuseppe 1540* (La Briga) 1868-1937 Married 7 June 1898 (Tuesday), Paris, toMarie-Clementine GAUMONT - PARIS 1877-1957
    • F Maria (XI) Marie-Jacqueline FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO 1869-1871
    • F Brigitte (XI) FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO 1870-
    • M Giulio (XI) Jules Felix FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO, Casa/Maison "FRANCHI" [FRANCO] / LaBriga-LaRoya a Piena ed Coni, Piemonte & XVIe Countea de Nissa (& b.c Toscana & Liguria) Vesubia Nissa Falicon, # 11eme Onzieme Génération de la branche "Faliconaise" ; apres : Onorato 1845 (Nissa), Orazio 1807 (Nissa), Vincente 1764 (Falicon), Giovanni-Battista 1738 (Falicon), Michele 1702 (Falicon), Onorato Gioanni 1658 (Falicon), Domenico 1624 (Falicon), Gioanni 1587* (Falicon), Lorenzo 1564* (Nissa Falicon), Onorato Giuseppe 1540* (La Briga) 1873-1873
    • F Josephine (XI) Giuseppina FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO 1874-1949 Married 4 February 1896 (Tuesday), Lantosque, 06074, Alpes Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France, toCharles NAUDIN - LANTOSQUE 1845
    • F Victorine (XI) Antoinette FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO 1875-1880
    • M Carlo (XI) Charles-Victor Carlo Vittorio FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO, Casa/Maison "FRANCHI" [FRANCO] / LaBriga-LaRoya a Piena ed Coni, Piemonte & XVIe Countea de Nissa (& b.c Toscana & Liguria) Vesubia Nissa Falicon, # 11eme Onzieme Génération de la branche "Faliconaise" ; apres : Onorato 1845 (Nissa), Orazio 1807 (Nissa), Vincente 1764 (Falicon), Giovanni-Battista 1738 (Falicon), Michele 1702 (Falicon), Onorato Gioanni 1658 (Falicon), Domenico 1624 (Falicon), Gioanni 1587* (Falicon), Lorenzo 1564* (Nissa Falicon), Onorato Giuseppe 1540* (La Briga) 1876-1880
    • F Therese (XI) Francoise FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO 1878-
    • F Honorine (XI) FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO 1879-1959 Married 27 February 1900 (Tuesday), Lantosque, 06074, Alpes Maritimes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, France, toJoseph Marius MARTEL - LANTOSQUE 1874-
    • F Francesca (XI) FRANCO-BARQUIER FAISSOLA FRANCO 1880-
    • M sosa Giuseppe Joseph (XI) FRANCO-Barquier Faissola di Sigale (Nissa SaintPierre d'Arene 1881/1972) / Matrim Bora di Biella (Nissa SaintPierre d'Arene 1910) FRANCO, 11eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] SaintBarthelemy SaintPierreD'Arene [10- Onorato 1845 x 1867 Barquier Faissola di Sigale-Authier // 11-Giuseppe 1881 x 1910 Bora di Biella, Turin Piemonte Italia // 12- Armando 1910 x 1939 @ Paris]] ##### 9eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga dans le Pais Nissart. Né le vendredi 14 octobre 1881 à huit heures du soir à Nice, dans le quartier familial de sa mère (le « carré d'or » de Nice) au 44 rue de France. Baptisé dans la paroisse familiale de San-Pietro-d'Arena (Saint-Pierre-d'Arene), 11ème et dernier enfant de l'entrepreneur en transport puis Consiglière diplomatique Onorato Honoré Franco-Nicolay de Berre Gilette & de la couturière et styliste de mode Rose Barquier-Faissola di Sigale. Son témoin de naissance est le luthier et musicien Ernesto Galli, petit cousin du Sindaco (maire) de Nice 1848/1853 Domenico Galli ; sa marraine (tout comme pour sa petite sœur Francesca Franco) est la Comtesse Garidelli di Quincinato, cousine du maire actuel de Nice 1878/1886 Alfred Borriglione dont Giuseppe est lui-même également cousin par le grand-père du maire le Baron Louis Durante. Enfance entre Nice (dans la maioun de son père dans le vieux-Nice, place halles aux herbes face à la Cathédrale Sainte-Réparate & dans le quartier de sa mère rue de France où se trouve rue de la Buffa l'atelier de couture de son grand-père le couturier Stefano Etienne Barquier-Faissola) & l'été en vacances au Piémont chez ses cousins à Coni & Turin. ##### Giuseppe Franco-Barquier Faissola di Sigale (1881/1972) représente la première génération des Franco à naître dans le comté de Nice époque « après annexion de 1860 » marquant le passage de Nice du royaume piémontais de Sardaigne à la France ; à devoir évoluer dans cette nouvelle structure de société et avec la langue française que peu de gens ne parlent encore alors à Nice. Son père Onorato Franco-Nicolay de Berre Gilette (1845/1921) quitte Nice en 1889 pour monter à Paris devenir consigliere diplomatique et responsable de sécurité (cocher) pour le consulat piémontais dans la capitale française. Son frère ainé Stefano II Etienne Felix Franco (1868/1937) le rejoint à Paris à la fin de la décennie des 1890. Giuseppe est le cadet et seul autre garçon survivant (ses 2 autres frères sont morts en bas-âge Giulio 1873/1873 & Carlo 1876/1880) resté seul à Nice après la mort de sa mère en 1905. Alors que sa famille le pousse à partir à Turin en Piémont intégrer les grandes écoles piémontaises et rester dans « l'étiquette nobiliaire » de l'ancien monde, il profite de la liberté ambiante de la Riviera "années folles 1900" pour s'affranchir et couper avec les rigides traditions de ces vieilles familles nobiliaires du Comté. Il fera tout le contraire et s'établit « Dandy joueur professionnel de casino » (baccara, bridge, blackJack, roulette) dans le décorum d'opérette des casinos rococos de la cote d'azur début de siècle, dans le milieu mondain des cours d'Europe en villégiature que lui a fait découvrir dès l'enfance sa mère styliste et modiste. Ses casinos fétiches sont le casino de la jetée-promenade à Nice, le casino de Monte-Carlo à Monaco, et le tout nouveau casino municipal de SanRemo inauguré en 1905. En 1910, devient la première génération à se marier de façon laïque et civile, à l'hôtel de ville de Nice et non en paroisse selon les règles catholiques. La cérémonie a lieu, dans le plus grand secret, le 12 mai 1910. Giuseppe épouse une jeune orpheline turinoise piémontaise de tout juste 20 ans, lavandière et vendeuse de fleurs cours Saleya : Ines-Giuseppina Bora, qui deviendra plus tard BiancaDonna (Dame blanche). Giuseppe, 11ème génération, accepte ainsi pour que le mariage puisse se faire d'être la première génération depuis 1564 à ne pas se marier en paroisse ou même en Cathédrale Sainte-Réparate où 6 de ses ancetres ascendants se sont unis en 1564, 1581, 1687, 1730, 1761, 1790. Quelques semaines auparavant, le 16 avril, le couple, installé au 20 rue Dellile, venait de donner vie à deux enfants-jumeaux à l'hôpital Saint-Roch de Nice : Angela, la première, ne survivra pas à sa naissance, seul le second, Armando, sera sauvé in-extremis et pourra continuer son parcours dans ce monde. Ce deuil marque profondément Giuseppe, il prend la décision de se ranger de la vie mondaine pour se consacrer à la vie de famille, alors que la première guerre mondiale s'annonce. En 1923, le couple divorce par consentement mutuel, Ines repart faire carrière à Turin en Italie, emmenant avec elle leur fils Armando. Giuseppe revient donc à la quarantaine à sa vie de Dandy fantasque. Vivant sur un bateau, amarré au port d'Antibes, il passe l'essentiel de son temps en navigation sur la méditerranée, au large des îles de Sardaigne, Corse, et Malte où il possède de solides contacts. Durant les années 20 et 30, deux passions l'animent : l'étude approfondie des philosophies antiques (romaines et grecques) qui lui vaut son surnom de « il Professore », et sa passion pour le jeu et le hasard qu'il considère comme un Art en soi. Il développe des théories de martingales basées sur la « stochastique », les combinaisons algorythmiques adaptées pour BlackJack et Roulette (voir articles de presse de l'époque). Il les met en application dans les casinos de SanRemo, Monte-Carlo (dont il deviendra « conseiller privé » pour la direction de la société des bains de mer qui gère l'établissement), et Baden-Baden. Il remporte deux saisons de suite le tournoi européen du combiné. Il amasse ainsi de confortables gains qu'il investit en ouvrant différents "Ristorante salons méditerranéens" à Nice et Sanremo, des établissements qui combinent restaurants gastronomiques avec salon méditerrannéen en journée et salles de jeu et de bals le soir et la nuit, dans lesquels il officie également, en homme-orchestre, comme casinotier de leurs salles de jeux et cuisinier gastronomique. Prenant très à coeur sa passion épicurienne pour la gastronomie, il laisse libre court à son imagination et invente de nouvelles recettes. Eclectique et touche-à-tout, il participe aussi à la création de parfums à Grasse, et invente des systèmes de mécanismes pour voilures de navires. Proche de personnalités politiques locales de l'époque (les années 30 marquent le début de l'ère du clan Médecin sur Nice dont il est proche), il décline néanmoins la proposition de rentrer dans la sphère politique officielle sur la liste municipale afin de continuer à jouir d'une totale liberté dans ses activités « iconoclastes ». Après avoir participé à la libération de Nice en 1944, il prend sa retraite à la soixantaine à l'issu de la guerre. Il se sépare de tous ses biens et part suivre le second grand amour de sa vie dans le calme et la sérénité d'un petit village de la campagne verte du centre de la France où il passera paisiblement les décennies 60 & 70 ##### ##### ##### Giuseppe Franco-Barquier Faissola da La Briga (v.o en version originale complete dialectale piemontaise italienne : nom du père + nom de la mère + Lieu indiqué à l'armorial du blasonario subalpino ; en 1861 est créé le royaume d'Italie avant de passer en république d'Italie en 1946) / Joseph Franco (v.f à partir de 1860 le Comté de Nice et la Savoie passent du Royaume Piémontais de Sardaigne à la France - la langue officielle passe de l'Italien à une version traduite en français et abrégée, non plus en actes de l'église catholique mais en actes laics administratifs en mairie) – Né le 14 octobre 1881 à Nice - Baptisé en l'église familiale de Saint Pierre d'Arene de Nice – Mariage : Nice, Mairie 12 mai 1910 – 2 enfants-jumeaux (Angela Franco-Bora 1910/1910 & Armando Franco-Bora 1910/2003) – Mort à 90 ans à La Roche le 17 mai 1972 ##### 1881-1972 Married 12 May 1910 (Thursday), Nice, , , ,, tososa Ines-Giuseppina Josephine BORA di BIELLA - BIELLA TORINO PIEMONTE, Née le 7 mai 1889 à Torino, Piémont, Royaume d'Italie (1889-282/11331). Son père, le Signor Giovanni Giuseppe Felice Bora di Biella, meurt quelques semaines avant sa naissance, et sa maman lors de son acouchement. Se retrouve ainsi orpheline dès sa naissance et est placée à l'orphelinat pour jeunes filles de Santa-Maria de Turin. La famille Bora reste très liée à son village d'origine des montagnes piémontaises : Biella, qui abrite notamment le sanctuaire d'Oropa et sa basilique où se trouve la « Madonna nera » (Vierge noire). Elle décide le jour de ses 18 ans en 1907 de partir à l'aventure vivre sa vie, passe la frontière et débarque à Nice (Comté de Nice, ancien état du royaume de Piémont-Sardaigne, fraichement passé à la France en 1860 et où la langue italienne est encore naturellement d'usage), avec rien que son sac. Encore mineure selon la Loi Royale Italienne, elle commence donc par être vendeuse de fleurs au cours Saleya, lavandière et ménagère. Très rapidement, c'est son art des traditions divinatoires qui la fera connaître dans la cour des miracles des petites ruelles du "babazouk" (le Vieux-Nice) et sur les quais azurs de la Prom. Elle devient la jeune protégée de la Comtesse de Quincinet (di Quincinato). La jeune orpheline rencontre et tombe amoureuse d'un jeune cousin de la Comtesse dont celle-ci est la marraine : Giuseppe Franco-Barquier Faissola di Sigale. Un dandy de la Riviera, joueur de casino professionnel, issu des « vieilles familles nobiliaires » du Comté de Nice, les Franchi da La Briga, les Franco à Nice Falicon. Ce couple improbable se marie dès la majorité des 21 ans d'Ines, 5 jours plus tard le 12 mai 1910, en mairie de façon civile et laique. la famille du marié désaprouvant totalement cette union. Une cérémonie religieuse « informelle de bénédiction » aura lieu dans l'église familale des Franco et Barquier-Faissola : Saint Pierre d'Arene de Nice, grâce à l'accord compréhensif de Jean Ferrier le curé de Saint Pierre qui accepte d'officier, malgré la désaprobation du clan « Franco », cérémonie informelle hors donc des « procédures normales », avec l'accord de l'évéque de Nice Monseigneur Chapon, considérant que l'Amour et la Foi des deux amoureux doit l'emporter sur le formalisme. Un peu plus de trois semaines auparavant, Ines avait donné naissance, en total secret, à l'hopîtal Saint-Roch de Nice à deux enfants jumeaux ; la première, Angela ne survivra pas à la naissance, et Armando le second jumeau sera sauvé in extremis et pourra contre le pronostic défavorable des médecins-acoucheurs survivre à cette terrible naissance. Consultée pour son don de clairvoyance, elle devient logiquement, tout comme sa Mamma le fut avant elle, "BiancaDonna" (Dame Blanche). Le couple se sépare par consentement mutuel en 1923 car Ines veut repartir à Turin dans son Piémont natal, elle emmene avec elle son fils Armando alors juste âgé d'une dizaine d'années. Elle reviendra à Nice et y décedera finalement en 1942 quartier de la gare, 1 rue de Belgique. Les raisons de sa mort sont inconnues, tout comme le lieu de sa sépulture restera inconnu. #### Ines Giuseppina Josephine Bora di Biella - Née le 7 mai 1889 à Turin Piémont Italie - Baptisée Chiesa della Maternita, Torino - Mariage à Nice le 12 mai 1910, dont suivent 2 enfants-jumeaux (Angela, décédée à la naissance & Armando, 1910) - Décède à Nice à l'âge de 52 ans le 17 avril 1942. ##### 1889-1942

