Message to visitors

close

Entre mer et montagne, Savoie et Polynésie française, ma famille fait aussi un détour par la Garonne et autres lieux à découvrir. Merci à tous ceux qui ont travaillé avant moi et par qui j'enrichi mon arbre. Puisse mon travail servir à d'autres.

 

 Family Book



 Nos histoires font notre histoire

Summary

 1 - La famille DEBERNARD est originaire du Val D'Aoste en Italie.

Dans la Commune de La Thuile, Val d'Aoste, Italie, il y a une Via P DEBERNARD et une partie des locaux de la maison DEBERNARD est la bibliothèque de La Thuile depuis 1993.

P DEBERNARD ( Paul DEBERNARD) -1860,1919- bienfaîteur de la commune de La Thuile, est issue d'une ancienne famille qui a joué un grand rôle dans l'histoire valdôtaine et compte dans ses rangs: un vicaire, un général, des abbés des chanoines et des laïques méritants. Cette famille a contribué à donner de l'éclat à la vallée d'Aoste et à son église.

(Source plaque commémorative sur le mur de la bibliothèque de La THuile, Val d'Aoste, Italie)

 2 - Ils ont participé à la guerre de 1914-1918.

Émile SILVIN a été prisonnier en Allemagne pendant 1915/1916/1917/1918 et rendu en 1919. Il ne s'est pas plein d'avoir été maltraité d'aucune sorte car il a été affecté dans une ferme où il était au service d'une paysanne dont le mari état lui-même au front.

Maurice Eugène TRÉSALLET (ou pépé du Villaret) a été blessé relativement tôt (une balle lui a traversé le coude gauche, le laissant avec un certain handicap) puis hospitalisé. Il n'est pas retourné au front.

Charles Auguste DEBERNARD (Pépé Charles) a bien sur fait la guerre. Il en est revenu sain et sauf physiquement et ne parlait jamais de ce qu'il avait vécu. Nous avons sa carte de combattant.

Le papa de Mémé Jeannette, Pierre Joseph BROCHE, a malheureusement fait toute la guerre et a subi les gaz moutarde. Il est revenu affaibli dans sa santé.Jeannette naquit le 4/11/19. Après ce qu'il avait du endurer, son caractère l'avait rendu dur et irascible. La vie en famille n'était pas facilitée (c'est ce que Mémé nous a rapporté) Père de nombreux enfants...il mourut à 58 ans.

 3 - Peisey

En 1830, le nom est Pesey en Tarentaise - Savoie.Le 2 novembre 1899, un grand incendie détruit 27 maisons au village de Peisey.

 4 - Origines polynésiennes

Nous sommes descendants de Hauata a ROOTAMA et deFauura a TAUIRATEA connu comme le fils de Tane te Fauura du Ati ou de la tribu TETUA (qui veut dire Princesse) et qui vivait à Avatoru à la fin du XVIIIe siècle.

Tane te Fauura était un des compagnons du Roi POMARE 1er. Présenté soit comme un chef Arii, soit comme un prêtre TAHUA, il a du remplir des fonctions religieuses et en tout cas se rendit à plusieurs reprises au grand Marae ancestrale TAPUTAPUATEA de Raiatea.

Sa pirogue double était dit-on à AVATORU toujours précédée de son esprit gardien personnel (Taura), une grande Raie Manta.Tane te Fauura combattit contre les guerriers de Anaa et vaincu, il alla se réfugier à Tahiti dans la région de l'actuel TAUTIRA ou naquit son fils Fauura a TAUIRATEA. Après la cessation des Guerres avec Anaa, Fauura a TAUIRATEA revint à Rangiroa ( Rairoa) dans le village d'Avatoru, il vécu également à Tiputa (dont la signification est sorte de poncho fait de plumes noires, rouges et jaunes et garni de plumes de frégates), garni au cou par les Arii.Il mourut vers 1850.

