sieur d'Apinac

  • Born 24 October 1697 - Saint-Étienne, 42
  • Deceased after 1754
  • Négociant à St Pierre de la Martinique (ca 1730-1740) ; conseiller du roy , doyen en la chambre royale de l'île de

 Parents

 Spouses, children, grandchildren and great-grandchildren

 Siblings

(display)

 Events


 Notes

Individual Note


Nom: Delegallery d'Apinat, Dapinat
FILIATION NON PROUVEE pour cet Anthoine de L parti vers les Antilles : est-il bien le même que cet Anthoine de L, filsdu couple stéphanois Delegalery x Trablaine ?
Je suppose que oui, notamment à cause du titre d'Apinat, dont il est fait usage en l'ile de la Grenade et Paris pour luiet son fils homonyme.
Je suppose également qu'il est le père de Marie de Lesgallery mariée à François Dabillon ou d'Abillon de Savignac. Leurfils Pierre-François est né en 1762 à la Grenade et il a pour parrain et marraine deux Delesgallery : Pierre etConstance.
Je suppose encore que Pierre et Constance sont deux autres enfants d'Anthoine.
Il est, c'est sûr, le père d'Anthoine Delesgallery, lui aussi conseiller du roy à la chambre royalle de la Grenade,marié en 1754 en France à Jeanne Antoinette de St Gervais Ducarroy, et décédé en 1759 à la Grenade.
Malheureusement l'intégralité des archives de la Grenade a brûlé en décembre 1771 ..... Ce qui s'ajoute aux carenceshistoriques que l'on sait pour les archives de Paris !
Il reste donc à espérer que l'on puisse trouver des infos dans les archives martiniquaises du XVII° : projet de merendre au CAOM d'Aix en Provence, un jour ....
Ce que je sais d'Anthoine :
- le 18 septembre 1725, à Macouba en Martinique, il est parrain d'Antoine Mayné (la marraine étant Marie Mayné , [future?] épouse) ; l'enfant est fils de Jacques Philippe Mayné et Elisabeth Le Tellier.
SOURCE ANOM Martinique, indexé sur Geneanet : https://www.geneanet.org/archives/registres/view/365411/2
- Il commerce avec la France par les mers : dans son mémoire (item suivant), il écrit avoir afreté un navire en juin1731 au départ de la Martinique.
- Négociant à St Pierre de la Martinique, Anthoine remet 2 mémoires à Mr d'Orgeville sur le commerce avec les espagnolsdans l'île, en 1733 et 1734 (SOURCE : base ANOM)
Il réside à St PIerre le Bourg , dans une maison sise Grande Rue du Mouillage. Dans le mémoire de 1733, il expliqueavoir étudié le commerce avec les Espagnols en Matinique auquel il s'est énormément appliqué "après avoir pratiquétoutes les côtes et les ports espagnols de l'Amérique Occidentale". Ce qui sous entendrait qu'il a pas mal "bourlingué"avant d'arriver en Martinique.
- Affaire Arredondo : le 28 juin 1735, don Augustin de Arredondo, lieutenant des vaisseaux de Sa Majesté trèscatholique, et capitaine général des provinces de la Trinité et de la Guyanne (gouverneur de Trinidad depuis 1727),meurt après 3 jours de maladie chez Antoine Delesgallery au Boug-Saint-Pierre en Martinique. Il était en affaire avecson hôte, pour tenter de rentrer en Europe, notamment. La veille de son décès il a rédigé un codicille à son testament ,nommant Antoine Delesgallery sont exécuteur testamentaire ; Antoine était de plus dépositaire des valeurs et effetslaissés sur place par le défunt , il lui fut demandé de point y toucher car le Domaine royal faisait valoir un "droitd'aubaine" lui permettant la main mise sur les biens laissés par un étranger décédé sur le territoire français. Maisoutre la récupération d'une somme que lui devait le défunt, Antoine Delesgallery, le temps passant, a investi dans sesaffaires une partie des biens laissés à sa garde. Il fut donc condamné le 17 juin 1738 à restituer la somme de 36 241livres qu'il avait en sa garde plus des intérêts et pennalités de 4 712 livres , ce qui fit monter sa dette à 40 953Livres. Antoine Desgallery n'est plus en moyen payer la totalité : Il restitue 20 000 livres, mais en doit encore 20953.