     Paternal grand-parents, uncles and aunts

      • M sosa Orazio (IX) FRANCO-di Marzio Mars Bussa de Leoni (Nissa SantaElena 1807/Nissa 1868) / Matrim Nicolay-de Berre Gilette (Nissa SanBartolomeo 1837) FRANCO, 9eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene & SaintBarthelemy [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] ##### 7eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga (Franco) dans le Pais Nissart. ##### Après la restauration royaliste Piémontaise Sarde de 1815, ce rameau des Franco issus des « mariés de l'époque révolution » Vincenzo & la villefranchoise Petronille di Marzio «Mars » va se diviser en 3 branches : l'ainé et nouveau chef de famille Stefano (1793) est destiné à une carrière militaire dans l'armée piémontaise, il se marie à 20 ans en 1814 avec Maria Anna Durante, la petite cousine de l'historien du comté de Nice le Baron Louis Durante, il décédera le 2 janvier 1838 sans descendance, juste quelques mois après la mort du patriarche Vincenzo le 10 aout 1837. Les 4 autres garçons vont alors se séparer géographiquement en 2 zones de Nice : Marcello (1795) & Andrea (1800) vont partir s'installer à Gairaut, alors que GiovanniBattista (1804) & Orazio (1807) vont tous deux se marier à 2 sœurs Margarita et AnnaMaria de la famille corso-nissarde Nicolay de Berre Gilette et s'installer dans le fief de celles-ci sur la colline de Nice Saint Barthelemy et y fonder sur place, avec également les familles Authier, Fossat, Teisseire, et Maria, un vaste domaine agricole spécialisé dans la culture des fleurs servant à la fabrication des parfums. Alors que Nice, comme toutes les villes d'Europe au milieu du XIXeme siècle, part vers l'époque de la révolution industrielle et du modernisme, le courant philosophique et politique du « risorgimento » pour l'unification de l'Italie bat son plein. Les Franco soutiennent le combat politique du niçois Giuseppe Joseph Jousé Garibaldi pour l'unification de l'Italie au sein des « Garibaldiens de Nice ». 1860 marque le passage fatidique (l'annexion) de Savoie et Comté de Nice italophones à la France du second Empire Napoleon III. Culture piémontaise et langue italienne sont remplacées par les lois françaises, la Countea de Nissa (le Comté de Nice) de la Maison de Savoie devient la capitale des Alpes-Maritimes françaises. Une nouvelle ère s'ouvre pour Nissa la bella (devenue « Nice » en français) sous le second Empire, ère marquée par le développement touristique international et l'arrivée des cours royales et impériales anglaises et russes pour ce qui deviendra la « Côte d'azur ». Une nouvelle administration française remplace l'ancien régime monarchique piémontais du royaume de Sardaigne. 70 ans après la révolution, c'est la « seconde chute » de l'ancien régime et ses familles qui partent en disgrâce, à Nice ou en exil côté italien. Orazio meurt en 1868 laissant à cette nouvelle époque comme seul héritier son unique fils Onorato III Franco (1845) tout juste marié à 22 ans l'année précedente avec la styliste de mode Rose Barquier Faissola. La page d'histoire 1388/1860 se tourne pour Nissa et les « vieilles familles » du Blasonario SubAlpino qui appartient désormais au passé d'un Comté de Nice qui n'existe plus et d'un Royaume Piémontais de Sardaigne qui deviendra de l'autre côté des Alpes le Royaume d'Italie unifié à Turin en 1861. ##### Orazio Franco-di Marzio – Né le 21 avril 1807 à Nice Sainte-Hélène - Mariage : Nice, église Saint Barthelemy 7 mai 1837 (x AnnaMaria Nicolay de Berre Gilette-Lautieri, Nice Saint Barthelemy, 20 septembre 1820) – 4 enfants (Anna Maria 1838, Veronica 1841, Onorato 1845, Felicita 1848) - Mort à 61 ans à Nice le 28 novembre 1868 ##### 1807-1868married(1837)
      • F sosa Anna Maria Anne Marie NICOLAY-de Berre Gilette NICOLAI - CORSICA NISSA, AnnaMaria NICOLAY de Berre Gilette ##### 6eme generation du rameau niçois du clan Corse NICOLAY dit « Nicolay de Berre Gilette » [issus de l'union en Cathedrale Sainte Reparate de Nice le 21 février 1683 du diplomate Corse représentant la République de Genes Domenico Nicolay (Nicolaï) (Corse, ca1650) & de la nissarde Maria Catarina de Berre Gilette (Gilette, ca1660), fille d'Urbano de Berre Gilette, co-seigneur de Gilette branche cadette des Barons de Berre] ##### Le clan NICOLAY est originaire de l'île de Corsica (Corse) et se compose de 3 rameaux fondateurs insulaires : dans les villages de Sartene, Foce, et Carbini, où ils sont encore implantés de nos jours. Cette racine insulaire se prolonge sur le continent au XVIIe siècle en république de Genes (dont la Corse était sous protectorat), à Nice (Comté de Nice de la maison de Savoie), et à Marseille (provence française) >> La maison DE BERRE (di Berra), issue de la noblesse niçoise, était titulaire de la seigneurie éponyme de Berre-les-Alpes. Au fil du temps elle allait devenir une des puissantes familles du comté de Nice. Après la dédition de Nice à la Maison de Savoie en 1388, les Berre se rallièrent à la Maison de Savoie. Ce fut l'une des rares familles de la noblesse niçoise qui le fit, les autres préférant s'exiler sur la rive ouest du Var côté français. C'est la seconde famille du comté qui portera un titre nobiliaire, après le fief de Beuil (Grimaldi de Beuil), le fief de Berre-les-Alpes étant érigé en baronnie le 7 février 1602 par le Duc de Savoie. De 1399 à 1485, six seigneurs de Berre ont été consuls de Nice. La branche des seigneurs de Berre s'éteint en 1645, lui succède 3 rameaux cadets cousins : de Berre-Collongues, de Berre-Chateauneuf Tourrettes établie Barons Dalaise-de Berre en 1706 dont suit descendance jusqu'à notre époque, et de Berre-Gilette. ##### AnnaMaria nait le 20 septembre 1820 dans la propriété familiale des collines de Saint Barthelemy de Nice (alors Royaume piémontais de Sardaigne), elle y est baptisée le 25 en l'église de San-Bartolemeo Elle est le 4ème enfant de Francesco Nicolai, propriétaire terrien-cultivateur et armateur/entrepreneur maritime, des clans Nicolay & Castelli des Corses de Nice. L'histoire niçoise de ce clan corse débute cinq générations et deux siècles plus tôt avec l'arrivée sur le continent de Domenico Doumé Nicolay (v 1650) envoyé dans le comté de Nice du Duché de Savoie pour représenter la Corse dans les rapports juridiques sur le domaine maritime entre Ligurie/République de Genes qui tient l'île sous protectorat et la maison di Savoia dont les fenetres maritimes sont les ports de Villefranche et Nice dans son contado di Nizza (comté de Nice). Domenico est admis à se marier en Cathédrale Sainte-Réparate de Nice le 21 février 1683 avec Maria Catarina de Berre-Gilette, fille du co-Seigneur de Gilette Urbano de Berre, de la branche seigneuriale cadette de Gilette de la maison des Barons de Berre, fils de Gioanni III, de Gioanni II, de Gioanni Honorato marié en 1575 à Margarita PONSO, de Gioan Oberto, de Gioanni I 4e sgnr marié à Elizabeth DE ROUSSAN DE THORENC, de Honorato, de Geoffroy 2e Sgnr, de Lorenzo Laurent de Berre 1er Seigneur de Gilette marié à Alaizete DE BAGARRIS qui mourra en 1421, fils de Jean de Berre marié à Elizabeth DE BALB DE SAINT SAUVEUR. De part sa position stratégique, le village de Gilette passe au gré des accords diplomatiques aux familles Orsiero et Cais avant d'être inféodé à la renaissance aux Laugier des Ferres. Au début du XVIIIème siècle, le fils de Domenico Nicolay et Maria Catarina, Gio Bartolomeo Nicolay (1696) épouse en Cathédrale Sainte-Réparate le 1er février 1712 la nobil Angela Gioanna GIRAUDI, fille de l'avvocato piémontais du senato de Nice Onorato Giraudi. 3 garçons naitront de cette union : Nicola, Gioan Nicola, et le cadet Giacomo en 1725. Celui-ci épouse en Cathédrale Sainte-Réparate le 12 février 1747 Anna Maria BENSA, fille du juriste Honorato Bensa, de la famille patricienne Bensa de Nice. Leur fils ainé GioFrancesco (1750) épousera lui en Cathédrale Sainte-Réparate le 5 novembre 1775 Maria Margarita CASTELLI, de la famille corse de Bonifacio Castelli en poste consulaire au Piémont et Nice. Le couple aura deux fils Pietro et JeanFrancois Hospice Nicolai (1784) qui épousera pendant le premier empire en 1810 AnnaMaria Gioanna Lautieri. Le couple aura 7 enfants au XIXème siècle dont Anna Maria en 1820 qui épousera finalement à 16 ans le 7 mai 1837 en paroisse San-Bartolemeo (Saint-Barthelemy) Orazio Franco. Union qui fait suite au mariage en 1830 de sa sœur ainée Maria Margarita Nicolai (1810) avec Giovanni-Battista Franco (1804) frère ainé de Orazio Franco. Ces deux mariages célébrés pendant la période de la restauration marquent l'alliance paradoxale des familles nissardo-piémontaise Franco, royalistes loyalistes à la couronne de Sardaigne, et nissardo-corse Nicolai, proches de l'empire Bonapartiste. ### De sa famille maternelle dite des Lautieri (francisés pendant la révolution en Lautier ou encore l'Autie), AnnaMaria est la fille de Paolo Francesco LAUTIERI (1762) marié en 1789 à la piémontaise MariaCatarina MARTINI, et la petite fille de AntonioFrancesco Lautieri (1724) marié à la piémontaise AngelaMaria MAIFREDI (Maiffret). Celle-ci est la fille de Bartolomeo Maiffredi (Maiffret) (1678) marié en Cathédrale Sainte-Réparate en 1696 avec AngelaMaria SEMERIA. Les Semeria sont des négociants originaires de Roquebiliere installés à Villefranche. Elle est la fille d'Honorato Semeria et la petite-fille d'Antonio Semeria marié en 1630 avec Margarita Anna ALBERTI DE STRADA, fille du Capitano d'escouade navale Gio Bartolomeo Alberti de Strada (1575) et de Felicité ISNARDI, des Isnard égrèges de Luceram. Les Alberti de Strada proviennent de la famille ALBERTI, Nobils de Florence en Toscane époque Médicis exilés dans le Comté de Nice alliés aux piémontais Strada par l'union le 21 novembre 1574 du Capitano militaire Leonardo Alberti, fille du Juge de Sospel Pietro Alberti et de Luigia Louise de Strada, fille du capitano navale Gaspardo de Strada, Pietro est marié à Louise DE BRANDIS, fille du Seigneur d'Auribeau Pierre de Brandis (1480) et d'Antoinette DE BERRE-GILETTE, fille d'Honorato, Geoffrey et Lorenzo Laurent de Berre-Gilette. ##### AnnaMaria NICOLAY de Berre Gilette – Né le 20 septembre 1820 à Nice, baptisée le 25 en sa paroisse de Nissa SanBartolomeo (Nice Saint-Barthelemy) – Mariée le 7 mai 1837 en sa paroisse de Nissa SanBartolomeo (Nice Saint-Barthelemy) avec Orazio Franco - 4 enfants pendant le XVIIIème siècle époque restauration : AnnaMaria 1838, Veronica 1841, Onorato III Franco 1845 & Felicita 1848. - Décède à seulement 29 ans le jeudi 6 aout 1850 ##### 1820-1850
      • F Anna Maria (X) FRANCO-NICOLAY FRANCO 1838-
      • not married, Without posterity
      • F Veronica (X) FRANCO-NICOLAY FRANCO 1841-
      • married
        1child
      • M sosa Onorato III (X) FRANCO-Nicolay de BerreGilette (Nissa SanBartolomeu 1845/Paris 1921) / Matrim Barquier Faissola di Sigale (Nissa SaintPierre d'Arene 1867) FRANCO, 10eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] SaintBarthelemy SaintPierreD'Arene [10- Onorato 1845 x 1867 Barquier Faissola di Sigale-Authier]] ##### 8eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga (Franco) dans le Pais Nissart. ##### A la restauration sarde, ce rameau des Franco issus des frères GiovanniBattista & Orazio (issus des « mariés de la révolution 1790 » Vincenzo & Petronille di Marzio Mars) mariés au sœurs Margarita et AnnaMaria Nicolay de Berre Gilette s'est installé sur la colline niçoise de Saint-Barthelemy (l'autre rameau issus d'Andrea et Marcello se sont eux installés sur la colline de Nice Gairault). GioBatta et Orazio y ont créé un domaine agricole, spécialisé dans la culture de fleurs pour les parfums, en coopérative avec les familles du clan des corses de Nice Nicolay de Berre Gilette et Castelli, et les Authier (les anciens comtes de Saint-Barthelemy), ainsi que les Teisseire et Maria. Onorato y nait en 1845, sa maman Anna Maria Nicolay de Berre Gilette y mourra en 1850 alors qu'il n'a que 5 ans. 1860 marque le grand tournant du Comté de Nice qui passe, comme la Savoie, du Royaume de Piémont-Sardaigne à la France de Napoléon III alors qu'en 1861 l'Italie est unifiée à Turin. Dans ce nouvel univers niçois tenu désormais par la nouvelle administration française, les familles de l'ancien régime comme les Franco ou les Nicolay de Berre Gilette, fidéles à Garibaldi et la couronne piémontaise, sont tombés en disgrâce et ruinés matériellement après l'annexion de leurs terres foncières. Devant s'adapter et innover face à cette évolution en marche du temps et de la société, Onorato a créé avec ses cousins du clan des Corses de Nice Nicolay et Castelli une société de transports et voyages, basée côté italien à Vintimille et SanRemo, pour escorter et convoyer biens et personnes à travers les routes alpines de l'ancien Comté de Nice et du Piémont Italien jusqu'à Turin, en Liguria, ou par bateaux sur les îles de Sardaigne et bien sûr de Corse. Lors d'un baletti (un bal populaire trad niçois d'été), Onorato rencontre Rose Barquier Faissola di Sigale, issue comme lui des anciennes familles du blasonario, dont la famille maternelle vient des familles de la colline Saint-Barthelemy par sa mère MariAnna Authier et sa grand mère Lucrezia Fossat. Rose est jeune couturière et styliste dans l'atelier de mode de son père situé rue de France, le créateur Stefano Barquier Faissola (Coni Piemonte, 1824). Un an après leur rencontre, le jeune couple Onorato (22 ans) et Rose (19) se marient le 29 octobtre 1867 en l'église de Saint Pierre d'arène de Nice, l'église de la famille de Rose qui y fut baptisée le 11 juin 1848. Désormais installés dans le quartier dit du « carré d'or de Nice » rue de France de Rose, le jeune couple devra élever les 7 enfants encore vivants de leurs 11 descendants, 4 n'ayant pas survécu à la naissance ou à la petite enfance. Les années 1870/80 marquent un nouveau cycle après la chute du régime Napoléon III en 1870. La Riviera devient la « côte d'azur » des cours d'Europe en vilégiature. Le 29 janvier 1878, un nouveau maire apparaît pour 8 ans jusqu'en 1886, l'Avocat de Sospel Alfred Borriglione, cousins aussi d'Onorato que de Rose. Les compétences du jeune couple (transport et sécurité pour lui, mode pour elle) autant que ses manières et pratiques d' « ancien régime » les font naturellement se rapprocher du nouveau milieu international cosmopolite des cours d'Europe en villégiature sur la Riviera. Alors que Rose et sa cousine Fanny Faissola créent les stylismes des ensembles de couture des cours, Onorato s'oriente lui vers un rôle plus « diplomatique » et devient traducteur et médiateur entre le Consulat Royal Piémontais et les ambassades européennes à Nice. En 1889, le Consulat Piémontais de Turin à l'intérieur de l'Ambassade d'Italie à Paris propose logiquement à Onorato de « monter à Paris » reprendre le même « rôle informel » qu'à Nice, à l'occasion de la construction de la Tour Eiffel pour l'exposition universelle. Onorato débarque donc à Paris hiver 1889 et est installé rue Saint Didier, quartier Victor Hugo du seizième arrondissement de Paris. Sa première mission est interne aux affaires italiennes : coordonner les relations entre le Consulat Piémontais et la vague d'italiens en immigration à Paris pour des métiers dans la construction/du batiment, notamment celle justement de laTour Eiffel, leurs familles en Italie et l'église catholique italienne hors-les-murs de Parigi. Au milieu des années 1890, il sera affecté, toujours selon son vœu dans un protocole informel, comme « cocher/messager » diplomatique pour les personnalités italiennes et monegasques en voyages à Paris. Le Consulat Italien de la fin 1800-début 1900 est celui de Sforza ou de La Castglione, qui mourra à Paris en 1899. Onorato restera à Paris ses 30 dernières années jusqu'à sa mort à Paris en 1921. Séparée par la distance, Rose est restée à Nice jusqu'à sa mort en 1906, élever les 7 enfants survivants de leurs 11 descendants. Seuls 2 garçons ont survécu des 11 enfants : Stefano II, « l'héritier désigné » né en 1868, qui rejoindra son père à Paris en 1895 et s'y mariera avec la française Marie Gaumont. 2 filles Franco-Gaumont naitront de cette union fin 1800-début1900, avant la mort de Stefano II à Paris en 1937. L'autre fils, le dernier des 11 enfants, Giuseppe Joseph Franco-Barquier Faissola, né en 1881 restera sur la côte d'azur. Il deviendra au début du XXe siècle joueur professionnel de casino à Monte Carlo et SanRemo, puis casinotier restaurateur et organisateur de bals lui même à Nice. Marié en 1910 avec la Piémontaise Italienne Ines Bora di Biella (Torino, 7 may 1889), ils auront, en 1910, 2 jumeaux, Angela qui mourra dès sa naissance et Armando Franco-Bora, qui repartira pour le Piémont Italien et Turin de sa mère, avant de monter à son tour à Paris en 1936 pérpétuer par mariage en 1939 et naissance de son fils Claudio Paolo en 1940 le rameau nissardo-piemontese des Franco-Bora à Paris. ##### Du point de vue plus global de l'ancien Comté de Nice : la fin du XIXeme siècle voit le retour en grâce des Franco par la voie des urnes lors des élections démocratiques. Des représentants/incarnations issus des 3 rameaux fondateurs des « Franchi da La Briga » au Comté de Nice à la renaissance XVIeme siècle (Falicon, Vésubie, Villefranche-LaTurbie) sont élus par la population : Victor Franco, Maire de Belvedere Vesubie 1871/1878 ; Barthelemy Franco, Maire de Falicon 1888/1892 ; Joseph Franco, Maire de La Turbie 1892/1900 ##### Onorato III Franco-Nicolay de Berre Gilette – Né le 11 janvier 1845 à Nice - Baptisé en l'église de sa famille maternelle, Saint-Barthelemy de Nice/Paroisse à Nice : Saint Pierre d'Arene/Paroisse d'adoption à Paris : Saint Honore d'Eylau (Paris 16) – Mariage : Nice, église Saint Pierre d'Arene 29 avril 1867 (x Rose Barquier Faissola di Sigale, Nice Saint Pierre d'arene, 6 juin 1848) – 11 enfants (Stefano II Etienne 1868/1937, Maria 1869/1871, Brigida 1870, Giuiio 1873/1873, Josephine 1874/1949, Victorine 1875/1880, Carlo Vittorio 1876/1880, Teresa 1878, Honorine 1879/1959, Francesca 1880, Giuseppe Joseph 1881/1972) - Mort à 76 ans à Paris le 29 mars 1921 ##### 1845-1921
      • married(1867)
        11children
      • F Felicita (X) FRANCO-NICOLAY FRANCO 1848-
      • married(1868)
        8children