Les decendances de hauata ROOTAMA sont issues de 3 soeurs : Tepuna, Hauata et Tumaihiva;

Nous sommes descendants de Tepuna et de Tara à Maitiori. Ce dernier est originaire de la lointaine RAPA, venu aux Tuamotu plonger la nacre.De cette union est sorti 4 sous-branches: Teura, Teumere, Roo; Mauarii.

Nous sommes les descendants de Teura connu sous le nom de Kane ou Tekava.Teura est experte en matière de traditions anciennes et très habile à confectionner des Tifaifai.Elle mourut à 107 ans, cela reste à prouver, son acte de naissance reste introuvable.

 5 - Origines polynésiennes

Elle vécut sucessivement avec trois conjoints.

Teura était enceinte de son premier enfant lorsque son mari Merehau tomba gravement malade, comprenant qu'il allait mourir, Merehau fit appeler Marere un cousiin au premier degré et lui demanda après sa mort d'élever son fils. C'est ainsi que Marere devint le père adoptif du fils posthume de son cousin qui fut baptisé Merahau comme son vrai père.plus tard Daniel, fut adopté et élevé par Merehau, frère utérin de sa mère, qui épousa une BELLAIS.

Les descendants de Teura sont issus de ces 2 illes de son union avec James WILLIAMS, d'origine écossaise, travaillant pour l'entreprise MAXWELL implantée à Tiputa et qui était marié à Hélèné HAUMANI, originaire de MOOREA.

James et Teura eurent 2 filles: Tiivahine (Louisa) et Moea Arotaua Tararaina.

Arotaua, mariée à un homme de Anaa venu avec les missionnaires, est à l'origine des MARERE proprement dits, qui ont gardés ce nom comme patronyme.

Arotaua a laissé le souvenir d'une remarquable personne aussi fervente catholique que respectueuse des traditions polynésiennes.En matière de terre, Arotaua décidait pour tous les enfants de Teura a MAITIORI et sa décision s'imposait même à Merehau pourtant son aîné.Arataua, comme sa mère Teura, déclame un fa'atara des Marere "fait d'une suite de noms de personnes et de terres et de vieux mots".Elle énumère les Terres et décide de donner au membre ou à un enfant de la famille;

De son union avec un allemand HOFFMAN dit "Papa Po", tiré peut-être du prénom Paul, Teura eut un garçon du nom de Tromwell et malheureusement décédé après sa naissance (erreur, c'est James WILLIAMS, le père de ses enfants).

Tiivahine, mariée à un (européen) demi est la grand-mère des PETIS.Ayant surtout vécue à Papeete (Tahiti), elle est peu connue à Rangiroa (erreur monumentale, elle s'est occupée de Mama Kane, décédée en 1952).

( Sources familiales, texte rédigé à partir du livre de Paul OTTINO "Rangiroa", Les annotations en italiques sont de Henri Alexandre Teninitua THURET).

 6 - La Brèche Poccard, 3250 m, Vanoise

Ce col est dédié à Joseph POCCARD ( °1814 - ), qui n'était pas guide mais ouvrier mineur, originaire de Peisey.Courant 1873, alors qu'il était devenu berger de génisses, il souhaita, à 59 ans, gravir seul et "par curiosité", le Mont-Pourri. C'est au cours de cette ascension qu'il ouvrit une nouvelle voie (qu'on appelle d'ailleurs le chemin Poccard) qui devait le mener au sommet, réalisant ainsila quatrième ascension (et première en solo) du Mont-Pourri. Par la suite, il accompagna une imposante caravane (organisée par le Club Alpin Français - section Tarentaise). Ce fut là sa deuxième et dernière ascension du Mont-Pourri... qui restera le seul sommet qu'il aura gravi.A la suite de cette expédition, il quitta définitivement le pays.Sources : BUDRY, Jean-Philippe, Origine des noms de montagnes de Savoie, Ed. Color Verba


Index