Puis en 1741 la mère du défunt (et sa légataire universelle) manifeste le souhait de récupérer les biens de son fils,argumentant qu'il n'était pas résidant sur l'ile, mais juste de passage. Le Domaine Royal doit lui restituer dans leurintégralité les biens d'Arredondo. Un compte-rendu final est daté du 30 septembre 1744, après procès et relationsdiplomatiques entre France et Espagne.
Comment s'en est sorti Antoine de Lesgallery ? D'autant qu'il y a cet incendie (cf item suivant) qui a eu lieu la mêmeannée que sa condamnation à restituer , et par la suite, la guerre n'a pas du arranger les affaires de ce négociant dansle commerce maritime.
(SOURCE : base ANOM > personnel colonnial ancien , lettre A FR ANOM COL C 9 ; correspondance à l'arrivée de laMartinique. côte FR ANOM COL C 8B 9 N° 135 )
et aussi dossier au AN : Correspondance des consuls de France à Cadix, juillet-décembre 1743. 396 folios. coteAE/B/I/260)
- Nuit du 28 au 29 janvier 1738 : 58 maisons sont détruites dans un incendie au Bourg St Pierre à la Martinique ; dansla "Liste des maisons brûlées ..." on trouve dans celles "du côté de la terre" :
"la maison du sieur de Lesgallery contenant 3 corps de logis, deux sur le devant, et un sur le derrière, occupés parledit sieur Girardière Praud et par un capitaine ; estimation 70 000 livres"
Cet incendie a-t-il eu lieu dans la maison où étaient conservés les effets d'Arredondo ??? En tout cas voici qui n'a pasdu arranger les affaires d'Antoine ...
(SOURCE : base ANOM ark:/61561/zn401g6743u)
Est-ce à la suite de cet incendie - et peut-être aussi à cause de l'affaire Arrendondo - qu'il quite la Martinique(entre 1738 et 1753) pour s'établir à la Grenade ????
- SOURCE http://www.audcent.com/audcent/aillebout_forebears.pdf ==> ce lien vers la généalogie d'Aillebou(s)t , viacelle de la famille Audecent amène à un PDF où en p80 / 92 est cité "la plantation de bananiers de mr Delesgalery" ausujet d'une pétition faite le 15 mars 1753 contre un projet de route à travers l'île de Grenade. Les auteurs de lapetition sont des habitants des "hauteurs de Rivière St Jean de Beauséjour" contre un Mr D'Argenteuil, écuyer, capitainedu port de la Grenade. La propriété Delesgalery est seulement citée comme voisinante de la route contestée.
Il s'agit de la traduction en anglais d'un texte détenu par les Archives Nationales réf "colonies E2, dr Ailleboust"
- le 24 juillet 1753, il établit à la Grenade une procuration (notaires Bocheron et Lamarque) en vue du contrat demariage de son fils ainé homonyme à Paris (le 2 février 1754). La dot sera une pension annuelle de 2 000 livres,provenant de la succession de feue son épouse, Marie MAYNE, mère du futur époux. Il habite alors sa propriété deMont-Guay (Monguay, Mongay, Montgay, Montguay, Mont-Gay ...) à la Grenade , paroisse St Jacques au Fort Royal. En cettepropriété est décédé au printemps 1759 son fils aîné Antoine (SOURCE : IAD du défunt à Paris en 1764), 5 ans après sonmariage à Paris, où à priori était restée son épouse et leur fille.
- Il vendra ensuite cette habitation sucrière dite " Monguay " à Jean de Lussy ; Antoine est alors "conseiller du Roi,doyen en la Chambre royale de l'île de la Grenade" et réside "quartier de la Rivière St Jean", à la Grenade. L'acte devente se fait dans la maison de Mr François de Flavigny, beau-père de Jean de Lussy (Cf. C.A.O.M., Colonie E/294).
François de Flavigny est décédé le 12 avril 1765, inhumé le 13 04 1765 à la Martinique, à l'âge de 59 ans. La venteaurait donc eu lieu avant le printemps 1765 et après le printemps 1759 (décès d'Antoine de Lesgallery fils).
SOURCE acte décès François de Flavigny numérisé, site ANOM (p1 " SAINT-PIERRE LE MOUILLAGE; 1741 ")