      • M sosa Orazio (IX) FRANCO-di Marzio Mars Bussa de Leoni (Nissa SantaElena 1807/Nissa 1868) / Matrim Nicolay-de Berre Gilette (Nissa SanBartolomeo 1837) FRANCO, 9eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene & SaintBarthelemy [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] ##### 7eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga (Franco) dans le Pais Nissart. ##### Après la restauration royaliste Piémontaise Sarde de 1815, ce rameau des Franco issus des « mariés de l'époque révolution » Vincenzo & la villefranchoise Petronille di Marzio «Mars » va se diviser en 3 branches : l'ainé et nouveau chef de famille Stefano (1793) est destiné à une carrière militaire dans l'armée piémontaise, il se marie à 20 ans en 1814 avec Maria Anna Durante, la petite cousine de l'historien du comté de Nice le Baron Louis Durante, il décédera le 2 janvier 1838 sans descendance, juste quelques mois après la mort du patriarche Vincenzo le 10 aout 1837. Les 4 autres garçons vont alors se séparer géographiquement en 2 zones de Nice : Marcello (1795) & Andrea (1800) vont partir s'installer à Gairaut, alors que GiovanniBattista (1804) & Orazio (1807) vont tous deux se marier à 2 sœurs Margarita et AnnaMaria de la famille corso-nissarde Nicolay de Berre Gilette et s'installer dans le fief de celles-ci sur la colline de Nice Saint Barthelemy et y fonder sur place, avec également les familles Authier, Fossat, Teisseire, et Maria, un vaste domaine agricole spécialisé dans la culture des fleurs servant à la fabrication des parfums. Alors que Nice, comme toutes les villes d'Europe au milieu du XIXeme siècle, part vers l'époque de la révolution industrielle et du modernisme, le courant philosophique et politique du « risorgimento » pour l'unification de l'Italie bat son plein. Les Franco soutiennent le combat politique du niçois Giuseppe Joseph Jousé Garibaldi pour l'unification de l'Italie au sein des « Garibaldiens de Nice ». 1860 marque le passage fatidique (l'annexion) de Savoie et Comté de Nice italophones à la France du second Empire Napoleon III. Culture piémontaise et langue italienne sont remplacées par les lois françaises, la Countea de Nissa (le Comté de Nice) de la Maison de Savoie devient la capitale des Alpes-Maritimes françaises. Une nouvelle ère s'ouvre pour Nissa la bella (devenue « Nice » en français) sous le second Empire, ère marquée par le développement touristique international et l'arrivée des cours royales et impériales anglaises et russes pour ce qui deviendra la « Côte d'azur ». Une nouvelle administration française remplace l'ancien régime monarchique piémontais du royaume de Sardaigne. 70 ans après la révolution, c'est la « seconde chute » de l'ancien régime et ses familles qui partent en disgrâce, à Nice ou en exil côté italien. Orazio meurt en 1868 laissant à cette nouvelle époque comme seul héritier son unique fils Onorato III Franco (1845) tout juste marié à 22 ans l'année précedente avec la styliste de mode Rose Barquier Faissola. La page d'histoire 1388/1860 se tourne pour Nissa et les « vieilles familles » du Blasonario SubAlpino qui appartient désormais au passé d'un Comté de Nice qui n'existe plus et d'un Royaume Piémontais de Sardaigne qui deviendra de l'autre côté des Alpes le Royaume d'Italie unifié à Turin en 1861. ##### Orazio Franco-di Marzio – Né le 21 avril 1807 à Nice Sainte-Hélène - Mariage : Nice, église Saint Barthelemy 7 mai 1837 (x AnnaMaria Nicolay de Berre Gilette-Lautieri, Nice Saint Barthelemy, 20 septembre 1820) – 4 enfants (Anna Maria 1838, Veronica 1841, Onorato 1845, Felicita 1848) - Mort à 61 ans à Nice le 28 novembre 1868 ##### 1807-1868married(1852)
      • F Petronille GARCHIER


       Maternal grand-parents, uncles and aunts

        • M Andrea Andre Barquier-Faissola BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA 1847-1900
        • married1(1872)
          1child, married2(1874), married3(1895)
          10children
        • F sosa Rose Louise BARQUIER FAISSOLA di SIGALE-Authier Fossat BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA, Rose Louise BARQUIER FAISSOLA di SIGALE ##### 3eme generation du rameau niçois/antibois « Barquier Faissola » de la maison des nobils FAISSOLA DI SIGALE [issu de l'union le 21 novembre 1799 en Cathedrale Sainte Reparate de Nice du nobil nissart-piémontais Paulo Francesco Faissola (Nice, 1738) & de l'antiboise française Anne Agnes BARQUIER-Grasse (Antibes 1772), fille de l'armateur naval Barthelemy Barquier (Antibes, 1741) petite-fille de l'avocat à la cour royale d'Antibes Maitre Pierre Barquier-Consolat (Antibes, 1717)]. ##### La Maison Nissardo-Piemontese FAISSOLA, attestée par acte sur registre des âmes de la Cathédrale Sainte-Réparate dès 1602 est originaire du village de collines de Sigale (Sigala) de la vallée de l'Esteron dans le canton de Vence. Nobils au blasonario de la Countea de Nissa du Duché de Savoie puis Royaume Piemontais de Sardaigne à Turin 1720/1861. Famille patricienne aux XVIIe XVIIIe, XIXe siècles liée à l'Evéché du diocèse de Nice, le chapitre de la Cathédrale Sainte-Réparate, l'église Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu ##### Issus des Faissola dans l'histoire du comté de Nice et du Piémont : Don Giovanni Faissola, Cavaliere de Sigale en 1617 & son petit-fils Don Giacomo Jacques Faissola, vicaire de la Paroisse de Sigale et correspondant du Duc de Savoie et futur Roi de Sardaigne Vittorio-Emanuele di Savoia lors de sa mission diplomatique de 1689 & le Nobil Capitano d'Arma Gioanni Honorato Faissola, militaire du Chateau de Nice lors du siege du château en 1705 & Onorato Honore Faissola, vicaire de l'église Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu en 1792 lors de l'invasion du Comté de Nice par les troupes de la France révolutionnaire, avocat des prêtres réfractaires sous la terreur en 1794 puis avocat des pauvres en 1795 & l'assesseur puis Juge de Paix de 1836 à 1841 du tribunal royal de Nice Adriano Faissola & Maria Faissola, épouse du corsaire de Bonaparte Joseph Bavastro & le Capitaine de la marine militaire royale piémontaise en 1860 Claudio Faissola, du comité de soutien civil au Roi piémontais de Sardaigne Vittorio-Emanuele II di Savoia & la créatrice de mode du second Empire Fanny Faissola dite « Mademoiselle Fanny » dans les années 1860/1870, passage du Comté de Nice du Royaume piémontais de Sardaigne au second Empire français Napoleon III. ##### Rose, née en 1848 à Nice et baptisée en l'église familiale de Saint Pierre d'arene est la fille du couturier et styliste de mode Stefano Etienne Barquier-Faissola né à Coni dans le Piemont le 8 juin 1824 et marié le 11 juin 1846 à Nice dans la nouvelle église Saint Jean Baptiste dite « du voeu » avec MariaAnna Authier-Fossat, des familles AUTHIER et FOSSAT des collines de Saint-Barthelemy. Elle est la petite fille d'Andrea Barquier-Faissola, né à Nice en décembre 1792 au moment de l'invasion du comté de Nice par les troupes de la France révolutionnaire, qui servira en compagnie du corsaire Giuseppe Joseph Bavastro l'empire Napoléonien et sera décoré en 1857 de l'ordre de l'Empire Sainte-Hélène, avant de devenir à la restauration Impegiato all'insinuazione della corona piemontese (contrôleur des biens de la couronne piémontaise à Nice) marié à Coni dans le Piémont avec Anna Maria Maddalena Sordello, des nobils piémontais SORDELLO de SanDalmazzo. Elle est l'arrière-petite-fille du nobil nissardo-piémontais PaoloFrancesco Faissola & de l'antiboise Agnes Anne Marie Barquier qui par leur alliance en Cathédrale en 1799 créerent le rameau « Barquier-Faissola » de la maison Faissola. >> Rose est l'A-A-petiteFille du nobil Guglielmo Faissola (1710/1781) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 15 février 1733 avec la nobil Angelica DURANTE (1716) fille du nobil Signor capitaine de l'armée de Savoie Domenico Durante (1692) ; l'A-A-A-petiteFille du nobil Don Gioanni Onorato Faissola (1674) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 29 décembre 1701 avec la piémontaise Signora Maria Ludovica ANSALDI di Fossano (1674) ; l'A-A-A-A-A-petiteFille de Francesco Faissola (1642) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 28 octobre 1668 avec la niçoise Anna Maria DONADEY ; l'A-A-A-A-A-A-petiteFille de Salvatore Faissola di Sigale (1620) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 19 janvier 1642 avec la niçoise Perineta Camosso ; l'A-A-A-A-A-A-A-petite fille de Gioan Faissola, capitano militaire de Sigale marié en 1613 à Sigale avec Albaneta Isnard, des ISNARDI nobils de Luceram. ##### Du côté maternelle des Authier, originaires de Puget, elle est la petite-fille de GianFrancesco Authier (1799/1879) marié en 1817 avec Lucrezia del Fossat (1798) ; l'A-petiteFille d'Antonio Authier (1774) marié en 1797 avec MariaMaddalena Teisseire ; l'A-A-petiteFille du nobil Benestante de Saint-Barthelemy Francesco Authier (1745) marié à la piémontaise Angela Maifredi ; l'A-A-A-petiteFille de GioMichelle Authier (1715) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 1 décembre 1742 avec la Sarde Dorotea Saitore ; l'A-A-A-A-petiteFille de Francesco Authier (1694), des connetables de Puget, qui installa la famille à Nice par l'alliance le 25 novembre 1714 en Cathédrale Sainte-Réparate avec Angela Barletti (1695) >> Les Barlet d'Aiglun, souche des Barons BARLETTI, installés de l'autre côté de la frontière provencale à Sigale après la dédition du comté de Nice à la Savoie en 1388. Angela Barlet est la fille de Gioan IV Barletti et de Pirineta Garin, des Garino de Sigale ; la petite-fille de Gioan III Barletti (1615) nommé actuaire pour la justice du sénat de Nice en 1648 et marié le 3 mars 1641 à Nice Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu avec Claudia Margarita FLORE (1623), la fille de l'actuaire pour la justice du sénat de Nice en 1641 Maitre Raimonde Flore, des Flore de Pinerolo (Pignerol) au Piemont et de Lucrezia DRAGHI (Nice, 1 octobre 1599) des Draghi, Seigneur puis Barons des Ferres, fille de Bartolomeo Draghi (Nice, 13 novembre 1565), Seigneur Drago des Ferres, marié le 16 janvier 1587 à Nice avec Francesca GRIMALDI-RIQUIER d'Eze (Nice, 14 septembre 1572), fille du Consul de Nice 1578 Onorato Honoré Grimaldi-Riquier d'Eze & d'Isarante DE BERRE, des Barons de Berre ## >> de Carlo Charles Grimaldi de Chateauneuf (1500), Seigneur Grimaldi de Castelnovo et Rimplas marié en 1523 avec Filipona Philippine Riquier d'Eze, fille de Louis Riquier Seigneur d'Eze marié en 1496 avec la piemontaise Giacomina BUSCHETTI di Chieri, petite-fille du Consul de Nice 1488 Bertrando Riquier d'Eze marié en 1463 avec Luchina LASCARIS DI VENTIMIGLIA-CASTELLAR >> fille du Seigneur de Castellar Louis Ludovic II Lascaris di Ventimiglia-Castellar marié à Philippine Lascaris di Ventimiglia-Gorbio, du Seigneur de Castellar Guy Lascaris di Ventimiglia-Castellar marié à Marguerite Marie DE GRASSE, fille de Louis de Grasse, du Seigneur 1374 de Castellar Garnier Lascaris di Ventimiglia-Castellar, d'Henri Lascaris di Ventimiglia, d'Otton II, du Comte de Castellar Guglielmo Lascaris di Ventimiglia >> des Grimaldi de Chateauneuf, Carlo est le fils de Pietro Pierre Grimaldi de Chateauneuf, viguier de Provence 1505, marié à Gioanna Lascaris di Ventimiglia-Provence ; le petit-fils de l'écuyer du Duc de Savoie Jean Antoine Grimaldi de Chateauneuf marié à Bonne DE SOLARO, des comtes piémontais d'Asti ; l'A-petitFils du conseiller du Duc de Savoie et Seigneur de Castelnovo Jean Grimaldi de Chateauneuf et de Catarina SPINOLA, des Spinola doges de Genes ; l'A-A-petitFils du capitaine navale de Genes Cosme Come I Grimaldi et de Ursa del Mare ; de Giovanni Jean Grimaldi, d'Antonio Grimaldi, de Francesco Grimaldi, de Bonifacio Grimaldi, de Nicola Grimaldi, frère d'Ingo Grimaldi qui fondera les GRIMALDI d'ANTIBES avant de devenir en ligne masculine ceux de Monaco, à Genes au XIIIe siècle >> de Oberto de Berre marié en 1511 avec Catarina Cecilia Buschetti di Chieri, de Louis Ludovico de Berre-Collongues (1455) marié en 1475 avec Margarita GRIMALDI DE GATTIERES, fille du Seigneur de Gattieres et capitano militaire 1454 de Ventimiglia Barthelemy Grimaldi de Gattieres marié à Andrinetta DE GALLEANI, du Seigneur de Gattieres Tourettes et Rimplas Gioan Jean Grimaldi de Gattieres, du Seigneur 1390 de Gattieres Napoleon Grimaldi de Gattieres, du chatelain de Villanova Perino Pierre Grimaldi marié à Ingrese Gentile, du viguier de Provence 1327 Agamelon Grimaldi, du patrizio de Genes et vice-Roi de Calabre Bartolomeo Bertone Grimaldi, de l'ambassador di Genova Lanfranco Grimaldi (1215) ##### Rose Louise Barquier-Faissola, née le 6 juin 1848 à Nice et baptisée en l'église familiale de Saint Pierre d'arene le dimanche 11 juin 1848 est couturiere/Styliste/Modiste pour l'atelier de mode de son père Stefano Etienne Barquier Faissola di Sigale sur la Riviera, époque années folles 1870-80-90 - Mariée le 27 avril 1867 en mairie de Nice de façon civile & religieuse en l'église familiale de Saint-Pierre d'Arene de Nice avec Onorato Franco-Nicolay-de Berre Gilette (11 enfants) - décédée à l'âge de 58 ans à l'hopïtal Saint-Roch de Nice le 17 aout 1906 ##### 1848-1906
        • married(1867)
          11children
        • M Carlo Charles BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA 1850-1850
        • not married, Without posterity

