• Born before 1530
  • Deceased

 Spouses, children, grandchildren and great-grandchildren

 Notes

Individual Note

SOURCE 1 : arbre "de la Sablière" des Fonds FRECON : Fonds d'érudits dossiers bleus , 106 J 30 p1 >> Généanet registresen lignes, vue 3 / 400
Seule info sur cet honnorable Anthoine : Il habite St JEAN de BONNEFONDS et est décédé avant 1635.
Il existe manifestement un acte établi - à retrouver - en 1635, qui nomme certains de ses enfants, permettant ainsid'établir la relation entre les de la Sablière de Lyon et ceux de St Etienne, qui trouveraient donc leurs originescommunes à St Jean de Bonnefonds ... ?
Il existe par ailleurs sur une période approchante, deux branches dans cette région nord de St Etienne :
- la descendance de Christophe de la Sablière, laboureur, fils de François et Jeanne PATAY : 10 enfants nés à St Christoentre 1615 et 1637 (arbres Généanet "mauricerey" et "stefbatigne")
- la descendance de Jean de la Sablière, laboureur né vers 1611 marié à Françoise PERRICHON , tous deux décédés à StBONNET les OULES où certains de leurs enfants se sont mariés.
Les enfants avérés d'Anthoine, selon cet arbre, sont donc : Anthoine et Jehan "le jeune" x Méraude Perraud ; mais j'yajoute :
- Claude, cité en 1640 par son fils Anthoine, drappier de St Etiienne, qui cite dans le même acte noble Aymé de laSablière comme étant son cousin germain.
- Pierre, cité en 1639 par son frère Aymé, son héritier.
- François, maître tailleur d'habit, à cause des liens de parrainage de ses enfants.
- Et j'ajoute un autre Jehan x Jeanne Perraud, à ne pas confondre selon moi >>> voir note sur fiche Jehan "le jeune".
SOURCE 2 : Les Châteaux historiques du Forez, par Emile SALOMON, volume 1, pages 318 à 320
"Le petit manoir de la Sablière, à la Talaudière, avoisinait celui de Bayard. Il n'en subsiste plus aucun vestige, caril a été remplacé par une construction moderne aussi élégante qu'originale, flanquée de deux pavillons et d'un corps debâtiments quadragulaire en saillie sur la masse principale.
La première famille possessionnée au manoir en avait pris le nom. On sait peu de choses sur elle et ses origines sontobscures. Le 12 février 1280, Pons de LA SABLIèRE, prieur de Sainte-Croix-en-Jarez, s'engagea pour lui et sessuccesseurs à n'accepter d'autres gardiens et défenseurs qu'Artaud de ROUSSILLON et ses descendants.
Dans les premières années du XVIIe siècle, Claudine de LA SABLIèRE apporta le manoir dans la famille de son époux, IsaacFROTTON. Son petit-fils Isaac en prit même le nom. C'est le fils de ce dernier, André, qui dut vendre la Sablière àAntoine VINCENT, seigneur de Soleymieu, dans le second quart du XVIIIe siècle...."
Rectification et compléments :

  • Le 1er aout 1640 avait par ailleurs été établit auprès du notaire ROUSSET, une rente au profit d'Anthoine DUPRé parAymé de la Sablière, avocat es cours de Lyon (cousin germain du père de son épouse Roze) "du domaine appelé La Sablièresis en la paroisse de Sorbiers, au prix de 9 500 livres"
  • L'épouse de Isaac Frotton (l'ainé), mariés avant 1630, est prénommée Jeanne ou Jeanne Françoise (et non pas Claudine); celui-ci acquiert des terres joignant celles reçues de leur mariage
    >>>> acquisition à Virinieu (Virigneux, Loire) d'un pré "de la Sablière" vendue par (ou reçue de ?) Marguerite de laSablière par acte du 29 07 1650 (et 16 10 1666), notaire Dancer.
  • C'est par le mariage de Pierre FROTTON leur fils qu'est entré le nom de la SABLIERE dans la famille FROTTON : son filsIsaac puis sa descendence, se firent effectivement appeler "Frotton de la Sablière".
    Quelques mois avant la signature du CM entre Pierre et Jeanne Blachon, l'époux avait reçu :
    - de son père, le domaine du Curtil à St Jean Bonnefonds "étant de lhoirie" de Delle de la Sablière (sa mère, jesuppose).
    - le domaine de La Sablière par donation du 28 février 1668 (Bessonnet) de sa tante Roze de la Sablière, veuve d'AntoineDUPRé
    SOURCES :
  • http://www.geneanet.org/archives/registres/view/?idcollection=22034&page=65 (fonds de William Poidebard)
  • http://www.geneanet.org/archives/registres/view/?idcollection=22034&page=38 (fonds de William Poidebard)
  • "Bourgeoisie et propriété immobilière en Forez aux XVIIe et XVIIIe siècles" De Josette Garnier (Google Books) p 258 et271.
    voir aussi la fiche de Roze de la Sablière.
    à noter : Sorbiers et la Talaudière sont situées entre les communes de St Jean-Bonnefonds et St Christo-en-Jarez ; StBonnet les Oules n'en est pas très éloigné non plus (moins de 20 km)
    Après la famille Vincent de Solymieux , ce vaste domaine de la Sablière fut plus tard acquis par la famille Colcombetvers 1860 qui transforma les vestiges du château initial en un petit château moderne dont parle Emile Salomon.
    Il ne reste plus rien aujourd'hui de cette construction, hormis la conciergerie qui abrite l'actuelle Maison de laNature. Un lotissement a été construit sur l'emplacement du château lui-même.
    SOURCE : http://bonneville.ccolonna.net/fichiers/lasabliere.pdf

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview