Message d'information du propriétaire de l'arbre

close

Commencée il y a une quinzaine d’années, cette généalogie réunit plus de 30 000 individus.

Mes recherches relèvent de la tradition généalogique (documents familiaux, Mairies, Archives Départementales) et se sont complétées au fil du temps par les réseaux  que sont les cousinages, les forums, les membres de Geneanet,  les  échanges fructueux avec d’autres passionnés et de façon non négligeable que sont  les sites  privés ou  détenus par les associations.

A l’instant,  la machine à remonter le temps est placée  au niveau de « Berthe Au Grand Pied » et à Pépin Le Bref  non sans avoir cité  Rollon Ier de Normandie qui nous vient du peuple viking.

Cette généalogie est complétée par des apartés thématiques liés au contenu de ma chronique familiale.

Que soient remerciés, ici, celles et ceux qui m'aident dans la réalisation de cet Arbre Généalogique, ils sont cités dans mes sources.

 Chronique familiale



 DE MOISSAC-BAS À L'ARMÉE D'AFRIQUE




A ma cousine Gaby,

Annet Caremier
annet_caremier.jpg



Appelé, par tirage au sort de la classe 1886, Annet CAREMIER est incorporé au 3e Régiment de Zouaves qui composait l’Armée d’Afrique stationné à Constantine (Algérie). Il arrive au Corps le 11 novembre 1887,et affecté à la 3e Compagnie du 2e Bataillon.

Le 3e Régiment de Zouaves est un régiment d'infanterie de l'armée de terre française. Créé en 1852 et affecté à la province de Constantine. Il a participe à la campagne de Crimée. Sa devise : J'y suis, j'y reste

Le paquetage comprend entre autres un turban et une chéchia complétée de son gland et son armement est constitué d’un fusil, d’une baïonnette et d’une épée, de « cartouches de sûreté » et de « fausses cartouches ».

D’entrée, Annet CAREMIER participe au cours d’escrime et de gymnastique. Puis il accède à l’école de compagnie en mars 1888, puis à celle du bataillon en avril 1888.

Classé parmi les bons marcheurs, il se distingue aux cours des exercices de tir en se classant 2e de sa compagnie. Il effectue un stage de deux mois dans la cavalerie au 3e Régiment de Chasseurs d’Afrique du 28 novembre 1888 au 26 janvier 1889.

Ce régiment fut créé le 1er février 1833 à Bône en Algérie (suite à une décision royale du 27 novembre 1832) avec les 7e et 8e escadrons du 1er régiment de chasseurs d'Afrique. Il a été dissous en 1963. Sa devise était "Tant qu'il en restera un".

Pendant toute la Campagne qu’il effectue en Algérie de novembre 1887 à mai 1890, son régiment participe à des opérations de maintien de l’ordre, plus particulièrement dans le sud Oranais et le sud Algérois.

Il passe dans la « disponibilité » en raison de sa situation de famille et rayé des contrôles le 6 mai 1890.

Tenu à des périodes de réserve, il participe aux exercices du 28e Bataillon de Chasseurs Alpins du 1er au 28 octobre 1894, puis à ceux du 28e Bataillon de Chasseurs à Pied du 4 au 31 octobre 1897 et finalement à ceux du 1er Bataillon Territorial d’Annecy du 27 octobre au 9 novembre 1902.

Plus de 120 ans après, on peut mesurer l’aventure d’Annet CAREMIER qui, à l’âge de vingt ans quitte son village natal de Moissac-Bas pour les bataillons d’Afrique du Nord.


Main.gif Annet CAREMIER est un des frères de mon grand père Louis CAREMIER.



Fleche_D.gifAccédez à son Registre Matricule Militaire


SDD1.jpg




INDEX THÉMATIQUE


06-05-2015

Index des pages
  1. gw_v5_tour_1_title

    gw_v5_tour_1_content

  2. gw_v5_tour_2_title (1/7)

    gw_v5_tour_2_content

  3. gw_v5_tour_3_title (2/7)

    gw_v5_tour_3_content

  4. gw_v5_tour_3bis_title (2/7)

    gw_v5_tour_3bis_content

  5. gw_v5_tour_4_title (3/7)

    gw_v5_tour_4_content

  6. gw_v5_tour_5_title (4/7)

    gw_v5_tour_5_content

  7. gw_v5_tour_6_title (5/7)

    gw_v5_tour_6_content

  8. gw_v5_tour_8_title (6/7)

    gw_v5_tour_8_content

  9. gw_v5_tour_7_title (7/7)

    gw_v5_tour_7_content

  10. gw_v5_tour_9_title

    gw_v5_tour_9_content