        • M sosa Stefano Etienne Barquier-Faissola BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA, Couturier & Styliste de mode pour bals époque XIXe à Nice & MonteCarlo Monaco 1824-1889married(1851)
        • F Rosa Rose TEISSEIRE 1824-1856

        • M sosa Stefano Etienne Barquier-Faissola BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA, Couturier & Styliste de mode pour bals époque XIXe à Nice & MonteCarlo Monaco 1824-1889married(1862)
        • F Marie Catherine REVEL 1840


       Notes

      Individual Note

      11eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice / 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Buschetti di Chieri >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene / 12- Armando 1910 x 1939 @ Paris ##### 9eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga dans le Pais Nissart. Né le vendredi 14 octobre 1881 à huit heures du soir à Nice, dans le quartier familial de sa mère (le « carré d'or » de Nice) au 44 rue de France. Baptisé dans la paroisse familiale de San-Pietro-d'Arena (Saint-Pierre-d'Arene), 11ème et dernier enfant de l'entrepreneur en transport puis Consiglière diplomatique Onorato Honoré Franco-Nicolay de Berre Gilette & de la couturière et styliste de mode Rose Barquier-Faissola di Sigale. Son témoin de naissance est le luthier et musicien Ernesto Galli, petit cousin du Sindaco (maire) de Nice 1848/1853 Domenico Galli ; sa marraine (tout comme pour sa petite sœur Francesca Franco) est la Comtesse Garidelli di Quincinato, cousine du maire actuel de Nice 1878/1886 Alfred Borriglione dont Giuseppe est lui-même également cousin par le grand-père du maire le Baron Louis Durante. Enfance entre Nice (dans la maioun de son père dans le vieux-Nice, place halles aux herbes face à la Cathédrale Sainte-Réparate & dans le quartier de sa mère rue de France où se trouve rue de la Buffa l'atelier de couture de son grand-père le couturier Stefano Etienne Barquier-Faissola) & l'été en vacances au Piémont chez ses cousins à Coni & Turin. Son frère ainé Stefano II Etienne Felix Franco (1868/1937) étant parti tout jeune à Paris rejoindre le Padre Don Onorato, Giuseppe est le cadet et seul autre garçon survivant (ses 2 autres frères sont morts en bas-âge Giulio 1873/1873 & Carlo 1876/1880), resté seul à Nice après la mort de sa mère en 1905, profite de la liberté ambiante de la Riviera "années folles 1900" pour s'affranchir et couper avec les rigides traditions des vieilles familles nobiliaires du Comté. S'établit Dandy joueur professionnel (baccara, bridge, blackJack, roulette) dans le décorum d'opérette des casinos rococos de la cote d'azur début de siècle, dans le milieu mondain des cours d'Europe en villégiature que lui a fait découvrir dès l'enfance sa mère styliste et modiste. Ses casinos fétiches sont le casino de la jetée-promenade à Nice, le casino de Monte-Carlo à Monaco, et le tout nouveau casino municipal de SanRemo inauguré en 1905. Alors qu'il était officieusement fiancé à une aristocrate piémontaise (la Barone Anna-Maria xxx), il créé un scandale en annulant la cérémonie en 1907 et disparait voyager. Il ré-apparait à Nice 3 ans plus tard en 1910 et devient la première génération à se marier de façon laïque et civile, à l'hôtel de ville de Nice et non en paroisse selon les règles catholiques. La cérémonie a lieu, dans le plus grand secret, le 12 mai 1910. Giuseppe épouse une jeune orpheline turinoise piémontaise de tout juste 20 ans, lavandière et vendeuse de fleurs cours Saleya : Ines-Giuseppina Bora, qui deviendra plus tard BiancaDonna (Dame blanche). Giuseppe, 11ème génération, accepte ainsi pour que le mariage puisse se faire d'être la première génération depuis 1564 à ne pas se marier en paroisse ou même en Cathédrale Sainte-Réparate où 6 de ses ancetres ascendants se sont unis en 1564, 1581, 1687, 1730, 1761, 1790. Quelques semaines auparavant, le 16 avril, le couple, installé au 20 rue Dellile, venait de donner vie à deux enfants-jumeaux à l'hôpital Saint-Roch de Nice : Angela, la première, ne survivra pas à sa naissance, seul le second, Armando, sera sauvé in-extremis et pourra continuer son parcours dans ce monde. Ce deuil marque profondément Giuseppe, il prend la décision de se ranger de la vie mondaine pour se consacrer à la vie de famille, alors que la première guerre mondiale s'annonce. En 1923, le couple divorce par consentement mutuel, Ines repart faire carrière à Turin en Italie, emmenant avec elle leur fils Armando. Giuseppe revient donc à la quarantaine à sa vie de Dandy fantasque. Vivant sur un bateau, amarré au port d'Antibes, il passe l'essentiel de son temps en navigation sur la méditerranée, au large des îles de Sardaigne, Corse, et Malte où il possède de solides contacts. Durant les années 20 et 30, deux passions l'animent : l'étude approfondie des philosophies antiques (romaines et grecques) qui lui vaut son surnom de « il Professore », et sa passion pour le jeu et le hasard qu'il considère comme un Art en soi. Il développe des théories de martingales basées sur la « stochastique », les combinaisons algorythmiques adaptées pour BlackJack et Roulette (voir articles de presse de l'époque). Il les met en application dans les casinos de SanRemo, Monte-Carlo (dont il deviendra « conseiller privé » pour la direction de la société des bains de mer qui gère l'établissement), et Baden-Baden. Il remporte deux saisons de suite le tournoi européen du combiné. Il amasse ainsi de confortables gains qu'il investit en ouvrant différents "Ristorante salons méditerranéens" à Nice et Sanremo, des établissements qui combinent restaurants gastronomiques avec salon méditerrannéen en journée et salles de jeu et de bals le soir et la nuit, dans lesquels il officie également, en homme-orchestre, comme casinotier de leurs salles de jeux et cuisinier gastronomique. Prenant très à coeur sa passion épicurienne pour la gastronomie, il laisse libre court à son imagination et invente de nouvelles recettes. Eclectique et touche-à-tout, il participe aussi à la création de parfums à Grasse, et invente des systèmes de mécanismes pour voilures de navires. Proche de personnalités politiques locales de l'époque (les années 30 marquent le début de l'ère du clan Médecin sur Nice dont il est proche), il décline néanmoins la proposition de rentrer dans la sphère politique officielle sur la liste municipale afin de continuer à jouir d'une totale liberté dans ses activités « iconoclastes ». Après avoir participé à la libération de Nice en 1944, il prend sa retraite à la soixantaine à l'issu de la guerre. Il se sépare de tous ses biens et part suivre le second grand amour de sa vie dans le calme et la sérénité d'un petit village de la campagne verte du centre de la France où il passera paisiblement les décennies 60 & 70 ##### Giuseppe Joseph Franco-Barquier Faissola di Sigale – Né le 14 octobre 1881 à Nice - Baptisé en l'église familiale de Saint Pierre d'Arene de Nice – Mariage : Nice, Mairie 12 mai 1910 – 2 enfants-jumeaux (Angela Franco-Bora 1910/1910 & Armando Franco-Bora 1910/2003) – Mort à 90 ans à La Roche le 17 mai 1972 #####

       Sources

        Photos and archival records

      {{ media.title }}

      {{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
      {{ media.date_translated }}