==> quartier de la Rivière St Jean situé à la limite entre ceux de Beauséjour et du Fort , lors du recensement de 1669
la plantation de bananiers précitée , est probablement en proxomité la propriété que "Monguay", habitation sucrière...
SOURCE : http://www.geneanet.org/archives/livres/672865/1; p782 / 1088 >>> "209 anciennes familles subsistantes de laMartinique" Auteur : Eugène Bruneau-Latouche, Chantal et Philippe Cordie, publié sur Généanet par l'associationGénéalogie et Histoire de la Caraibe"
- La sentence de tutelle de 1764 faite au Châtelet pour sa petite fille ne mobilise que la famille maternelle decelle-ci et précise que la famille paternelle est "aux îles" (dont la Grenade) hors de France et qu'il n'existe pas demembre de cette famille en France ! Donc la relation avec les origines stéphanoises n'est pas connue (ou sciammentignorée ?).
- Dans le CM de Pierre François d'Abillon, son petit fils présumé, ce dernier déclare alors que "ses biens consistentdans les droits qui lui appartiennent comme donataire de Jean Delesgallery Dapinat". Le ct de mariage consulté n'apportepas plus d'information à ce sujet.
Mais il peut s'agir de l'époux de Marguerite Trablaine, tous deux parents d'Anthoine, ce qui acrédite mes suppositionsde filiations.
C'est en tout cas le premier document qui met en clair un lien entre Marie Delesgallery, habitante de la Grenade -mèrede Pierre François d'Abillon-, et Jean Delegallery Dapinat .
RAPPEL HISTOIRE de l'île de la GRENADE :
- découverte par Christophe Colomb en 1498 (alors baptisée Concepción)
- colonie du Royaume de France de 1649 à 1762.
- À la suite de la guerre de Sept Ans, elle est léguée au Royaume de Grande-Bretagne par le Traité de Paris. en 1763.
- 27 décembre 1771 : UN INCENDIE DETRUIT TOUTES LES ARCHIVES françaises DE L'ÎLE : actes public et notariés antérieursà cette date
- Reconquise par la France durant la Révolution américaine, sous le commandement de l'Amiral d'Estaing, le 2 juillet1779.
- La paix fut rétablie lors de la signature, par les deux camps, du traité de Versailles en 1783.
- Colonie britannique (puis État associé au Royaume-Uni) de 1783 à 1974
- Provoquée par Victor Hugues une révolte pro-française éclata en 1795 mais fut matée par les troupes britanniques.
- pays indépendant depuis 1974.

  Photos and archival records

{{ media.title }}

{{ mediasCtrl.getTitle(media, true) }}
{{ media.date_translated }}

 Family Tree Preview

Pierre Joseph de LESGALLERY, d'Apinac 1639-1668 Anne PINET Antoine TRABLAINE, consul de St Etienne en 1662 1638-/1696 Jeanne BARDONNANCHE 1634-
||||






||
Jean DELESGALLERY, de LaGarde puis d'APINAT 1665- Marguerite TRABLAINE 1661-
||



|
Anthoine DELESGALLERY, sieur d'Apinac 1697-1754/