       Family Tree Preview

      a picture
      sosa Orazio (IX) FRANCO-di Marzio Mars Bussa de Leoni (Nissa SantaElena 1807/Nissa 1868) / Matrim Nicolay-de Berre Gilette (Nissa SanBartolomeo 1837) FRANCO, 9eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene & SaintBarthelemy [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] ##### 7eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga (Franco) dans le Pais Nissart. ##### Après la restauration royaliste Piémontaise Sarde de 1815, ce rameau des Franco issus des « mariés de l'époque révolution » Vincenzo & la villefranchoise Petronille di Marzio «Mars » va se diviser en 3 branches : l'ainé et nouveau chef de famille Stefano (1793) est destiné à une carrière militaire dans l'armée piémontaise, il se marie à 20 ans en 1814 avec Maria Anna Durante, la petite cousine de l'historien du comté de Nice le Baron Louis Durante, il décédera le 2 janvier 1838 sans descendance, juste quelques mois après la mort du patriarche Vincenzo le 10 aout 1837. Les 4 autres garçons vont alors se séparer géographiquement en 2 zones de Nice : Marcello (1795) & Andrea (1800) vont partir s'installer à Gairaut, alors que GiovanniBattista (1804) & Orazio (1807) vont tous deux se marier à 2 sœurs Margarita et AnnaMaria de la famille corso-nissarde Nicolay de Berre Gilette et s'installer dans le fief de celles-ci sur la colline de Nice Saint Barthelemy et y fonder sur place, avec également les familles Authier, Fossat, Teisseire, et Maria, un vaste domaine agricole spécialisé dans la culture des fleurs servant à la fabrication des parfums. Alors que Nice, comme toutes les villes d'Europe au milieu du XIXeme siècle, part vers l'époque de la révolution industrielle et du modernisme, le courant philosophique et politique du « risorgimento » pour l'unification de l'Italie bat son plein. Les Franco soutiennent le combat politique du niçois Giuseppe Joseph Jousé Garibaldi pour l'unification de l'Italie au sein des « Garibaldiens de Nice ». 1860 marque le passage fatidique (l'annexion) de Savoie et Comté de Nice italophones à la France du second Empire Napoleon III. Culture piémontaise et langue italienne sont remplacées par les lois françaises, la Countea de Nissa (le Comté de Nice) de la Maison de Savoie devient la capitale des Alpes-Maritimes françaises. Une nouvelle ère s'ouvre pour Nissa la bella (devenue « Nice » en français) sous le second Empire, ère marquée par le développement touristique international et l'arrivée des cours royales et impériales anglaises et russes pour ce qui deviendra la « Côte d'azur ». Une nouvelle administration française remplace l'ancien régime monarchique piémontais du royaume de Sardaigne. 70 ans après la révolution, c'est la « seconde chute » de l'ancien régime et ses familles qui partent en disgrâce, à Nice ou en exil côté italien. Orazio meurt en 1868 laissant à cette nouvelle époque comme seul héritier son unique fils Onorato III Franco (1845) tout juste marié à 22 ans l'année précedente avec la styliste de mode Rose Barquier Faissola. La page d'histoire 1388/1860 se tourne pour Nissa et les « vieilles familles » du Blasonario SubAlpino qui appartient désormais au passé d'un Comté de Nice qui n'existe plus et d'un Royaume Piémontais de Sardaigne qui deviendra de l'autre côté des Alpes le Royaume d'Italie unifié à Turin en 1861. ##### Orazio Franco-di Marzio – Né le 21 avril 1807 à Nice Sainte-Hélène - Mariage : Nice, église Saint Barthelemy 7 mai 1837 (x AnnaMaria Nicolay de Berre Gilette-Lautieri, Nice Saint Barthelemy, 20 septembre 1820) – 4 enfants (Anna Maria 1838, Veronica 1841, Onorato 1845, Felicita 1848) - Mort à 61 ans à Nice le 28 novembre 1868 ##### 1807-1868
       a picture
      sosa Anna Maria Anne Marie NICOLAY-de Berre Gilette NICOLAI - CORSICA NISSA, AnnaMaria NICOLAY de Berre Gilette ##### 6eme generation du rameau niçois du clan Corse NICOLAY dit « Nicolay de Berre Gilette » [issus de l'union en Cathedrale Sainte Reparate de Nice le 21 février 1683 du diplomate Corse représentant la République de Genes Domenico Nicolay (Nicolaï) (Corse, ca1650) & de la nissarde Maria Catarina de Berre Gilette (Gilette, ca1660), fille d'Urbano de Berre Gilette, co-seigneur de Gilette branche cadette des Barons de Berre] ##### Le clan NICOLAY est originaire de l'île de Corsica (Corse) et se compose de 3 rameaux fondateurs insulaires : dans les villages de Sartene, Foce, et Carbini, où ils sont encore implantés de nos jours. Cette racine insulaire se prolonge sur le continent au XVIIe siècle en république de Genes (dont la Corse était sous protectorat), à Nice (Comté de Nice de la maison de Savoie), et à Marseille (provence française) >> La maison DE BERRE (di Berra), issue de la noblesse niçoise, était titulaire de la seigneurie éponyme de Berre-les-Alpes. Au fil du temps elle allait devenir une des puissantes familles du comté de Nice. Après la dédition de Nice à la Maison de Savoie en 1388, les Berre se rallièrent à la Maison de Savoie. Ce fut l'une des rares familles de la noblesse niçoise qui le fit, les autres préférant s'exiler sur la rive ouest du Var côté français. C'est la seconde famille du comté qui portera un titre nobiliaire, après le fief de Beuil (Grimaldi de Beuil), le fief de Berre-les-Alpes étant érigé en baronnie le 7 février 1602 par le Duc de Savoie. De 1399 à 1485, six seigneurs de Berre ont été consuls de Nice. La branche des seigneurs de Berre s'éteint en 1645, lui succède 3 rameaux cadets cousins : de Berre-Collongues, de Berre-Chateauneuf Tourrettes établie Barons Dalaise-de Berre en 1706 dont suit descendance jusqu'à notre époque, et de Berre-Gilette. ##### AnnaMaria nait le 20 septembre 1820 dans la propriété familiale des collines de Saint Barthelemy de Nice (alors Royaume piémontais de Sardaigne), elle y est baptisée le 25 en l'église de San-Bartolemeo Elle est le 4ème enfant de Francesco Nicolai, propriétaire terrien-cultivateur et armateur/entrepreneur maritime, des clans Nicolay & Castelli des Corses de Nice. L'histoire niçoise de ce clan corse débute cinq générations et deux siècles plus tôt avec l'arrivée sur le continent de Domenico Doumé Nicolay (v 1650) envoyé dans le comté de Nice du Duché de Savoie pour représenter la Corse dans les rapports juridiques sur le domaine maritime entre Ligurie/République de Genes qui tient l'île sous protectorat et la maison di Savoia dont les fenetres maritimes sont les ports de Villefranche et Nice dans son contado di Nizza (comté de Nice). Domenico est admis à se marier en Cathédrale Sainte-Réparate de Nice le 21 février 1683 avec Maria Catarina de Berre-Gilette, fille du co-Seigneur de Gilette Urbano de Berre, de la branche seigneuriale cadette de Gilette de la maison des Barons de Berre, fils de Gioanni III, de Gioanni II, de Gioanni Honorato marié en 1575 à Margarita PONSO, de Gioan Oberto, de Gioanni I 4e sgnr marié à Elizabeth DE ROUSSAN DE THORENC, de Honorato, de Geoffroy 2e Sgnr, de Lorenzo Laurent de Berre 1er Seigneur de Gilette marié à Alaizete DE BAGARRIS qui mourra en 1421, fils de Jean de Berre marié à Elizabeth DE BALB DE SAINT SAUVEUR. De part sa position stratégique, le village de Gilette passe au gré des accords diplomatiques aux familles Orsiero et Cais avant d'être inféodé à la renaissance aux Laugier des Ferres. Au début du XVIIIème siècle, le fils de Domenico Nicolay et Maria Catarina, Gio Bartolomeo Nicolay (1696) épouse en Cathédrale Sainte-Réparate le 1er février 1712 la nobil Angela Gioanna GIRAUDI, fille de l'avvocato piémontais du senato de Nice Onorato Giraudi. 3 garçons naitront de cette union : Nicola, Gioan Nicola, et le cadet Giacomo en 1725. Celui-ci épouse en Cathédrale Sainte-Réparate le 12 février 1747 Anna Maria BENSA, fille du juriste Honorato Bensa, de la famille patricienne Bensa de Nice. Leur fils ainé GioFrancesco (1750) épousera lui en Cathédrale Sainte-Réparate le 5 novembre 1775 Maria Margarita CASTELLI, de la famille corse de Bonifacio Castelli en poste consulaire au Piémont et Nice. Le couple aura deux fils Pietro et JeanFrancois Hospice Nicolai (1784) qui épousera pendant le premier empire en 1810 AnnaMaria Gioanna Lautieri. Le couple aura 7 enfants au XIXème siècle dont Anna Maria en 1820 qui épousera finalement à 16 ans le 7 mai 1837 en paroisse San-Bartolemeo (Saint-Barthelemy) Orazio Franco. Union qui fait suite au mariage en 1830 de sa sœur ainée Maria Margarita Nicolai (1810) avec Giovanni-Battista Franco (1804) frère ainé de Orazio Franco. Ces deux mariages célébrés pendant la période de la restauration marquent l'alliance paradoxale des familles nissardo-piémontaise Franco, royalistes loyalistes à la couronne de Sardaigne, et nissardo-corse Nicolai, proches de l'empire Bonapartiste. ### De sa famille maternelle dite des Lautieri (francisés pendant la révolution en Lautier ou encore l'Autie), AnnaMaria est la fille de Paolo Francesco LAUTIERI (1762) marié en 1789 à la piémontaise MariaCatarina MARTINI, et la petite fille de AntonioFrancesco Lautieri (1724) marié à la piémontaise AngelaMaria MAIFREDI (Maiffret). Celle-ci est la fille de Bartolomeo Maiffredi (Maiffret) (1678) marié en Cathédrale Sainte-Réparate en 1696 avec AngelaMaria SEMERIA. Les Semeria sont des négociants originaires de Roquebiliere installés à Villefranche. Elle est la fille d'Honorato Semeria et la petite-fille d'Antonio Semeria marié en 1630 avec Margarita Anna ALBERTI DE STRADA, fille du Capitano d'escouade navale Gio Bartolomeo Alberti de Strada (1575) et de Felicité ISNARDI, des Isnard égrèges de Luceram. Les Alberti de Strada proviennent de la famille ALBERTI, Nobils de Florence en Toscane époque Médicis exilés dans le Comté de Nice alliés aux piémontais Strada par l'union le 21 novembre 1574 du Capitano militaire Leonardo Alberti, fille du Juge de Sospel Pietro Alberti et de Luigia Louise de Strada, fille du capitano navale Gaspardo de Strada, Pietro est marié à Louise DE BRANDIS, fille du Seigneur d'Auribeau Pierre de Brandis (1480) et d'Antoinette DE BERRE-GILETTE, fille d'Honorato, Geoffrey et Lorenzo Laurent de Berre-Gilette. ##### AnnaMaria NICOLAY de Berre Gilette – Né le 20 septembre 1820 à Nice, baptisée le 25 en sa paroisse de Nissa SanBartolomeo (Nice Saint-Barthelemy) – Mariée le 7 mai 1837 en sa paroisse de Nissa SanBartolomeo (Nice Saint-Barthelemy) avec Orazio Franco - 4 enfants pendant le XVIIIème siècle époque restauration : AnnaMaria 1838, Veronica 1841, Onorato III Franco 1845 & Felicita 1848. - Décède à seulement 29 ans le jeudi 6 aout 1850 ##### 1820-1850
       a picture
      sosa Stefano Etienne Barquier-Faissola BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA, Couturier & Styliste de mode pour bals époque XIXe à Nice & MonteCarlo Monaco 1824-1889
       a picture
      sosa Anna Maria Marianna AUTHIER d'AUTHIER - PUGET 1821-1851
      ||||






      ||
      a picture
      sosa Onorato III (X) FRANCO-Nicolay de BerreGilette (Nissa SanBartolomeu 1845/Paris 1921) / Matrim Barquier Faissola di Sigale (Nissa SaintPierre d'Arene 1867) FRANCO, 10eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] SaintBarthelemy SaintPierreD'Arene [10- Onorato 1845 x 1867 Barquier Faissola di Sigale-Authier]] ##### 8eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga (Franco) dans le Pais Nissart. ##### A la restauration sarde, ce rameau des Franco issus des frères GiovanniBattista & Orazio (issus des « mariés de la révolution 1790 » Vincenzo & Petronille di Marzio Mars) mariés au sœurs Margarita et AnnaMaria Nicolay de Berre Gilette s'est installé sur la colline niçoise de Saint-Barthelemy (l'autre rameau issus d'Andrea et Marcello se sont eux installés sur la colline de Nice Gairault). GioBatta et Orazio y ont créé un domaine agricole, spécialisé dans la culture de fleurs pour les parfums, en coopérative avec les familles du clan des corses de Nice Nicolay de Berre Gilette et Castelli, et les Authier (les anciens comtes de Saint-Barthelemy), ainsi que les Teisseire et Maria. Onorato y nait en 1845, sa maman Anna Maria Nicolay de Berre Gilette y mourra en 1850 alors qu'il n'a que 5 ans. 1860 marque le grand tournant du Comté de Nice qui passe, comme la Savoie, du Royaume de Piémont-Sardaigne à la France de Napoléon III alors qu'en 1861 l'Italie est unifiée à Turin. Dans ce nouvel univers niçois tenu désormais par la nouvelle administration française, les familles de l'ancien régime comme les Franco ou les Nicolay de Berre Gilette, fidéles à Garibaldi et la couronne piémontaise, sont tombés en disgrâce et ruinés matériellement après l'annexion de leurs terres foncières. Devant s'adapter et innover face à cette évolution en marche du temps et de la société, Onorato a créé avec ses cousins du clan des Corses de Nice Nicolay et Castelli une société de transports et voyages, basée côté italien à Vintimille et SanRemo, pour escorter et convoyer biens et personnes à travers les routes alpines de l'ancien Comté de Nice et du Piémont Italien jusqu'à Turin, en Liguria, ou par bateaux sur les îles de Sardaigne et bien sûr de Corse. Lors d'un baletti (un bal populaire trad niçois d'été), Onorato rencontre Rose Barquier Faissola di Sigale, issue comme lui des anciennes familles du blasonario, dont la famille maternelle vient des familles de la colline Saint-Barthelemy par sa mère MariAnna Authier et sa grand mère Lucrezia Fossat. Rose est jeune couturière et styliste dans l'atelier de mode de son père situé rue de France, le créateur Stefano Barquier Faissola (Coni Piemonte, 1824). Un an après leur rencontre, le jeune couple Onorato (22 ans) et Rose (19) se marient le 29 octobtre 1867 en l'église de Saint Pierre d'arène de Nice, l'église de la famille de Rose qui y fut baptisée le 11 juin 1848. Désormais installés dans le quartier dit du « carré d'or de Nice » rue de France de Rose, le jeune couple devra élever les 7 enfants encore vivants de leurs 11 descendants, 4 n'ayant pas survécu à la naissance ou à la petite enfance. Les années 1870/80 marquent un nouveau cycle après la chute du régime Napoléon III en 1870. La Riviera devient la « côte d'azur » des cours d'Europe en vilégiature. Le 29 janvier 1878, un nouveau maire apparaît pour 8 ans jusqu'en 1886, l'Avocat de Sospel Alfred Borriglione, cousins aussi d'Onorato que de Rose. Les compétences du jeune couple (transport et sécurité pour lui, mode pour elle) autant que ses manières et pratiques d' « ancien régime » les font naturellement se rapprocher du nouveau milieu international cosmopolite des cours d'Europe en villégiature sur la Riviera. Alors que Rose et sa cousine Fanny Faissola créent les stylismes des ensembles de couture des cours, Onorato s'oriente lui vers un rôle plus « diplomatique » et devient traducteur et médiateur entre le Consulat Royal Piémontais et les ambassades européennes à Nice. En 1889, le Consulat Piémontais de Turin à l'intérieur de l'Ambassade d'Italie à Paris propose logiquement à Onorato de « monter à Paris » reprendre le même « rôle informel » qu'à Nice, à l'occasion de la construction de la Tour Eiffel pour l'exposition universelle. Onorato débarque donc à Paris hiver 1889 et est installé rue Saint Didier, quartier Victor Hugo du seizième arrondissement de Paris. Sa première mission est interne aux affaires italiennes : coordonner les relations entre le Consulat Piémontais et la vague d'italiens en immigration à Paris pour des métiers dans la construction/du batiment, notamment celle justement de laTour Eiffel, leurs familles en Italie et l'église catholique italienne hors-les-murs de Parigi. Au milieu des années 1890, il sera affecté, toujours selon son vœu dans un protocole informel, comme « cocher/messager » diplomatique pour les personnalités italiennes et monegasques en voyages à Paris. Le Consulat Italien de la fin 1800-début 1900 est celui de Sforza ou de La Castglione, qui mourra à Paris en 1899. Onorato restera à Paris ses 30 dernières années jusqu'à sa mort à Paris en 1921. Séparée par la distance, Rose est restée à Nice jusqu'à sa mort en 1906, élever les 7 enfants survivants de leurs 11 descendants. Seuls 2 garçons ont survécu des 11 enfants : Stefano II, « l'héritier désigné » né en 1868, qui rejoindra son père à Paris en 1895 et s'y mariera avec la française Marie Gaumont. 2 filles Franco-Gaumont naitront de cette union fin 1800-début1900, avant la mort de Stefano II à Paris en 1937. L'autre fils, le dernier des 11 enfants, Giuseppe Joseph Franco-Barquier Faissola, né en 1881 restera sur la côte d'azur. Il deviendra au début du XXe siècle joueur professionnel de casino à Monte Carlo et SanRemo, puis casinotier restaurateur et organisateur de bals lui même à Nice. Marié en 1910 avec la Piémontaise Italienne Ines Bora di Biella (Torino, 7 may 1889), ils auront, en 1910, 2 jumeaux, Angela qui mourra dès sa naissance et Armando Franco-Bora, qui repartira pour le Piémont Italien et Turin de sa mère, avant de monter à son tour à Paris en 1936 pérpétuer par mariage en 1939 et naissance de son fils Claudio Paolo en 1940 le rameau nissardo-piemontese des Franco-Bora à Paris. ##### Du point de vue plus global de l'ancien Comté de Nice : la fin du XIXeme siècle voit le retour en grâce des Franco par la voie des urnes lors des élections démocratiques. Des représentants/incarnations issus des 3 rameaux fondateurs des « Franchi da La Briga » au Comté de Nice à la renaissance XVIeme siècle (Falicon, Vésubie, Villefranche-LaTurbie) sont élus par la population : Victor Franco, Maire de Belvedere Vesubie 1871/1878 ; Barthelemy Franco, Maire de Falicon 1888/1892 ; Joseph Franco, Maire de La Turbie 1892/1900 ##### Onorato III Franco-Nicolay de Berre Gilette – Né le 11 janvier 1845 à Nice - Baptisé en l'église de sa famille maternelle, Saint-Barthelemy de Nice/Paroisse à Nice : Saint Pierre d'Arene/Paroisse d'adoption à Paris : Saint Honore d'Eylau (Paris 16) – Mariage : Nice, église Saint Pierre d'Arene 29 avril 1867 (x Rose Barquier Faissola di Sigale, Nice Saint Pierre d'arene, 6 juin 1848) – 11 enfants (Stefano II Etienne 1868/1937, Maria 1869/1871, Brigida 1870, Giuiio 1873/1873, Josephine 1874/1949, Victorine 1875/1880, Carlo Vittorio 1876/1880, Teresa 1878, Honorine 1879/1959, Francesca 1880, Giuseppe Joseph 1881/1972) - Mort à 76 ans à Paris le 29 mars 1921 ##### 1845-1921
       a picture
      sosa Rose Louise BARQUIER FAISSOLA di SIGALE-Authier Fossat BARQUIER FAISSOLA - ANTIBES NISSA, Rose Louise BARQUIER FAISSOLA di SIGALE ##### 3eme generation du rameau niçois/antibois « Barquier Faissola » de la maison des nobils FAISSOLA DI SIGALE [issu de l'union le 21 novembre 1799 en Cathedrale Sainte Reparate de Nice du nobil nissart-piémontais Paulo Francesco Faissola (Nice, 1738) & de l'antiboise française Anne Agnes BARQUIER-Grasse (Antibes 1772), fille de l'armateur naval Barthelemy Barquier (Antibes, 1741) petite-fille de l'avocat à la cour royale d'Antibes Maitre Pierre Barquier-Consolat (Antibes, 1717)]. ##### La Maison Nissardo-Piemontese FAISSOLA, attestée par acte sur registre des âmes de la Cathédrale Sainte-Réparate dès 1602 est originaire du village de collines de Sigale (Sigala) de la vallée de l'Esteron dans le canton de Vence. Nobils au blasonario de la Countea de Nissa du Duché de Savoie puis Royaume Piemontais de Sardaigne à Turin 1720/1861. Famille patricienne aux XVIIe XVIIIe, XIXe siècles liée à l'Evéché du diocèse de Nice, le chapitre de la Cathédrale Sainte-Réparate, l'église Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu ##### Issus des Faissola dans l'histoire du comté de Nice et du Piémont : Don Giovanni Faissola, Cavaliere de Sigale en 1617 & son petit-fils Don Giacomo Jacques Faissola, vicaire de la Paroisse de Sigale et correspondant du Duc de Savoie et futur Roi de Sardaigne Vittorio-Emanuele di Savoia lors de sa mission diplomatique de 1689 & le Nobil Capitano d'Arma Gioanni Honorato Faissola, militaire du Chateau de Nice lors du siege du château en 1705 & Onorato Honore Faissola, vicaire de l'église Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu en 1792 lors de l'invasion du Comté de Nice par les troupes de la France révolutionnaire, avocat des prêtres réfractaires sous la terreur en 1794 puis avocat des pauvres en 1795 & l'assesseur puis Juge de Paix de 1836 à 1841 du tribunal royal de Nice Adriano Faissola & Maria Faissola, épouse du corsaire de Bonaparte Joseph Bavastro & le Capitaine de la marine militaire royale piémontaise en 1860 Claudio Faissola, du comité de soutien civil au Roi piémontais de Sardaigne Vittorio-Emanuele II di Savoia & la créatrice de mode du second Empire Fanny Faissola dite « Mademoiselle Fanny » dans les années 1860/1870, passage du Comté de Nice du Royaume piémontais de Sardaigne au second Empire français Napoleon III. ##### Rose, née en 1848 à Nice et baptisée en l'église familiale de Saint Pierre d'arene est la fille du couturier et styliste de mode Stefano Etienne Barquier-Faissola né à Coni dans le Piemont le 8 juin 1824 et marié le 11 juin 1846 à Nice dans la nouvelle église Saint Jean Baptiste dite « du voeu » avec MariaAnna Authier-Fossat, des familles AUTHIER et FOSSAT des collines de Saint-Barthelemy. Elle est la petite fille d'Andrea Barquier-Faissola, né à Nice en décembre 1792 au moment de l'invasion du comté de Nice par les troupes de la France révolutionnaire, qui servira en compagnie du corsaire Giuseppe Joseph Bavastro l'empire Napoléonien et sera décoré en 1857 de l'ordre de l'Empire Sainte-Hélène, avant de devenir à la restauration Impegiato all'insinuazione della corona piemontese (contrôleur des biens de la couronne piémontaise à Nice) marié à Coni dans le Piémont avec Anna Maria Maddalena Sordello, des nobils piémontais SORDELLO de SanDalmazzo. Elle est l'arrière-petite-fille du nobil nissardo-piémontais PaoloFrancesco Faissola & de l'antiboise Agnes Anne Marie Barquier qui par leur alliance en Cathédrale en 1799 créerent le rameau « Barquier-Faissola » de la maison Faissola. >> Rose est l'A-A-petiteFille du nobil Guglielmo Faissola (1710/1781) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 15 février 1733 avec la nobil Angelica DURANTE (1716) fille du nobil Signor capitaine de l'armée de Savoie Domenico Durante (1692) ; l'A-A-A-petiteFille du nobil Don Gioanni Onorato Faissola (1674) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 29 décembre 1701 avec la piémontaise Signora Maria Ludovica ANSALDI di Fossano (1674) ; l'A-A-A-A-A-petiteFille de Francesco Faissola (1642) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 28 octobre 1668 avec la niçoise Anna Maria DONADEY ; l'A-A-A-A-A-A-petiteFille de Salvatore Faissola di Sigale (1620) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 19 janvier 1642 avec la niçoise Perineta Camosso ; l'A-A-A-A-A-A-A-petite fille de Gioan Faissola, capitano militaire de Sigale marié en 1613 à Sigale avec Albaneta Isnard, des ISNARDI nobils de Luceram. ##### Du côté maternelle des Authier, originaires de Puget, elle est la petite-fille de GianFrancesco Authier (1799/1879) marié en 1817 avec Lucrezia del Fossat (1798) ; l'A-petiteFille d'Antonio Authier (1774) marié en 1797 avec MariaMaddalena Teisseire ; l'A-A-petiteFille du nobil Benestante de Saint-Barthelemy Francesco Authier (1745) marié à la piémontaise Angela Maifredi ; l'A-A-A-petiteFille de GioMichelle Authier (1715) marié en cathédrale Sainte-Réparate le 1 décembre 1742 avec la Sarde Dorotea Saitore ; l'A-A-A-A-petiteFille de Francesco Authier (1694), des connetables de Puget, qui installa la famille à Nice par l'alliance le 25 novembre 1714 en Cathédrale Sainte-Réparate avec Angela Barletti (1695) >> Les Barlet d'Aiglun, souche des Barons BARLETTI, installés de l'autre côté de la frontière provencale à Sigale après la dédition du comté de Nice à la Savoie en 1388. Angela Barlet est la fille de Gioan IV Barletti et de Pirineta Garin, des Garino de Sigale ; la petite-fille de Gioan III Barletti (1615) nommé actuaire pour la justice du sénat de Nice en 1648 et marié le 3 mars 1641 à Nice Saint-Jacques-le-Majeur de Gesu avec Claudia Margarita FLORE (1623), la fille de l'actuaire pour la justice du sénat de Nice en 1641 Maitre Raimonde Flore, des Flore de Pinerolo (Pignerol) au Piemont et de Lucrezia DRAGHI (Nice, 1 octobre 1599) des Draghi, Seigneur puis Barons des Ferres, fille de Bartolomeo Draghi (Nice, 13 novembre 1565), Seigneur Drago des Ferres, marié le 16 janvier 1587 à Nice avec Francesca GRIMALDI-RIQUIER d'Eze (Nice, 14 septembre 1572), fille du Consul de Nice 1578 Onorato Honoré Grimaldi-Riquier d'Eze & d'Isarante DE BERRE, des Barons de Berre ## >> de Carlo Charles Grimaldi de Chateauneuf (1500), Seigneur Grimaldi de Castelnovo et Rimplas marié en 1523 avec Filipona Philippine Riquier d'Eze, fille de Louis Riquier Seigneur d'Eze marié en 1496 avec la piemontaise Giacomina BUSCHETTI di Chieri, petite-fille du Consul de Nice 1488 Bertrando Riquier d'Eze marié en 1463 avec Luchina LASCARIS DI VENTIMIGLIA-CASTELLAR >> fille du Seigneur de Castellar Louis Ludovic II Lascaris di Ventimiglia-Castellar marié à Philippine Lascaris di Ventimiglia-Gorbio, du Seigneur de Castellar Guy Lascaris di Ventimiglia-Castellar marié à Marguerite Marie DE GRASSE, fille de Louis de Grasse, du Seigneur 1374 de Castellar Garnier Lascaris di Ventimiglia-Castellar, d'Henri Lascaris di Ventimiglia, d'Otton II, du Comte de Castellar Guglielmo Lascaris di Ventimiglia >> des Grimaldi de Chateauneuf, Carlo est le fils de Pietro Pierre Grimaldi de Chateauneuf, viguier de Provence 1505, marié à Gioanna Lascaris di Ventimiglia-Provence ; le petit-fils de l'écuyer du Duc de Savoie Jean Antoine Grimaldi de Chateauneuf marié à Bonne DE SOLARO, des comtes piémontais d'Asti ; l'A-petitFils du conseiller du Duc de Savoie et Seigneur de Castelnovo Jean Grimaldi de Chateauneuf et de Catarina SPINOLA, des Spinola doges de Genes ; l'A-A-petitFils du capitaine navale de Genes Cosme Come I Grimaldi et de Ursa del Mare ; de Giovanni Jean Grimaldi, d'Antonio Grimaldi, de Francesco Grimaldi, de Bonifacio Grimaldi, de Nicola Grimaldi, frère d'Ingo Grimaldi qui fondera les GRIMALDI d'ANTIBES avant de devenir en ligne masculine ceux de Monaco, à Genes au XIIIe siècle >> de Oberto de Berre marié en 1511 avec Catarina Cecilia Buschetti di Chieri, de Louis Ludovico de Berre-Collongues (1455) marié en 1475 avec Margarita GRIMALDI DE GATTIERES, fille du Seigneur de Gattieres et capitano militaire 1454 de Ventimiglia Barthelemy Grimaldi de Gattieres marié à Andrinetta DE GALLEANI, du Seigneur de Gattieres Tourettes et Rimplas Gioan Jean Grimaldi de Gattieres, du Seigneur 1390 de Gattieres Napoleon Grimaldi de Gattieres, du chatelain de Villanova Perino Pierre Grimaldi marié à Ingrese Gentile, du viguier de Provence 1327 Agamelon Grimaldi, du patrizio de Genes et vice-Roi de Calabre Bartolomeo Bertone Grimaldi, de l'ambassador di Genova Lanfranco Grimaldi (1215) ##### Rose Louise Barquier-Faissola, née le 6 juin 1848 à Nice et baptisée en l'église familiale de Saint Pierre d'arene le dimanche 11 juin 1848 est couturiere/Styliste/Modiste pour l'atelier de mode de son père Stefano Etienne Barquier Faissola di Sigale sur la Riviera, époque années folles 1870-80-90 - Mariée le 27 avril 1867 en mairie de Nice de façon civile & religieuse en l'église familiale de Saint-Pierre d'Arene de Nice avec Onorato Franco-Nicolay-de Berre Gilette (11 enfants) - décédée à l'âge de 58 ans à l'hopïtal Saint-Roch de Nice le 17 aout 1906 ##### 1848-1906
      ||



      |
      a picture
      sosa Giuseppe Joseph (XI) FRANCO-Barquier Faissola di Sigale (Nissa SaintPierre d'Arene 1881/1972) / Matrim Bora di Biella (Nissa SaintPierre d'Arene 1910) FRANCO, 11eme generation dp 1489 dei FRANCHI DA CEVA, Marquisat de Ceva, PIEMONTE > XVIe : FRANCHI DA LA BRIGA, comté di Ventimiglia [[1-Onorato 1529 x 1564 Cottalorda da Breglio // 2-Lorenzo 1564 x 1581 Barlet d'Aiglun ]] >> XVIIe : FRANCO a NISSA FALICON, Comté de Nice [[ 3-Gioanni 1587 x 1612 Martini d'Utelle // 4-Domenico 1624 x 1647 Plesente di Roquesteron // 5-Onorato 1658 x 1687 d'Amirato Barralis di Luceram-Auda // 6-Michele 1702 x 1730 Verany-Saissi di Castelnovo // 7- GiovanniBattista 1736 x 1761 Teisseire-de Gioanni // 8- Vincenzo 1764 x 1790 di Marzio Mars-Bussa de Leoni] >> issus de ces 6 mariages en Cathedrale Sainte Reparate de Nice, de la renaissance à la révolution, 1564 1581 1687 1730 1761 1790 >>> XIXe : FRANCO a NICE SainteHélene [[9-Orazio 1807 x 1837 Nicolay de Berre Gilette-Lautieri] SaintBarthelemy SaintPierreD'Arene [10- Onorato 1845 x 1867 Barquier Faissola di Sigale-Authier // 11-Giuseppe 1881 x 1910 Bora di Biella, Turin Piemonte Italia // 12- Armando 1910 x 1939 @ Paris]] ##### 9eme generation du rameau niçois des Franchi da La Briga dans le Pais Nissart. Né le vendredi 14 octobre 1881 à huit heures du soir à Nice, dans le quartier familial de sa mère (le « carré d'or » de Nice) au 44 rue de France. Baptisé dans la paroisse familiale de San-Pietro-d'Arena (Saint-Pierre-d'Arene), 11ème et dernier enfant de l'entrepreneur en transport puis Consiglière diplomatique Onorato Honoré Franco-Nicolay de Berre Gilette & de la couturière et styliste de mode Rose Barquier-Faissola di Sigale. Son témoin de naissance est le luthier et musicien Ernesto Galli, petit cousin du Sindaco (maire) de Nice 1848/1853 Domenico Galli ; sa marraine (tout comme pour sa petite sœur Francesca Franco) est la Comtesse Garidelli di Quincinato, cousine du maire actuel de Nice 1878/1886 Alfred Borriglione dont Giuseppe est lui-même également cousin par le grand-père du maire le Baron Louis Durante. Enfance entre Nice (dans la maioun de son père dans le vieux-Nice, place halles aux herbes face à la Cathédrale Sainte-Réparate & dans le quartier de sa mère rue de France où se trouve rue de la Buffa l'atelier de couture de son grand-père le couturier Stefano Etienne Barquier-Faissola) & l'été en vacances au Piémont chez ses cousins à Coni & Turin. ##### Giuseppe Franco-Barquier Faissola di Sigale (1881/1972) représente la première génération des Franco à naître dans le comté de Nice époque « après annexion de 1860 » marquant le passage de Nice du royaume piémontais de Sardaigne à la France ; à devoir évoluer dans cette nouvelle structure de société et avec la langue française que peu de gens ne parlent encore alors à Nice. Son père Onorato Franco-Nicolay de Berre Gilette (1845/1921) quitte Nice en 1889 pour monter à Paris devenir consigliere diplomatique et responsable de sécurité (cocher) pour le consulat piémontais dans la capitale française. Son frère ainé Stefano II Etienne Felix Franco (1868/1937) le rejoint à Paris à la fin de la décennie des 1890. Giuseppe est le cadet et seul autre garçon survivant (ses 2 autres frères sont morts en bas-âge Giulio 1873/1873 & Carlo 1876/1880) resté seul à Nice après la mort de sa mère en 1905. Alors que sa famille le pousse à partir à Turin en Piémont intégrer les grandes écoles piémontaises et rester dans « l'étiquette nobiliaire » de l'ancien monde, il profite de la liberté ambiante de la Riviera "années folles 1900" pour s'affranchir et couper avec les rigides traditions de ces vieilles familles nobiliaires du Comté. Il fera tout le contraire et s'établit « Dandy joueur professionnel de casino » (baccara, bridge, blackJack, roulette) dans le décorum d'opérette des casinos rococos de la cote d'azur début de siècle, dans le milieu mondain des cours d'Europe en villégiature que lui a fait découvrir dès l'enfance sa mère styliste et modiste. Ses casinos fétiches sont le casino de la jetée-promenade à Nice, le casino de Monte-Carlo à Monaco, et le tout nouveau casino municipal de SanRemo inauguré en 1905. En 1910, devient la première génération à se marier de façon laïque et civile, à l'hôtel de ville de Nice et non en paroisse selon les règles catholiques. La cérémonie a lieu, dans le plus grand secret, le 12 mai 1910. Giuseppe épouse une jeune orpheline turinoise piémontaise de tout juste 20 ans, lavandière et vendeuse de fleurs cours Saleya : Ines-Giuseppina Bora, qui deviendra plus tard BiancaDonna (Dame blanche). Giuseppe, 11ème génération, accepte ainsi pour que le mariage puisse se faire d'être la première génération depuis 1564 à ne pas se marier en paroisse ou même en Cathédrale Sainte-Réparate où 6 de ses ancetres ascendants se sont unis en 1564, 1581, 1687, 1730, 1761, 1790. Quelques semaines auparavant, le 16 avril, le couple, installé au 20 rue Dellile, venait de donner vie à deux enfants-jumeaux à l'hôpital Saint-Roch de Nice : Angela, la première, ne survivra pas à sa naissance, seul le second, Armando, sera sauvé in-extremis et pourra continuer son parcours dans ce monde. Ce deuil marque profondément Giuseppe, il prend la décision de se ranger de la vie mondaine pour se consacrer à la vie de famille, alors que la première guerre mondiale s'annonce. En 1923, le couple divorce par consentement mutuel, Ines repart faire carrière à Turin en Italie, emmenant avec elle leur fils Armando. Giuseppe revient donc à la quarantaine à sa vie de Dandy fantasque. Vivant sur un bateau, amarré au port d'Antibes, il passe l'essentiel de son temps en navigation sur la méditerranée, au large des îles de Sardaigne, Corse, et Malte où il possède de solides contacts. Durant les années 20 et 30, deux passions l'animent : l'étude approfondie des philosophies antiques (romaines et grecques) qui lui vaut son surnom de « il Professore », et sa passion pour le jeu et le hasard qu'il considère comme un Art en soi. Il développe des théories de martingales basées sur la « stochastique », les combinaisons algorythmiques adaptées pour BlackJack et Roulette (voir articles de presse de l'époque). Il les met en application dans les casinos de SanRemo, Monte-Carlo (dont il deviendra « conseiller privé » pour la direction de la société des bains de mer qui gère l'établissement), et Baden-Baden. Il remporte deux saisons de suite le tournoi européen du combiné. Il amasse ainsi de confortables gains qu'il investit en ouvrant différents "Ristorante salons méditerranéens" à Nice et Sanremo, des établissements qui combinent restaurants gastronomiques avec salon méditerrannéen en journée et salles de jeu et de bals le soir et la nuit, dans lesquels il officie également, en homme-orchestre, comme casinotier de leurs salles de jeux et cuisinier gastronomique. Prenant très à coeur sa passion épicurienne pour la gastronomie, il laisse libre court à son imagination et invente de nouvelles recettes. Eclectique et touche-à-tout, il participe aussi à la création de parfums à Grasse, et invente des systèmes de mécanismes pour voilures de navires. Proche de personnalités politiques locales de l'époque (les années 30 marquent le début de l'ère du clan Médecin sur Nice dont il est proche), il décline néanmoins la proposition de rentrer dans la sphère politique officielle sur la liste municipale afin de continuer à jouir d'une totale liberté dans ses activités « iconoclastes ». Après avoir participé à la libération de Nice en 1944, il prend sa retraite à la soixantaine à l'issu de la guerre. Il se sépare de tous ses biens et part suivre le second grand amour de sa vie dans le calme et la sérénité d'un petit village de la campagne verte du centre de la France où il passera paisiblement les décennies 60 & 70 ##### ##### ##### Giuseppe Franco-Barquier Faissola da La Briga (v.o en version originale complete dialectale piemontaise italienne : nom du père + nom de la mère + Lieu indiqué à l'armorial du blasonario subalpino ; en 1861 est créé le royaume d'Italie avant de passer en république d'Italie en 1946) / Joseph Franco (v.f à partir de 1860 le Comté de Nice et la Savoie passent du Royaume Piémontais de Sardaigne à la France - la langue officielle passe de l'Italien à une version traduite en français et abrégée, non plus en actes de l'église catholique mais en actes laics administratifs en mairie) – Né le 14 octobre 1881 à Nice - Baptisé en l'église familiale de Saint Pierre d'Arene de Nice – Mariage : Nice, Mairie 12 mai 1910 – 2 enfants-jumeaux (Angela Franco-Bora 1910/1910 & Armando Franco-Bora 1910/2003) – Mort à 90 ans à La Roche le 17 mai 1972 ##### 1881-1972